Attaques de fermes en Afrique du sud, l’agresseur Noir explique : « Nous tuerons votre femme et violerons vos enfants ».

Publié le 10 juillet 2020 - par - 16 commentaires

Est-ce l’avenir qui attend les Blancs Européens ?

 En Afrique du Sud, les fermiers Blancs se font tuer depuis des années… par des bandits Noirs, avec la connivence du gouvernement.

Les Blancs en Afrique du Sud sont devenus la proie idéale, car on leur reproche la misère économique du pays et l’éternel « colonialisme ».

 Les Noirs, de leur côté savent prendre directement ce qu’ils estiment  « mériter » de toute façon, notamment en utilisant une violence aveugle.

Difficile en effet de faire plus fort en termes de cruauté.

Un tel « agresseur de ferme » Noir raconte devant la caméra comment les choses se passent, sans fioritures, très calmement, dans une vidéo qui fait partie du documentaire « Plaasmoorde : The Killing Fields » (2018) de l’activiste britannique Katie Hopkins, récemment bannie de Twitter (Juin 2020).

« Nous violerons vos enfants, même les plus jeunes. »

Ainsi, le Sud-Africain Noir, qui est ou était apparemment employé d’une ferme, explique à Hopkins comment lui et ses collègues agissent contre le propriétaire Blanc de la ferme. Il décrit également comment une telle « attaque de ferme » se produit et souligne que le point faible de chaque propriétaire de ferme, c’est sa femme et ses enfants :

« Si vous ne faites pas ce que nous vous disons de faire, nous tuerons votre femme, ou nous la violerons devant vous et nous tuerons et violerons même vos enfants. Les petits aussi ».

Visiblement choquée, Katie Hopkins, qui mène l’interview, demande à  l’homme Noir de  préciser, ce qu’il fait immédiatement :

« Même à l’âge de deux ans, très jeune, très jeune. Pour qu’il (le fermier, ndlr) ressente la douleur et dise : « Oh les gars, laissez-moi vous donner mon argent, partez et je sauverai la vie de mon enfant ! »  

Katie Hopkins demande alors pourquoi les agresseurs n’arrêtent pas de violer les enfants ou de tuer des membres de la famille. L’homme Noir :

« Oui, ils veulent lui faire peur. […] pour qu’il fasse tout ce qu’ils veulent ». 

 

Voici des extraits de l’incroyable interview en Anglais (l’extrait correspond à la minute 13’10 du film complet) :

Le documentaire en entier (en Anglais) :

 

  • Quelques commentaires sur You Tube, figurant sous la vidéo.
  • Je suis Sud-africain et, honnêtement, ce documentaire est absolument fidèle à la réalité. Bravo !
  • Enfin ! Une vraie journaliste. Merci Katie !
  • Merci Katie…. L’Afrique du Sud est en train de mourir et tu es la seule à dire quelque chose. 🙏🙏🙏😢
  • C’est pourquoi ils veulent désarmer les Américains, afin de pouvoir le faire en Amérique et au Canada
  • Je ne comprends pas comment le monde peut rester sans rien faire pendant que ces gens souffrent.
  • Je prie tous les jours pour sortir de cet enfer. Merci de montrer au monde ce qui se passe vraiment ici.
  • Je vais faire entrer une famille [fermiers]. Quand ils seront sur pied ici, j’en prendrai une autre. Et une autre. Et une autre. Je ne peux plus laisser cela arriver aux enfants. C’est un mal que je ne peux pas comprendre.
  • Je suis un Sud-Africain qui a immigré en Europe (légalement). Je vous en remercie.
  • J’étais un libéral, maintenant je ne supporte pas le libéralisme, c’est fou, délirant et maintenant dangereux.
  • Le mobile n’est jamais le  vol. Ils viennent toujours pour tuer, parfois ils volent pour se donner un alibi. Souvent, ils ne prennent même pas les objets de valeur quand on les leur offre. Ils viennent uniquement pour tuer le fermier.
  • J’ai mis du temps à me rendre compte de la situation. Je savais que ça allait être vraiment horrible. Bravo Katie pour avoir couvert ça. Bon travail.
  • « Si vous savez que vous êtes chassés [les Blancs] – pourquoi rester… ? » Peu de citoyens ont le choix – ils n’ont nulle part où aller. Aucun pays européen ou autre n’acceptera de recevoir des Sud-Africains, surtout pas des Blancs.
  • Ils accepteront cependant des tas de migrants économiques d’Afrique, à qui ils donneront un toit, de la nourriture et de l’argent…
  • J’aimerais voir des célébrités privilégiées, habilitées et bien pensantes en parler pour changer et défendre ces personnes. 
  • Je suis en larmes. Ce sont ces maudits gens sont de vrais monstres.
  • Cependant, après avoir vu ce document, je me sens triste et quelque peu honteux d’être un Sud-Africain noir. Je ne tolère pas un tel comportement. Tout le monde en Afrique du Sud est touché par la criminalité. J’envoie toutes mes condoléances à toutes les familles touchées par ce problème.
  • MA SOEUR ET SES AMIS ONT LITTÉRALEMENT VÉCU CETTE BARBARIE. CE DOCUMENTAIRE EST TOUT À FAIT EXACT. BIEN JOUÉ KATIE HOPKINS. MERCI.
  • Oh, totalement époustouflant. Il faut que cela soit diffusé dans le monde entier.
  • Merci à ces personnes qui diffusent les problèmes de la vraie Afrique du Sud.
  • Ignorés par la gauche dans le monde entier.
  • Merci  Katie, pour avoir dit la vérité
  • Pourquoi ce documentaire n’a-t-il pas été vu par plus de gens ?

 

ARTICLE DE L’INDEPENDENT, à propos du documentaire (extraits).

Les fermiers d’Afrique du Sud,  cibles d’attaques « horribles ».

 

https://www.independent.co.uk/news/world/africa/south-africa-white-farmers-plaasmoorde-cyril-ramaphosa-anc-economic-freedom-fighters-gabriel-stols-a8262306.html

Ci-dessus  : Kyle Stols a été abattu par quatre assaillants. Pas d’enquête.

Une victime de viol interviewée par Katie Hopkins dans son documentaire (Minute 51’57 du film complet) : pas d’enquête.

Hannetjie Ludik, 56 ans, vit dans une ferme près de la ville de Pretoria. Elle a souhaité renoncer à son droit à l’anonymat pour raconter cette histoire.

Quatre jours avant Noël, elle et son mari se sont réveillés après avoir entendu des bruits dans la nuit.

 

« Nous avons trouvé trois hommes dans notre maison, armés de fusils, ils sont entrés par la porte arrière avec un pied de biche », dit-elle. « Ils ont commencé à marcher dans notre maison en prenant toute notre nourriture.

 

« Un homme a pris 2 500 rands (environ 1 500 livres sterling) et m’a embrassé sur la joue pour me remercier. Un autre homme avec une cagoule est revenu, a attaché les mains et les pieds de mon mari, a jeté une couverture sur lui et m’a dit de le suivre – je savais ce qui allait se passer ensuite.

 

« A l’extérieur de la maison, il m’a dit qu’il voulait du sexe, il a pris son arme et m’a dit qu’il me tirerait dessus si je refusais. J’ai décidé de vivre pour mes enfants et mes petits-enfants et j’ai dit qu’il devait faire ce qu’il voulait.

 

« Ensuite, il m’a violée et j’ai pensé que c’était fini. Puis le suivant est arrivé et m’a violée, et le troisième a fait de même. »

Personne n’a été arrêté pour le vol des biens de Mme Ludik ou son viol. De même, personne n’a été accusé du meurtre de Kyle Stols.

« La police m’a dit qu’elle attendait toujours les résultats de l’expertise médico-légale et cela fait des mois », a déclaré M. Stols. « Nous n’avons reçu aucune information de la police – pour eux, c’est comme si cela ne s’était jamais produit ».

 

Au-delà du récit émouvant de ces vies détruites, la situation en Afrique du sud nous invite à méditer sur l’état d’esprit qui y règne.

Dans cette vidéo de l’AFP (2014 mais les choses ont plutôt empiré), à la 22ème seconde :

Le Noir est clair « Nous devons être violents, le gouvernement ne nous écoute pas. »

Ces personnes sont persuadées que tout leur revient de droit, qu’elles sont les éternelles victimes du « système » et qu’il faut s’emparer des choses convoitées par la force.

Les journalistes des médias traditionnels n’interviewent  que ceux qui vont dans leur sens, pas les victimes.

Informations : 

Site web de présentation du film  de Katie Hopkins en Afrique du sud :

https://killingfieldsmovie.com/

Articles RR (par Jack !) sur Katie Hopkins (islam…)

MAJ :

Une attaque de ferme a eu lieu le 4 juillet 2020.Une femme et ses enfants ont été attaqués et aspergés de gaz poivré par un nombre inconnu d’agresseurs. Elle a réussi à s’enfermer avec les enfants dans une pièce et a donné l’alarme. Heureusement, un fermier voisin et la communauté ont réagi rapidement.

https://southafricatoday.net/south-africa-news/kwazulu-natal/farm-attack-woman-and-children-safe-after-farmer-responds-swiftly-bishopstowe/

Print Friendly, PDF & Email

16 réponses à “Attaques de fermes en Afrique du sud, l’agresseur Noir explique : « Nous tuerons votre femme et violerons vos enfants ».”

  1. Avatar GAVIVA dit :

    Voilà ce qui se passe quand ces étrons se savent TOUT PERMIS. Le reste n’est qu’une question de degré.
    Viendra un temps et au vu de ce qui se passe ça arrivera bientôt où tout ce qu’ils affirment sans rire mais avec un sacré culot va VRAIMENT se produire. Ils seront chassés, traqués sur la seule base de leur couleur. Et là ils chialeront dans le VIDE, les oreilles compatissantes auront depuis longtemps été tranchées!
    https://twitter.com/jmaphatie/status/1281251128622157824
    Que ne voilà-t-y pas apathie pleurnicher que le fait d’utiliser le terme RACAILLES fait bobo à ceux qui sont de la même couleur! Parce que y’a pas de responsabilité collective.
    Sauf pour les BLANCS, évidement!!

  2. Avatar Machinchose dit :

    ce continent du malheur s’ achèvera tout seul, de la cruauté et de la haineuse betise de ses habitants

    ifô machettes, beaucoup de machettes!

    des millions de machettes

    hutus et tutsis c’était un apéro

    les africains « gris » sont plus « humains » que cette « humanité » loupée

  3. Jack Jack dit :

    Katie Hopkins vient de temps en temps aux États-Unis faire des conférences, uniquement acceptées dans les milieux républicains. Katie, comme Tommy, font preuve d’un courage sans bornes. J’ai beaucoup de mal à comprendre leur accent britannique, celui de Tommy en particulier, et utilise les sous-titres qnad ils sont disponibles. L’Afrique du Sud deviendra noire à plus ou moins longue échéance quand les fermiers blancs fuiront les uns apès les autres s’ils veulent survivre, et ce pays tombera dans l’improductivité, comme les autres pays d’Afrique noire, comme l’Algérie, et ce sera encore la faute des colons… Et les gauchistes-libéraux-démocrates, peu importe la dénomination, ne veulent pas comprendre, l’hypocrisie a fait place au raisonnable.

  4. Avatar Christian Jour dit :

    Bientôt en France. A éradiquer sans ménagement. La haine du blanc passe aussi par le pillage.

  5. Avatar Almatho dit :

    Ces putains de primitifs il faut les castrer et les pendre par les pieds jusqu’à ce qu’ils meurent, ils ne comprennent que la barbarie la souffrance et la mort au bout. Ces animaux ne sont même pas au niveau de l’homme des cavernes.

  6. Avatar pier dit :

    Cela vous étonne ?

    il y longtemps que cela dure en RSA
    et encore plus longtemps c ‘est ce qui arriva en RHODESIE du Sud
    l ‘ex grenier de l ‘ a fric
    maintenant tributaire de l ‘aide alimentaire mondiale …
    bcp de fermiers blancs sont partit en Australie , Canada et même ex URSS

    https://www.breizh-info.com/2019/07/02/122249/fermiers-blancs-dafrique-du-sud-emigrer-en-russie-plutot-quen-allemagne/

  7. Avatar Bubu dit :

    face à de tels dégénérés, les blancs n’ont qu’une chose à faire, ficher le camp

    bien entendu, qu’ils pensent à détruire tout ce qu’ils ont construit avant leur départ

    • Avatar marc guimeud dit :

      Merci pour cette article sur le massacre des blancs. Sur le site American reconnaissance, je viens de lire qu une jeune femme de 26 ans enceinte avait égorgee lors de l’attaque d un ferme par un gang de noir, son mari tué, ses enfants de 4 et 8 ans battu à coup de pied….

  8. Avatar Piscione dit :

    Le problème que cette pourriture , pour ne pas crever , se répand dans le monde et surtout dans les pays apte à les nourrir .Prolifique ,comme toute vermine et soutenue par des blancs abrutis ,le jour ou nous serons en sous nombre ;ça sera à notre tour

  9. Hoplite Hoplite dit :

    Blatte live no matter

  10. la moutarde me monte au nez la moutarde me monte au nez dit :

    l’histoire se répète.
    Souvenez vous des exactions du Katanga dans les années soixante.
    Il y a une haine du noir envers le blanc depuis toujours.
    Alors qu’ à l’inverse, quoi qu’on veuille nous faire croire, le blanc n’a jamais haïs le noir.
    Nous leur avons donné tout ce que nous pouvions, chez eux en afrique et nous continuons à le faire ici en europe et c’est notre grande erreur.
    Avant que nous arrivions, ils faisaient quinze enfants mais dix ou douze mourraient de maladies.
    Il en restait juste assez pour gérer le maigre troupeau et la petite culture.
    Désormais, grâce à nos soins, tous vivent et leurs maigres ressources ne suffisent plus.
    Ils viennent donc tout naturellement chercher chez nous ce que nous ne leur apportons plus depuis qu’ils ont pris leur indépendance.
    Dans leur mentalité, le blanc doit payer.
    Pour l’instant ce sont nos allocations et nos femmes qu’ils convoitent et ils nous niquent ou nous tuent lorsqu’ils en ont l’occasion.
    Mais lorsqu’ils se sentiront en nombre suffisant, ils nous massacreront
    Et ce sera leur grande erreur.
    Car, s’ils arrivent à nous éradiquer,ils se retrouveront en europe dans le même bordel qu’en afrique.
    Parce que la seule chose qu’il sachent faire, c’est foutre le bordel.
    Et ce ne sont pas leurs rappeurs et leurs footballeurs qui les nourriront.

  11. Michèle Michèle dit :

    Votez bobo,
    votez écolo,
    votez, …
    Et zut,
    Zavez pas encore compris?

    Alors oui, c’est foutu!

    Qui se bouge dans ce foutu pays de bisounours gavés de carembars, coca et mc do?

    Qui prépare activement la survie, au lieu de se gargariser de mots et phrases bonnes à filer le coco virus à une statue de bronze?

    Bientôt, je dirais:
    Mare de lire toutes ces pleurnicheries!
    Et je cesserai de prêcher dans le désert à des gens qui ne pensent qu’au dessert!

    Gérard

  12. Avatar bm77 dit :

    A partir du moment que nous sommes conscients de cela il faut réagir. Il est vrai que tout cela est caché au grand publique à qui on ressasse encore l’apartheid et ces conneries qui ne représentaient que le contexte d’une époque. Ce fut un temps , maintenant il faut bien se rendre compte que les jugement manichéens n’ont plus cours. Il n’y a pas de méchants blancs racistes et de gentils noirs victimes. Il y a des conflits liés à des intérêts divergeant .Il faut bien se rendre compte que si des blancs sont capables de se mobiliser pour des noirs l’inverse n’est pas vrai. Les blancs ne devront compter que sur eux tout en prenant en compte les traitres collabos de la barbarie. !!!

  13. frejusien frejusien dit :

    Ce comportement sauvage et sanguinaire fait réfléchir à ce qu’était l’apartheid, tant décriée par les media occidentaux, qui encensaient Mandela

    on se rend compte que ce n’était, ni plus ni moins qu’un moyen de se protéger et d’éviter les gros problèmes que la promiscuité aurait provoqué.

    Les noirs avaient leurs bus, leurs restaurants, leurs bars, leurs quartiers d’habitation,
    cela ne voulait pas dire qu’ils étaient violés, torturés, ou tués, mais qu’ils étaient mis à l’écart, avec juste raison,
    à côté de ça, ils bénéficiaient de la richesse produite par les blancs , des soins médicaux, de l’instruction dans les écoles pour noirs.
    Avec le recul, je pense que cette organisation était juste et prudente, mais elle faisait hurler les gauchistes qui voulaient introduire la sacro-sainte égalité, et surtout la mixité.
    Aujourd’hui, ils font semblant de ne rien voir, de ne pas comprendre, et ils veulent renouveler l’expérience en Europe

  14. Avatar Dorylée dit :

    C’est exactement ce qui a déjà commencé chez nous ; ça empirera une fois que des  » traoré  » auront conquis le pouvoir , d’autant plus facilement qu’on les y aura porté. Le moment venu il vaudra mieux avoir un bon fusil qu’une bonne carte d’électeur…

Lire Aussi