Moi, je veux bien une guerre en Iran si c’est pour chasser les « Khomeinistes » et libérer les femmes


Moi, je veux bien une guerre en Iran si c’est pour chasser les « Khomeinistes » et libérer les femmes

mais si c’est pour y installer à la place les Saoudiens, à quoi bon ?

.

Une attaque de drones diablement efficace ! Si cela ne fait pas pleurer les islamophobes que nous sommes de voir la capitale du wahhabisme prendre un bon coup dans la tronche et perdre 50% de sa production (et donc de ses capacités de nuisance… ;-)), il est évident que les conséquences à venir se traduisent en de multiples points d’interrogation. Entre les menaces des Etats-Unis contre l’Iran, les risques de guerre embrasant le Moyen Orient, avec intervention des Occidentaux, pas d’accord les uns avec les autres, les hausses prévisible de l’essence (Macron se frotte les mains, il n’attendait que cela et les Français ne pourront pas le lui reprocher – mais il a toujours le droit de baisser la taxe flottante….)…

Mais d’un mal peut peut-être naître un bien, dans le merdier actuel ? Au point où on en est…

 

.

L’attaque est revendiquée par les rebelles Houthis, contre lesquels les Saoudiens mènent une guerre au Yémen voisin.

[…]

Conséquence immédiate des attentats de samedi : le prix du litre devrait grimper de 3 à 4 centimes. Soit une hausse de 3,5 %. C’est moins que les + 10 % enregistrés lundi sur le prix du brut, qui atteignait 67 dollars. Nul ne peut dire si la hausse se poursuivra. Mais il n’y a pas de risque de pénurie, grâce aux stocks de précaution en France et un peu partout dans le monde, y compris en Arabie saoudite.

Les taxes amortissent les prix

En France, le prix du carburant à la pompe augmente moins que celui du pétrole. Le coût du produit pétrolier ne réprésente que 40 % du prix à la pompe. Le reste, ce sont des taxes fixes, qui amortissent les variations du brut, à la hausse comme à la baisse.

Un marché hyper réactif

Comment une attaque sur deux sites pétroliers peut-elle faire flamber le cours mondial du pétrole ? Parce que les pays producteurs (auxquels il rapporte entre 1 500 et 3 000 milliards de dollars par an) veillent à ajuster l’offre et la demande. Or, sur une production mondiale de 100 millions de barils par jour, l’Arabie Saoudite vient de perdre une capacité de production de 5,7 millions.

Trois coups terribles pour l’Arabie Saoudite

Premier impact, les bombardements ont neutralisé l’usine de Abqaiq, la plus grande de ce type au monde. Elle traitait 60 % de la production de l’Arabie saoudite, elle-même premier exportateur au monde.

Deuxième impact, l’Arabie saoudite était le seul pays pétrolier dont les installations lui permettaient d’ouvrir les vannes à or noir en cas de déficit mondial. Ce rôle n’est plus joué par personne.

Troisième impact et non le moindre : faire trembler les investisseurs en Arabie saoudite. Total, par exemple, y possède sa plus grosse raffinerie, et s’apprête à y construire un énorme complexe pétrochimique. Or l’homme fort du royaume, Mohamed ben Salmane, a pour projet de faire entrer en bourse la compagnie pétrolière nationale, Saudi Aramco.

A qui profite le crime ?

À tous les pays pétroliers. Même à l’Iran. Ses réserves de pétrole équivalent à la moitié de celles de l’Arabie saoudite. Mais l’embargo, imposé par les États-Unis en novembre, devenu total en mai, bloque ses exportations de pétrole et l’étrangle à petit feu. Le peu qui en sort clandestinement rapportera donc davantage. Mais surtout, même sans rien reconnaître, la république des mollahs a lancé un message : après les incidents mineurs dont elle est sans doute à l’origine depuis le début de l’embargo, elle a montré qu’elle peut frapper beaucoup plus fort. Si les Saoudiens ou les États-Unis ripostent, l’embrasement ne se mesurera plus en centimes à la pompe.

https://www.ouest-france.fr/economie/energie/petrole/arabie-saoudite-quelques-drones-font-trembler-la-planete-petrole-6522581

 

Les Etats-Unis montrent les dents, qui n’attendent que le premier prétexte pour attaquer l’Iran, rendant ainsi service à leurs alliés saoudiens auxquels ils sont liés par le Pacte du Quincy (1945).

 

Le pacte du Quincy, une alliance contre-nature

En 1943, tandis que la Seconde Guerre mondiale bat son plein, le président Franklin D. Roosevelt prend conscience de l’importance future des fabuleux gisements pétroliers d’Arabie séoudite.

Il fait les yeux doux au roi Ibn Séoud et le rencontre sur le cuirassé Quincy le 14 février 1945. C’est le début d’une alliance qui ne se démentira pas jusqu’au début du XXIe siècle malgré l’obscurantisme de la dynastie séoudienne et l’implication des Séoudiens dans le terrorisme islamiste et les attentats du 11 septembre 2001.

Les Américains entrent en concurrence avec les Britanniques

Les Britanniques dominent la région du golfe Persique depuis la chute des Ottomans en 1918 et par la « clause de nationalité britannique » imposent aux émirats locaux de n’utiliser que des sociétés britanniques pour leurs opérations commerciales !

Ils commettent toutefois une erreur de taille en oubliant Ibn Séoud, lequel est en train de se bâtir un royaume au coeur de la péninsule. Il est vrai qu’ils ne croient pas à la présence de pétrole dans le sous-sol arabe ! C’est ainsi que l’exploitation des gisements du Hasa (Arabie séoudite), sur le littoral du golfe Persique, va débuter dans les années 1920 à l’initiative d’une petite compagnie américaine.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les Britanniques reprennent pied en Irak en 1941 pour protéger leurs approvisionnements en pétrole. Ils chassent aussi les Allemands de la Syrie sous mandat français. Les Américains installent de leur côté des bases logistiques dans les ports iraniens pour ravitailler leurs alliés soviétiques.

Instruit par l’expérience et soucieux de préserver son indépendance chèrement aquise, le roi Ibn Séoud se tient à l’écart des combats. Mais comme il a besoin d’argent pour remplacer les recettes des pèlerinages interrompus par la guerre, il obtient des Américains qu’ils détournent à son profit une partie des prêts qu’ils destinent à la Grande-Bretagne.

Mais le président Roosevelt fait encore mieux. Il tire parti du ressentiment des Arabes (et des Iraniens) à l’égard des Britanniques pour évincer son allié du Moyen-Orient. C’est ainsi qu’en novembre 1943, en se rendant à la conférence de Téhéran, il s’arrête au Caire où il rencontre diverses notabilités musulmanes.

[…]

Lire la suite de ce passionnant article ici :

https://www.herodote.net/14_fevrier_1945-evenement-19450213.php

.

L’Iran cherche la cogne… D’ailleurs avait d’ailleurs abattu un drone américain en juin, ce qui avait failli dégénérer… Déjà… Ils cherchent, ils risquent bien de trouver. Mais la communauté internationale chouchoute l’Iran face au grand méchant Trump…

Certes, les Chiites sont tarés, ils attendent la venue du 12ème imam, le « Mahdi » qui devrait selon eux arriver après l’Apocalypse. Ils l’attendent, il se dit que nombre de ces tarés espèrent créer l’explosion qui le fera venir. Encore plus tarés que les Chiites, les soutiens de l’Iran, comme Macron et l’UE qui sont prêts à le laisser construire leur bombe nucléaire…

On comprend que Israël soit en permanence sur le qui-vive, visé par ces ennemis ancestraux…

.

L’Arabie saoudite qui a déjà imposé à 85% des musulmans de la planète le sunnisme ne pleurerait pas si l’Iran chiite disparaissait…

.

Une autre guerre en Iran ?

Si c’est pour en chasser les « gardiens de la révolution » qui continuent d’appliquer le programme de Khomeiny et ressusciter l’antique et grande Perse, moi je dis oui.

Si c’est pour remplacer les chiites par les sunnites saoudiens, à quoi bon toutes les morts à venir, américaines et iraniennes ?

.

Ce n’est pas nous qui déciderons, mais faisons confiance au narcissique Macron pour se mêler de ce qui ne le regarde pas, quitte à ce que cela retombe sur la tête des Français.

 

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


14 thoughts on “Moi, je veux bien une guerre en Iran si c’est pour chasser les « Khomeinistes » et libérer les femmes

  1. Avatarjojo

    la prochaine fois
    les drones devraient viser le palais royal……
    Quand a Khomeni
    Rappelons nous dans quel pays il residait , quel pays le protegait et quelle compagnie aerienne l’a depose a Teheran !!!!!

    1. frejusienfrejusien

      je crois que VGE a encore commis un de ses crimes contre l’humanité, quand il a soutenu Khomeini contre le Shah,
      il a ainsi débuté la nouvelle ère islamique, et permis l’embrasement du Moyen Orient,
      quel con, mais quel con !!
      et dire que ceux qui n’étaient pas encore nés lors de ces turpitudes, sont en train de payer lourdement et même financièrement, sa retraite dorée qui dure, qui dure et qui n’en finit pas à 30 000 € par mois, si mes souvenirs sont bons,

  2. AvatarLangevin

    Libérer les femmes,voudrait dire qu’elles ne sont pas libres..!? mais ça veut dire quoi,une femme libre,quand,dans notre pays,on les voient de plus en plus,se mettre dans les bras des musulmans.? En France,nous ne sommes plus dans la vérité,et ce sont les femmes,qui sont en train de nous le signifier,en faisant ce choix de vivre avec des musulmans. Bien sûr,les islamistes sont trop excessifs,et même dangereux;mais avec les autres,la preuve est faite,qu’elles se sentent plus en sécurité,sinon,elles n’iraient pas vers eux..!

  3. AvatarGladius

    Les Yéménites devraient viser maintenant la Kaaba.

    En représailles des drones américains devraient détruire tous les sites nucléaires militaires de l’Iran.
    l
    Puis, d’escalade en escalade, Israël donnant le coup de grâce à tous ces foutus fouteurs de merde, chiites et sunnites confondus

    Et pourquoi pas un tel scénario ? Cela remettrait peut-être pas mal de choses à plat. Même si cela devait entraîner un beau bordel mondial.

      1. frejusienfrejusien

        oui, mais ça dépend,
        si la Kaaba était détruite, ça rétablirait un certain équilibre, et donnerait un bon coup d’arrêt à l’expansionnisme actuel

  4. AvatarRinocero

    A qui profite le crime, un vieil adage. Sans nier la possibilité que les rebelles houthis qui revendiquent cette attaque en soit à l’origine et sans écarter la possibilité que les iraniens eux-mêmes soient à l’origine de cette attaque mais sans non plus en être certain on ne peut s’empêcher de faire un rapprochement avec deux évènements, le limogeage par Trump de son conseiller à La Défense John Bolton connu pour faire partie des néo-conservateurs désireux d’en découdre avec l’Iran. Ce limogeage pourrait signifier que Trump ne souhaite pas sur le dossier du Moyen-Orient se voir forcer la main par le très belliciste courant néo-conservateur
    Or curieusement cette attaque intervient quelques jours après ce limogeage. De là à penser qu’un pays maîtrisant parfaitement l’usage des drone et en pleine campagne électorale (ce qui donne lieu à des surenchères) ait voulu donner un coup d’arrêt à une politique plus conciliante de Trump vis à vis de l’Iran, on ne saurait l’exclure.
    Quoi qu’il en soit et si détestable soit le régime iranien, on voit mal pourquoi ce pays irait aggraver la tension avec les USA au moment même où Trump mettait sur la touche John Bolton connu pour ses positions va-t-en guerre.
    Au demeurant on ne saurait souhaiter une nouvelle guerre au Moyen-Orient qui pourrait embraser toute la région et entraîner par ricochet l’arrivée en Europe de nouveaux millions de réfugiés que nos gouvernements européens s’empresseront d’accueillir. Les exemples libyen et syrien sont suffisamment éclairants pour ne pas souhaiter une énième guerre au Proche-Orient , sachant bien que ce serait les Européens et non les USA ou Israël qui en paieraient les pots cassés.

  5. La moutarde me monte au nezLa moutarde me monte au nez

    Si on ne fait rien l’iran finira par avoir sa bombe et essayera de vitrifier Israël qui ripostera.
    Avec trois ou quatre explosions atomiques dans la region, compte tenu de la puissance atteinte aujourd’hui par ces armes qui renvoient celle d’ Hiroshima au niveau du lance pierre, nous risquons un hiver nucléaire.
    Disparition des végétaux et des herbivores suivie des carnivores en quelques mois.
    Si on déclenche une guerre conventionnelle préventive ce sera le doublement de l’immigration avec la guerre civile en Europe à la clé.
    Avec les mentalités européennes actuelle, nous sommes échec et mât.
    Pour résoudre ce problème, il faudrait une véritable prise de position Couillue de l’occident : mise au pas des pays musulmans, maintient et pacification sérieuse des populations locales sur site, mise au pas des migrants en Europe.
    Mais nous n’avons pas les dirigeants had hoc.

    1. AvatarRinocero

      Les Ayatollahs sont fanatiques mais pas fous. Ils sont retors mais calculateurs et savent bien qu’une attaque nucléaire entraînerait la destruction de leur pays et par conséquent d’eux-mêmes. En outre Israël dispose d’un bouclier anti missile, et du soutien absolu des américains Ne rentrons pas dans les jeux de guerre des « faucons » américains Quand bien. même l’Iran finirait par avoir la bombe nucléaire comme l’a d’ailleurs un autre pays musulman peu rassurant, le Pakistan il est peu probable qu’il se risquerait à un conflit nucléaire d’autant qu’une bombe sur Israël aurait un effect radioactif sur tous les pays de la région à commencer par les alliés de l’Iran , le Hezbollah et l’Arabie saoudite . Une attaque militaire contre l’Iran mettrait le Moyen-Orient à feu et à sang et se traduirait surtout par des millions de réfugiés en plus en Europe. Les guerres désastreuses du Proche-Orient il y en a déjà eu assez, ça n’est pas la peine d’en rajouter une autre.

  6. Olivia BlancheOlivia Blanche

    Une guerre de + ? Ce serait encore des réfugiés qui demanderaient à venir chez nous, à se faire soigner par l’AME, à s’implanter, à élargir l’islam chez nous… Alors, pitié, plus de guerre, qu’ils restent chez eux !

  7. AvatarGladius

    Plus de guerre ??? mais, bon sang de bonsoir, ce sont « eux » qui la fomentent. Et de toute façon, quoi que l’on fasse, nous finirons par l’avoir ! J’ignore sous quelles formes, car elle est inéluctable !

    « La Moutarde me monte au nez’ est lucide quand beaucoup d’entre nous, (occidentaux), développons un parfait syndrome de Munich !

    Pleurnicher et demander  » encore un petit répit messieurs les bourreaux et fous-d’Allah, s’il vous plaît » ? Mauvaise pioche ! .

  8. frejusienfrejusien

    Que ça pète un bon coup et qu’on nous débarrasse de la kaaba !
    ce serait la plus belle chose qui pourrait arriver à l’humanité,

    ensuite on pourra repartir sur de nouvelles bases

    1. AvatarAme

      Oui, nique la kaaba’ne cubique et sa comète d’enfer d’allah ; et après, conversion des muz de la planète à tous ce qu’on veut d’autre que le satanisme islamique …

Comments are closed.