Macron se rêve en empereur de l’Eur-Afrique


Macron se rêve en empereur de l’Eur-Afrique

Et voilà pourquoi il faut accélérer les choses ; nous ne découvrons les choses que lorsqu’elles sont déjà actées.

On est cernés !

Ce matin, Christine Tasin disait que Macron se rêvait en Bonaparte :

Ce que Macron est en train d’organiser, c’est une direction parallèle de l’UE, menée par le triumvirat français, allemand et italien, qui déciderait pour tous les pays, tous les dirigeants, tous les peuples, de ce qui serait bon pour eux. Même les élections européennes, c’est encore trop de démocratie pour lui ; laissons de Layer faire de la figuration et écoutons Macron qui se voudrait Bonaparte. Sauf qu’il n’arrive même pas à la cheville de Napoléon Bonaparte, un des plus grands hommes que notre pays ait porté. Et qui aimait la France, lui, avec passion….

Lire et relire le chef d’oeuvre d’André Castelot, Bonaparte, suivi du tome 2 Bonaparte. Le Napoléon de Max Gallo est également magnifique. Lecture nécessaire en ces temps troubles où des millions d’allumés voient des héros en Gassama ou Macron, ces chiures de mouche.

http://resistancerepublicaine.com/2019/09/20/macron-a-la-tete-dun-triumvirat-francais-allemand-et-italien-repartition-obligatoire-des-migrants-en-ue/

Macron, oui,  se rêve en Napoléon, mais ni de la France, ni de l’Europe : l’empereur de l’Eur-Afrique !

(Note de Christine Tasin : qui dit mieux ? Si on comprend bien la fin de l’article ci-dessous, on découvre que Macron se rêve même en… Dieu désireux d’inventer, carrément une mythologie nouvelle… Je ne lui ferai pas l’insulte de croire qu’il ne sait pas ce qu’est la mythologie. Il veut donc inventer un autre monde, d’autres dieux, et expliquer le monde dont il rêve avec de belles histoires…)

________________________________________
Le Sommet des Deux Rives face au défi du financement

Un an après son lancement, ce second sommet devait être la conclusion d’une politique visant à réunir les pays méditerranéens. Si 14 projets ont bien été sélectionnés pour répondre aux grands enjeux économiques, climatiques et de mobilité, la crainte qu’ils n’aboutissent pas demeure. Un article de notre partenaire, La Tribune.

« Marseille va peut-être devenir le lieu de tous les possibles », glisse, dès l’ouverture, l’animateur du sommet des deux rives, qui s’est tenu le 24 juin. Cette initiative lancée par Emmanuel Macron il y a un an tout pile pour « retrouver le fil d’une politique méditerranéenne différente », a réuni au palais du Pharo de Marseille les différents ministres des Affaires étrangères de dix pays du bassin méditerranéen ainsi que des acteurs de la société civile. Pour la politique, les « 5+5 », à savoir cinq pays de la rive nord (Espagne, France, Italie, Malte et Portugal) et autant pour la rive sud (Algérie, Libye, Maroc, Mauritanie et Tunisie). Pour la société civile, « l’assemblée des 100 » avec dix chefs de délégation pour chaque pays.

« Une composante inédite », se réjouit Ouided Bouchamaoui, présidente du comité de pilotage. Elle espère que cette initiative va « encourager la jeunesse des deux rives à se rapprocher pour réduire le gap économique entre le nord et le sud ». Enzo Moavero Milanesi, ministère des Affaires étrangères italien, souligne que « la Méditerranée a toujours été un grand carrefour, mais tout d’abord économique. 20 % du commerce mondial passe ici, c’est un défi pour nous tous ». Andreas Schaal, directeur de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE), rappelle « le chômage est de 25 % au Sud et 23 % au Nord, c’est une problématique commune ». « Nous parlons de deux rives, mais moi je n’en vois qu’une seule. Il faut arriver à cela », ajoute Sabri Boukadoum, ministère des Affaires étrangères algérien.

Le défi est transversal. Energie, jeunes-mobilité, économie-compétitivité, culture-tourisme et environnement-développement durable sont les cinq thèmes retenus et sur lesquels chacun devait plancher. Grand absent, le défi migratoire est abordé du bout des lèvres. « Mobilité et migration devraient être vues comme un vecteur de croissance économique plutôt que comme une menace », souffle Khemaies Jhinaoui, ministre des Affaires étrangère tunisien. « C’est le symptôme des inégalités d’une rive à l’autre », balaie Emmanuel Macron.

.

Reste à trouver les financements

Au total, 262 projets ont été présentés pour 14 retenus. « Le plus emblématique est pour moi le programme méditerranéen nouvelle chance », avance Jean-Yves Le Drian. Le ministre des affaires étrangères français poursuit : « Cela a été conclu au plus près des acteurs de l’emploi, cela prévoit un réseau d’écoles des métiers de la mer sur les deux rives, une école euro-arabe et un média plurilingue pour promouvoir les actions». Il n’en sera pas dit davantage sur les projets. Emmanuel Macron veut lui relancer « le rêve » et le « mythe » de la Méditerranée.

Des ambitions qui se heurtent à une réalité. « Le problème c’est l’accès au financement », insiste Samir Abdelkim, entrepreneur marseillais fondateur de Start-upBrics. Un point de vue largement partagé par les différents intervenants. Les précédentes initiatives que sont le processus de Barcelone en 1995 ou l’Union pour la Méditerranée en 2008 n’ont pas abouti. « Le bilan aujourd’hui est en dessous de nos ambitions de l’époque », reconnaît Khemaies Jhinaoui.

La crainte est donc que cela ne devienne le mythe de Sisyphe. « Le grand risque c’est ce que vont devenir de tous ces projets qui ont fleuri pendant ces rencontres. Les fleurs sont jolies mais elles se fanent, il faut s’en occuper. Une idée reste une idée tant qu’il n’y a pas de suivi, de financement et d’appui », prévient Josep Borrell, ministère des affaires étrangères espagnol. Pour réunir les fonds nécessaires, Ambroise Fayolle, vice-président de la banque européenne d’investissement, « compte sur le secteur privé ». De son côté, Abderrahmane Mebtoul, le chef de file de la délégation algérienne annonce qu’il « va proposer une banque méditerranéenne pour financer les projets ».

Le besoin massif d’investissement dans les pays en développement ne peut être comblé par le seul secteur public. L’implication du privé est donc clé pour atteindre les Objectifs de Développement Durables, estime Neven Mimica, commissaire à la coopération internationale.

Rendez-vous dans six mois

Au-delà du financement, les ministres et acteurs économiques demandent un vrai suivi. « Les anciens dispositifs ont été limités à cause d’engagements insuffisants », juge Khemaies Jhinaoui. « Le suivi est important, il doit se faire de manière systématique dans les semaines qui suivent », Pierre Heilbronn, vice-président de la banque européenne pour la reconstruction et le développement.

Censé être un point d’arrivée, ce rassemblement à Marseille ressemble à un point de départ. « Je vous donne rendez-vous dans six mois », prévient Emmanuel Macron. « Pour voir les projets qui ont avancé pour que l’on essaie de se réunir entre chefs d’Etat ». Le président français « propose de mettre en place une petite équipe qui fasse le suivi concret pour que les financements arrivent et que l’on puisse avoir des résultats ». Un moyen « d’inventer une mythologie nouvelle ».

 https://www.euractiv.fr/section/aide-au-developpement/news/le-sommet-des-deux-rives-face-au-defi-du-financement/
Par : Rémi Baldy | La Tribune
25 juin 2019

 

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Marcher sur des oeufs

Au crépuscule de ma vie, je flâne sur les chemins de la connaissance qui me ravit. Musique, histoire, religion, tout ce qui fait l'homme et tout ce que fait l'homme me passionne.


17 thoughts on “Macron se rêve en empereur de l’Eur-Afrique

  1. CatCat

    C’est hallucinant mais ça me fait penser à la bande de tarés de pseudos dirigeants du film « Hunger games » On y court à ce monde chaotique et pas lentement en plus …

  2. Marcher sur des OeufsMarcher sur des Oeufs

    C’est exactement ce de quoi je voulais parler dans ce commentaire d’hier sur l’article de @Madame Tasin,

    Macron à la tête d’un triumvirat français, allemand et italien : répartition obligatoire des migrants en UE
    :::: http://resistancerepublicaine.com/2019/09/20/macron-a-la-tete-dun-triumvirat-francais-allemand-et-italien-repartition-obligatoire-des-migrants-en-ue/
    _______________________________________
    En effet, depuis quelques temps on sent les européistes et notre chef d’Etat Macron très actifs sur la question de l’Afric-Européenne ; depuis Sarkhozy, conseiller de Macron à l’oreille de qui il sussure l’idée de cette europe africaine ou plutôt de cette Afrique européenne, frustré de ne pas l’avoir réalisée lui-même ; car c’était déjà son projet.
    …/…
    :::: http://resistancerepublicaine.com/2019/09/20/macron-a-la-tete-dun-triumvirat-francais-allemand-et-italien-repartition-obligatoire-des-migrants-en-ue/#comment-782613

    Et cela clarifie un peu les choses tant sur la politique macron, que sur l’UE, l’immigration et la position de François Asselineau.

    Pourquoi François Asselineau dans cette histoire ? On est en droit pourtant de se poser des questions, même si ce que dit l’homme est très intéressant, il n’en demeure pas moins qu’il s’est positionner non seulement comme pédagogue mais surtout comme politique. Et ce que je vois ressortir de tout ça c’est un fil conducteur : l’Afrique et ce désir de projet méditerranéen qui livre l’Europe, dont la France à l’Afrique et non le contraire, on peut le vérifier au quotidien et ne serait-ce que la démographie qui annonce déjà une domination des africains sur le continent européen. Il ne s’agit même pas de racisme, ni même de couleur de peau mais bien de culture de spiritualité et de société.

    Pour en revenir à Macron, sa politique pour l’Eur-Afrique et François Asselineau, mon commentaire cité ci-dessus { http://resistancerepublicaine.com/2019/09/20/macron-a-la-tete-dun-triumvirat-francais-allemand-et-italien-repartition-obligatoire-des-migrants-en-ue/#comment-782613 } fait le lien entre le rêve de Sarkhözy, la réalisation de Macron et l’adhésion de Asselineau :

    ASSELINEAU et l’AFRIQUE

    – » Sur RR on sait que François ASSELINEAU est islamophile et pro-Africain ; l’immigration ne l’effraie pas, c’est un débat de racistes islamophobes ; il a trouvé la solution : « gagner les élections ensuite on voit » parce que paraît-il c’est trop clivant.
    […]
    L’Afrique européenne, le projet de Sarkhozy, la réalisation de Macron, projet auquel n’est pas réfractaire François Asselineau puisque l’on sait qu’il préfère soutenir l’Afrique plutôt que les européens de l’Est qui s’en voient teriblement avec l’UE et qui bataillent contre l’immigration ??? « –
    …/…

    ASSELINEAU sur RR , articles et commentaires
    :::: http://resistancerepublicaine.com/search/Asselineau

  3. Marcher sur des OeufsMarcher sur des Oeufs

    Qui a pensé le « Traité de Marrakech ? » ; qui l’a voulu ? Qui l’a rédigé ? Qui l’a voté quand à la signature française on sait qui ?

    Mais pour toutes ces questions n’y aurait-il pas la patte Macron depuis même avant qu’il soit président ? N’en avait-il pas discuté avec ses mentors, ceux qui ont payé et fait tout ce qu’ils pouvaient pour l’avoir à l’Élysée ?

  4. Amélie PoulainAmélie Poulain

    Pour moi c’est évident depuis un moment. Mais à mon avis, ce sera encore le sens unique et cette phrase «  » le confirme. On dirait qu’ils n’ont pas compris que l’Indépendance vis-à-vis de la France était actée.

    Bon, chacun ses idées mais je passe sur Napoléon dont la personnalité ne m’émeut pas loin de là et qui a eu l’impudence de se faire sacrer « empereur », excusez du peu, même pas dix ans après le Régicide (et les Français ont marché ! je trouve cela incroyable…). Mais c’est mon opinion, je sais qu’il est adulé par beaucoup.

    1. Amélie PoulainAmélie Poulain

      J’ai oublié de mettre la phrase qui confirme que ce ne sera qu’à sens unique :

      « « Mobilité et migration devraient être vues comme un vecteur de croissance économique plutôt que comme une menace », souffle Khemaies Jhinaoui, ministre des Affaires étrangère tunisien.
      « C’est le symptôme des inégalités d’une rive à l’autre », balaie Emmanuel Macron. »

      Comme du temps de la colonisation donc, la France « pourvoyeuse » d’avantages et de développement….mais bien sûr, avec « indépendance » du pays receveur, « le beurre et l’argent du beurre »… comme ce que l’on constate le plus souvent.

      1. Marcher sur des OeufsMarcher sur des Oeufs

        Bonjour @Amélie Poulain ;

        – » à mon avis, ce sera encore le sens unique et cette phrase le confirme :
        – » « Mobilité et migration devraient être vues comme un vecteur de croissance économique plutôt que comme une menace » « –

        Excellent ! Bien vu Amélie ; tout y est dit en si peu de mots. INCROYABLE !

        Oui ! et en effet comme vous le soulignez tout est explicite dans cette phrase.

        Et quelle remarque, la vôtre, si juste : – » On dirait qu’ils n’ont pas compris que l’Indépendance vis-à-vis de la France était actée. « – Très curieux !

        – » une école euro-arabe et un média plurilingue pour promouvoir les actions  « –

        On comprend mieux le coup d’accélérateur dans les établissements scolaires en vue de lavage de cerveaux pour promouvoir l’invasion et la dhimmitude.

        Ce qui est curieux, tout comme on l’a vu hier avec le parti arabe en Israël entré par la grande porte politique nationale ; il y a de l’infiltration arabo-musulmane dans le monde entier et curieux, parce que ça ne marche pas en sens inverse ; les pays arabo-musulmans pour les arabo-musulmans et le reste des pays musulmans pour les musulmans ; et donc idem pour ce qui concerne l’Afrique noire.

        On a aucune illusion sur la place faite aux forceps en France et en Europe pour l’islam ; il a vaincu et s’y installe avec SES pleins pouvoirs parce que nos traitres politiques seuls ont établi le menu, fait la cuisine et leur servent les petits plats dans les grands service 5 fourchettes ☺ ; et les plats avariés aux autochtones historiques sans même les avoir consultés sur ce menu ; du contraire les peuples auraient crié : « NON ! »

        1. Amélie PoulainAmélie Poulain

          Bonjour @Marcher sur des Oeufs,

          Merci.

          Vous dites quant à vous :

          « il y a de l’infiltration arabo-musulmane dans le monde entier et curieux, parce que ça ne marche pas en sens inverse »

          Je pense qu’il ne faut pas oublier que c’est uniquement l’actualité qu’on nous sert, cela fait partie de l’endoctrinement, en nous faisant croire que c’est cela la dynamique actuelle…

          Ils oublient bien sûr, « consciencieusement », de mentionner les oppositions qui sont certainement légions un peu partout en France et j’imagine en Israël aussi.

          C’est comme cela que les communistes ont tenu 70 ans en URSS.

          C’est comme aussi le silence des personnes qui ont douloureusement perdu des proches dans les attentats, je ne croirai pas une seule seconde qu’ils n’en disent rien voire ne réagissent pas..

          C’est comme cela que l’on manipule les foules.

          Il ne faut pas s’y laisser prendre, oppositions il y a, on ne la laisse pas s’exprimer publiquement c’est tout et on veut nous servir le paysage d’une « homogénéité » qui serait harmonieuse mais factice entre Arabes et le reste des populations.

          Cette illusion ne tient pas quand on n’entend les populations et leur refus de ce que l’on veut leur imposer.

          1. AvatarHellen

            Je cite :
            «  » » » » » » »
            Censé être un point d’arrivée, ce rassemblement à Marseille ressemble à un point de départ. « Je vous donne rendez-vous dans six mois », prévient Emmanuel Macron. « Pour voir les projets qui ont avancé pour que l’on essaie de se réunir entre chefs d’Etat ». Le président français « propose de mettre en place une petite équipe qui fasse le suivi concret pour que les financements arrivent et que l’on puisse avoir des résultats ». Un moyen « d’inventer une mythologie nouvelle ».
             » » » » » » »’

            Il faudrait prévenir ce petit rien, moins que rien, car dans 6 mois, si les Français ne l’ont pas viré… Ils n’en seront plus loin…
            Je sais que Macron accélère les réformes, car il doit savoir qu’en 2020, il va se ramasser un coup de pied au postérieur par le Peuple Français et qu’il ne pourra rien faire pour contrer le peuple…
            Et même si vous n’y croyez pas… je vous garantie, qu’il ne pourra rien y faire…!!!! ce sera la fin pour lui….
            Mais jusque là, il va pousser très loin le bouchon, et faire ce qu’il veut mettre en place, pour nous mettre dans une dictature pire que toutes les dictatures existantes…

            D’une manière ou d’une autre, il est fichu…!!!
            Ce type n’est capable que d’attiser et attirer la haine sur sa personne…

          2. Marcher sur des OeufsMarcher sur des Oeufs

            EN RÉPONSE AU COMMENTAIRE, ci-dessous de @HELLEN
            :::: http://resistancerepublicaine.com/2019/09/21/macron-se-reve-en-empereur-de-leur-afrique/#comment-782787

            __________________________________________
            Bonsoir @Hellen

            Vous dites :
            – » Il faudrait prévenir ce petit rien, moins que rien, car dans 6 mois, si les Français ne l’ont pas viré… Ils n’en seront plus loin… « –

            Hors, je voudrais vous signaler UN DÉTAIL d’IMPORTANCE que j’avais écrit dans mon commentaire qui a fait l’objet l’article de cette page internet et qui malheureusement n’y figure pas.

            ****L’article que je rapporte sur ce sommet dit « des deux rives » date du 25 juin 2019**** et nous sommes en septembre. Il y a donc le feu à la maison. Et vous remarquerez le temps passé aux mesures qui sont mises en place ces temps derniers en mode pressant et accéléré. Ces mesures sont, comme on peut le constater, en rapport direct avec ce projet.

          3. Amélie PoulainAmélie Poulain

            Réponse @Hellen,

            Oui vous avez raison, c’est le moins que l’on puisse dire que l’on sent une accélération de la mise en place de ses projets.

  5. AvatarVent d'Est, Vent d'Ouest

    « Macron se rêve en empereur de l’Eur-Afrique ». Laissons ce mégalomane et ses délires, la chute n’en sera que plus grande. S’il croit que les exotiques de tout poil lui permettront de les dépouiller de leurs supposées suprématies il va très vite déchanter, déjà qu’ils estiment être en pays – que dis-je – en continent conquis, ils le vireront avant de s’entre-tuer pour posséder l’Europe, voire se la partager, selon leurs accointances ethniques… si les Européens ne se réveillent pas assez vite.

  6. Marcher sur des OeufsMarcher sur des Oeufs

    Portefeuilles de la Commission. La disparition des termes Éducation et Culture inquiète les eurodéputés
    :::: https://www.ouest-france.fr/europe/ue/portefeuilles-de-la-commission-la-disparition-des-termes-education-et-culture-inquiete-les-6527577

    Il n’y a plus de commissaire dédié à la Culture ou l’Éducation dans l’équipe présentée par Ursula von der Leyen. Une situation qui inquiète les députés européens consultés par « Ouest-France ».

    L’Éducation et la Culture sont-elles en danger au niveau européen ? La disparition de ces deux thèmes dans l’intitulé des différents portefeuilles de la Commission européenne inquiète les eurodéputés.

    Le nouvel exécutif européen, proposé par Ursula von der Leyen le 10 septembre, a déjà suscité de multiples remous, notamment dans l’appellation du portefeuille « protéger notre mode de vie européen » accordé au Grec Margaritis Schinas. La dénomination a choqué une partie de la gauche européenne qui ne comprend pas que la question migratoire se retrouve en partie dans ce portefeuille. L’eurodéputée Sylvie Guillaume (PS, groupe S & D) estime ainsi que cette terminologie « très défensive » fait l’amalgame entre migrants et une Europe qui serait assiégée.

    D’autres observateurs, à l’instar d’Antoine Arjakovsky, directeur de recherches au Collège des Bernardins, trouvent que « le scandale réside plutôt dans le fait qu’on ait supprimé toute référence dans les intitulés des portefeuilles des commissaires européens à l’Éducation et à la Culture », expliquait-il à Ouest-France le 11 septembre dernier. « Cela fait des décennies qu’il y a un travail sur cette question, même si les budgets ne sont pas importants. Pour permettre au mode de vie européen de se développer, il faut justement beaucoup d’éducation et de culture », expliquait-il.

    …./….

  7. Marcher sur des OeufsMarcher sur des Oeufs

    Le transfert du centre d’administration des armées à Denain se confirme
    :::: https://rassemblementnational.fr/communiques/le-transfert-du-centre-dadministration-des-armees-a-denain-se-confirme/
    Communiqués de Sébastien Chenu
    20 septembre 2019

    IMG : Portrait de Sébastien CHENU – RN – Porte-parole ; Député
    :::: https://rassemblementnational.fr/wp-content/uploads/2018/03/sebastien-chenu-120×120.jpg

    SES COMMUNIQUÉS :
    :::: https://rassemblementnational.fr/author/sebastien-chenu/

    BUREAU NATIONAL du RN :
    :::: https://rassemblementnational.fr/instances/bureau-national/

  8. Marcher sur des OeufsMarcher sur des Oeufs

    Industrie française : nous avons besoin d’un vrai patriotisme économique
    :::: https://rassemblementnational.fr/communiques/industrie-francaise-nous-avons-besoin-dun-vrai-patriotisme-economique/
    Communiqué du Rassemblement National
    19 septembre 2019

    Communiqué de Julie Lechanteux et Philippe Olivier, députés français au Parlement européen

    Sans des mesures visant à protéger l’industrie française, notre pays ne pourra pas faire face à une concurrence internationale le plus souvent déloyale.

    Dernier épisode en date, la SNCF, pour l’achat de vingt-huit rames automotrices électriques Intercités,s’est adressé au constructeur espagnol CAF en lieu et place de se tourner vers le fleuron du secteur, Alstom. Et cela pour la coquette somme de 700 millions d’Euros.

    Un choix pour nous incompréhensible, ainsi que pour les syndicats, le personnel et les responsables d’Alstom, et qui, une fois de plus, démontre l’urgence d’une réforme de la politique industrielle française. Aujourd’hui les Espagnols … et demain les Chinois, avec le Groupe CRCC, quatre fois plus gros qu’Alstom, et qui s’est déjà installé en Europe de l’Est.

    Non seulement nos entreprises doivent faire face à une compétition intra-européenne de plus en plus acharnée, mais aussi à une concurrence extra-européenne, à qui la Commission a largement ouvert les portes de notre continent.

    Un coup dur de plus pour le secteur ferroviaire français, et cela à l’aube de la libéralisation des services domestiques de transport ferroviaire de voyageurs en France.

    Nous avons besoin d’un vrai patriotisme économique, que seul le Rassemblement National défend !

Comments are closed.