Eco-anxieux et déboussolés sont récupérés par Extinction Rebellion (XR) qui prépare de nouveaux blocages


Eco-anxieux et déboussolés sont récupérés par Extinction Rebellion (XR) qui  prépare de nouveaux blocages

L’éco-anxiété, une souffrance bien réelle.

Pour certains, les questions environnementales sont devenues une réelle source de souffrance psychique au quotidien.

« Certains troubles dépendent de facteurs liés à notre environnement », selon le psychiatre François Chauchot. « Dans les années 1950, il existait la peur d’une guerre atomique. C’est consubstantiel à la nature humaine, qui doit faire face à une anxiété existentielle. »

Témoignages.

« Ce sont des questions, des angoisses, tout le temps. Des réveils nocturnes assez fréquents, avec cette panique autour du réchauffement climatique. Mais comme on a peur de passer pour une folle, on garde tout pour soi. » Tels sont les symptômes de l’éco-anxiété décrits par Lucie, une chargée de communication de 31 ans, pour qui ce stress intense dure depuis un an et demi.

« Il y a deux ans, nous avons eu une canicule importante et, soudain, le réchauffement climatique est devenu concret », se souvient Aurélie, une enseignante de 37 ans. « Cela m’a mis un énorme coup au moral, à en pleurer devant mes enfants. Je pense en priorité à eux, je me dis qu’on n’a pas d’avenir et ça me rend profondément triste », explique cette Nantaise.

Selon François Chauchot, psychiatre libéral et praticien attaché à l’hôpital Sainte-Anne de Paris, ces maux seraient de plus en plus fréquents. « Cette pathologie émerge depuis environ un an. On commence à rencontrer des personnes qui sont très préoccupées à l’idée du réchauffement climatique et de ses dangers : une chose qui n’existait pas il y a cinq ans », affirme-t-il.

Sentiment d’impuissance

Frédéric, un trentenaire toulousain, est taraudé par l’éco-anxiété depuis plus de cinq ans. « Je suis issu d’une génération où l’on n’était pas alarmiste sur la question climatique. Mais, depuis quelques années, tout cela a changé et je me le suis pris en pleine face », retrace-t-il. De là à s’informer considérablement sur le sujet aujourd’hui. Voire trop. « Je ressens un besoin important de me documenter par rapport à l’évolution du climat mais, de plus en plus, je me dis qu’il vaudrait mieux que j’arrête pour le bien ma santé mentale. » Alors, depuis sa prise de conscience, le trentenaire toulousain tente de faire son possible, à son niveau. « Mais j’ai l’impression de ne pas en faire assez », lâche-t-il.

La grande peur de l’effondrement de la civilisation.

À cet égard, l’avenir est rarement envisagé sous ses meilleurs auspices. Pour Frédéric, l’effondrement de la civilisation semble inévitable. « Cela ne viendra pas d’un coup, ce sera progressif, mais je ne pense pas qu’on va s’en sortir », livre-t-il. « Je ressens une difficulté à me construire dans un monde qui se déconstruit. C’est comme un poids, une fatalité qui nous attend à court terme. »

Ce mot d’« effondrement », Lucie y fait également référence lorsqu’elle se projette dans le futur. « J’essaie de ne plus trop y penser, mais je me dis qu’un certain nombre de pays vont s’effondrer. Il y aura des millions de réfugiés climatiques, et quand je vois la manière dont on traite les migrants actuels, j’imagine le pire. » Parmi les scénarios envisagés, celui d’une bataille pour l’accès aux ressources, voire d’une guerre civile. Express

Cette angoisse est récupérée par le mouvement Extinction Rebellion.

Extinction Rebellion (XR) recrute et  prépare de nouveaux blocages   avec  des stages de désobéissance civile…

 

.

Le 28 juin 2019, à Paris, des militants d’Extinction Rebellion avaient  bloqué un pont dans la capitale pour alerter sur l’urgence climatique.

La vidéo fait alors grand bruit. XR s’est fait un nom en France. Dans la foulée, le mouvement enregistre un millier d’adhérents supplémentaires. En décembre dernier, le forum comptait plus d’un millier de militants. Aujourd’hui, ils sont environ 7 500. Depuis, XR affirme s’être implanté (lien en anglais) sur tous les continents, dans 58 pays selon l’Express.

« La désobéissance civile fera émerger un débat sur le changement climatique » assure Roger Hallam, cofondateur d’Extinction Rebellion (XR). Fondé au Royaume-Uni en octobre 2018, ce mouvement prône la non-violence en réponse à l’urgence climatique. XR estime que désobéir pour ensuite agir s’apprend et se lance donc dans les stages.

Extinction Rebellion organise des formations pour les déboussolés en quête de sens.

En France, une «caravane» sillonne le pays pour sensibiliser et recruter. «Libération» a suivi avec son ravissement niais habituel l’étape d’Annecy.

https://www.liberation.fr/planete/2019/08/16/extinction-rebellion-extension-de-la-lutte-climatique_1745706

Des formations ont aussi lieu dans les métropoles comme à Paris où France Inter a aussi fait son petit reportage maison.

.

« Génération avachie » vs Génération Identitaire…

On est loin de Génération Identitaire qui était l’épine dans le pied du système ! 

Le mouvement pleurnichard Extinction Rebellion qui récupère les paumés colle à notre époque : perte de repères, difficulté pour les jeunes à se projeter dans l’avenir, décervelage,  consumérisme et politique mondialiste. Les médias de gauche sont friands de cet activisme mou à la Greta, qui ne remet  rien en cause de fondamental.

L’organisation a bien sûr des passerelles avec les  antifas  dont elle reprend des principes de fonctionnement (slogans en Anglais, pseudos, absence de chef, réunions dans des squats, structure horizontale…) et certains codes (drapeaux…).

En revanche, le dogme d’Extinction Rebellion est la non-violence, « d’abord parce que ça marche », explique Artus, un des formateurs. « C’est notre stratégie. On peut aller vers le rapport de force, mais toujours sans violence ».

Un discours tout mâché, pétri de non-violence, en direction d’individus angoissés en quête de sens… Autant de similitudes avec le  mouvement Krishna des années 1980.

 

Pierre, militant d’Extinction Rebellion : dans la vidéo, il écarte les bras, regarde le ciel et l’extase quasi-religieuse se lit sur son visage.

Des méthodes anglo-saxonnes . Ci-dessus Extinction Rebellion 

Ici : Act Up

Dans la tête des militants…

Nauli, militante qui a rejoint XR il y a un mois À 26 ans, elle envisage son engagement progressif, mais est déjà certaine d’avoir trouvé un mode d’expression qui lui convient.

J’ai pensé longtemps que le vote était le meilleur moyen d’expression citoyenne, j’ai compris que non. Je ne vote plus. Je suis en colère contre les politiques. Ici, je suis persuadée que la désobéissance civile va me permettre de m’exprimer comme je l’entends.

L’urgence climatique pousse ces primo militants à repenser leur place dans la société. Ce réveil citoyen veut contraindre les politiques, les entreprises, à prendre toutes les dispositions nécessaires pour sauver la planète. « Le but est de recruter de plus en plus de monde, pour prendre nos actions de plus en plus acceptables. Et au final aller plus loin » affirme Paul, l’un des formateurs de cette journée d’apprentissage.

Pierre, comédien de 24 ans : « On apprend à ne surtout pas répondre à la violence. On doit canaliser. Par exemple, on ne parle pas d’ennemi en face de nous, mais d’adversaire, on nous apprend à leur parler, à échanger, à contourner la violence. Je n’avais jamais entendu ça, c’est très important » conclut le tout frais militant de XR. Il a rejoint le mouvement le mois dernier.

Un mouvement de blocage mondial en préparation pour octobre.

« Extinction Rebellion » accélère ces journées de formations à la désobéissance civile pour préparer le temps fort du mouvement. La semaine du 7 octobre sera celle de la R.I.O pour Rébellion Internationale d’Octobre.

Cette nouvelle « Internationale »  molle prépare des blocages dans des grandes villes du monde entier : New York, Los Angeles, New Delhi, Londres et Paris.

Des militants de toute la France se réuniront à Paris pour des blocages de lieux et endroits symboliques, toujours dans l’idée de presser le gouvernement à agir contre le dérèglement climatique. Mais il y aura aussi des actions plus petites, initiées par quelques dizaines de personnes, venues des groupes locaux qui mèneront leurs propres actions. C’est la structure horizontale d’Extinction Rebellion qui veut ça, si bien que même les personnes les plus investies ne sauront pas exactement ce qui va passer au cours de cette semaine de mobilisation.

 

Ci-dessus Paul. Un discours creux, parfait reflet de l’époque : « Globalement, on a des points de vue très, très différents et en général tout le monde a son propre ressenti »…

Sources :

Eco-anxiété (un business…) : Pablo Servigne et Raphaël Stevens dans Comment tout peut s’effondrer(Seuil, 2015), un best-seller vendu à plus de 50 000 exemplaires. Vidéo sur l’effondrement ici 

https://www.lexpress.fr/actualite/societe/environnement/angoisse-depression-l-eco-anxiete-l-autre-effet-du-rechauffement-climatique_2093702.html

https://www.franceinter.fr/societe/formation-a-la-desobeissance-civile-ne-pas-respecter-la-loi-est-il-forcement-violent

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Jules Ferry

n’est pas prêt à renoncer à son mode de vie occidental. En un mot ou avec un dessin, Jules Ferry dit NON à ceux qui veulent reléguer les femmes au foyer, couvrir leur tête, rallonger leurs jupes, jeter les homosexuels du haut des tours, interdire l’alcool, limiter la liberté d’expression, bannir les caricatures religieuses, censurer les livres, codifier la tolérance…


10 thoughts on “Eco-anxieux et déboussolés sont récupérés par Extinction Rebellion (XR) qui prépare de nouveaux blocages

  1. Charles Martel 02Charles Martel 02

    Pfffff,pauvre de nous, mais ou allons nous? Les cons et les abrutis doivent se multiplier de plus en plus vite c’est pas possible. Et bien sûr je suppose que ce ramassis de cons doit être fait d’adeptes du « vivre ensemble »

    1. AvatarRODRIGUE

      En même temps, comme ils pensent n’avoir aucun avenir, ils ne se reproduiront pas, c’est déjà ça ! Putain, les tarés !

  2. Avatardurandurand

    A tous ces éco-anxieux , qui ont peur de l’effondrement de la civilisation. et bien bande de peureux , bonne nouvelle pour vous , l’effondrement de la civilisation arrivera grâce à l’invasion d’allogènes que notre pays à de plus en plus de mal à intégré , celle-là vous ne l’avez pas vu arriver ,hein les noubes , cela va vous faire tout drôle , mais pas dans le sens climatique connards !

  3. AvatarAlain Bobo

    C’est ce qui m’arrive. Insomnie, diarrhée, éjaculation précoce avec ma 3è femme, démangeaisons, éternuements, ballonnements, cheveux en hérisson, poiles qui poussent même sous les pieds partout, perte d’équilibre, tremblements, irritations, hurlements etc….
    Ma concierge taille 95 m’avait prévenu des désagréments que le virus écologique pourrait m’occasionner.

  4. AvatarHollender

    La merdeuse Greta a t elle pensé à emporter des pilules anti mal de mer ??

    Elle ne dit rien sur les 17 milliards estimés que rapportent les trafics d’animaux, d’ivoire de pénis de tigre etc……. La solution c’est de neutraliser la cause de ces trafics……………. certains CHINOIS!, et des riches Arabes du Golfe Persique

  5. AvatarVictoire de Tourtour

    Le sida mental fait des ravages.
    Monôme des zombies, en marche, au pas cadencé !

    Les cons !

  6. AvatarCaughnawaga

    C quoi cette niaiseries là, moi c plus le continent de plastiques qui me dérange. Ils devraient s’occuper du halal à la place. Ça donne des maladies et c maintenant.

  7. AvatarMachinchose

    «  »Autant de similitudes avec le mouvement Krishna des années 1980.

    y a plus qu a gueuler Hare Hare sur le Bonnet de Soral………………..le baudet ,

    détenteur de ER ………………..de ne pas y toucher, malgré les millions qu il subtilise a ses adeptes

    perso, ma grande trouille c’est ce retard incroyable a ne pas transformer les vieux et les noirs en  » Soylent Green »…………………..

Comments are closed.