Éducation : 22,4 % de jeunes en difficulté de lecture


.

Le ministère de l’Éducation Nationale (MEN) vient de publier une étude alarmante. À partir des tests conduits sur plus de 700 000 participants à la Journée Défense et Citoyenneté en 2018, le ministère affirme que plus d’un jeune Français sur dix est « en difficulté de lecture » et un sur vingt en situation d’illettrisme. Sur ces jeunes âgés de 16 à 25 ans, 11,5 % « sont en difficulté de lecture ».

.

Les Jeunes en difficulté selon le MEN sont donc 11,5 % soit plus d’1 sur 10. L’étude distingue deux sous-groupes :

– les jeunes aux difficultés les plus sévères : situation d’illettrisme total, déficit important de vocabulaire : 5,2 % donc 1 sur 20. Ceux-là n’arrivent même pas à déchiffrer.

– niveau lexical oral correct, ne parviennent pas à comprendre les textes écrits » : 6,3 %. Ils ont tellement de mal à déchiffrer un texte qu’ils ne peuvent se concentrer en même temps sur le sens de ce qu’ils lisent.

.

Bref, ces jeunes hommes et femmes sont en très grosse difficulté face à des textes écrits (journaux, publicités, romans, guides de voyage, etc.). Pour eux le texte écrit est insondable, soit tout simplement parce qu’ils n’arrivent pas à lire, soit parce qu’ils lisent mal, soit par manque de culture, soit par manque de logique, soit par manque de vocabulaire, et souvent un peu de tout cela.

.

Mais à ces 11,5% qui connaissent d’énormes difficultés, il faut rajouter selon moi, ceux qui ont juste de grosses difficultés :

Les jeunes « aux acquis limités » qui « parviennent à compenser leurs difficultés pour accéder à un certain niveau de compréhension », forment un deuxième groupe de 10,9 %. Pour ces profils, dit le MEN, la lecture « reste une activité laborieuse, mais qu’ils savent mettre en œuvre pour en retirer les fruits ». Autrement dit, ils galèrent beaucoup, mais parviennent à comprendre un peu.

 

Donc si on ajoute ces 10,9 % aux 11,5 %, ce n’est plus un jeune sur dix qui est en en difficulté de lecture comme le titre tous les journaux, mais 22,4% soit plus d’un sur cinq et presque un quart !!!!

 

Et enfin, quelque 77,6 % de jeunes sont enfin des « lecteurs efficaces », selon la Depp. […] Mais là encore, permettez-moi de douter des critères du Ministère. Que veut dire « lecteurs efficaces » pour le MEN ? Lire et comprendre une page de Petit Ours Brun, une page du Club des Cinq, une page de Harry Potter, une page de Zola ou une page de Proust ?

C’est une énorme régression par rapport aux années soixante.

Les principales causes : méthodes de lecture et d’écriture défaillantes même si un progrès se fait sentir depuis quelques années sur ce point, enseignement du français, « débilitation » des masses par les médias, immigration massive de populations allogènes et allophones, aux QI parfois inférieurs et d’une culture souvent totalement opposée à la culture française.

.

En calcul, c’est la même chose. Il y a un écart énorme entre les performances des élèves de 1987 et ceux de 2017.

Le site Manuels anciens vous donnera beaucoup d’informations et d’analyses nécessaires pour comprendre ce phénomène de régression dans la rubrique Histoire de l’éducation.

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Julien Martel

Auteur chez Résistance républicaine, contribue aussi au blog "L'islam pour les nuls" et à Riposte Laïque.


12 thoughts on “Éducation : 22,4 % de jeunes en difficulté de lecture

  1. AvatarAlain Bobo

    C’est depuis qu’on a su que la terre est plate selon la théorie de la relativité de l’imam Aynsheitan. Le djeunes n’arrivent plus à suivre, c’est trop compliqué.

  2. AvatarLaurence-Antigone

    Vu sur un T-shirt:
     » Fille toujours en retard, mais qui vaut la peine d’attendre ». J’ai fait part aux personnes concernées du contresens, et qu’il fallait donc écrire  » Fille toujours en retard, mais qui vaut la peine d’être attendue ». A ce jour aucune réponse.

    Ou dans une copie: « Pour finir, je finirai par conclure »

    J’en ai des pages et des pages….

  3. AvatarJolly Rodgers

    c’est pas avec les pitres qui travaille a l’éducation nationale , que ça vas s’arranger .

  4. AvatarCharles Martel 02

    Pas étonnant, comment voulez vous instruire les jeunes envahisseurs étranger qui sont élevés dans la haine de la France et des français, qui n’ont rien à foutre d’apprendre à parler et écrire en français et qui ne sont là que pour agresser, racketter, dealer et autres joyeusetés de ce genre.. Sans compter que si un enseignant un peu couillu essaie de les mettre un tant soit peu au boulot ledit enseignant se retrouve immédiatement désavoué et sanctionné par sa hiérarchie aux ordres des dhimmis qui nous gouvernent. De plus ces CPF gagneront bien plus a simplement siffler à l’entrée de la cité dès que la police arrive qu’à aller bosser. Mais tout ça n’est pas la cause de illettrisme n’est ce pas? C’est de la faute aux enseignants qui ne sont pas formés comme il faut dixit nos salopards de gouvernants.. En fait une formation qui serait nécessaire à pas mal d’enseignants serait une bon stage commando..

  5. AvatarGromago

    Et en plus ils sont prétentieux . Je me souviens d’un prof de latin qui avait écrit sur la copie d’un cancre de ma classe : « Suffisant et …. insuffisant » .
    Le gars avait fait profil bas tout de même . Maintenant il est impossible de faire admettre à un jeune qu’il n’est pas à la hauteur .Et les parents sont assez cons pour faire croire à leurs rejetons qu’il sont des petits génies .

    Aujourd’hui il y a chez beaucoup de jeunes une absence d’âme et d’esprit .
    Il est certain qu’ils sont prêts pour obéir à leurs futurs maîtres :les robots .
    Heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage …….NON , ce sera un cauchemar .

  6. AvatarRODRIGUE

    c’est sûr que lire le bouquin de Momo est très utile pour s’en sortir dans la vie.
    En plus comme ils copulent entre cousins, ils ont un QI de consanguins !

  7. Avatarpalimola

    Il suffit d’assister a la sortie de la plupart des écoles et on comprend immédiatement le problème !

  8. AvatarDorylée

    Quand on se cultive en écoutant du rap toute la journée, on ne risque pas de concurrencer Voltaire ! Vous connaissez la blague sur la particularité de la casquette de rapeur : il y a toujours autant d’intelligence en dessous, qu’elle soit sur la tête de l » artiste  » ou au portemanteau….

  9. Olivia BlancheOlivia Blanche

    C’est encore plus grave car le problème ne concerne pas que les toutes nouvelles générations. Durant ma carrière j’ai pu relever bien des fautes d’orthographe dans des rapports écrits par des ingénieurs. Et aujourd’hui, lorsque je reçois une réponse de la part d’une société, de la part d’individus censés avoir le bac et +, les messages sont constellés de fautes ! C’est à peine croyable !

  10. AvatarSamia

    La nullité érigée en système, voilà ce à quoi s’emploie beaucoup de musulmans avec leurs enfants. Et nous, nous devons payer cela en France. L’enseignement est devenu une farce, une sinistre farce pour maintenir à flot des gens qui n’en ont rien à faire de la connaissance.
    Il a fallu que je reprenne tout à zéro avec ma fille. J’ai eu très peur pour elle, j’ai cru à un moment qu’elle était dyslexique. J’ai dû lui faire faire un gros bilan orthophonique et ouf ! Le verdict, les méthodes d’apprentissage, auxquelles elle a été soumise, étaient merdiques. Aujourd’hui, curieusement, plus de problème, tout va bien. Elle écrit et lit très bien. Elle fait des poèmes. Je ne me fais plus de souci pour elle. Les angoisses terribles sont derrière moi…

    http://resistancerepublicaine.eu/2018/09/07/pourquoi-tant-de-parents-et-enfants-musulmans-se-fichent-ils-completement-de-lecole/

  11. Avatarpikachu

    Un oubli majeur : l’impact du « beau modèle ».
    Le meilleur des hommes ne savait ni écrire, ni lire :
    http://www.islam-fr.com/coran/francais/sourate-7-al-a-raf-le-mur-d-a-raf.html#7_157
    Ceux qui suivent le Messager, le Prophète illettré qu’ils trouvent écrit (mentionné) chez eux dans la Thora et l’Evangile.

    L’analphabétisme du prophète est un postulat majeur de l’Islam sunnite. En effet, Mohamed n’a jamais fourni de preuves de la véracité de sa mission. Contrairement, pour les Juifs, à Moisé qui fournit des preuves aux magiciens de Pharaon, ou encore à Elie sur le Carmel qui défie les prophètes du Baal à un concours de miracles, et pour les chrétiens, à Jésus qui change l’eau en vin.
    Peu importe la véracité ou non, de ces faits, ce qui compte est que l’on ne méprise pas l’intelligence, et que si une mission ou élection est revendiquée, alors il faut en fournir une preuve convaincante. Mohamed n’a pas besoin de cette démarche démonstrative. Il méprise l’intelligence la plus basique, à savoir lbesoin qu’ont les hommes de preuve pour croire.
    Normal, il a un moyen de persuasion très efficace : le sabre. Si un dessin vaut mieux que de longs discours, pour Mohamed, c’est le sabre qui vaut mieux.
    J’ai vu des prèches délirant, débité dans des mosquées, avec un silence religieux des auditeurs, personne ne contredit, je suppose, parce que de toutes façons, personne ne réfléchit.
    En résumé, aucune démonstration de la véracité de Mohamed et de son Coran, néanmoins, à postériori, on a utilisé cet analphabétisme comme « preuve » de l’authenticité du Coran : un analphabète n’aurait jamais pu écrire un livre. Mohamed était analphabète, son livre est donc authentique.
    Cette « démonstration » à postériori a scellé le destin de la « oumma », on a raison par la violence et l’intelligence est inutile, seule la force compte.
    Ca rappelle un peu le propos célèbre : quand j’entends le mot culture, je sors mon Browning.

    Peu de prix Nobel musulmans ? Faible production livresque ? Fort taux d’analphabétisme ? La cause est dans le « beau modèle ».

  12. Avatarpikachu

    Autre point fondamental : que signifie le mot islam ?
    Islam veut dire soumission, c’est-à-dire, acceptation aveugle d’une autorité : du prophète, d’Allah, du mari, du chef.
    Nous sommes ici dans un système pyramidal de type maffieux ou militaire : le cortex cérébral est superflu, on ne demande pas qu’un ordre soit compris, mais exécuté. Lors du djihad, si un combattant a des scrupules, se pose des questions sur le bien-fondé de ses meurtres alors on le calme :
    http://www.islam-fr.com/coran/francais/sourate-8-al-anfal-le-butin.html#8_17
     » Ce n’est pas vous qui les avez tués: mais c’est Allah qui les a tués.  »
    Autrement dit: cher jihadiste, ne te prends pas la tête, ne te pose pas de questions, ne cogite pas, c’est Allah qui agit, tu n’as aucune responsabilité dans tes actes.
    Bref, l’islam est par essence antagoniste à l’intelligence ou à la réflexion. La seule exigence envers le croyant est la soumission aveugle.

    Ceci explique cela.

Comments are closed.