Nantes : « l’abominable vie des voisins d’un squat de migrants »


Nantes : « l’abominable vie des voisins d’un squat de migrants »

Illustration : dans le squat, on tue le temps comme on peut… en balançant des gants ou des godasses dans les arbres, par exemple….

.

Ça barde à Saint-Herblain-Nantes. Les riverains du gymnase Jeanne Bernard vent debout contre les migrants qui l’occupent  depuis plus d’un an et dont le nombre augmente chaque jour.

.

Pas assez remontés, les riverains, faut croire, puisque Préfet et Castaner font la sourde oreille aux revendications des riverains qui n’en peuvent littéralement plus. Ils avaient promis l’expulsion des fauteurs de trouble le 12 août, nous voilà le  20… et rien de nouveau.

.

Alors une nouvelle lettre aux autorités :

« Hormis des formules de politesse toutes faites, nous n’avons aucune aide de l’état !
Voici donc le dernier courrier que l’association de notre quartier a adressé à Christophe Castaner.

A PARTAGER SANS MODERATION !

Monsieur le Ministre,

Vous répondiez à notre courrier du 30 juin dernier que vous êtes « attentif à nos préoccupations et au souhait des riverains à aspirer à une tranquillité légitime ».

La date du 12 août était l’extrême limite pour MONSIEUR D’HARCOURT Préfet de LOIRE ATLANTIQUE pour appliquer la « décision d’expulsion des migrants installés au gymnase Jeanne Bernard suivant l’ordonnance de référé du 28 mars 2019 prononcée au nom du peuple français ».

A ce jour l’expulsion n’est pas intervenue.
Les migrants sont maintenant entre 500 et 700.Nul n’en connait le nombre exact, aucune action de contrôle n’a été menée.
Le gymnase du site est entièrement squatté et maintenant la cour attenante est un bidonville (constructions faites avec des matériaux récupérés sur les chantiers du quartier).

.
TOUT CELA AU MILIEU DE NOS PAVILLONS…..

Un DRAME est survenu en date du 14 juillet dernier : une riveraine a été violée dans son jardin (dépôt de plainte, enquête en cours).
La colère dans le quartier est très forte. Ce viol révélé par Ouest France sensibilise dorénavant l’ensemble de l’agglomération nantaise.
Nous avons été contactés par un autre collectif qui souhaite des informations sur ce drame.
Pourquoi le préfet d’HARCOURT forcément au courant de ce drame a-t-il voulu le cacher lors de notre entretien du 26 juillet ?
Nous en sommes à 5 dépôts de plainte dont 1 pour viol et 12 mains courantes pour diverses nuisances et incivilités.
Un signalement a été fait à l’ARS pour un riverain malade.

Vous conviendrez que « notre aspiration à retrouver une tranquillité est légitime » mais bien malmenée !

Notre Préfet est donc à ce jour « hors la loi » pour non-application d’une décision de justice.
Pourquoi la préfète de GIRONDE et de la région Nouvelle Aquitaine, Fabienne Buccio, expulse ses squats avec comme volonté ne pas vouloir reproduire NANTES (annonce presse 18 juillet).
Notre préfet serait-il incompétent ? Pourquoi 2 poids 2 mesures ?
Il agit sur votre ordre donc vous-même, vous cautionnez ses actes.

.

Notre préfet, donc vous, vous trompez de stratégie. Espérer un départ volontaire est utopiste ou alors vous êtes fort mal renseigné sur ce qui se passe.

Les migrants expulsés du squat de la Grande Ourse à Angers le 31 juillet par René BIDAL, un autre préfet très efficace arrivent en nombre au gymnase Jeanne Bernard.
Les migrants se déplacent de squat en squat mais cela ne règle en rien le problème de fond qui vous incombe.

 

Comment les citoyens peuvent-ils appliquer les règles si même l’ETAT désobéit à la loi ?

Vos députés de LA REPUBLIQUE EN MARCHE, A F BRUNET, V OPPELT, sont venues sur site. Elles sont scandalisées devant la situation inhumaine que vivent les migrants et devant l’importance des nuisances occasionnées aux riverains. MAIS RIEN NE BOUGE…..L’une d’entre elles a été témoin d’une agression au couteau de la part d’un migrant envers un riverain.

.
Une intervention plus que rapide est maintenant obligatoire et exigée de nous tous.
Vous serez tenu responsable de tout acte grave survenant dans notre quartier, les termes de « non-assistance à personne en danger » s’appliqueront en tout état de cause.
Vous pouvez transmettre notre courrier à notre Préfet, comme vous l’avez fait précédemment, et bien qu’il soit très informé au quotidien de notre situation, mais c’est une réponse personnelle du MINISTRE DE L’INTERIEUR suivie d’une action forte que nous réclamons : RESPECT DE L’ORDONNANCE D’EXPULSION.
Et sans réponse active de votre part, notre association et l’ensemble des riverains concernés par un squat dans l’agglomération vont se rassembler pour une intense campagne de communication sur la déresponsabilisation de notre gouvernement sur cette problématique majeure.
Dans cette attente, nous vous présentons nos salutations citoyennes.

ASSOCIATION DES RIVERAINS DE JEANNE BERNARD

COPIES A : Mme la ministre de la Justice : N Belloubet
Monsieur le Préfet d’Harcourt
MMES Les députées : A F Brunet V Oppelt
Mme la présidente de la Région des Pays de Loire : C Morançais
Mme la présidente de Nantes Métropole : J Rolland
Mr le Maire de Saint-Herblain : B Affilé
Providence : Evêché
Presse : Ouest France

.

Voir : https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/nantes-44000/saint-herblain-les-riverains-de-jeanne-bernard-ecrivent-au-ministre-castaner-6485160?fbclid=IwAR0k26DxioiNfz91K5adbjrAub_HvrIj8PHEhxCXqckTja7MKSqqOSnnR8M

Alors les voisins écrivent, pétitionnent… et ouvrent une page facebook intitulée « la vie des voisins d’un squat de migrants »…

Haut en couleur :

MAIN MISE SUR LE QUARTIER !

Connaissez-vous le Shoe Tossing (ici le Glove Tossing) ?

C’est une pratique qui nous vient des USA, « sport » qui consiste à balancer une ou des chaussures sur les lignes électriques/téléphoniques pour qu’elles y restent pendues. 
Plusieurs significations : street art, lieu de deal, territoire de gang.

Chers voisins, j’ai cherché la signification pour notre gant, car il paraît que ça marche pour d’autres objets que les shoes ! Pourquoi un gant ? Pourquoi pas un pantalon, un slip ?

La référence à la main ne fait aucun doute, tant notre langue est riche en expression la concernant.

En admirant notre « nouvelle jungle » de Nantes (dixit Ouest France) me viennent à l’esprit les suivantes :

– La prise en main
– Avoir la main
– La main dans le sac
– En venir aux mains,
– Le poil dans la main,
– La main dans ta G….e
– La main aux fesses ou la main au panier

.

En dérision, on pourrait penser à un trophée, une sorte de certificat « d’authentique squat » ou de « jungle », dont l’excellence serait la main d’or !

Pour l’instant chers voisins, selon les critères ci-dessous, nous n’avons que la « Main d’Argent » :

Nombre de squatteurs : validé (V)
Flux incessant : V
Déchets, insalubrité : V
Gale et tuberculose : V
Drogue et repaire de drogue : V
Alcoolisme : V
Violences : V
Agression sexuelle : V
Armes blanches : V
Dégradations : V

Et pour avoir la Main d’Or, il faut :
Océan de tentes,
Viol
Meurtre…

Non Monsieur le Maire, Monsieur le préfet, s’il vous plait, nous ne voulons pas de la Main d’Or !!!

.
Mais Macron s’en fout il réfléchit pour savoir comment il va obliger les Français à partir en retraite à 70 ans et il prépare déjà la campagne de 2022….

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


14 thoughts on “Nantes : « l’abominable vie des voisins d’un squat de migrants »

  1. AvatarRODRIGUE

    C’est pas comme ça qu’ils vont avoir le moindre résultat!
    Si un ou plusieurs migrants sont blessés sans que personne ne sache d’où ça vient, ça va vite créer un climat de psychose en préfecture et dans le camps de migrants.
    Une balle de 22 LR arrivant dans des mollets, ça fait tache et des 22 LR, il y en a plein en circulation. Je dis ça, je dis rien!
    N’allez pas croire que je donne une idée, je dis que ça finira un jour par malheureusement arriver.

  2. AvatarCELTE 56

    Une scène de la vie quotidienne dans la France Macronienne. Je voudrais bien connaître le nombre de squats identiques installés dans notre pays ? Et ce n’est certainement pas Don Castanerone qui va nous communiquer ces chiffres.

  3. AvatarAuguste

    Tant que les kollabos n’auront pas peur des indigènes ces situations continueront . Nous devons terroriser les kollabos , les nommer , donner leur adresse etc

  4. Amélie PoulainAmélie Poulain

    C’est triste à dire car je ne voudrais vraiment que la France en arrive là mais si les Autorités ne réagissent pas comme il se doit, si ces migrants illégalement sur notre Territoire continuent d’affluer au détriment de nos concitoyens et à pourrir la vie sur bien des plans des Français, j’en arrive à me dire, à mon grand regret, que la population va être obligée de prendre les choses en mains.

    Quand on est agressé le moindre des droits humains est de se défendre,

    Quand un Gouvernement met en danger son Peuple il ne joue plus son rôle et logiquement, il doit être destitué, peut-être que je me trompe, mais il me semble que cela figure dans la Constitution.

  5. Avatarlucie clavijo

    Bonsoir,

    difficile d’avoir de la pitié pour les nantais quand on voit les résultats électoraux
    du coin.
    ils votent avec leurs pieds, qu’ils ne s’étonnent pas d’en ramasser plein la figure.
    et le « meilleur » est à venir.

  6. frejusienfrejusien

    ça me réjouit fortement, cette situation à St Herblain,
    c’est là que j’avais un mien copain avec lequel je m’entendais bien, sauf en politique, un indécrottable socialo, bouché à l’émeri,

    Ils votent tous dans le mauvais sens à Nantes et alentours, et ils ont ce pour quoi ils ont voté, ils viennent de recevoir leur commande,
    faut pas qu’ils se plaignent,

    De plus, ils ont la naïveté de croire à une solution gouvernementale, ils font appel à ceux qu’ils ont élus,

    à aucun moment , ils ne demandent l’expulsion de France, ils veulent juste retrouver leur tranquillité et déplacer le problème ailleurs en France, pourvu que ce ne soit pas chez eux

    à un moment, ils lancent le GROS MOT gauchiste à souhait , « la situation inhumaine pour ces malheureux migrants,

    je remarque que chaque fois qu’il faut accepter des exactions étrangères, on utilise l’humanisme, l’humanité, les droits humains, etc…
    jamais les droits des victimes

    1. AvatarSamia

      C’est ce que je me disais. D’accord, ils sont expulsés de ce squat, et après ils vont aller emmerder d’autres coins de France. La cohabitation entre les Français et ces gens est irréconciliable, c’est tout.

  7. La moutarde me monte au nezLa moutarde me monte au nez

    C’est sûr que cette salope de castagnette est plus prompt à faire éborgner le petit peuple gilets jaunes, en souffrance, qu’a gérer les migrants fauteurs de merde.

Comments are closed.