Dans le bled de Macron, mieux vaut arriver en migrant qu’en touriste : affolante histoire de 3 touristes


Dans le bled de Macron, mieux vaut arriver en migrant qu’en touriste : affolante histoire de 3 touristes

.

Bienvenue au pays des droits de l’homme !

A ceux qui s’obstinent encore à vouloir transiter par la France, voici quelques conseils précieux susceptibles de vous épargner quelques légers désagréments au pays de la liberté, égalité, fraternité.

Emmanuel Macron fait la morale à l’Italie sur sa gestion des migrants et sur ses « ports fermés » mais sait-il seulement ce qui se passe dans son propre pays ?

.

Voici la mésaventure survenue à trois touristes sud américaines qui ont fait escale à l’aéroport de Paris. Elles ont été arrêtées, humiliées et emprisonnées pendant plus de vingt jours avant d’être relâchées en pleine rue.

Leur faute ? Avoir omis de réserver un hôtel pour une nuit de transit à l’aéroport de Paris avant de prendre une correspondance pour la Suisse et l’Espagne.

Les trois femmes impliquées dans ce « crime » sont respectivement deux citadines Colombiennes et une vénézuélienne, nommées Jennifer, Liliana et Wilma. Elles ont été interpellées et arrêtées par les agents de sécurité à l’aéroport de Paris « Charles de Gaulle ». Ensuite elles se sont retrouvées incarcérées dans l’aire de sécurité dénomée « Zapi 3 » où se retrouvent tous ceux qui ne possèdent pas les pré-requis indispensables soit un visa, un passeport, une réservation d’hôtel en France, une assurance médicale ou un billet de retour. Ce centre de réclusion temporaire est géré par la police des frontières et par la douane (DCPAF).

S’il vous manque un seul de ces éléments, les autorités sont en droit de supposer que vous êtes un voyageur clandestin et ont le droit de vous enfermer dans une aire où, selon une ONG telle Anafe, sont violés les droits humains des voyageurs qui deviennent des détenus.

En effet, selon le témoignage de ces trois femmes, cette situation est pour le moins inquiétante. Liliane : «  A partir du moment ou vous vous retrouvez dans cette zone vous vous sentez prisonnier. Ils vous confisquent votre portable et toutes vos affaires, Ils vous donnent une robe de détenu, un savon, une carte de téléphone pour communiquer avec vos parents. »

Et encore : « Ils nous ont placées en cellules, nous ont menottées, intimidées, nous obligeant à nous déshabiller complètement y compris les parties intimes, le tout sous le regard concupiscent de la police. »

Finalement, le 11 août, les trois femmes ont été relâchées après presque un mois de détention, sans recevoir le moindre type d’aide ou soutien des autorités françaises.

« Ils nous ont jetées en rue en nous disant d’aller récupérer nos documents à la préfecture de police de Bobigny. Nous ne savions pas que celle-ci se trouvait à l’autre bout de la ville. Nous avons beaucoup marché, nous étions sans argent et je me sentais très mal », explique Jennifer à laquelle cinq ans auparavant on avait diagnostiqué un cancer. Ses parents, après de lourds sacrifices financiers, lui avaient offert un voyage à Madrid. Wilma, elle, était en transit à Paris pour aller visiter son fils malade en Suisse.

Cette histoire m’inspire quelques réflexions : La France est incontestablement le pays des droits de l’homme (surtout musulman). Par contre, concernant les droits de la femme …

Enfin, vous connaissez beaucoup de migrants munis d’un visa, d’un passeport, d’une réservation d’hôtel, d’une assurance médicale ou d’un billet retour ?

Dans le bled à Macron, mieux vaut arriver en migrant qu’en touriste !

Traduction pour Résistance républicaine par Gigobleu

Source : http://www.ilgiornale.it/news/mondo/tre-turiste-detenute-francia-mese-non-avevano-prenotato-1742673.html

 

Note de Christine Tasin

Si je comprends bien, si vous arrivez via l’Open arms et autres Aquarius avec votre seul Iphone, ayant malencontreusement perdu vos papiers d’identité dans la bateau du passeur, vous avez droit à tous les égards… Si vous arrivez légalement via un vol international avec escale à Paris, vous êtes traité comme devrait l’être le pire des clandestins de l’Open Arms…

Il serait plus juste de dire que nos portes sont grandes ouvertes pour les musulmans et les Africains et fermées aux autres. Et puis, Macron pourrait parler d’Eurabia  et de tous les accords passés avec les pays musulmans.

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




15 thoughts on “Dans le bled de Macron, mieux vaut arriver en migrant qu’en touriste : affolante histoire de 3 touristes

  1. AvatarCeltilos

    la France n’est plus le pays des droits de l’homme, la France est devenue le pays des droits des musulmans, et tout ce qui n’est pas musulman n’a aucun droit autre que celui de payer….

  2. SarisseSarisse

    Deux poids deux mesures, et apparemment Macron a une dent contre les sud américains(pourtant comme immigration ils ne nous casseraient pas la tête et les pieds avec des revendications religieuses de mosquées et autre halaleries, le voilà qui se met dans une crise diplomatique avec le Brésil de Bolsonaro.

    Ah oui, c’est vrai , Macron qui parlait d’armée européenne en citant comme ennemis potentiels la Russie(de Poutine), la Chine(de XiJIn Ping) , les Etats-Unis (de Trump) avait oublié le Brésil (de Bolsonaro) en cas de débarquement de cariocas, on ne sait jamais.

  3. AvatarPeter Wardein

    Merci pour cet article.
    Je tiens cependant à dire que les choses ne sont pas si faciles pour tous les africains.
    Deux facteurs peuvent intervenir pour leur faire connaître le même type de mésaventure:
    – être originaire d’un pays africain obéissant bien au gouvernement français et acceptant de ce fait de réintégrer ses ressortissants. Comme par hasard, ces pays sont situés dans la zone civilisationnelle que Huftington qualifie d’ « Afrique noire », et qui n’est pas musulmane
    – venir, ou demander à venir, en toute légalité, sans risquer de mourir dans le Sahara.
    Cette demande présentée de manière légale les expose très souvent à l’arbitraire des consulats français. Je tiens pour certain les fais suivants appris de la bouche d’un ami qui connaît bien l’Afrique:
    – immondes tracasseries à l’encontre d’un chef de service hospitalier au Congo-Brazzaville qui voulait se rendre à un symposium de médecins en France
    – immondes tracasseries également à l’encontre d’un homme d’affaires malgache, dirigeant une entreprise en France, et une autre dans son pays d’origine. Il voulait obtenir pour son épouse le droit de résider à ses côtés sur notre territoire. Il va sans dire que cette dame ne comptait absolument pas percevoir des allocations de la part de nos services sociaux.
    La règle appliquée par nos services consulaires et nos douanes est simple: plus vous parlez bien français, plus vous avez l’allure de quelqu’un qui peut soit bien s’intégrer en France, soit avoir de bonnes raisons de retourner dans son pays natal, plus vous allez être traité comme un chien.

    1. Avatargigobleu

      @ Peter Wardein. Vous avez fondamentalement raison. La France devient une dictature ou la chasse aux intellectuels est ouverte. Un ancien slogan d’Amnesty, je crois, disait: « Je pense donc je suis en prison ».

  4. Charles Martel 02Charles Martel 02

    Il fallait que ces femmes arrivent en burqa, et elles seraient passées sans aucun problème. En France ou désormais en Mahomet-land devrais je dire, c’est les deux poids deux mesures et ça devient plus qu’évident.

  5. Avatardurandurand

    Foutons à bas ce système qui est devenu complètement fou , et s’il faut passer par une REVOLUTION , et bien il y aura REVOLUTION , marre d’être gouverner par des incapables et des fous !

    1. AvatarRODRIGUE

      durandurand,
      Ne vous inquiétez pas, ça arrive à grand pas et je ne serais pas surpris que celle-ci commence avant la fin du quinquenat de notre tartuffe !
      Ce dernier n’appéciera pas la seconde moitié de sa courte vie, il peut en être sûr comme tous ses complices de droite et de gauche, ils finiront comme l’embassadeur US à Tripoli !
      La rentrée sociale va être très dure, une crise monétaire pire que 1929 nous pend au nez.
      Quand, pour achetez son pain, il faudra une brouette d’argent, monnaie de singe comme dans l’allemagne des années 30, les revendications des immigrés et musulmans ne seront pas très longtemps tolérées.
      Lors de cette crise majeure, il suffira de très peu de choses pour mettre le feu aux poudres, un mort de trop par exemple et ça castaner comme philippe et macron en sont capables, ils ont déjà du sang de Français sur les mains !

      1. Avatarr

        RODRIGUE je dis malheureusement car tu as raison j’aurais aimé que tu te trompe mais tu dis encore la vérité. tout devrais commencer au moment du crash

  6. La moutarde me monte au nezLa moutarde me monte au nez

    Et en même temps, on peut imaginer la hargne des chiens policiers interdits de mordre depuis des décennies, lorsqu’une fois de temps à autres on enlève leur muselières!

  7. frejusienfrejusien

    Quelle dégueulasserie ! c’est ça, les régimes policiers,

    un régime où la police a tous les droits, y compris celui d’obliger trois femmes étrangères, donc sans défense, à se dévêtir complètement pour se rincer l’œil, je parie que les agents de sécurité sont des muzz,

    cela fait des années, depuis le nain sarko, que le régime se dirige vers une dictature policière, on a pu le vérifier avec les GJ,

    un régime policier est un régime où on laisse fleurir la racaille, on absout toutes les raclures, on favorise l’insécurité,
    histoire de renforcer la police, de lui donner de plus en plus de droit, afin de pouvoir contraindre l’honnête citoyen,

    une dictature policière, voilà la fausse démocratie établie sous l’égide des commissaires européens

  8. La moutarde me monte au nezLa moutarde me monte au nez

    @Rodrigue et Duranddurand, pour ma part cela fait plus de trente ans que j’attends que çà pėte.
    Je rêve de raccourcir tous les salauds et salopes qui se sont emparés de la France et qui prétendent parler au nom du peuple français.
    Peuple qu’ils vomissent, le traitant de populiste.
    J’espété qu’un jour les » populistes «  vont leur faire voir de quel bois ils se chauffent et comment on danse.
    Avec les Gilets Jaunes, j’ai cru que c’etait le début de cette révolution, tant attendue, mais ce n’est peut être pas terminé.
    Qu’un chef légitime apparaisse et ils sont foutus.
    Ha, çà ira, çà ira, les enculés on les pendra…
    ( comme Mussolini, à des crocs de bouchers)

Comments are closed.