Ecriture inclusive : islam et islamisme sont nos alliés


Ecriture inclusive : islam et islamisme sont nos alliés

J’ai affublé cet article d’un titre volontairement provocateur, et mal rédigé, pour attirer l’attention des lecteurs.
J’aurais dû l’intituler : Ecriture inclusive, « islam » et « islamisme » sont nos alliés.
Car ce sont les mots « islam » et « islamisme » qui sont nos alliés (une fois passés à la moulinette de l’écriture inclusive) et non pas l’unique réalité que ces deux mots recouvrent.

.
En effet, « islam » et « islamisme » sont deux synonymes que la « novlangue » s’ingénie à tenter de différencier pour dédouaner l’islam de sa violence intrinsèque.
http://resistancerepublicaine.com/2016/09/05/document-de-1697-islam-et-islamisme-sont-deux-synonymes/

.

Selon la propagande, l’islam serait une religion pacifique et tolérante basée sur un livre de paix et de tolérance, le coran.
Et, toujours selon la propagande, l’islamisme serait la simple idéologie barbare d’une bande organisée de terroristes n’ayant rien à voir avec les musulmans, ni avec l’islam ni avec le coran hormis que ces terroristes auraient tous, étrangement, tout compris complètement de travers concernant le coran et l’islam mais tous, encore plus étrangement, auraient mal compris de la MÊME « mauvaise » manière !

.
Heureusement cette imposture commence à être (lentement, très lentement, trop lentement ?) démasquée, et d’abord dans les décisions judiciaires :
http://resistancerepublicaine.com/2019/06/17/pas-de-difference-entre-islam-et-islamisme-permis-de-sejour-refuse-aux-pretendus-musulmans-persecutes/

.
Le domaine judiciaire reste à peu près (mais pour combien de temps encore?) un domaine où le sens précis des mots compte, et non pas leur charge émotionnelle nébuleuse et manipulatoire (sauf pour les magistrats du syndicat de la magistrature, forts de la totale et plus parfaite absolue impunité intrinsèque à tous les fonctionnaires de l’administration judiciaire).

.

Si l’on était durant la période de « la drôle de guerre », quand les armées du troisième Reich s’emparaient de l’Autriche, de la Tchécoslovaquie et de la Pologne mais que la France ne bougeait pas pour défendre ces pays pourtant alliés, différencier « islam » et « islamisme » cela serait revenu à différencier « National Socialisme » et « nazisme ».
Le National Socialisme aurait été la lumineuse doctrine politique exposée dans « Mein Kampf » (le coran des nationaux socialistes, livre de tolérance et de paix), politique librement choisie par les travailleurs du peuple allemand, tandis que le nazisme aurait été une sombre idéologie mortifère, appliquée par une minorité violente et intolérante, dévoyant le VRAI national socialisme, une minorité n’ayant rien compris à son programme politique, et n’agissant absolument pas au nom des VERITABLES allemands vrais adeptes du National Socialisme authentiquement pacifique et tolérant !
Pendant que des armées de nazis auraient déferlé sur la Pologne, les journaux de l’époque auraient mis en Une des photos d’allemands déployant des banderoles « Nicht in meinem Namen » (Not in my name / Pas en mon nom)…

.

Maintenant qu’il est clairement établi que les mots « islam » et « islamisme » sont des synonymes pervertis par nos ennemis pour en faire des armes de guerre psychologique contre nous, comment retourner ces armes contre leurs inventeurs ?
Hé bien c’est possible grâce à une autre arme gauchiste de guerre psychologique (ils sont très forts en guerre psychologique, il faut leur reconnaître ce seul talent) : l’écriture inclusive !

.

Je m’explique.
Nous sommes face à un dilemme à priori insoluble : les gauchistes ont réussi à faire passer dans le grand public leur fable de la différence entre les mots « islam » et « islamisme ». Utiliser l’un ou l’autre de ces mots dans nos articles est donc devenu systématiquement à double tranchant, l’un des deux forcément à notre détriment. Que l’on utilise l’un ou l’autre de ces deux mots, on participe à propager forcément l’idée (fausse) qu’il y a une différence entre « islam » et « islamisme » !

.
Il faudrait écrire à chaque fois une explication. Mais comment bien faire ? Parce que rajouter du texte ça devient vite fastidieux pour le lecteur, voire ça rend le texte rébarbatif, limite illisible.

.
Mettre un astérisque à chaque fois ? islam* ? Et rajouter une note de bas de page expliquant pourquoi islam et islamisme sont synonymes ? Fastidieux…
Ecrire les deux mots, précisant qu’ils sont synonymes ? islam (parfait synonyme d’islamisme) ? Rébarbatif, lourd, moche…
Et c’est là que l’écriture inclusive nous sauve, se retournant comme par magie contre ses créateurs !

.

Mais d’abord, un petit détour par le monde merveilleux de l’inclusivité orthographiste

L’écriture inclusive c’est du grand n’importe quoi qui consiste à compliquer l’orthographe (alors que l’évolution naturelle consiste toujours à simplifier, quel que soit le domaine) pour, supposément, accomplir le grand dessein de la parfaite égalité entre homme, femme, presque homme mais pas tout à fait femme, homme mais femme en même temps, pas homme mais pas femme non plus, pas français mais français comme vous et moi, martien mais humain etc.

.

Le truc c’est de couper les mots lorsqu’ils sont différents dans leur forme masculine et féminine (instituteur, institutrice, par exemple) pour les rabouter tant bien que mal : la partie commune d’abord (institut-) puis les DEUX parties différentes l’une à la suite de l’autre séparées par un point HAUT (dit aussi « médian »).
Ce genre de point : +·+
Et non pas celui-là : +.+ qui est le point BAS.
Ce qui nous donne, pour notre exemple : institut·eur·rice

Un petit aparté POUR LES NULS

Vous vous demandez sans doute comment taper ce point médian sur votre clavier. Ne cherchez pas, aucune touche seule ne permet de taper ce fameux point médian. Il se tape avec une combinaison rébarbative de CINQ touches.
On est prié de suivre attentivement :
– Appuyer sur la touche « Alt » et MAINTENIR cette touche enfoncée
– Appuyer ensuite successivement sur les touche 0, 1, 8 et enfin 3 du pavé numérique
– Relâcher la touche « Alt » 
Et, oh miracle, apparaît alors dans sa glorieuse simplicité ce point médian tant convoité.

(NDLR  sur Mac , il faut appuyer sur alt + maj + F)

.

Vous allez me dire « Mouais, d’accord, il y a une méthode mais, franchement, c’est pas simple à retenir, et si je dois à chaque fois venir consulter cet article pour retrouver comment faire… Laisse tomber ! »
Vous avez parfaitement raison, c’est inutilisable, et c’est d’ailleurs pourquoi les textes gauchistes inclusifs utilisent majoritairement le point bas ou le tiret. Même eux ne s’en sortent pas, c’est vous dire le bazar que c’est pour écrire comme ça…

Le point médian est difficilement utilisable SAUF…
Sauf à avoir un moyen mnémotechnique simple pour s’en rappeler sans le moindre effort.
Moyen que voici, et auquel vous souscrivez sans aucun doute : « Halte à la nullité des Francs-Maçons ! »
– Halte = Appuyer sur la touche « Alt » et MAINTENIR cette touche enfoncée
– à la nullité = Appuyer sur la touche 0 du pavé numérique
– des Francs-Maçons ! = le symbole des Francs-Maçons c’est la pyramide. Comment dessiner le plus simplement possible une pyramide avec les chiffres du pavé numérique ? Il n’y a qu’une seule solution : appuyer successivement sur 1 (la plus proche touche de la touche 0) puis 8 puis 3. Aux esprits chagrins qui objecteraient qu’on peut aussi former une pyramide avec la séquence 3, 8, et 1, notez que la touche 3 est bien plus éloignée de la touche 0 que ne l’est la touche 1, qui est juste au dessus du 0. Le plus simple c’est de faire au plus court : 0 puis 1 (et non pas 0 puis, loin de là, 3).
Ce qui est rigolo dans cette formule mnémotechnique c’est qu’elle totalement incompatible avec un esprit gauchiste. Amis gauchistes (c’est sarcastique) attention à ne pas vous luxer les neurones en utilisant cette formule injurieuse pour vos petits copains Fran-Mac ! Peut-être serait-il plus prudent pour (ce qui reste de) votre santé mentale de trouver une formule plus adaptée à vos utopies.
Fin de l’aparté.

.

La liberté étant devenue l·a·e mamel·le·on de l’éducation nationale, vous pouvez tout aussi bien écrire : institu·teur·trice
Du moins si vous êtes un macho masculo-musculo-suprémaciste.
Parce que si vous êtes une féministo-faiblo-suprémaciste vous écrirez de préférence en mode bi-revendicatif : institu·trice·teur.
Ou institut·rice·eur, si vous êtes lesbo-gynarchiste.

.

Je vous avais prévenu : L’écriture inclusive c’est du grand n’importe quoi.
(Et encore n’avons nous pas abordé la problématique de la PRONONCIATION de ces mots construits comme des cabanes de bidonvilles…)

.

Comment diable mettre ce foutoir au service des relents d’égouts nauséabonds issus du ventre toujours fécond de la bête immonde des heures les plus sombres de notre histoire de blancs esclavagistes et criminels contre l’humanité de toute éternité et pour les siècles des siècles ?
Simplement en poussant la logique absurde de l’écriture inclusive vers l’infini et au delà :

ISLAM & ISLAMISME = ISLAM·ISME

Voilà : inclusif, simple et élégant mais parfaitement politiquement in·correct (néologisme inclusif macronien signifiant tout à la fois « politiquement correct » ET EN MÊME TEMPS « politiquement incorrect »).
Oui, une fois qu’on a dépassé les bornes il n’y a plus de limites : on peut même appliquer l’inclusivité débornée à la novlangue : « Le Coran » peut alors devenir « le Guerre·Paix » (« guère paix » car il n’y a « guère » de volonté de « paix » dans ce livre, hormis celle des cimetières…)
A ne pas confondre avec « Guerre et Paix » !

.

Vous rédigez un texte et vous êtes confronté au dilemme entre écrire « islam » ou écrire « islamisme » ?

Faites disparaître le dilemme et lancez la mode anti·pro·inclusivité orthographique des relents·féconds·blancs : écrivez « islam·isme » en lieu et place de « islam » ou de « islamisme » et le tour est joué.

Imaginez avec délice la colère et la frustration des gauchistes quand ils verront leur chère écriture inclusive se retourner contre eux…
Notez que pour vous simplifier la vie vous pouvez d’abord rédiger votre texte en tapant simplement « islamisme » (ou mieux encore, un code abrégé : islam2), la soi-disant version violente de l’islam n’ayant rien à voir avec l’islam. Et ensuite, une fois votre rédaction terminée vous utilisez la fonction « Remplacer tous » de votre traitement de texte pour remplacer toutes les occurrences du mot « islamisme » (ou de son abrégé « islam2 ») par le mot « islam·isme ».
De cette façon vous n’avez à taper la complexe séquence du point médian franc-maçon qu’une seule et unique fois.

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




6 thoughts on “Ecriture inclusive : islam et islamisme sont nos alliés

  1. AvatarChristian Jour

    Islam ou islamisme, qu’on l’écrive n’importe comment, c’est une saloperie au même titre que le nazisme et il n’a rien à foutre en France. DEHORS.

  2. AvatarFantômas

    Synonymes d’islam.isme:

    Gauch.isme
    Macron.isme
    Mélenchon.isme
    Juppé.isme
    Sarkoz.isme
    Holland.isme
    Marin.isme

    Anti-synonymes :

    Christine.Tasin.isme
    Pierre.Cassen.isne

    Lol

  3. Avatarkatastrov

    Donc quelqu’un comme moi qui ne fait aucune différence entre l’islam et ses adeptes peut écrire sur RR : mon ennemi est l·’·e islam·ulman.

Comments are closed.