Merci à la Cour de cassation : pas de réparation pour le « peuple martiniquais » au titre de l’esclavage


Merci à la Cour de cassation : pas de réparation pour le « peuple martiniquais » au titre de l’esclavage

Joli coup de frein au processus de repentance organisée des Blancs sur fond de divisions antirépublicaines en France de la part de la Cour de cassation le 17 avril dernier. Sous la présidence de Mme Batut (il importe de relever les noms des magistrats ayant statué plutôt que de tous les vouer aux gémonies), la plus importante juridiction judiciaire rend un arrêt patriotique et républicain.

https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriJudi.do?oldAction=rechJuriJudi&idTexte=JURITEXT000038440329&fastReqId=780404120&fastPos=1

.

Ils demandaient la modique somme de 200 milliards pour la réparation de l’esclavage…

https://www.martinique.franceantilles.fr/actualite/faitsdivers/200-milliards-d-euros-pour-la-reparation-de-l-esclavage-229432.php

Voilà ce que les parties plaignantes disaient en mars dernier :

.

Il faut dire qu’on se moque de nous du côté des associations anti-France. D’un côté, on n’aurait pas le droit de dire qu’on est chez nous. De l’autre, on devrait répondre des actes d’un Etat royal qui n’existe plus, alors que nous sommes fils de la République laïque issue de la Révolution de 1789 qui a opéré une novation de régime politique. Mais parce qu’on est Blanc, on devrait payer selon certains des indemnités pour des agissements qu’on n’a même pas commis, ni nos ancêtres, qui n’ont jamais participé d’une façon ou d’une autre à l’esclavage, pour l’immense majorité de la population.

Si ce n’est pas du racisme anti-Blanc, de quoi s’agit-il ? Il faut bien reconnaître néanmoins que les prétentions, jugées à bon droit mal fondées de ceux qui tentent de mettre en place cette repentance, ne sont pas totalement logiques, puisqu’il s’agit de mettre à la charge de l’Etat français des indemnités que vont aussi payer des personnes issues d’autres ethnies et intégrées à la population française (encore majoritairement blanche semble-t-il). On mesure à quel point est finalement absurde, notamment pour cette raison, leur revendication.

D’autant plus que celle-ci intervient en faveur du « peuple martiniquais », lequel n’a aucune existence juridique, puisque la Constitution ne connaît que le peuple français, comme le Conseil constitutionnel l’avait à juste titre fait savoir quand une loi entendait reconnaître le « peuple corse ». Il ne peut y avoir de subdivision du peuple selon l’article 3 de la Constitution de 1958. On se demande quand même si les mouvements pro-repentance n’entendent pas encore une fois distinguer selon la couleur de peau et l’origine lointaine des personnes descendantes d’esclave, afin de leur faire percevoir des indemnités pour des faits qu’elles n’ont pas subis et monter les uns contre les autres les Blancs et les Noirs.

A ce titre, se pose la question de la dissolution administrative de ces associations, en l’occurrence « Conseil mondial de la diaspora africaine » et « Mouvement international des réparations ».

Ah qu’ils sont drôles, avec leur « mondial », « international » et autres qualificatifs visant à s’attribuer une importance démesurée, à vouloir donner le change quant au sérieux de leurs réclamations… Il est d’ailleurs question du « monde noir », à propos du CMDP, une façon polie là encore de faire passer finalement une idée raciste me semble-t-il. https://www.mmoe.llc.ed.ac.uk/fr/association/conseil-mondial-de-la-diaspora-panafricaine

Du côté du MIR, on prétend lutter contre le racisme pourtant et se placer sous le patronage de Taubira. https://www.mmoe.llc.ed.ac.uk/fr/content/mouvement-international-pour-les-r%C3%A9parations

L’action en réparation de l’association Mouvement international pour les réparations (le MIR) et l’association Conseil mondial de la diaspora panafricaine (le CMDPA) avait été introduite en 2005 contre l’État devant le tribunal de grande instance de Fort-de-France « aux fins d’obtenir une expertise pour évaluer le préjudice subi par le peuple martiniquais du fait de la traite négrière et de l’esclavage et une provision destinée à une future fondation« . La Cour ajoute « qu’au regard des préjudices subis personnellement ou en leur qualité d’ayants droit, plusieurs personnes physiques se sont jointes à cette action ».

Un préjudice pour cause de traite négrière subi personnellement en 2005 ? Cela ressemble fort à de la science-fiction, à moins qu’un doyen de l’humanité vieux de plusieurs siècles demeurât à cette date en Guadeloupe dans la plus grande discrétion… Voilà qui est ubuesque, absurde et grotesque, mais ils ont osé !
La justice a constamment dans cette affaire estimé qu’il y avait prescription, ce qui évitait d’avoir à entrer dans les méandres d’une argumentation visant à faire croire qu’un descendant d’esclave a personnellement souffert de l’esclavage. Même si désormais l’esclavage est un crime imprescriptible, il est jugé que cette règle ne peut rétroagir.

De manière plus intéressante sur les plans juridique et historique, la cour d’appel de Fort-de-France comme la Cour de cassation situent en 1848 la fin de l’esclavage, même si dès la Révolution, son abolition avait été entreprise de 1794 à 1802.

Si Taubira n’était pas directement impliquée dans cette affaire, l’action en responsabilité était encouragée par la rédaction de la loi de 2001, tant une loi est censée servir en justice et non constituer un manuel d’histoire, ce qui est bien le problème des lois dites commémoratives, qui ne devraient pas exister.

L’argument présenté à la Cour de cassation faisait en effet valoir que « l‘action en réparation n’était pas possible en l’absence de reconnaissance de la traite et de l’esclavage comme crime contre l’humanité et qu’aucun délai de prescription ne pouvait courir avant la loi n° 2001-434 du 21 mai 2001 dont l’article 1er est ainsi rédigé : « La République française reconnaît que la traite négrière transatlantique ainsi que la traite dans l’océan Indien d’une part, et l’esclavage d’autre part, perpétrés à partir du XVème siècle, aux Amériques et aux Caraïbes, dans l’océan Indien et en Europe contre les populations africaines, amérindiennes, malgaches et indiennes constituent un crime contre l’humanité« .

On assiste ici à une dérive dangereuse que la Cour de cassation a su endiguer. L’occasion de constater aussi les dangers dont sont porteurs les « régionalismes ».

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Maxime

"On ne peut vivre agréablement si l'on ne vit avec prudence, honnêteté et justice" (Epicure). La France ne pourra retrouver la jeunesse de Bacchus peinte par Bouguereau qu'en renforçant le principe de précaution.


19 thoughts on “Merci à la Cour de cassation : pas de réparation pour le « peuple martiniquais » au titre de l’esclavage

  1. AvatarZachod

    Ah les rapaces. Ils n’ont peur de rien. S’ils étaient un minimum cohérents, ils rembourseraient à l’Etat français l’intégralité des sommes que celui-ci a dépensées depuis leur naissance afin d’assurer à chacun d’entre eux l’instruction gratuite et obligatoire, un état civil, la sécurité sociale, des infrastructures routières, l’eau courante et j’en passe.

    Ce qui est franchement burlesque, c’est la déclaration du monsieur qui clame le plus sérieusement du monde que « la France doit réparer » en bâtissant en Afrique des routes et des voies ferrées, toutes choses qu’elle a faites pendant des décennies et qu’on lui reproche bruyamment aujourd’hui puisque c’était de la colonisation (et que les dirigeants africains actuels sont semble-t-il infichus d’assurer à leurs populations, après soixante ans d’indépendance).

    Bande de mendigots.

  2. AvatarLangevin

    L’erreur fondamentale,c’est d’avoir été dans ces pays,qui de toute façon,ne se développeront jamais,compte tenu des « moyens » intellectuels dont ils ne disposent pas. D’autre part,maintenant qu’il savent ce que l’on a chez nous,et de quoi on est capable;ils veulent tous venir en profiter. Finalement,la France,pour eux,c’est un peu comme si on installait la foire du trône en pleine brousse Africaine;ils rappliquent tous;sauf que chez nous,les animations,c’est 24h/24h,toute l’année,et avec rémunération à ne rien faire. En plus,cerise sur le gâteau,il y a les jolies petites Françaises;et comme ils disent si bien; »avec elles,c’est trop facile »..! Oui,les limites du tolérable sont largement dépassées,et depuis déjà trop longtemps.

  3. AntiislamAntiislam

    Bonjour,

    Très intéressant : merci Maxime !

    Pour la vidéo de cet ahuri, prenons le cas de Madagascar:

    1)reconstruire des voies ferrées : les seules qui existent, ce sont, toujours, celles datant de l’horrible colonisation.

    2)la forêt à Madagascar disparait, à toute vitesse, depuis … la fin de la colonisation.

    Faudra trouver autre chose pour culpabiliser.

    Maintenant, il y en a plus que marre que l’esclavage des Blancs par l’Afrique (du Nord) ne soit jamais évoqué.

    Idée : nous renonçons à notre créance (pour cause d’esclavagisme des Blancs), sur l’Afrique du Nord.

    Que les Noirs africains aillent se rembourser sur notre créance auprès de l’Afrique du Nord …

  4. Avatarkounnar

    Pourquoi pas une réparation , elle pourrait prendre par exemple la forme d’un rapatriement vers le pays de leurs ancêtres et de laisser la Martinique (malheureusement le dernier Caraïbe est mort) aux descendants des Indiens Caraïbes ou alors à ceux que les Caraïbes avaient viré , les Arawaks ou alors à ceux que ces derniers avaient virés !? 🙂
    Les Vendéens devraient demander réparations, les Bretons …
    Nous devrions demander réparation aux Musulmans pour toutes razzias, les enlèvements pour alimenter leur commerce d’esclaves etc etc
    J’ai vécu dans un pays d’Asie au passé tumultueux et lorsque l’on en parlait leur réponse était systématiquement : c’est le passé , c’est l’histoire …
    A croire que savoir laisser le passé derrière soit est directement lié au QI des nations respectives …
    Pourquoi pas demander aux Anglais réparation pour avoir brûlé …Jeanne d’Arc ? 🙂

  5. Avatarhollender

    SI on prend l’exemple d’Alger, Oran et des villes côtières du Maghreb, A part les Romains qui ont construit des merveilles pour l’époque et les Français / qui ont construit des villes modernes…………….. qu’on construit les bergers nomades concentrés sur le coran ?? …… RIEN ! Ils ne savent que détruire !! et pourrir la vie des autres et en faire des esclaves.

    JE VEUX QU’ON ME RENDE MON PAYS et POUVOIR MARCHER DANS LA RUE SANS RISQUER DE ME FAIRE ÉGORGER ou FUSILLER.

    RACAILLE INUTILE ET DANGEREUSE DEHORS, le plus loin possible !

  6. AvatarMachinchose

     » le Maroc premier pays source d’immigration, l’Algérie deuxième »

    on apprend ça chez Desouche et on rigole 😆

    faut dire qu au royaume ubuesque du roi PD (initiale et finale de PETAUD , pour ceux qui ont fréquenté Assas )y a pas vraiment le choix

    entre prostituée, prostitué, de 5 a ..50 ans , entre Harragas et drogués, sans oublier les drogueurs ? ou Droguistes ?? y a pas beaucoup de débouchés dans cette grosse cuvette de chiottes chérifienne!

    encore un pays qui finira dans l’ escarcelle des intégristes!!
    bah! du moment que le roitelet en djellaba et sa Lalla ont leurs palais, leur cour, leurs courtisans ….. et Allah wakbar …….

    quand a l’ Algérie…………ça devrait aller trés vite a présent! 😆

  7. AvatarAmélie Poulain

    Je me souviens d’une femme avocate Guadeloupéenne ou Martiniquaise je ne sais plus, qui avait parlé intelligemment en demandant d’arrêter toutes ces demandes iniques argumentant qu’elle avait pu faire des études d’avocate et avoir une belle vie grâce à la France alors que sinon elle aurait eu une autre vie moins reluisante en Afrique.

    Réflexion intelligente et tout à son honneur même si bien sûr personne de sain n’approuve l’esclavage, dont nous ne sommes bien sûr aucunement responsables.

    Ne pas oublier entre autres aussi que chaque peuple a eu dans sa longue histoire des déboires et souffrances, et je crois que ces gens s’en sont quand même bien tirés avec tout ce que la France leur donne. Nous ne pouvons pas en dire autant de ceux qui nous ont fait souffrir dans notre passé.

  8. AvatarCat

    Et avec toutes les allocs et autre services de gratuité dont il bénéficient de naissances en naissances de génération en génération sur notre sol et même quand ils sont au bled et compagnie … Croyez vous qu’on est loin du chiffre de la revendication ?
    C’est fou tout de même que ce genre de pseudo préjudice soit facilement dédommageable sur le fait de revendiquer une somme de fric …

  9. Avatarpalimola

    Le grand n’importe quoi c’est comme si on me demandait de dédommager la famille du piéton qu’a écrasé mon arrière grand père ! ( il n’a écrasé personne en réalité )

  10. AvatarPhilippe Mangé

    Aux Antilles françaises il n’y a que le bois qui travaille et que les miroirs qui réfléchissent…..êtes-vous d’accord ?

  11. AvatarAmélie Poulain

    @Conan

    Je ne connais pas Haïti précisément mais je sais qu’effectivement, cela n’a pas l’air d’être reluisant.

  12. AvatarAdalbert le Grand

    « Conseil mondial de la diaspora africaine », reconnaissons leur une certaine modestie.

    Ils auraient pu en effet s’appeler « Conseil inter-galactique de la diaspora africaine ».

    Voilà qui me rappelle furieusement Gilbert Bourdin du Mandarom, le fameux « Messie Cosmoplanétaire »

    Je ne cesse de m’étonner de l’importance et du crédit accordé à toutes les associations et ONG plus délirantes les unes que les autres, constitués de mabouls, de forcenés et autres frappadingues délirants.

    Une constante, elles sont toutes sur un mode gauchiste. L’ahuri Benêt Hamon a d’ailleurs dans son programme un truc délirant, un « conseil citoyen » ou une « assemblée citoyenne » (je ne sais plus comment il l’intitule exactement) constitué de trois tiers, un tiers gauchiste (syndicats de travailleurs), un tiers gauchiste (ONG), et un tiers gauchiste (élus de gauche).

    Ça c’est du pluralisme, coco! Pourquoi ne pas l’appeler par son nom historique, un soviet?

    Ces ONG n’ont aucune légitimité, sauf d’être peuplées d’agités du bocal gauchos qui se croient détenteurs de la Sainte Croix, de la Vérité absolue (cf Claire Nouvian). D’ailleurs elles ont d’étrange ressemblance avec les mouvements messianiques et millénaristes, et leurs adeptes fonctionnent sur le mode religieux, prédicateurs, missionnaires, apostolat, catéchisme, etc.

    Illustration: je viens d’apprendre que la frappadingue Manon Aubry était auparavant membre et porte-parole d’Oxfam, qu’on devrait bien plutôt orthographier Hoaxfam vu les mensonges qu’elle propage (cf l’article extrêmement critique de Wikipedia). Une longue tradition de manipulation.

    Et quand on connaît les origines douteuses d’Oxfam… (créée en 1942 avec pour but de contrecarrer l’effort de guerre britannique!). Un lourd passé de mensonges et de manipulations.

    Toutes ces « ONG » ne sont en réalité que des nids d’activistes gauchistes subversifs qui gravitent dans la périphérie des partis de gauche et d’extrême-gauche, avec moult passerelles entre les deux, comme l’UNEF(cas le plus flagrant) le démontre

    Et elles n’ont pignon sur rue et d’influence que par l’appui, le crédit et le relais que leur donnent les partis de gauche ainsi que les médias, noyautés par des journalistes proches de leur thèses, quand ils n’en sortent pas directement. Les allers-retours entre les trois univers, politique, militantisme associatif et journalisme sont d’ailleurs monnaie courante, cf le cas Claire Nouvian.

    Tout cela constitué un système pour finalement imposer leur idéologie extrémiste (les idéologies sont toujours poussées in fine vers leurs extrêmes par les plus radicaux et jusqu’au-boutistes)

  13. AvatarAdalbert le Grand

    Argumentation fallacieuse et spécieuse des agitateurs (et agités) arguant de la soi-disant imprescriptibilité des crimes contre l’Humanité, imprescriptibilité qu’ils confondent manifestement avec l’éternité: en réalité il y a bien une prescription, ces crimes ne sont pas éternels : elle survient avec la mort des coupables! Les crimes nazis seront de facto prescrits quand les derniers criminels nazis seront morts!

    On ne saurait en faire porter la responsabilité à des Etats actuels, et donc aux « descendants » (descendance étendue par proximité et similitude à tous les Européens, argument raciste s’il en est) c’est n’importe quoi, de la bouillie et de la sottise intellectuelle. Ce qui en passant réactive les arguments sur l’inégalité d’intelligence entre les races, si je voulais être cruel…

    Sans compter que cette histoire de crime fallacieusement étendu à la descendance est appliqué aux deux prétendues parties : les prétendus criminels, mais aussi les prétendues victimes, qui de facto n’ensont absolument pas!

    Car sauf erreur de ma part, je pense qu’il n’y a plus de survivants de l’esclavage pratiqué avant 1848 qui pourraient demander réparation. Me trompe-je? Ou y a-t-il des antillais de plus de 180 ans encore en vie?

    Et quid des Antillais métis (la plupart), descendants à la fois d’esclaves africains et d’esclavagistes blancs, victimes et coupables à la fois? Doivent-ils se punir et s’indemniser eux-mêmes? Comment quantifier la part de l’un et de l’autre?

  14. AvatarAdalbert le Grand

    Ceci démontre bien la dangerosité extrême de ces lois mémorielles uniquement tournées vers la culpabilisation, la victimisation (suivant le côté où l’on se situe), l’auto-flagellation et la repentance morbide.

    Cela a pour seul effet de créer des ressentiments, de faire surgir ou ressurgir des passions tristes, et finalement la haine, tout ça par clientélisme politique de bas étage pour attirer des voix de « minorités » qu’on crée de toutes pièces.

    Au lieu d’apaiser, de panser les plaies du passé, cela les nourrit, les entretient et attise la conflictualité. Au lieu d’unir, cela fracture.

    J’avais raconté dans un autre commentaire comment à Toulouse j’avais pu entendre les conversations d’ados « issus de la diversité », en l’occurrence noirs, se plaindre de tout le racisme dont ils étaient victimes alors que scolarisés, soignés, ils se payaient le mac do, en étant vêtus de vêtements de marques. Oh oui, qu’est-ce que les stigmates de la terrible oppression, discrimination (positive) et maltraitance qu’ils subissaient se lisait sur eux! Leur sort était tellement visiblement horrible, comparé à l’enviable situation de leurs opulents frères ou cousins guinéens, haïtiens, somaliens, etc!

    Plutôt que de nourrir leur ressentiment et leur haine du Blanc, du Toubab et de l’Europe en leur décrivant l’horrible situation d’esclavage et de racisme qu’ils vivent ici selon les gauchistes délirants, on ferait beaucoup mieux de leur montrer la chance extraordinaire qu’ils ont d’y être, au lieu d’être en Afrique : qu’on leur montre les bidonvilles de là-bas où ils croupiraient sans avenir sans notre aide!

  15. AvatarAdalbert le Grand

    Aux Anglais pour les destructions de la guerre de 100 ans, pour Waterloo, pour le vol de l’Inde et du Canada…

    Aux Allemands pour les invasions barbares des Wisigoths, Burgondes, Alamans (non, mauvaise idée, ça c’est mes ancêtres), Francs, pour l’Occupation de 40-45…

    [remarquez en passant qu’on nous vante l’Europe qui  » a permis de nous réconcilier avec l’Allemagne », c’est-à-dire à passer l’éponge et le passé par pertes et profits. Un bon gauchiste ne craint jamais la contradiction dans ses propos]

    Aux Italiens pour les campagnes criminelles de conquête de la Gaule, en particulier pour Jules César, et la réduction en esclavage de millions de gaulois.

    Aux arabo-musulmans pour les douze siècles de piraterie, de rezzous et de traite des Blancs, en particuliers des Blanches, et pour la mort de Roland à Roncevaux

    Aux Mexicains pour nous avoir chassés du Mexique, aux Algériens pour nous avoir chassés d’Algérie, aux Malgaches, aux Africains de l’AOF et de l’AEF, aux Indochinois qui nous ont chassé de NOS colonies (cf repentance exigée par les muzs pour la Reconquista).

    Aux Russes pour Napoléon et l’occupation de 1815.

    Aux Japonais pour l’occupation de l’Indochine et les massacres afférents.

    Aux Mongols pour Gengis Khan et la Horde d’Or

    Aux Hongrois pour Attila (en particulier pour ce qui me concerne la destruction d’Argentoratum)

    Aux Turcs pour nous avoir combattu et massacrés pendant les Croisades (justifiées par leurs exactions) et aujourd’hui nous intoxiquer avec leurs kebabs frelatés.

    Et aux Chinois, aux Fuégiens et aux Tongiens, parce qu’ils ont bien dû nous faire quelque chose.

Comments are closed.