Mauritanie musulmane : l’esclavage, un passé qui ne passe pas…


Mauritanie musulmane : l’esclavage, un passé qui ne passe pas…

.

La mise en accusation de l’Occident  pour esclavagisme est un thème réccurent de mouvements musulmans implantés en France.

Houria Bouteldja est un bel exemple de cette attitude.

Mais, bien entendu, JAMAIS n’est abordé la mise en esclavage de millions d’Européens par les Etats esclavagistes musulmans d’Afrique du Nord entre autres …

Avec la complicité de l’ignoble Taubira qui entendait empêcher la « stigmatisation » des jeunes musulmans des banlieues.

Pourtant, en ces temps d’élections en Mauritanie, on reparle de  l’esclavage dans la Oumma.

Escalvage qui est encore d’actualité ainsi que le montre cette vidéo récente :

https://www.voaafrique.com/a/4985465.html

Ou encore celle-ci :

L’article de Wikipédia fait le point sur l’esclavage dans la Mauritanie musulmane  :

 

L’esclavage en Mauritanie concernerait environ 43 000 personnes soit 1,06 % de la population en20161 (estimation des ONG sans études). Cependant, les autorités tentent officiellement d’éradiquer ce phénomène.

Le Rapporteur spécial de l’ONU sur les formes contemporaines de l’esclavage Urmila Bhoola (en) a salué le les mesures adoptées par le gouvernement mauritanien pour éradiquer toutes les formes d’esclavage dans le pays.

En effet la nouvelle loi rectifie et endurcit les peines de celle de 2007 incriminant l’esclavage mais qui n’avait pu être appliquée en raison du coup d’État de 20082.

Néanmoins, la veille, le , Biram Dah Abeid, figure emblématique de la lutte contre l’esclavage moderne, était condamné en appel à 2 ans d’emprisonnement.

En 2009, le militant anti-esclavagiste Biram Ould Dah Ould Abeid a été condamné à six mois de prison pour avoir participé à un rassemblement non autorisé.

L’esclavage dans la région remonte à l’antiquité. 

Il a été aboli au xxe siècle, la première fois en 1905 par un décret des autorités coloniales françaises. 

La Constitution de la Mauritanie de 1961 proclame l’égalité entre les citoyens  mais ne mentionne pas l’esclavage.


En 1980, le Comité militaire de salut national présidé par Mohamed Khouna Ould Haidalla fait adopter la charia, les textes juridiques fondamentaux sont révisés par les jurisconsultes pour être mis en conformité et il en résulte entre autres l’ordonnance no 081-234 du abolissant officiellement l’esclavage, après une enquête,

« le gouvernement estime que l’esclavage en tant qu’institution n’existait plus en Mauritanie et que seules subsistaient certaines de ses séquelles au niveau des mentalités »

6. Malgré ces abolitions et les estimations officielles, sociologues, historiens et associations des droits de l’homme considèrent que l’esclavage héréditaire persiste au sein de la société mauritanienne : privation de libertés dès la naissance, maltraitances, trafics d’êtres humains et viols7,8.

Le , Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi est élu président de la République lors des premières élections libres depuis l’indépendance.

Il fait adopter par le parlement la loi no 2007–048 du portant incrimination de l’esclavage et réprimant les pratiques esclavagistes, son article 4 prévoit que « Quiconque réduit autrui en esclavage ou incite à aliéner sa liberté ou sa dignité ou celle d’une personne à sa charge ou sous sa tutelle, pour être réduite en esclave, est puni d’une peine d’emprisonnement de cinq à dix ans et d’une amende de cinq cent mille Ouguiyas à un million d’Ouguiyas », la loi punit aussi les fonctionnaires et juges ne portant pas assistance aux esclaves, l’apologie de l’esclavage, les complicités et les récidives9.

Le coup d’État d’août 2008 met fin à l’expérience démocratique10. Malgré l’inscription dans la révision de 2012 de la Constitution11, les dispositions de la loi de 2007 ne sont plus appliquées12 et en 2014, plusieurs militants antiesclavagistes sont arrêtés13.

Un rapport de l’ONG Walk Free sorti en 2014 sur toutes les formes de l’exploitation humaine a classé la Mauritanie à la tête des pays où il y a un taux des plus élevés avec environ 4 % de la population en 201414.

Le parlement mauritanien a adopté le une nouvelle loi contre l’esclavage qui le considère comme un crime contre l’humanité et incriminant ses pratiques avec des peines de 10 à 20 ans15. Cette nouvelle loi est saluée par la Rapporteuse spéciale de l’ONU sur les formes contemporaines de l’esclavage Urmila Bhoola.

L’envoi de jeunes Mauritaniennes pauvres vers l’Arabie saoudite où elles sont exploitées, et parfois tuées, est considéré comme une forme d’esclavage16.

Il concerne en premier lieu les Haratines qui travailleraient encore en partie comme esclaves pour les « Maures blancs » ou Bidhans (des Berbères ou Berbères-Arabes)17.

À côté des Haratines et des Bidhans, d’autres ethnies dites « noires », Peuls, Soninkés et Wolofs, peuplant la Mauritanie ont, selon la sociologue mauritanienne Amel Daddah, « traditionnellement entretenu en leur sein des systèmes de production de type esclavagiste18 ».

Cependant, si la dimension raciale fait partie du phénomène, il est aussi lié au système de castes et à l’économie.[pas clair]

Des organisations en Mauritanie comme El Hor, SOS Esclaves et IRA Mauritanie luttent contre l’esclavage.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Esclavage_en_Mauritanie

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




5 thoughts on “Mauritanie musulmane : l’esclavage, un passé qui ne passe pas…

  1. Avatardenise

    je lisais sur Europisrael.news, un article datant de 2015, et l’interview, notamment, d’un anthropologue et économiste sénégalais, Tidiane N’Diaye, auteur de  » Le Génocide Voilé  » : « si l’esclavage européen dura 2 siècles , l’esclavage arabo-musulman sévit 13 siècles ; l’intelligentsia tente de culpabiliser les peuples occidentaux pour la colonisation et l’esclavage, afin de faire accepter la forte migration des peuples africains, MAIS TOUS SE TAISENT SUR L’ESCLAVAGE EN TERRE D’ISLAM ;
    La plupart des millions d’ hommes qu’ils ont déportés par la traite orientale et transsaharienne, ont disparus du fait des traitements, de LA CASTRATION GENERALISEE et l’infanticide !
    Pour le Sahara, 9 millions de captifs africains, 70 à 80% ont péris dans les centres de mutilation; puis la traite orientale : 8 millions ! cela fait 17 millions de déportés ou castrés ou morts « . L’auteur parle de génocide !
    Il répond à la question: Pourquoi la traite arabo-musulmane est elle si peu connue et étudiée, sinon occultée ? :  » Ils sont nombreux à vouloir recouvrir du voile de l’oubli, cette razzia sanglante, souvent au nom d’une solidarité religieuse voir idéologique ( cela rappelle l’omerta en France ..) , un pacte virtuel scellé entre les descendants des victimes et ceux des bourreaux ( en somme le syndrôme de Stockholm généralisé …) qui aboutit à ce déni ! et cela leur permet de « s’arranger « sur le dos de l’occident et mettre en avant uniquement la traite transatlantique ! Ils ne regardent toujours pas leur histoire en face, pour en débattre , ce qui explique que ce pan de l’histoire de l’humanité reste profondément enfoui .. »
    Alors ils nous reste sur RR et ailleurs à faire connaitre cette Histoire, il en va de notre vie ou celle de nos enfants .
    https://www.europe-israel.org/2015/04/lesclavage-dont-on-ne-parle-jamais

    1. Avatarpeplum

      Mohammed Aïssaou, mais en filigrane de son « L’affaire de l’esclave Furcy », interroge de même sa société d’origine.

  2. AvatarMachinchose

    les « Maures blancs » ou Bidhans (des Berbères ou Berbères-Arabes)17.

    la même racaille a gandoura bleue peuple a Dakar le lieu dit « la cour des Maures » ou tous les bijoutiers sont mauritaniens et occultement vendeurs de négrillons, il faut montrer patte blanche…..oui, je sais….. 😆

    mais les prix ont enormément augmenté en moins de 35 ans…..c’est comme l’ immobilier a Paris!

    avant, a la belle époque tu pouvais acheter une famille de quatre harratine (papa et maman jeunes, deux mômes entre 5 et 8 ans pour une brique (6500 euros, ce qui n’ était pas donné a tout le monde…..mais ça se revendait le triple a des familles musulmanes bourgeoises du Maroc, algérie, tunisie, qui faisaient passer ça en « adoption »

    mais a présent, a moins de tomber sur des nigauds ça vaut beaucoup plus cher

    leur « aristocratie » a ces Morisques réside dans la moindre noirceur de leur peau, un aristo ou une, ça corespond a un (e) de nos plagistes bien bronzés

    leurs femmes sont parmi les plus feignasses au monde!

    elles ne branlent rien a la maison, passent leur temps a recevoir les copines, a declamer leurs poèmes et laissent tous les soins et l’ elevage de leurs mômes aux femmes achetées chez les femelles haratines, lesquelles sont exactement celles de « gone with the wind » et les M’aame Scarlett sont Fatoumata ou encore Halima

Comments are closed.