Une migrante qui a accouche ? Obligation de quitter le pays, elle et son enfant ! Mais c’est pas en France


Une migrante qui a accouche ? Obligation de quitter le pays, elle et son enfant ! Mais c’est pas en France

.

Un exemple israélien à suivre par la France.

Cette Phillippine savait très bien que la  naissance d’un enfant signifierait l’obligation de quitter Israel avec son enfant.

Elle a réussi à le laisser dans l’ illégalité pendant 12 ans !

Dura lex sed lex !!

Les autorités israéliennes ont annoncé, mardi 13 août, avoir expulsé une travailleuse philippine et son fils adolescent, né en Israël et qui n’a jamais mis les pieds aux Philippines. L’expiration du visa de travail de la mère est en cause.

.

Ils s’appellent Rosemarie et Rohan. Une mère philippine et son fils ont été expulsés d’Israël par les autorités, qui l’ont fait savoir ce mardi. Rosemarie Perez a été arrêtée la semaine dernière avec son fils de 13 ans, en raison de l’expiration de son visa de travail, malgré des manifestations en soutien aux centaines de travailleurs étrangers et à leurs enfants qui risquent l’expulsion.

Ils avaient été conduits dimanche soir à l’aéroport Ben Gourion, mais avaient été « sortis de l’avion » au dernier moment, un sursis qui leur avait redonné le mince espoir d’une régularisation de leur situation. Mais, lundi soir, la mère et son fils, né en Israël et qui parle hébreu, ont finalement été embarqués à bord d’un vol de la compagnie israélienne El Al à destination de Bangkok, d’où ils ont pris un avion pour Manille, a indiqué l’autorité de l’immigration israélienne. « Rosemarie était en Israël depuis de nombreuses années, dont 12 illégalement », a-t-elle ajouté dans un communiqué.

Un visa conditionné au fait de ne pas fonder de famille

Les questions relatives aux migrants et à l’immigration trouvent une résonance particulière dans ce pays, soucieux de conserver une population à majorité juive. Aide à domicile, Rosemarie Perez était arrivée en Israël en 2002 pour s’occuper d’une vieille dame, a précisé Beth Franco, une responsable de l’ONG United Children of Israel (UCI), qui défend les enfants de travailleurs étrangers. Mais la travailleuse philippine a basculé malgré elle dans la clandestinité après la naissance de son fils Rohan, car son visa, comme celui de milliers de travailleurs asiatiques en Israël, est conditionné au fait de ne pas fonder de famille au pays, sauf conditions exceptionnelles.

.

Rosemarie et Rohan habitaient près de la station centrale de bus de Tel-Aviv, où ils avaient noué des liens avec de nombreux travailleurs étrangers, selon l’ONG. Juste avant l’expulsion, « Rohan a emprunté un téléphone et parlé à mon fils », a expliqué mardi à Evangeline Nacional, également originaire des Philippines et dont le fils Kevin est le meilleur ami de l’adolescent expulsé.

Rohan « ne faisait que pleurer, et mon fils aussi, ce sont des enfants ! » « Ils jouaient chaque jour ensemble à la Playstation, passaient du temps chez l’un et chez l’autre, échangeaient jusqu’à trois heures du matin et partaient au réveil jouer au basket-ball », a-t-elle raconté. « Ils se parlaient en anglais et en hébreu, mais surtout en hébreu », car les deux garçons comprennent mais ne parlent pas le tagalog, la langue de leurs mères, selon Evangeline Nacional.

25 000 Philippins vivent avec un visa temporaire en Israël

Le consul général des Philippines en Israël a fait savoir que 29 000 Philippins, des aides à domicile pour l’écrasante majorité, vivent actuellement dans le pays, dont 25 000 avec un visa temporaire. Mais quelque 600 familles originaires des Philippines, dont plusieurs comptant des enfants nés en Israël, sont menacées d’expulsion, selon l’UCI.

« Nous avons tellement peur pour nos enfants maintenant que nous avons vu qu’ils ont fait partir Rohan », a réagi Beth Franco, elle-même originaire des Philippines. Kevin a pu communiquer de nouveau avec Rohan mardi. Lui aussi est traumatisé car des policiers sont venus l’arrêter lundi matin, mais il a réussi à leur échapper de justesse en sortant de la maison, a confié sa mère Evangeline, disant avoir « eu de la chance ».

https://www.ouest-france.fr/monde/israel/israel-une-travailleuse-philippine-et-son-fils-de-13-ans-expulses-6479046

Chez nous c’est une marque de préservatif : Durex

 

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




9 thoughts on “Une migrante qui a accouche ? Obligation de quitter le pays, elle et son enfant ! Mais c’est pas en France

  1. AvatarSpock

    Soyons honnêtes, cette loi est dure mais c’est la loi… et franchement personne de sérieux ne pourra prétendre que les personnes concernées l’ignorent… et donc si on franchit le pas on prend des risques, inutile de venir chouiner devant la presse internationale…

  2. frejusienfrejusien

    Ah ! quelle idée de génie !
    leur interdire de se multiplier sur le sol national !
    et chez nous, c’est exactement le contraire, ils accourent tous pour pondre en France, et bénéficier des lois socialopes, qui n’ont pas été abolies par la fausse droite , toute heureuse que la gauchiasserie ait promulgué ces lois scélérates,

    on est trahi de toutes parts ! quand va-t-on voir le bout du tunnel ??

  3. Charles Martel 02Charles Martel 02

    Les israéliens devraient faire faire quelques stages à tous nos salopards de dhimmis qui nous gouvernent. Une loi comme ça assortie de l’abrogation du droit du sol serait salutaire pour la France.

  4. Marcher sur des OeufsMarcher sur des Oeufs

    – » son visa, comme celui de milliers de travailleurs asiatiques en Israël, est conditionné au fait de ne pas fonder de famille au pays, sauf conditions exceptionnelles. »-

    C’est la solution pour ne pas être submergée par une population étrangère, et quelquefois étrangère en tout, voire hostile.

    C’est une mesure sage d’autant que ceux qui s’installent en Israël SAVENT par avance que cette installation N’EST QUE PROVISOIRE.

    Il ne tient donc qu’aux migrants d’assumer, d’assurer et avant de venir s’installer BIEN AVOIR EN TÊTE que leur séjour dans le pays N’EST QUE PROVISOIRE.

    Un homme averti en vaut deux ; il semble que le dicton soit incompréhensible pour certains. Pourtant au départ, il y a le choix : VOUS VENEZ PROVISOIREMENT, sans objectif d’implantation définitive, moins encore si vous avez l’objectif de fonder une famille ; laquelle famille ne pourra naître qu’ailleurs qu’en Israël. La personne qui vient donc s’installer en Israël en accepte les règles connues dès le début. Il n’y a pas refus d’implantation définitive mais la condition est de respecter la règle du planning familial qui correspond à une règle du maintien de l’équilibre social national et la préservation de cette société. C’est simple, ou l’on accepte ces conditions ou on ne les accepte pas, auquel cas inutile d’entreprendre le déplacement.

    Ce qui est étonnant, c’est que ces migrants ont toujours le même comportement sur ce point-là : « le refus du respect des règles du pays d’accueil ». Mais personne ne les oblige à émigrer. La majorité de ces migrants savent pourtant que, dans la plupart des cas, ils sont issus de nations où ce soucis de protection de leur pays d’origine, passe par l’observance du précieux maintien de l’équilibre social national, culture, religion… Ils y veillent jalousement, et ils ont raison. Mais alors pourquoi ne pas respecter ces même règles en pays étranger ?

    – » Son visa, comme celui de milliers de travailleurs asiatiques en Israël, est conditionné au fait de ne pas fonder de famille au pays, sauf conditions exceptionnelles. »- Oui ! et nous nous avons le regroupement familial de familles/tribus au détriments des intérêts des autochtones et dans l’irrespect de leur propres sentiments.

    Et pourtant, cette règle : offre d’emploi et de vie mais à la condition de respecter le pays d’accueil dans tous ses aspects et les conditions d’émigrations. L’étranger reste libre d’émigrer ou non. De plus, l’intérêt économique du pays est respecté puisque le flux de migrants est constant mais renouvelé.

  5. La moutarde me monte au nezLa moutarde me monte au nez

    Chez nous, grâce à cette ineptie qu’est le droit du sol, c’est le contraire.
    Venir pondre en France, c’est l’assurance de pouvoir y demeurer et de faire ensuite venir toute sa tribu, grâce au regroupement familial.

    1. AvatarMariana

      Bonjour ,

      Dernière nouveauté chez nous il y a des étudiants qui viennent faire leurs études avec l’intention du regroupement familial !
      Je n’en revenais pas alors que je discutais avec une étudiante algérienne dans le car Nimes-Marseille .
      Une ou un étudiant ils sont combien de musulmans au final avec la fratrie ET les parents ?

      Je m’en étais douté car cet afflux d’étudiants musulmans / ça doit être pareil pour les africains je pense qu’eux ne feront pas venir toute la nombreuse smala ? reste à voir /ne me paraît pas clair .
      Rien à voir avec nos étudiants Erasmus faisant des études à l’étranger et revenant bosser chez nous .

      Pour Israël que je connais un peu pour y avoir été en vacances , je dirai que le cas des Philippins les met devant la réalité : beaucoup viennent avec l’intention de s’installer d’où les naissances .
      Ces enfants sont nés à l’hôpital ou dans une clinique ensuite ils sont scolarisés donc les expulser 13 ans après il y a une anomalie provenant des Israéliens .

      Quel patacaisse pour cette mère de famille et son fils qui auraient dû être expulsés , il y a longtemps avec d’autres , sans buzz médiatique .

  6. AvatarMachinchose

    y a même pas besoin de pondre

    https://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/nord-0/video-metropole-lilloise-mouvement-soutien-se-forme-autour-jardinier-algerien-menace-expulsion-1710804.html

    le mec est jardinier, il encule tive les fleurs

    mais en situation irrégulière

    comme, a mon sens il y en a quelques centaines de milliers, un controle de police parmi les manifestons permettrait d’ en virer une dizaine avec lui

    en Israel, ils se bidonnent parce qu ils savent qu en France c’est open bar….

    leurs étrangers a eux, soumis a une reglementation trés claire ce sont d’ abord des Chrétiens phillipins, erythréens, et aprés des africains mizilmons

    on commence par en recevoir 5000…………………………..qui deviennent trés vite cinq cent mille, pour ne pas se stabiliser a 23 millions comme aujourd’ hui
    il y a 3000 mosquées en France et 43000 boucheries hlal, en étant pas loin des dix milliards d’ euros de CA

    il est grand temps de sonner l’ Hallal pour remettre les choses en place

    sont mignons touc ces braves chiens patriotes qui frétillent de la queue, ils ont reconnu le vieil appel de defense de la Patrie

    l’ heure de la curée et des curés devrait revenir

  7. Avatarpier

    Et pourtant les asiat sont des bosseurs ; EUX !
    En France ceux qui viennent ( hors ASIAT ) ne viennent pas pour produire , mais pour se reproduire

  8. AvatarHollender

    VIDEZ LES GAMELLES et les mangeoires, fini les  » aides sociales » les resto du coeur, que du cassoulet et du jambon!! Plus d’allocations familiales pour faire le plein de la simca 1000 PIJOT.
    Application STRICTE de la LAÏCITÉ qui nous a réussi pendant 120 ans.
    Fauteur de troubles à l’ordre public = départ au bled à ses frais avec toute sa famille.
    Allez vous laver à la pisse de dromadaire et sodomiser vos chèvres, ça nous fera des vacances.

    En revanche, vous travaillez, vous payez des impôts, vous respectez le code de la route et vos voisins , en un mot vous laissez tomber votre islam de merde et vous pourrez rester ….. si toute la famille est sage

Comments are closed.