Quand les maternités parisiennes deviennent aussi des dispensaires africains…


Quand les maternités parisiennes deviennent aussi des dispensaires africains…

Photo : abords de l’Hôpital Lariboisière (Xe), jeudi. Sommairement tolérées dans un local du service des urgences obstétriques, les jeunes mères et leurs nourrissons sont placées en structure d’accueil au bout d’un mois.

Les maternités de Paris où se pressent des africaines et leur bébé font figure de dispensaires de fortune, annexes du gigantesque camp de réfugiés qu’est devenu Paris…

L’histoire ne dit pas où ces femmes « en situation de précarité » peuvent bien avoir eu des rapports : dans la rue ? Ni surtout ce qu’elles envisagent comme avenir pour leur rejeton…

Toujours est-il que le bébé étant là, il faut bien que les généreux services publics français pourvoient aux besoins des nouveaux venus.

Le Monde aborde ce sujet dans sa rubrique « société-santé » (rien à voir avec la question de l’immigration…).

Pas un mot sur la grève des urgences en toile de fond pour dire que le système déborde et craque sous la pression migratoire.

De plus en plus de mères sans-abri sont hébergées avec leur nouveau-né à l’hôpital Lariboisière.

Un peu moins d’un mois après son accouchement, une jeune femme est toujours aux urgences maternité de l’hôpital Lariboisière, dans le 10e arrondissement de Paris. Pas dans une chambre, mais dans la salle d’attente du pédiatre. Depuis quelques semaines, plusieurs femmes sans-abri – entre cinq et dix – se partagent cet espace avec leur nouveau-né.

En les accueillant, l’établissement assure le service public hospitalier, qui se doit d’accepter toute demande d’admission d’une femme enceinte dans le mois précédant et suivant son accouchement. Sans aucun confort, avec l’accès à un point d’eau mais pas de douche.

[Note : merci pour elles mais quoi de mieux qu’une maternité française ; c’est tout de même plus confortable que la terre battue de la case africaine].

Après l’accouchement, ces femmes sont priées de quitter leur chambre au bout d’une petite semaine pour rejoindre la salle d’attente des urgences. Pour Marine, une aide-soignante qui souhaite rester anonyme, « les cadres subissent une pression quand ça bouchonne dans les salles de naissance » : il faut libérer les lits au plus vite. « On n’a pas assez de lits en aval », analyse le chef de service.

(((On a bien compris : le système déborde)))

Devant le flot continu, un casse-tête pour loger tout le monde…

La direction de l’établissement estime que la mise à l’abri demandée par le règlement intérieur n’exige pas « que cela soit fait dans un lit d’hospitalisation, dès lors que la femme ne le requiert pas médicalement », a-t-elle précisé à la Confédération générale du travail (CGT) déjà en octobre 2018. Une information communiquée par courriel à l’organisation, qui s’était émue de la situation. « Depuis, on est censés être en discussion avec le siège sur comment gérer cette crise, mais on n’a pas vraiment d’informations », regrette Elisabeth Genest, déléguée CGT à l’hôpital.

[Note : Paris est tellement saturée que les africaines précaires n’ont pas de lit d’hospitalisation. Mais en périphérie (CHU de Villeneuve-Saint-Georges, Créteil…), il est bien connu que les maternités font de l’hébergement longue durée après les accouchements…]

Le chef du service de la maternité estimait, jeudi, que régler ces cas ne signifierait pas la fin du problème. « Il y en aura des nouvelles dans quelques jours. Ce n’est pas de la faute de l’AP-HP, ni du 115 qui n’a plus de places. » Parmi les patientes des urgences de la maternité de Lariboisière, « près de 40 % sont en situation de précarité ».

L’établissement, situé dans le nord de Paris, est connu pour accueillir des personnes en situation difficile. « Beaucoup de maternités refusent des patientes précaires et nous les envoient », raconte Elisabeth Genest, la déléguée CGT. « Une réflexion est en cours depuis deux ans pour mieux répartir les patientes entre les différents établissements ».

Cette situation, les syndicats de l’AP-HP, à commencer par la CGT, la dénoncent depuis plusieurs mois. Elle n’est pas récente, mais perdure et s’aggrave.

D’après :

https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/08/30/de-plus-en-plus-de-meres-sans-abri-hebergees-avec-leur-nouveau-ne-a-l-hopital-lariboisiere_5504743_3224.html

http://www.leparisien.fr/paris-75/paris-a-l-hopital-lariboisiere-le-sos-des-meres-sdf-30-08-2019-8142297.php

Bref, le système est au bord de l’implosion. Le problème, c’est que la situation devient  franchement visible alors que ce n’est pas le rôle d’une maternité d’héberger de jeunes mamans après l’accouchement.

Alors, toute la chaîne se met en branle. Le Parisien conclut :

L’institution -l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris- s’efforce d’identifier « des solutions d’hébergement à ces patientes afin d’assurer leur prise en charge rapide dans des structures d’accueil adaptées. C’est notamment le cas pour sept mères à l’hôpital Lariboisière qui sont en cours de transfert dans une structure d’accueil adaptée », conclut l’institution qui a prévu de « porter à près de 1 400 le nombre de places disponibles dédiées à l’hébergement d’urgence en 2019, contre 645 en 2017 ».

Oui, on lit bien : les Hôpitaux de Paris prévoient 1400 places en 2019 pour les indigents.

Paris devient vraiment la cour des miracles. Version africaine. Vu le nombre de migrants qui promettent d’arriver, on pourrait suggérer à l’Etat d’annexer des quartiers entiers de Paris pour loger tout ce monde. 

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Jules Ferry

n’est pas prêt à renoncer à son mode de vie occidental. En un mot ou avec un dessin, Jules Ferry dit NON à ceux qui veulent reléguer les femmes au foyer, couvrir leur tête, rallonger leurs jupes, jeter les homosexuels du haut des tours, interdire l’alcool, limiter la liberté d’expression, bannir les caricatures religieuses, censurer les livres, codifier la tolérance…


13 thoughts on “Quand les maternités parisiennes deviennent aussi des dispensaires africains…

  1. AvatarChristian Jour

    Les maternités sont devenues des pondoirs Africain. Il n’y a pratiquement que des Africaines. Peu de Blanche, mais beaucoup de grosses mama et le bruit.
    Pondez, pondez les mamas, c’est la France qui paye. Quand à la reconnaissance, on peu se la mettre au cul.
    mais putain foutez moi tout ça dehors.

  2. AvatarHellen

    C’est écoeurant…
    Oui Paris est devenue la Cour des Miracles….!
    De plus belle Capitale, elle est devenue un ramassis de saletés partout… j’aimais beaucoup cette ville étant jeune… je l’ai en horreur maintenant, tant elle est puante, dans beaucoup de quartiers, seuls subsistent les quartiers des riches, qui sont hyper protégés par la police, mais pour combien de temps encore????!!!!
    Les Hommes politiques ne savent faire de ce pays, que des monstruosités…
    L’heure de la vengeance sonnera tôt ou tard… et ce sera pire que dans les pires films d’horreurs…!
    A ce rythme-là, bienôt ce pays sera un bled, pire que les bled Africains…
    A Lyon, cet après midi l’attaque au couteau… le titre de l’article :
    À Villeurbanne, un mort et des blessés après des agressions à l’arme blanche
    L’Ancien Ministre, Maire de Lyon, ose préciser :
    « ‘On ne connait pas les motivations des assaillants »

    Et c’est comme ça à chaque fois…
    Si ça… ce n’est pas nous prendre pour de tout petits cons….
    Alors, c’est quoi???

    Et dans l’article ils pensent surtout à écrire la phrase suivante :
    «  » » » »Ne diffusez pas de fausses informations » » » » » » »

    Quelles fausses informations????
    Nous avons l’habitude maintenant, alors tous les journaleux et les hommes politiques… arrêtez de nous prendre pour ce que nous ne sommes pas…!
    Il y a juste une cinquantaine de pompiers sur place…!!!!

  3. AvatarPugnacité

    A l’issue d’un grand remplacement avéré dans plusieurs villes de France les Français continuent à pratiquer la politique de l’autruche ou l’iinfeodation consentie.
    Les barbares politico-religieux ont encore de belles perspectives de conquêtes.

  4. AvatarAlain Bobo

    Du côté des Champs Élysée je connait un Palais assez grand entouré de jardins habité par un adolescent hyperactif qui pourrait héberger pas mal de ces nouveaux venus, des chances pour notre pays.
    Il pourrait au moins être utile à quelque chose, désengorger nos maternités.

  5. AvatarLolotte de Modigliani

    Je suis sans voix ! La France est en train de devenir la poubelle de l’Afrique !
    Retour chez elles ! REMIGRATION !

  6. Avatarcrina

     » Ni surtout ce qu’elles envisagent comme avenir pour leur rejeton… »
    Ne vous inquiétez pas ce que vous appelez rejeton c’est le sésame pour la vie. Il leur assure une vie paisible, et abondante. L’éducation est pour la rue et pôur la société.

  7. frejusienfrejusien

    et on peut rajouter MAYOTTE qui a la plus GRANDE maternité de FRANCE, et là-bas, 24 h sur 24, jour et nuit , non stop, des infirmières et des toubibs blancs se donnent à fond pour accoucher toutes les clandestines des Comores, venues y pondre leur viaduc pour la CAF

  8. Avatarjojo ( le plombier )

    Le détournement des valeurs et des concepts joue à fond: droits /devoirs, liberté/ égalité/ fraternité/ démocratie/ et ainsi on glisse tranquillement de la « Sécurité Sociale » de l ‘après -guerre à l’ « Insécurité sociale » nourrie par notre aveuglément à croire que rien n’a changé depuis 50 ans.

  9. Amélie PoulainAmélie Poulain

    Mais il va bien falloir arrêter cela, je ne vois pas comment mais il faut que cela change car ça ne peut qu’exploser à terme…

    Déjà, changer le statut des allocations familiales (limiter à un nombre défini d’enfants, réserver exclusivement aux Français qui ont cotisé comme avant, etc….) idem pour la sécurité sociale basée sur le paiement d’une cotisation mensuelle.

    Quand on voit en plus le prix d’une journée d’hôpital…

    C’est tellement injuste pour nous Français, notre révolte est saine et justifiée.

  10. Olivia BlancheOlivia Blanche

    Un commentaire, un peu tardif, peut-être ne sera t’il pas lu mais même si c’est peu ce sera toujours ça… J’ai le souvenir d’avoir découvert, par hasard, un message provenant, il me semble, de la LDNA : Ligue de défense noire africaine : incitant tous les africains en France à procréer massivement, très massivement, pour la submersion de la France par les noirs…

    Ajoutons les naissances à l’invasion massive et nous avons une vision très « noire » de l’avenir de notre pays…

Comments are closed.