Des survivants du temps où France rimait avec espérance


Des survivants du temps où France rimait avec espérance

En ce début de semaine un peu de fraîcheur, nostalgico-mélancolique, il est vrai, pour ceux qui avaient 10 ans en ces temps bénis où la France rimait avec espérance :

 

 

Y en a encore…  derniers survivants d’un pays qui se relevait d’ une période effroyable et qui se reconstruisait  avec surtout le courage et la volonté de ses habitants propriétaires, époque où personne n’aurait osé contester à qui appartenait la France….

L’Afrique entière était cantonnée chez elle, du nord au sud et de l’est à l’ouest…et les portes de l’ Europe bien fermées.

 En ce temps, le passeport français  couleur orange  était signe de puissance à travers le monde entier…

et y en avait un seul, pour tous les Français, avec le passeport rouge diplomatique  entièrement rédigé en FRANCAIS !!   siouplait!

.

A présent, on en a plusieurs modèles :

Le passeport ordinaire

Le passeport grand voyageur

Le passeport temporaire

Le passeport diplomatique

Le passeport diplomatique urgent

Le passeport de mission

Le passeport de service

et le dernier né , pour « Alex »-Marwane  Benallah, c’est le passeport de passe-passe….

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




17 thoughts on “Des survivants du temps où France rimait avec espérance

  1. JackJack

    Merci Machinchose d’avoir fait resurgir de ma mémoire l’époque d’après guerre. Je vois défiler dans ma tête des images semblables à la vidéo, notamment dans une ferme où j’allais jouer pendant la moisson… outre le marché, une fois la semaine, sur la place de mon petit patelin, avec les charettes et les chevaux, les mottes de beurre, les oeufs tout frais, les volailles… Que la vie était simple et belle !

  2. Avatarclairement

    …ma jeunesse de petit garçon pendant les vacances chez mes grand-parents …
    Ces pays que convoitent tous les bobos ou autres prédateurs du type Michel Drucker dit l’imprimante pour y passer des vacances ou pour ce qui le concerne y acquérir des parts de parc naturel…A vomir

  3. Avatarcayssials

    que la vie était belle à cette époque
    pas la merde qu’on vit aujourd’hui par la faute de nos politiques

  4. AvatarGromago

    C’était le temps où la France n’appartenait pas à la famille Saoud .
    C’est cela qui est insupportable ,cette France vendue au plus riche .Surtout quand ce plus riche est un mahométan .Adepte de l’ infidèle à l’humanité .Un infidèle à Platon et à la Dame Blanche comme disait Rabelais dans son énigme .
    Et Certainement pas un ami de la sagesse .
    Si Sartre devait re écrire la Nausée ,rien que le titre ferait un tabac .
    Parce que c’est ce que l’on éprouve tous .
    A l’unanimité .

  5. AvatarFomalo

    Grand merci à Machinchose pour ces souvenirs. J’ai connu la moisson dans ce type de ferme en allant en juillet 1954 visiter la famille grand- paternelle de ma mère en Bourgogne. Eblouissant pour moi qui ne connaissais que la Tunisie et le Var de découvrir les blés, les framboises, les repas à vingt ou trente, les cloches de l’église que le curé local nous avait permis de sonner en nous balançant sur leurs cordes mes petits cousins et moi. Un vrai territoire, une lignée, l’odeur des fleurs et des bêtes.Quarante quatre ans plus tard, je revoyais pour la première fois ces paysages en septembre, changés, mais pas un barbu ni une bâchée ni un migrant à l’horizon, et toujours le même accueil aimant, le même accent..

  6. Amélie PoulainAmélie Poulain

    Merci Machinchose pour ce rappel et il ne faut pas l’oublier car il faut retrouver cette France, la vraie.

    A envoyer à Macron…

    Et j’aime bien votre petit calembour de fin bien tourné comme à votre habitude…. et tellement juste !

  7. AvatarHellen

    Merci Machinchose pour ce rappel…
    En 1950, je n’avais que 4 ans, cependant, j’ai énormément de souvenirs, de cette époque-là, il faisait bon vivre…
    On pouvait jouer dehors, dans la rue…
    Les églises faisaient sonner les cloches à chaque messe… et donc tous les jours…
    Eh oui…
    Il n’y avait que des Blancs… Français, Italiens, Espagnols… mais tous s’appréciaient et le soir, je me souviens que mon oncle qui jouait de la guitare et du banjo, avec d’autres musiciens, mais dont ça n’étaient pas leur travail… mais pour le plaisir, s’installaient sur le trottoir pour jouer, et les gens sortaient dans la rue pour danser…

    J’étais toute jeune, mais j’en ai gardé des souvenirs, très intenses…

    Il faisait bon vivre à cette époque-là, il n’y avait pas de bâchée et même si tout le monde n’était pas Français… on était tous des européens proches les uns des autres…
    Aujourd’hui, c’est horrible ce qui arrive à la France et aux Français…
    Si nous ne faisons rien pour changer tout cela… nos enfants et surtout nos petits enfants le paieront très cher…!

  8. AvatarJoël

    Le passeport diplomatique, c’est de mosquée à mosquée, non ?
    Parce vu ce qui circule en France…

  9. AvatarCoupendeux

    Juste après, ce fut le temps où nous chantions « Zorro est arrivé – é -é », sans se presser….
    Maintenant, il faudrait revoir les paroles pour « Zéro est arrivé-é-é, avec sa mousmé -mémé…

  10. Jean LafitteJean Lafitte

    Je me répète, mais vous me tendez la perche (du micro) : tous les samedis et dimanche soir, sauf rares exceptions, FR3 noue repasse les épisodes de Zorro, et j’y trouve mon bonheur : une société où les bons et les justes finissent toujours par gagner, où l’Église (représentée par le P. Felipe, un franciscain, bien sûr, en Californie) est toujours respectée et respectable, etc…
    C’était entre 1820 et 1830…

  11. La moutarde me monte au nezLa moutarde me monte au nez

    Pour que cette France revive, il aurait suffit que la moitié des quelques soixante pour cent d’abstentionistes aient voté pour Marine Lepen en 2017.
    Ils ont une chance de se racheter dimanche prochain.
    Tant que nous serons divisés comme nous le sommes, notre pays sera une proie facile pour les prédateurs de toutes sortes, depuis les riches qui achètent tous nos bien de valeur, et même nos politiciens sans valeur, jusqu’au pauvres qui viennent prendre, sinon voler, le peu qu’il nous reste.

  12. Avatarbm77

    Oui Hellen même moi qui était un petit banlieusard et qui n’a pas vécu la France du terroir , la France profonde ,je suis écœuré de ce que notre pays est devenu , il a fallu que nous mettions notre chauvinisme sous éteignoir pour mieux supporté celui des autres qui nous étaient imposées .
    Nul n’est prophète en son pays mais pour la France c’est encrore plus vrai, Autant nous devons être ouverts aux autres mettre notre patriotisme en berne autant pour les autres il est important de conserver sa culture ses habitudes de vie même ses tares elles sont une bénédiction pour nous qu’ils disent ! Le nationalisme est une vertue chez eux, chez nous c’est être franchouillard !
    ils ne pouvaient ces étrangers ,s’assimiller sinon s’intégrer à une France qui a autant honte d’elle même et du coup c’est nous qui avons été désointégrés et même atomisés.
    Que nous est il arrivé ? Il faudrait se relever de ce cauchemard .
    Cette société que l’on veut metisser de force et dont on nie l’histoire et les gens qui l’ont fait et, ce n’est plus de la générosité de la part de ceux qui nous l’impose , c’est de la traitrise surtout quand des morts s’accumlent dans les rues !

  13. ConanConan

    Bonsoir mcc !
    Ouaip ! Et il n’y a pas que la fibre affective que ton rappel fait vibrer…
    Un enarque, un hec ou un science-po pourra-t-il m’expliquer comment, ce petit pays qui vivait principalement sur son marché intérieur, avec des frontières et des droits de douane, pouvait bénéficier d’une balance commerciale positive???… Et aussi dans lequel, le moindre jeune ménage d’employés ou d’ouvriers pouvaient légitimement espérer se rendre propriétaire de son logement ???…et – de 5% de chômeurs et j’en passe ….
    Je ne suis pas forcément dans le principe « C’était mieux avant » , tout de même, on peut se poser bien des questions …

Comments are closed.