Iran : une Polonaise sans trouille en vadrouille


Iran : une Polonaise sans trouille en vadrouille

Kaja Kraska et son boy-friend Hamid à Téhéran, 2016

À l’extrême droite un référentiel visuel civilisationnel marquant : la tronche de la 206 2006 made in Vive la France

.

On parle beaucoup de l’Iran, le sujet chaud du moment. En termes géostratégiques, ce qui occulte un peu le véritable drame intérieur de cette nouvelle Perse, perle autrefois si prospère et victime historique de l’expansionnisme mahométan. Rétrospectivement, on pourrait presque en vouloir aux Croisés de n’avoir foncé jusqu’à La Mecque pour une hydre frappée en plein cœur. Avec des si on mettrait Paris en bouteille et Riyad en corbeille.

 

La trentaine joyeuse bon pied bon œil, la Polake Kaja Kraska est connue pour ses carnets de bourlingueuse de par le monde. Kaja est un pur produit de son temps et dédaigne le support TV, se qualifiant elle-même de Youtubeuse vlogueuse lifestyleuse influenceuse. Un joli melting-pot d’anglicismes, une fois de plus de la poudre aux yeux sémantique pour cerner une simple globetrotteuse au demeurant fort sympathique, du love and peace à l’inconscience insouciante.

 

Voici sa petite incursion au sein de l’Iran 2016, rien n’a changé depuis lors. Sous-titres anglais

 

How is it in Iran ? Chronologie résumée

 

01:30  Hijab indispensable pour Kaja sinon problèmes assurés

03:00  Tenue de rigueur sur les lieux saints

03:12  Miss Iran ?

04:00  Le boy-friend de l’excursion, ici ce n’est pas l’Arabie Saoudite

05:45  Burkini ?

06:10  Alcool illégal mais la contrebande se porte bien

06:45  Vodka iranienne à base de raisin

07:00  Si vous invitez trop de monde chez vous, c’est louche

07:20  Comparatif eau-de-vie/eau-de-ville

07:30  Vie nocturne dans les rues, pas dans les boîtes

08:40  MIFA… Woaw, in Iran ???

10:00  Si vous aimez la plage et les bistrots, l’Iran n’est pas pour vous

 

 

850.000 vues en Pologne. À lire les commentaires ironiques et sarcastiques des Polaks, ceux-ci ne sont pas tombés dans le piège : les voiles en prennent plein la tronche si je puis dire et les Iraniennes devraient même dévoiler « bien plus que ça »

 

Ce que le reportage ne dit pas, c’est que les transsexuels y sont promptement opérés pour éviter toute ambiguïté (vous êtes censé être homme ou femme sinon ça fait tache de sang), que l’inégalité de répartition des richesses est telle que l’Iran est l’un des principaux marchés d’exportation de Porsche et que l’alcoolisme y fait autant de ravages qu’en Occident.

Étant donné que l’Iran délivre autant de visas que Macron de conseils avisés, la seule échappatoire est « l’émigration intérieure » via l’alcool, le sexe, les boums underground. Attention car à la sortie de la soirée pirate, c’est 50 euros le baiser sur voie publique si la police religieuse vous chope. À baiser volé, porte-monnaie baisé.

L’émergence de la clique chiite khomeiniste est l’un des plus grands drames d’après-guerre. Le Shah Reza Pahlavi a sans doute sous-estimé la perfidie américaine ainsi que la puissance mobilisatrice d’un islam rural tant vilipendé en son temps par le voisin Kemal Atatürk.

Aujourd’hui, on assiste à un face-à-face entre deux boxeurs, le chiite Téhéran et le sunnite Riyad. Le trophée sera la Coupe du Leadership du Moyen-Orient. Lorsque je questionne les musulmans au sujet de cette insoutenable animosité islamo-islamique, ils répondent en cœur que c’est la faute aux Américains. Je ne m’attendais à rien d’autre puisque l’imam s’est installé dans la boîte crânienne de mes interlocuteurs.

Addendum

 

1971 Les fastes du shah d’Iran à Persépolis

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Richard Mil

Belge passionné de sciences humaines, amoureux de la culture française, gaulliste, athée, partage totalement les convictions de l’initiative citoyenne Résistance Républicaine


5 thoughts on “Iran : une Polonaise sans trouille en vadrouille

  1. Avatarberger

    Notez que les « réfugiés » sont de ce côté là des Syriens, des Irakiens, et puis on saute plus loin pour avoir les pakistanais, les Afghans…bizarre en effet, pour un pays comme l’Iran, jamais un clando iranien….

  2. frejusienfrejusien

    Tiens tiens tiens, la vidéo est bloquée !
    il ne faudrait surtout pas qu’on puisse voir la beauté de la Perse avant son agonie islamique,
    ça risquerait d’ouvrir les yeux des nouvelles générations, je parie que les ados iraniens ne savent rien du glorieux passé de leur pays

  3. AvatarJolly Rodgers

    dire que a l’origine les indo-iraniens étaient mazdéen , puis par la suite manichéen ,don mani (ou mané ) le fondateur de ce courant du christianisme fusionnera christianisme , mazdéisme et boudhisme .( le mazdéisme et le manichéisme resurgira en Occident via les Bon Chrétiens d’ Occitanie ,que l’ont appelaient aussi Cathares.)
    comment une civilisation aussi avancé comme l’Iran est put tomber aussi bas ? par l’invasion arabo – musulmane !

    1. frejusienfrejusien

      exactement , l’islam grand destructeur de civilisations,
      la monstruosité pseudo-religieuse,
      la pieuvre dévoreuse,
      le grand voile noir qui éteint à la fois l’intelligence, la culture, la joie de vivre, les qualités intrinsèquement humaines, ne laissant que la place à la soumission, l’obscurité et l’obscurantisme

Comments are closed.