Plus de deux mois après l’incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris, l’enquête menée par les policiers de la Brigade criminelle (la Crim) n’a pas encore fourni toutes les réponses attendues, mais les découvertes des policiers, dont le Canard Enchaîné vient de se faire l’écho (n° 5146, 19 juin 2019), sont particulièrement intéressantes. Et consternantes. Si l’hypothèse d’un acte criminel ou terroriste semble désormais exclue, l’enchaînement des causes ayant abouti à cette catastrophe majeure, ne serait pas le fruit du hasard mais bien des erreurs et négligences de la Direction régionale des affaires culturelles d’Île-de-France (Drac) du ministère de la Culture, appuyées sur un sentiment général qu’il m’est difficile de qualifier autrement qu’antichrétien de cette Drac et de son ministère. C’est ce que laisse entendre le Canard Enchaîné même si le chapô de son article, évoquant « la guerre insensée entre le clergé [de la cathédrale] et le ministère de la Culture », est grotesque. Si guerre il y a, c’est celle menée par le ministère de la Culture contre les catholiques et tout spécialement contre le diocèse de Paris. Lisez et commentez…

https://www.christianophobie.fr/carte/notre-dame-de-paris-des-revelations-sur-lincendie