Tuons Facebook, pour commencer…


Tuons Facebook, pour commencer…

Tuons Facebook, pour commencer…

L’idée publiée sur Résistance républicaine, d’un site d’échange de type « Le bon coin », réservé aux patriotes, relance le débat, sur la communication patriotique, de plus en plus censurée. Avec des arguments valables, de part et d’autre, les avis sur l’opportunité d’un tel site divergent fortement. Pour être plus efficaces, nous devons reconnaître, que les patriotes d’Europe occidentale, ont perdu la bataille de l’information, face à la censure officielle.

Cela fait très longtemps, que toute opinion non « politiquement correcte » est interdite dans les merdias ordinaires. En France, Eric ZEMMOUR reste l’ultime cache-sexe de la liberté d’expression. Et encore, chacune de ses interventions sert de défouloir haineux aux propagandistes. Les sites indépendants des débuts d’Internet, ont été tués par les réseaux dits « sociaux ». Et comme c’était à craindre, la censure agit désormais, depuis la direction de ces fameux réseaux. Ne soyons pas dupes, si effectivement, les « GAFA » sont infestés par de la vermine gauchiste élevée en universités californienne, les gros actionnaires, eux, censurent en fonction des bénéfices que ça leurs rapporte. Ainsi, rappelons que Google a collaboré, c’est le mot qui convient, avec le régime chinois, pour limiter l’accès des Chinois à ce qui déplaît au régime.

Aujourd’hui, à l’initiative de notre macronette des merdia domestiques, c’est la grosse commission européenne et son poivrot chef, qui veulent étouffer les ultimes restes de liberté d’expression. En France, les « laremistes » infestant l’Assemblée, se démènent pour renforcer davantage, la censure.

Tous les sites de ré-information ont déjà subi cette censure, ou vivent sous sa menace. Depuis peu, Facebook et Google censurent ouvertement. Aux USA, l’Alliance pour la Liberté d’Expression, demande des comptes à Google.  Mais, nous ne sommes pas aux USA, où le Président élu, en personne, n’hésite pas à houspiller les censeurs. Tout patriote qui n’a jamais eu son compte Facebook bloqué, devient suspect à nos yeux.  Cette suspicion, c’est bien, mais nous devons aller plus loin.

Dès l’automne 2000, après l’approbation tacite par CHIRAC, de l’antisémitisme dans les merdia de France, j’ai reproché vigoureusement aux média francophones prétendument juifs, de ne pas réagir comme ils le devaient, Par bêtise et perversion idéologique, les médias juifs d’alors, disaient que « les journalistes » ignoraient ce dont ils parlaient et qu’il fallait leur expliquer comme il faut. Chaque ignominie de la propagande antijuive, donnait lieu à d’interminables réfutations, aussi pathétiques et grotesques qu’elles étaient inutiles, tant était patente, la mauvaise foi des auteurs. La stupide lâcheté des médias juifs d’alors, n’aurait pas eu d’importance, si elle n’avait pas maintenu dans l’illusion une grande partie du public concerné.

Depuis, c’est toute la population occidentale qui est touchée par le nazislamisme et la destruction des identités nationales. Or, à travers les réactions sur les sites patriotiques et sur les réseaux dits « sociaux », on constate les mêmes réactions mièvres, les mêmes attardés qui découvrent la gravité du problème seulement au moment de leur réaction. Ou bien encore, les pires, ceux qu’on a envie de baffer, les pauvres tarés qui s’offusquent du vocabulaire désignant les ennemis. L’analogie avec les Juifs d’Europe de l’ouest peut continuer. En effet, avec le temps, les Juifs ont fini par se rendre compte que les merdia étaient délibérément contre eux. Il s’en suivit, en France, l’énorme manifestation contre la désinformation officielle, d’avril 2002. Pour mémoire, cette manifestation dont les merdia ne parlèrent que pour « stigmatiser » quelques débordements imaginaires, réunit plus de trois cent cinquante mille personnes dans tout le pays, dont plus de cent cinquante mille à Paris et plus de cinquante mille à Marseille. Le procès stalinien « Am Israël Haï », en octobre 2003, finit d’enfoncer le clou. Désormais, en France et dans les restes de l’UE, les Juifs laissent parler. Certains continuent par habitude à suivre distraitement leurs médias, mais ils n’y attachent d’importance. Ceux qui veulent savoir, savent. Et puis, il y a toujours des résidus indécrottables qui refusent la réalité. Certains continuent de s’agiter sur les fameux réseaux « sociaux ». Et toujours, d’incorrigibles attardés, continuent de polémiquer avec eux. Mais, c’est devenu marginal. C’est même comique, quand les « polémiqueurs » tentent désespérément d’éviter la censure. Or, on observe une forte analogie de comportements, sur les sites de soutien aux Gilets Jaune, qui foisonnent sur la toile.

Que déduire de cette situation ? D’abord, nombreux sont ceux qui cessent de fréquenter les réseaux « sociaux », soit parce qu’ils en ont assez d’être censurés, soit parce qu’ils ont pris conscience qu’ils y perdent leur temps en vains bavardages, soit encore, parce qu’ils s’aperçoivent qu’aucune discussion sérieuse n’y est possible. D’autre part, un autre écueil doit être évité : – celui de la lassitude de se retrouver entre convaincus qui ressassent toujours la même chose.

Le risque de ces « désertions », c’est que les gens ne soient plus informés de l’actualité, ou pire, qu’ils retournent vers les merdia de propagande.

Pour cette raison, les sites de ré-information de qualité professionnelle, sont plus que jamais nécessaires. Les patriotes, ont besoin de lieux où se retrouver, de lieux où trouver des informations occultées, ou biaisées, ailleurs.

Idem, concernant Facebook. Très bientôt, son nouveau règlement interdira tout post s’approchant des interdits déjà en place. Et cela, bien entendu, à la discrétion exclusive des censeurs. Autrement dit, plus aucun débat ne sera possible sur Facebook. Reste à savoir si sous prétexte de « création artistique », ou « intellectuelle », les insanités des rapeurs seront toujours accueillies avec bienveillance.

Il ne s’agit pas de fuir Facebook. Pour y exhiber sa vie privée, ou raconter des blagues, Facebook sera toujours disponible. Mais pour le débat politique, les patriotes doivent laisser Facebook aux abrutis. Pourquoi s’entêter à fréquenter un lieu où l’on n’est pas libre du tout ? Surtout quand il existe l’équivalent sans la moindre censure observée, du moins, jusqu’à présent. En l’occurrence, VKONTAKTE.

Idem pour Youtube. Personnellement, je suis un énorme consommateur de Youtube, pour la musique classique et le jazz, dont je raffole. Et si Youtube a carrément supprimé ma chaîne et sa soixantaine de clips faits main, pas grave, mes vidéos sont en ligne sur VKONTAKTE et j’en diffuse les liens quand c’est opportun.

Pour se rendre utile, chacun d’entre nous doit faire l’effort de convaincre son entourage d’abandonner les merdia. Bien entendu, nous proscrivons les commentaires des publications des merdia, puisque chacun sait ce qu’on y trouve. Chacun d’entre nous doit convaincre son entourage d’utiliser les sites de ré-information à la place des merdia et d’utiliser VKONTAKTE sans censure, à la place de Facebook vendu aux islamo-mondialistes.

Répétons-le encore une fois : La mouvance « populiste » ne vaincra pas par Internet. Si victoire il y a, ce sera, par les armes, ou par les urnes. Mais utilisons cet indispensable outil de communication, avec intelligence ! Ne nous battons pas sur le terrain de nos ennemis, selon ses règles et sa stratégie !

Charles DALGER, le 14 avril 2019

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




8 thoughts on “Tuons Facebook, pour commencer…

  1. JackJack

    « Si victoire il y a, ce sera, par les armes, ou par les urnes. » Par les urnes ? Si comme la dernière fois les abstentionistes sont en aussi grand nombre, la victoire sera impossible, sans compter les magouilles électorales. Alors, par les armes ? Il y a belle lurette que je ne vois pllus d’autre solution.

  2. AvatarMachinchose

    j’ ai vu naitre Fasse Bouk, et quelques années aprés ce fut Touitere

    me souviens du grotesque « veux tu etre mon ami » ?

    jamais adhéré a ce gigantesque piège a cons………et ils n’ ont pas manqué d’ etre trés vite des centaines de millions ..LES CONS !!

    alors, tuer fasse-bouk serait la première riche idée depuis bien longtemps

  3. AvatarJean-Pierre Coq

    J’ai été longtemps réticent à utiliser ce média…
    Pas tellement friand à m’exposer.

    Et je l’ai finalement utilisé pour reprendre contact avec des vieux copains et avec des membres de la famille qui vivent loin. Le seul avantage.
    Je ne nourris jamais ma page. Facebook ne sait rien ou presque de moi.

    Et c’est très bien.

  4. AvatarHollender

    Pas très malin de sortir les armes maintenant….. Une fois derrière les barreaux vous faites quoi ?????
    Mieux vaut s’organiser pour créer un site internet qui ne soit pas aux mains des yankees ni aux mains des  » gochistes bien pensants » Utilisons un moteur de recherche autre que Google, changeons notre adresse courriel pour autre chose que Gmail ou Hotmail etc.
    Personnellement. Dès que Fesse Bouc est arrivé, j’ai fait le choix de ma tranquillité et évité tous ces attrape Couillons.
    Fermement ATHÉ depuis ma première communion…….. J’ai développé une allergie chronique à tout ce qui est manipulation. Religions, sectes. Partis politiques, groupes de réflexion etc
    Quel bonheur de ne pas avoir à répondre à qui que ce soit. à justifier mes opinions. A mes yeux, même les Scouts sont suspects……..

  5. AvatarLa moutarde me monte au nez

    Des l’instant que vous donnez une adresse mail à face book, il connaît et retrouve toute les personnes dont les adresses sont contenues dans votre fichier informatique et dans votre fichier téléphonique.
    Il retrouve même des anciennes relations dont vous n’aviez plus les coordonnées,qu’il va chercher chez vos amis identifiés.
    J’en ai fait l’experience.
    Je me suis créé un compte, sous ma véritable identité parce que je voulais pouvoir entrer en contact avec les gilets jaunes de la région.
    Je n’ai mis qu’une seule photo avec un casque de motard et n’ai donné aucun renseignement.
    Aussitôt,le site m’a présenté tous les membres de ma familles et mes amis fréquentés ou perdus de vue et mêmes de vagues relations, qu’ils soient enregistrés en noms propres ou en pseudonymes.
    Il est même allé me retrouver un voisin dont je n’ai squeezed le numéro de téléphone portable.
    C’est dire à quel point ce site est dangereux pour la vie privée et quel outil merveilleux de traçage, il est, pour la DGSI.
    Je m’en suis toujours méfié et n’y serais jamais venu, sans l’affaire des gilets jaunes.
    Toutes mes craintes ont bien été justifiées.

    Sur le fonds:

    Oui. pour un site patriote dédié et incrochetable par le pouvoir.
    Oui, à la clandestinité.
    La résistance, n’est plus un euphémisme.
    Désormais nous vivons dans un pays occupé.
    Les collabos sont au pouvoir et nous donne la chasse.

    Et oui, pour reprendre le contrôle du pays les armes à la main.

    Lors de la dernière guerre mondiale, internet n’existait pas, mais les pamphlets et les affiches, n’auraient pas suffit à chasser les allemands et les collabos,
    non plus que la résistance de salon.

Comments are closed.