Qui tue surtout les Noirs aux États-Unis ? Les Noirs !


Qui tue surtout les Noirs aux États-Unis ? Les Noirs !

.

Qui tue les Noirs aux États-Unis ? Pour la plupart, ce n’est pas la police – et ce ne sont certainement pas les nationalistes blancs. Même les anciens lyncheurs du Vieux Sud pâlissent face aux vrais coupables. Aux États-Unis, les Noirs tuent les autres Noirs : 20 par jour en moyenne.

.

Cet article vient compléter l’article Criminalité USA : les Noirs surreprésentés dans les statistiques…

.

Combien d’entre eux voyez-vous dans les programmes d’information des médias grand public ? Moins d’un pour cent d’entre eux. Cependant, si un Blanc tue un Noir, quelles sont les chances que les médias grand public en diffusent les nouvelles dans le monde entier pendant plusieurs semaines ? C’est une certitude, presque à chaque fois.

.

Considérez ceci : Le nombre de Noirs lynchés de 1882 à 1968 (soit 86 ans) est de 3 446. Taux moyen de lynchages : 40 par an.

Le nombre de Noirs tués par d’autres Noirs entre le 1er janvier 2010 et le 1er janvier 2012 est de 4 906. Taux moyen de meurtres entre Noirs : 2 453 par an (au moins – certaines estimations sont plus élevées).

.

Taux de perpétration de meurtres d’hommes blancs par habitant en 2012 : 3,9 pour 100 000.

Taux de perpétration de meurtres par habitant chez les hommes noirs en 2012 : 26,8 pour 100 000.

.

Proportion de tous les homicides commis par des Noirs aux États-Unis entre 1980 et 2008 : 52 pour cent.

.

Le nombre de meurtres commis par des Noirs à Chicago seulement entre le 1er janvier 2001 et le 31 décembre 2015 est à peu près le même que le nombre total de morts durant les opérations Liberté pour l’Irak (2003-2015) et Liberté immuable/Afghanistan (2001-2015). Dans les deux cas, le nombre est d’environ 8 000.

.

Malgré les nombreuses confrontations entre les criminels noirs et la police, les Noirs tuent les autres Noirs à un taux 40 fois plus élevé que la police tue les Noirs.

.

.

Les chiffres donnés ci-dessus sont à vérifier. Ils doivent être revus un peu à la hausse ou à la baisse, selon les bases de données et les années. Mais, grosso modo, ils sont certainement plus proches de la vérité que ce qu’on entend d’habitude, à savoir : « aux Etats-Unis, les Noirs sont victimes de racisme, les policiers tuent les Noirs, etc ». Il y a sans doute du racisme de part et d’autre, mais si on regarde les grands nombres, les Noirs tuent beaucoup plus de Noirs et aussi beaucoup plus de Blancs que l’inverse.

.

Voir aussi en anglais : Factcheck: Do black Americans commit more crime? (Channel 4)

.

.

Criminalité : les Noirs surreprésentés dans les statistiques… Trump a raison

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Julien Martel

Auteur chez Résistance républicaine, contribue aussi au blog "L'islam pour les nuls" et à Riposte Laïque.


6 thoughts on “Qui tue surtout les Noirs aux États-Unis ? Les Noirs !

  1. AvatarGAVIVA

    il y aura toujours des faux jetons pour dire que c’est encore de la faute des salauds de blancs. Y compris des blancs pour dire ça! le comble….

  2. AvatarStéphane

    J’avais été choqué par cette information non détaillée (partisane) selon laquelle les noirs seraient les victimes de la police aux USA.
    Il faut effectivement recadrer ça par rapport au niveau de délinquance et d’agressions commis par cette tranche de population.

  3. frejusienfrejusien

    Quand je vois la photo du haut, ça me fait penser à nos racailles de banlieue, du style Théo et sa jolie famille de suceurs,

    et sans doute c’est là qu’atterriront nos migrants actuels, avec un risque dix fois plus élevé pour nous et notre sécurité, compte tenu du fait que les noirs américains ont reçu une éducation supérieure aux noirs africains qui nous envahissent, illettrés pour la plupart et muzz de surcroît

  4. Amélie PoulainAmélie Poulain

    Je ne suis pas étonnée.

    En France, les Africains « sans papiers », du temps où la Justice considérait fort justement cela comme un délit, se dénonçaient entre eux moyennant finance.

    De jeunes africains projetés en France sans désir véritable mais portés par les fantasmes de leurs parents, en errance car ils hésitaient à retourner, échec en avant, dans leur pays,avaient peur de leurs compatriotes.

    J’ai eu aussi quelques témoignages édifiants, c’étaient des loups entre eux.

Comments are closed.