Algérienne, elle obtient un titre de séjour comme victime de violences conjugales dans son pays d’origine


Algérienne, elle obtient un titre de séjour comme  victime de violences conjugales dans son pays d’origine

Il est désormais bien connu que les coutumes et moeurs arriérées de certaines nations africaines ou orientales sont un facteur d’immigration vers la France.

Théoriquement, on devrait se réjouir que la France soit perçue comme un bastion de liberté pour les personnes persécutées au nom de la loi islamique ou de coutumes africaines. Cependant, concrètement, les conséquences de cette situation ne sont pas toujours simples à gérer car cela peut susciter des fraudes. De plus, les migrants ainsi accueillis constituent une population devant bénéficier de services publics et de prestations qui ont été conçus selon certaines prévisions démographiques et non pour pouvoir prendre en charge toute la misère de la Terre. L’idée de justice sociale nationale est aussi prégnante tant ces avantages sont considérés comme la contrepartie de l’effort réalisé pour bâtir la France.

Les décisions rendues par les juridictions ces derniers temps montrent ainsi qu’en général, les juges français, conscients de ce risque et d’autant plus exigeants quant aux preuves, refusent de considérer que tel migrant est effectivement un homosexuel victime de la charia ou une femme menacée d’excision dans son pays.

http://resistancerepublicaine.eu/2019/03/31/menacees-dexcision-des-guineennes-reclament-un-visa-pour-la-france-encore-la-faute-au-colonisateur/

http://resistancerepublicaine.eu/2017/05/28/des-migrants-se-pretendraient-homosexuels-pour-obtenir-le-statut-de-refugies/

.

La jurisprudence illustre ces derniers temps un autre cas de figure : des migrantes obtiennent un visa parce qu’elles sont victimes d’une culture misogyne dans leur pays d’origine et cherchent à échapper à des violences dont leur pays ne les préserve pas.

https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&idTexte=CETATEXT000038396187&fastReqId=821501519&fastPos=1

Les juges sont dans ce cas parfois plus compréhensifs. Ils considèrent que ces personnes ont vocation à rejoindre la population française. Tant mieux pour elles, tant mieux pour les principes humanistes aussi, mais cela pose quand même un problème dès lors que les étrangers ont des droits sociaux en France et que c’est donc la France qui sera amenée à les prendre en charge en cas de problème de santé notamment.

Il serait juste que les pays qui n’ont pas su ou pas voulu épargner des violences conjugales à ces femmes paient une contribution à la France à ce titre.

Comment peut-on continuer à avoir des relations diplomatiques normales avec eux, spécialement à l’heure où ce sont les hommes en général qui, en France, sont désormais soupçonnés par certains militants très bruyants d’être des violeurs en puissance devant faire l’objet de campagnes de propagande contre les violences faites aux femmes. Au lieu de sombrer dans cette folie paranoïaque, il serait temps de poser les vraies questions et de remettre en cause la légitimité de la banalisation des relations de la France avec les Etats concernés.

.

Dans une première affaire jugée par la cour (CAA) de Nancy, le 11 avril, une Algérienne demandait au tribunal d’annuler l’arrêté par lequel le préfet de la Moselle a refusé de lui délivrer un titre de séjour et lui a fait obligation de quitter le territoire français. Elle obtient satisfaction en appel et l’Etat français est condamné à lui payer 1000 euros.

Ressortissante algérienne de 57 ans, elle est entrée en France en 2014, sous couvert d’un visa de court séjour valable un an. Elle s’est maintenue sur le territoire français à l’expiration de son visa et a sollicité en 2017 la délivrance d’un titre de séjour en qualité d’ascendant à charge de sa fille de nationalité française.
Abandonnée par son époux en Algérie en 1989, qui s’est marié avec une autre femme, et livrée à elle-même avec deux enfants à charge en bas âge alors qu’elle était enceinte de leur troisième enfant, elle a été prise en charge matériellement par son beau-père, résident régulier en France, qui leur a laissé la jouissance d’une partie de sa maison en Algérie, dans laquelle elle a cependant été contrainte de demeurer avec son époux, la nouvelle femme de ce dernier et les quatre enfants nés de cette union, subissant diverses brimades et humiliations.

Drôle d’histoire, et difficile de considérer que la culture islamique soit tout à fait étrangère à l’affaire… Finalement, la cour considère que cette situation justifie qu’elle puisse demeurer chez sa fille en France. Si l’on en croit cette décision, ce pays qui a réclamé son indépendance à l’égard de la France ne serait même pas capable de préserver sa ressortissante contre des violences conjugales. Les 2 milliards d’euros de la mosquée d’Alger n’auraient-ils pas mieux été investis dans la lutte contre les violences conjugales ?

.

Devant la cour (CAA) de Versailles, le 7 mai,une ressortissante comorienne tentait d’obtenir un titre de séjour pour violences conjugales, celle-ci ayant rejoint son mari dans le cadre du regroupement familial…

Une situation apparemment pas si rare que ça, car l’article L. 431-2 du code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile prévoit déjà que « lorsque l’étranger a subi des violences conjugales de la part de son conjoint et que la communauté de vie a été rompue, l’autorité administrative ne peut procéder au retrait du titre de séjour de l’étranger admis au séjour au titre du regroupement familial et en accorde le renouvellement. En cas de violence commise après l’arrivée en France du conjoint mais avant la première délivrance de la carte de séjour temporaire, le conjoint se voit délivrer, sauf si sa présence constitue une menace pour l’ordre public, une carte de séjour temporaire portant la mention  » vie privée et familiale « .

Dans le cas présent, la cour d’appel considère que la preuve des violences conjugales n’est pas rapportée.

.

Devant la cour (CAA) de Lyon le 2 mai dernier,un Tunisien sollicite un titre de séjour mais se le voit refuser car il avait commis, entre autres, des violences conjugales.

En conclusion, ces affaires permettent encore une fois de constater qu’il y a un problème de justice internationale au détriment des pays civilisés, évolués, issus d’une culture chrétienne qui sont finalement rendus comptables de ce qui se passe dans des pays aux moeurs moins avancées pour ne pas dire carrément arriérées. Il est d’autant plus insupportable dans ce contexte de recevoir des leçons de morale à propos de la colonisation quand on voit finalement ce que cela donne une fois qu’ils sont indépendants…

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Maxime

"On ne peut vivre agréablement si l'on ne vit avec prudence, honnêteté et justice" (Epicure). La France ne pourra retrouver la jeunesse de Bacchus peinte par Bouguereau qu'en renforçant le principe de précaution.


21 thoughts on “Algérienne, elle obtient un titre de séjour comme victime de violences conjugales dans son pays d’origine

  1. Avatarmoustache et trotinette.

    Ca n’est pas la seule.
    Vous en avez d’autres qui débarquent de l’avion, avec du diabète, pour se faire couper une jambe, et qui après avoir pris le taxi pour se rendre directement en salle d’opération, restent dans le pays… mais, ça n’est pas parce que chez elle, elle n’a droit à rien, sauf à pleurer…
    Mais, ne vous inquiétez pas, c’est le chef des tas qui paie la note.

  2. Avatargilles sauniere

    Cette France est peuplée d’abrutis qui payent pour leur invasion .
    Dans l’histoire du monde c’est la première fois qu’on voit une nation qui paye pour sa destruction et disparition
    Un cas d’ecole

  3. AvatarVent d'Est, Vent d'Ouest

    Et quand ces femmes viennent en France, elles revendiquent le droit de porter le voile et tous les autres droits estimés dus à la pratique de leur religion… Allez comprendre !

  4. AvatarUN GAULOIS

    Encore une combine pour faire valoir à la suite le droit au regroupement familial.
    Imaginez le fumier de mari repentant et honteux faire des excuses à sa femme pour profiter de son statut.
    Des dizaines d’années au frais de la princesse pour une petite blessure d’amour propre vite oubliée.

  5. AvatarVent d'Est, Vent d'Ouest

    @ UN GAULOIS
    Vous m’ôtez les mots de mon clavier ; j’allais justement compléter mon commentaire en ce sens.

  6. AvatarHollender

    Qui va vider les auges et les mangeoires???

    Tant qu’on dilapidera les  » richesses »…,(la dette du pays est de 2300 MILLIARDS !!!) les blattes vont continuer à venir….. Et à se reproduire.
    Peut on dresser la liste exhaustive de TOUTES les aides sociales attribuées à ces parasites qui arrivent du Sud et de l’est? OUI, mais personne ne va prendre le risque de se faire montrer du doigt et de faire de la peine aux muzz.
    Pauvre pays de lâches, dirigé par des faux culs.

  7. AvatarAmélie Poulain

    Mais qu’est-ce que c’est que cette histoire.

    Nous, en France, quand nous avons des problèmes de société les réglons en interne avec de nouvelles lois si cela est nécessaire, on ne va pas chercher un pays qui nous conviendrait mieux…. c’est trop facile.

    C’est du n’importe quoi ces gens et ils veulent conquérir la terre entière ? Mais ce serait la fin du monde s’ils arrivaient à leurs fins.

    Il faut absolument les contenir et contenir cette invasion, il en va de notre survie.

  8. AvatarGromago

    Leurs problèmes communautaristes ne nous concernent pas .
    Pour cela il faudrait inscrire dans nos lois :la République ne reconnait aucun communautarisme .
    Il n’y a que MARINE qui a proposé cet article dans notre Constitution .

  9. MaximeMaxime Post author

    Bof, je ne pense pas que ce soit la solution miracle. C’est encore une façon tordue et déviée d’appréhender les choses, de ne pas nommer ce qui fâche…
    Il y aura toujours des communautarismes.
    J’ai 31 ans, si je demande à m’inscrire au club du 3ème âge ou à l’association des anciens combattants, vous croyez qu’ils vont vouloir de moi ? Non, c’est un communautarisme et il ne pose pas de problème en soi…
    Il y en a plein de communautarismes, des gens qui ont fait leurs études ensemble vont avoir tendance à garder des liens, des gens qui habitent dans un voisinage vont cultiver une relation privilégiée, des collègues ou anciens collègues, des riches, des pauvres, les pratiquants de tel sport, les sympathisants de tel mouvement politique.
    Les mouvements politiques eux-mêmes pratiquent un communautarisme en excluant ceux qui ne sont pas fidèles à la ligne du parti.
    Le problème, ce n’est pas le communautarisme, c’est le communautarisme dangereux…

  10. AvatarAmélie Poulain

    @Maxime

    Oui, je suis parfaitement d’accord avec votre commentaire.

    Ce serait encore diluer pour ne pas nommer réellement la chose et donc faire perdurer et amplifier le problème de fond qui n’est pas « le » communautarisme qui est parfaitement humain et ne pose aucun problème, mais « un » communautarisme qui lui, pose problèmes.

  11. AvatarConan

    Une communauté, une association, une secte, voire une religion dont la finalité avouée- et même revendiquée-est de combattre et de mettre fin à l’organisation sociétale du pays dans lequel elle vient s’installer doit, en principe, être mise hors la loi du pays en question qui a non seulement le droit, mais le devoir-s’il veut survivre- de neutraliser ladite communauté, association etc…
    Je pense que de telles lois existent en France, mais étant donné que les français votent « intelligent » depuis 50 ans et qu’ils élisent des sans couilles# rien ne change élection après élection …
    Pour ma part, je préférerai que tout s’écroule jusque et y compris le cacarente, les bourses, l’UE, l’euro, le FMI et tuttiquanti, et même bouffer de la vache enragée pendant cinq ans, pourvu que l’on sorte de cette dhimmitude !

    # avec s ?

  12. AvatarAnonyme

    A la place de « communautarisme », il faut dire islam car c’est de cela que l’on parle. Quand on parle d’islam on parle de là où il n’y a pas d’évolution possible.

    Personne ne se plaint d’aller manger dans un resto indien ou de se balader dans un quartier chinois de n’importe quelle ville du monde.

    « Communautarisme » est un mot de la novlangue de journalistes et politiciens criminels, terme qui est une arme pour dissimuler leur oeuvre de dislocation et pourrissement de la vie en société avec l’islam. L’islam se définit au détriment d’autrui avec ses slogans fondamentaux dar al harb/dar al islam (divise le monde en « terre mahométane paisible et terre pas islamique à laquelle il faut faire la guerre) et avec al wal wal bara (loyaux entre musulmans/ennemis des pas musulmans). L’interdit d’innovation bida.

    Ce « communautarisme », en réalité l’islam, suinte la haine de l’autre et le rejet de toute organisation sociale pas musulmane et interdit tout progrès.

    Etre accepté en France devrait se faire à la condition de rejeter les fondamentaux de l’islam explicitement. Alors seulement, les nouveaux venus seront des contributeurs potentiels à la prospérité et la bonne marche de la société française.

  13. AvatarConan

    Celle-ci obtient un titre de séjour en tant que victime de violences conjugales dans un pays où ce genre de pratique est un sport national !!!….Elle est bien bonne !!…
    C’est très bien de rappeler quel est l’état de dhimmitude de notre magistrature, mais notons également les marées humaines que représentent les visas touristiques :
    417.000 pour l’Algérie en 2017, 300.000 en 2018 et quasiment autant pour tous les autres pays aussi amoureux de la France, Maroc, Tunisie etc…etc…Et ceci, sans contrôle de l’effectivité du retour puisqu’il n’existe aucun structure pour cela !!!….
    Tu prends un billet d’avion et tu t’installes chez le cousin momo à Gennevilliers qui finira bien par te trouver des faux papiers et de la trabenda..
    Quand le général Sissi n°2 aura fait donner les auto-mitrailleuses à Alger, attendons-nous à voir rappliquer des dizaines de millions de nouveaux regroupés familiaux …
    Ils le savent en haut lieu !
    C’est le moment où jamais d’abroger complètement et définitivement cette loi !
    Je signale que la Merkel avait suspendu les effets de cette loi pendant quelque temps. Elle a été remise en vigueur mais assortie de quotas annuels…
    Si l’Allemagne peut le faire pourquoi la France se l’interdit ???!!!!!!!……

  14. AvatarSamia

    Tout à fait d’accord Conan, le coran, leur coran est bâti sur la violence et le dénigrement des femmes. Elles ne sont rien, elles n’ont droit à rien si ce n’est se la fermer.
    Alors moi aussi, ça me fait doucement rire quand toutes ces bécasses crient au scandale et que dans le même temps, elles tapent 5 fois par jour leur tête par terre.

  15. Avatarfrejusien

    Depuis quand est-ce l’état français qui doit régler les problèmes familiaux d’étrangers ???
    et les violences conjugales , entre Français commises en France, comment ça se passe ??
    faut-il émigrer vers les USA pour échapper à son conjoint violent ??

    On outrepasse largement le droit d’asile si on commence à prendre en compte, ce genre de situation familiale

  16. AvatarCoupendeux

    C’est parce qu’ils nous haïssent tellement qu’ils ont voulu nous voir partir, mais, ensuite, ils se sont aperçus que les morpions ont besoin d’un support.

  17. AvatarJoël

    Et puis dans quelques mois quand l’affaire se sera tassée, elle fera jouer le regroupement familial pour faire venir toute la smala mari compris.
    Mais attention, hein dans un autre appart avec sa 2ème femme, faudrait pas perdre l’alloc parent isolé.
    Savent peut-être pas lire le Français mais ils très bien compter même en euros.

Comments are closed.