L’armée britannique veut des chars électriques pour une guerre zéro émission carbone


L’armée britannique veut des chars électriques pour une guerre zéro émission carbone

.

C’est Greta Thunberg qui va être contente !

Après la discrimination positive pour une armée britannique 100% islamo-compatible, le général Sir Mark Carleton-Smith, chef des armées du Royaume-Uni, voudrait plus d’écolos dans ses rang et, surtout, pouvoir faire la guerre dans le respect de l’environnement.

.

Et comment réduire l’empreinte carbone d’un tank Challenger 2-TES(H) de 75 tonnes consommant près de 350 litres/100km de gas-oil ?

Ben… en remplaçant le moteur diesel turbocompressé par un moteur électrique ! Bon, faudra penser quand même à augmenter le nombre d’éoliennes et de panneaux photovoltaïques dans le pays…

.

On imagine les dialogues entre fantassins anglais, dans un futur proche :

– Chef, ça tire là-bas, les ennemis arrivent !

– Chut, John, laisse Mohamed finir sa prière

– Sergent, quelqu’un a pensé à recharger les batteries des chars électriques ?

– Ha non, m… ! On est mal, chef, on est mal !

.

Mais il se murmure que les Français planchent également sur un blindé plus écolo encore : le char d’assaut à pédales.

Faire la guerre avec zéro émission carbone, c’est tellement plus propre !

.

Ci-dessus, le clip « Keeping my faith » pour le recrutement de soldats musulmans dans l’armée britannique

.

L’armée britannique veut passer à l’électrique

Pour le ministre de la Défense britannique, rendre l’armée plus soucieuse de l’environnement pourrait avoir un impact sur le recrutement, selon « The Independent ».

Les prochains tanks britanniques devront-ils être chargés en électricité avant de partir en opération  ? C’est bien possible. Le général Sir Mark Carleton-Smith, le chef des armées du Royaume-Uni, a fait savoir que celles-ci allaient se mettre au vert dans les années à venir, expliquent The Independent et The Telegraph.

Comprendre : être plus respectueuses de l’environnement. Pour cela, les armées du Royaume-Uni pourraient notamment utiliser des véhicules électriques dans les années à venir.

.

« Nos équipements actuels sont peut-être les derniers à dépendre des moteurs à combustible fossile », a déclaré le général à la foire aux armements DSEI (Defence and Security Equipment International) à Londres, vendredi 13 septembre.

Le Royaume-Uni va ainsi investir 3,2 millions de livres, soit environ 3,6 millions d’euros, pour un projet dirigé par le Defence Science and Technology Laboratory. Le but : disposer d’ici trois ans d’un prototype d’un véhicule de combat électrique.

The Telegraph explique que l’armée britannique a déjà testé un robot à propulsion électrique pour des missions comme le réapprovisionnement en munitions ou l’évacuation des blessés.

.

Risques « physiques » et « juridiques »

Mais les batteries électriques ne permettent pas pour l’instant de produire assez d’énergie pour déplacer des véhicules blindés, trop lourds et trop grands. Ce qui explique pourquoi aucune armée ne dispose pour l’instant d’un véhicule de combat électrique capable de s’inviter sur les champs de bataille.

.

En prenant ce virage écolo, l’armée britannique colle à l’air du temps. Pour Sir Mark Carleton-Smith, le changement climatique « aura un impact profond » sur la manière dont l’armée devra fonctionner à l’avenir. Dans des propos rapportés par The Independent, il évoque notamment des « risques physiques », avec la multiplication des incendies qui impose des restrictions sur les zones d’entraînement.

 

Mais aussi des « risques juridiques », comme les législations visant à limiter les émissions de dioxyde de carbone à l’avenir. Cet argumentaire écologique a également un autre but : convaincre les jeunes de continuer à s’engager. « Cela permettra également à l’armée de se placer du bon côté de l’argument environnemental, en particulier aux yeux de notre prochaine génération de recrues, qui prennent de plus en plus de décisions de carrière fondées sur les références environnementales de l’employeur », assure le général britannique.

https://www.lepoint.fr/monde/l-armee-britannique-veut-passer-a-l-electrique-14-09-2019-2335715_24.php#xtmc=armee-britannique&xtnp=1&xtcr=1

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




23 thoughts on “L’armée britannique veut des chars électriques pour une guerre zéro émission carbone

  1. Julien MartelJulien Martel

    Les balles Bousilla Bio seront biodégradables et pourront s’autodiluer dans le cadavre de l’ennemi ou dans le terrain, ce qui réduira la pollution dans les sols par rapport aux munitions traditionnelles.

    Une solution écologique pour un plus grand respect de la nature.

    Avec les balles Bousilla Bio, tuer devient un geste écocitoyen.

    Les usines Bousilla Bio sont également halal. Aucun ouvrier non-musulman qui mange du porc et surtout aucune ouvrière tout court n’a touché nos balles de ses sales doigts impurs.

    1. Charles Martel 02Charles Martel 02

      Oui faut des balles en papier recyclé qui ne tuent pas car la décomposition des cadavres ça génère du CO2…

  2. Avatarvieux bidasse.

    Sinon, il existe la solution des chars à pédales.
    Avec une armée à 100% équipée de Meinkorampf, il devrait y avoir suffisamment de pieds-d’oeuvre. Quoique, en respirant, c’est pas le top question CO2: il faudrait récupérer tout ce gaz pour l’offrir sous forme de bulles pour le chef des tas et autres gouvernementeurs.

  3. Amélie PoulainAmélie Poulain

    Je n’ai même pas de mots pour exprimer toutes ces bêtises, décisions qui coûtent cher en plus à la collectivité pour être remise en question car cela arrivera, c’est sûr.

  4. Charles Martel 02Charles Martel 02

    Quelle incohérence! On veut faire des chars électrique mais tant pis pour les gaz émis par les obus quand ils explosent et autres polluants bien plus dangereux qui sont émis lors d’une guerre.. Ils deviennent tous cons là haut dans leurs tours d’ivoire, sans compter la pollution générée par la production d’électricité nécessaire à recharger les batteries et la pollution engendrée par les batteries usagées que l’on ne sait pas recycler..

    1. François des GrouxFrançois des Groux Post author

      En tous cas, on peu compter sur les Russes et les Chinois pour ne pas suivre l’armée britannique sur ce terrain. Avant tout, pour, eux, c’est l’efficacité qui prime !

      1. Amélie PoulainAmélie Poulain

        C’est pour cela que certains ont dit : « Quand la Chine s’éveillera… », j’espère que ce n’est pas prémonitoire.

        1. AvatarSoudibor

          Bonjour
          Il y a 50 ans on voulait nous faire peur avec le péril jaune. Mais nos politiciens et prévisionnistes à la noix ont eu tout faux, comme d’habitude.
          C’est le péril noir !
          2 milliards en 2050. Plus nombreux que les Indiens ou les Chinois.
          On voit déjà le résultat dans certains quartiers de Paris, c’est une « vitrine » de ce qui nous attend. Par contre moi j’aime bien faire un tour dans les quartiers chinois de Paris. Surtout dans le 20ème, quand ça bloque les quartiers muzz. une vraie bouffée d’oxygène.

  5. Avatardurandurand

    Et pourquoi pas des fusils d’assaut en papier recyclé c’est écolo et ça ne tue pas , j’ai une meilleure idée pour vous amis english ,vous voulez être écolo à 100% dans votre armée , supprimez toutes vos forces armées , comme ça plus de blindés ,d’avions , de sous-marins , de navires de surfaces ,plus de fantassins , plus de constructeurs pour l’armement au moins cela sera un grand bond pour l’écologie , et vos amis allogènes pourront vous zigouillez plus facilement et ils vous en seront éternellement reconnaissant !

  6. AvatarRajkoumar

    et si les armées des joueurs de golf construisaient des blindés roulant à la pisse de chameau, ce serait écolo ?

  7. SarisseSarisse

    Des soldats musulmans dans l’armée britannique, ben voyons, et pourquoi ne pas recruter directement des taliban?
    Des chars électriques, n’importe quoi, il y avait bien des sous-marins classique à propulsion diesel -électrique, mais de là à envoyer sur un théatre d’opération des chars d’assaut avec un bruit d’aspirateur à balai, c’est ridicule.
    Il est vrai que pour l’écologie il y avait déjà les gurkas dans l’armée britannique qui égorgèrent nombre d’argentins pendant la guerre des Malouines .

    Vous imaginez un Armata, russe qui passe oartout , tire en manoeuvrant , traverse au schnorchel et périscope des fleuves en mode électrique?

  8. Amélie PoulainAmélie Poulain

    Je ne sais pas si dans des régions comme le Mali il y a en terrain de guerre des recharge pour les batteries… Trêve de ridicule, on assiste vraiment à un intégrisme de l’écologie.

    Cependant, ceci n’a aucune rapport avec des chars mais avec ce que l’on veut nous faire faire au nom de cette écologie sans vraiment savoir de quoi n parle :

    « Jean de Kervasdoué – Bio et bon ne sont pas synonymes »

    CHRONIQUE. Les toxines naturelles sont parfois plus dangereuses que les produits chimiques artificiels. La DGCCRF vient de retirer du marché des produits bio.

    https://www.lepoint.fr/debats/jean-de-kervasdoue-bio-et-bon-ne-sont-pas-synonymes-16-09-2019-2335962_2.php

    Tout est question d’équilibre en fait.

    Cela montre que ce n’est pas aussi simple et que toute pensée manichéenne sans relier à un ensemble de facteurs n’est pas adaptée et peut faire plus de mal que de bien.

  9. Charles Martel 02Charles Martel 02

    J’imagine une division blindée britannique en opération avec des chars électriques. Ah ils vont être contents les écolos, pas ce CO2 sur le champ de bataille, sauf que j’imagine bien un complexe mobile de rechargement des batteries qui va suivre les chars qui rechargeront les batteries au moyen de groupes électrogènes dont les génératrices seront entrainées par des moteurs…….Diesel….

  10. HopliteHoplite

    C’est bien les chars électriques çà polue pas le problème c’est la longueur de la rallonge parce qu’il n’y a pas toujours des prises dans les champs

  11. pikachupikachu

    Je pense que c’est un enrobage marketing pour passer au moteur à hydrogène, qui sera la prochaine génération de moteurs électriques.
    Il se peut donc qu’en termes d’efficacité ce soit vraiment une bonne idée.
    D’autre part, n’oublions pas Zapatta, il me semble bien que son engin volant soit électrique et financé par l’armée, son truc marche vraiment.

    1. Charles Martel 02Charles Martel 02

      Le moteur à hydrogène n’est pas un moteur électrique mais un moteur à combustion interne tout comme un moteur à essence sauf qu’il utilise l’hydrogène comme carburant, l’avantage c’est qu’il génère de la vapeur d’eau en terme de gaz d’échappement.

    1. frejusienfrejusien

      Londres méconnaissable !

      ils me font bien rigoler avec leurs chars électriques, ils doivent s’occuper l’esprit pendant que le pays se fait envahir, et qu’on les empêche d’agir, des suicides dans l’armée ??

  12. AvatarDorylée

    La guerre écologique sera une vraie évolution : catapulte, baliste, trébuchet, arbalète, fléau d’armes, arcs, lance… le progrès quoi ! Reste le char à voile, un peu comme l’Hermione mais sur terre avec 200 hommes d’équipage pour manœuvrer les voiles et l’obligation d’attendre des vents favorables pour monter à l’assaut. Reste l’espoir de la  » turbo connerie  » qui consiste à utiliser l’énergie dépensée pour dire et faire des conneries. La fusion nucléaire dépassée !!!

  13. AvatarBobbyFR94

    En fait de « fusion nucléaire », ça serait plutôt la  » CONfusion dans les airs » !!!

    Les muzzs doivent bien se marrer devant de tels déclarations, eux qui n’en ont strictement RIEN à foutre de l’écologie…et de l’hygiène par ailleurs …

Comments are closed.