« Une part d’Afrique en elle » : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation


« Une part d’Afrique en elle » : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation
CINQUANTE NUANCES DE BLEU, BLANC, ROUGE

« Une part d’Afrique en elle » : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

Atlantico : S’il ne s’agit pas de renier la présence et la bravoure des soldats africains débarqués en Provence le 15 août 1944, les déclarations du Président de la République peuvent conduire à s’interroger sur ce qu’il entend quand il parle de la France. Quelle conception de la nation vous semble émerger des discours d’Emmanuel Macron depuis son entrée en politique en 2014 ?

Yves Michaud : A relire l’anthologie des propos de Macron sur la nation, je me dis d’abord que, comme l’écrivait Clément Rosset, la littérature présidentielle est éternelle. Pourquoi écrire ou se faire écrire des platitudes pompeuses pareilles ? Le style comme la pensée sont navrants mais ce n’était pas mieux du temps de Chirac, de Guaino ou de Buisson.

Pour ce qui est du « fond », j’ai l’impression que Macron est partagé entre deux conceptions : la nation-sursaut et la nation-mosaïque.

La nation-sursaut, c’est celle de Jeanne d’Arc, de Simone Veil,  de l’après-incendie de Notre Dame. La nation-mosaïque, c’est son moment bobo des beaux-quartiers : la France est une tribu faite de tribus, avec des Gaulois, des Africains, des gays, des people. Je ne suis pas certain qu’il sache choisir entre les deux visions, ni même qu’il ait des idées claires sur le sujet : il s’en sert selon les opportunités mais sur le fond, il n’est pas fixé et s’en fiche un peu comme toutes les « élites cosmopolitiques » d’aujourd’hui : parfois il faut resserrer les boulons, surtout pour faire pièce aux affreux populistes, mais le reste du temps, l’arc-en-ciel, c’est cool, surtout si on n’habite pas Aulnay.

Les figures qu’invoque le Président dans ses discours sur la nation sont souvent des figures qu’il interprète comme des figures de résistance qui ont réussi à rétablir l’unité nationale : c’est ainsi qu’il parlait de Jeanne d’Arc en 2016 (« Elle a rassemblé des soldats de toutes origines. »), ou de Simone Veil en 2018. En évoquant la « part d’Afrique », pense-t-il faire de même ? Est-ce selon vous une manière efficace de le faire ?

Quand il parle nation-sursaut, Macron prend bien soin de ne pas évoquer des figures qui seraient politiquement gênantes. Il ne citera évidemment ni Péguy, ni Lazare Carnot ni les Soldats de l’an II… Ça ferait catho ou Mélenchon. Quant à de Gaulle, il le garde, je suppose, pour les cas d’apocalypse. Cela dit, il faut mesurer le convenu de ces références à l’aune de l’ignorance. C’est normal chez ces hommes politiques élevés à l’ENA.

J’ai été surpris de la manière dont il parlé de la « part d’Afrique ». Je suis partagé sur l’interprétation. Le fait est que les « troupes coloniales » ont eu un rôle important dans la libération à partir de la Provence – en n’oubliant pas leur action dans la campagne d’Italie – et que leur rendre hommage s’imposait. De là à parler de « part d’Afrique »…

Ou bien  c’est du Johnny Halliday – il a dit la même chose aux obsèques de Johnny – dans le style « quelque chose de Tennessee ». Ou bien c’est sa conception de la nation-mosaïque qui prend le dessus parce qu’il a reçu récemment des représentants du CRAN (conseil représentatif des association noires) et s’est fait faire une fiche sur les origines africaines de la pensée européenne. Ici aussi on remarquera qu’il ne cite pas les maghrébins qui pourtant prirent une part importante à la Libération et forment aujourd’hui l’essentiel de la population immigrée . Evidemment, il ne parlera jamais de religion – on attend encore le grand discours sur la laïcité, comme on a attendu dans le  ci-devant « grand débat » l’évocation des migrants. Il est intéressant de répertorier les taches aveugles de la politique de Macron : ce dont il promet de parler et ne parlera jamais alors qu’il est un bavard pas possible.

On a coutume d’opposer une conception essentialiste de la nation et une conception contractualiste. Peut-on situer la position d’Emmanuel Macron entre ses deux pôles ou faut-il invoquer d’autres traditions philosophiques pour la comprendre ?

Historiquement et conceptuellement, il n’y a jamais eu de conception contractualiste de la nation : une nation, c’est toujours une essence, que celle-ci soit raciale, ethnique, linguistique, géographique, civilisationnelle. Le contrat, lui, est constitutif d’une communauté politique qui peut ou non recouvrir une nation ou un peuple. Il peut s’appuyer sur la nation – comme on le voit lors de la Révolution française et notamment au moment de la levée en masse – mais ce n’est pas nécessaire. Macron n’est pas dans ces nuances. Il constate, comme beaucoup de gens, que les nations « par essence » sont aujourd’hui en voie d’être détruites par les vagues d’immigrants et de migrants, par les circulations de capitaux, d’expatriés et d’informations et par leur soumission volontaire aux instances supranationales et aux traités. Il fait donc appel à la nation-sursaut quand ça va mal ou qu’il faut battre Marine Le Pen (ce qui un combat à front renversé assez original!!!). Le reste du temps, il se contente de la nation-mosaïque qui est à mon sens juste une façon de parler, une fiction mais en revanche promeut activement le communautarisme. On aimerait qu’il nous parle tout simplement de république, de citoyens et de loyauté civique.

https://www.atlantico.fr/decryptage/3577730/-une-part-d-afrique-en-elle–petit-voyage-dans-les-meandres-de-la-conception-macronienne-de-la-nation-yves-michaud

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


10 thoughts on “« Une part d’Afrique en elle » : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

  1. Avatarberger

    J’ai exprimé il y a quelques heures qu’il va nous expliquer ce que notre civilisation doit à l’Afrique et je confirme ici après avoir lu l’article.

  2. AvatarCeltilos

    nous aussi dans ma famille on a une part d’afrique en nous, ou plutot sous la semelle de nos chaussures a forces de marcher dans leurs détritus, l’afrique est tres mal vue dans la famille car deux de mes oncles y sont partis contre leur grés et un seul en est revenu et encore dans un sale état….

    donc oui la France a une part d’afrique, on la voit partout dans les zones transformées en decharges, dans les écoles devenus garderies pour délinquants abonnés aux aides sociales…

    alors qu’on arrête de nous gonffler avec l’afrique, car de l’afrique on en a ras les ******!

  3. Avatarclairement

    La MONDIALISATION est un avatar de l’INTERNATIONALISME COMMUNISTE.
    Les deux ont pour prescription l’EFFACEMENT DE LA NATION et comme cette idée de nation ne doit plus exister on utilise le terme vague de POPULATION POPULISTE etc L’HORREUR face au PROGRESSISME que représente cette nouvelle idée à laquelle toute personne qui ne se fie qu’au mot qui sonne bien ne peut que s’accrocher comme un poisson à un hameçon.

    Les NATIONS sont dangereuses car elles donnent naissance au NATIONALISME qui est responsable et coupable de TOUTES LES GUERRES
    c’est pourquoi on préfère parler d’EUROPE DE LA PAYE ( pardon DE LA PAIX )
    Pourtant presque tout le monde sait ( enfin quand on enseignait l’histoire à l’école) mais on a oublié qu’il y a eu de nombreuses guerres avant LA NATION QUI A UNE FONCTION DE PROTECTION
    Donc LES BIENFAITS DE LA NATION QUI EST MAUVAISE ONT ETE TRANSFERE AILLEURS à BRUXELLES, à WASHINGTON, au QATAR etc ou on sait mieux s’en occuper que les nationaux ( on donne les clefs de la maison )
    C’est la SUPER NATION de MACRON, l’EUROPE qui comme tout
    le monde peut le constater NOUS PROTEGE MIEUX contre l’INSECURITE, L’IMMIGRATION, La CONCURENCE DELOYALE etc
    Il faut donc DISSOUDRE LES NATIONS DANS L’EUROPE et METTRE LA NATION SOUS LA TUTELLE DE BRUXELLES et de l’EUROPE qui représentera LA NOUVELLE SOUVERAINETE COLLECTIVE
    Ce petit on PRETENTIEUX de MACRON veut UN EFFACEMENT de l’HISTOIRE, de TOUTES LES HISTOIRES, d’ailleurs « IL N’Y A PAS DE CULTURE FRANCAISE  » et ce pauvre on s’atelle à la tache avec détermination et acharnement ( plus d’EUROPE, PLUS D’IMMIGRATION, PLUS DE DIVERSITE, PLUS DE LIMITES et  » je revis Brigitte !  » )

    MACRON QUI NE PEUT PRODUIRE tout simplement QUE CE AVEC QUOI IL A ETE FABRIQUE QUI EST SA PROPRE HISTOIRE : Fils de médecins fonctionnaires hospitaliers et petit fils de fonctionnaire de la SNCF, sans culture et sans histoires, dont la seule revendication a toujours été plus de fric sur le dos de la nation c’est à dire des autres….

    MACRON EST UN CHALATAN.

  4. AvatarVent d'Est, Vent d'Ouest

    Ce type aurait pu aussi ajouter : « une part d’indochinois en elle » lorsque l’on sait le nombre qui a combattu avec et pour le France et pas uniquement pendant la guerre d’Indochine ! Cela aurait eu un peu plus d’accent d’authenticité ! Sauf que les Indochinois sont trop fiers pour le revendiquer et ne savent que rarement faire la manche, ce qui est tout en leur honneur.

    1. AvatarLe Mécano (Méchanicien !)

      Ne pas comparer les asiatiques et les africains en effet. Toute autre mentalité, bosseurs, discrets. Il suffit de comparer l’état des pays est-asiatiques (Corée du Sud, Thailande…) avec les pays africains. En 1960 et aujourd’hui.

      Remember la manif de la communauté asiatique concernant l’insécurité à Paris…dont on sait tous qui la provoque.

      Quand au FDP qui est à l’elysée, ne soyons pas surpris. On le savait, mais le peuple français la misère a fait le mauvais choix. C’est contre ce danger public qu’un (vrai !) barrage républicain aurait du être mis en place.

  5. AvatarHellen

    Macron, déteste la France et les Français… par contre, il adore l’Afrique et les Africains…

    Si j’avais un conseil à lui donner, qu’il aille s’installer définitivement dans un de ces pays Africains qu’il affectionne tout particulièrement, et qu’il nous oublie, nous n’aurons aucune difficulté à l’oublier…

    Il a les moyens de déménager, alors qu’il dégage une bonne fois pour toutes, car les Français ne supportent plus ses insultes incessantes, indignent d’un représentant de l’Etat Français…

    Si c’est tout ce que l’ECOLE NATIONALE des ÂNES (ENA) sait faire… qu’elle ferme également ses portes…, pour ne plus avoir à supporter dans notre pays, pour lequel les Français passent leur temps à payer extrêmement cher pour des êtres sans morales et sans aucun scrupules…!!!

    1. Avatardmarie

       » nous n’aurons aucune difficulté à l’oublier… »
      Bien au contraire ! Il ne faudra surtout pas oublier ce à quoi nous avons échappé : il faudra instaurer un jour annuel pour fêter notre libération, le rejet du dictateur ! Des instants comme ceux-là sont à marquer d’une pierre blanche pour ne pas sombrer dans l’oubli histoire de ne pas refaire les mêmes erreurs et ne pas remettre les mêmes détritus en place !

Comments are closed.