Grand Remplacement : Polony magistralement remise en place par une blogueuse


Grand Remplacement : Polony magistralement remise en place par une blogueuse

 

Natacha Polony a vraiment tourné casaque. Elle n’est pas seule dans ce cas. Des islamo-sceptiques rejoignent en ce moment les rangs de la caste et c’est grand dommage de voir de vrais talents corrompus par la nécessité de la mangeoire. Natacha aurait-elle peur qu’on lui retire sa gamelle d’or médiatique ? Elle apporte en tous cas très clairement sa contribution au dénigrement élitaire envers « les gens qui ne sont rien »,  les « sans dents », ces masses viles,  ces « Français racistes » qui craignent le grand remplacement, parce que les Africains n’ont pas la même couleur de peau !

Avec un air d’autant plus autoritaire que son analyse est pitoyable, elle ne démontre que sa basse besogne qui consiste à donner des gages à ceux qui la paient, la prévalence  de son appartenance élitaire, son parti pris contre le peuple Français, contre la France, contre sa culture.

Une jeune-fille intelligente, posée, lucide, loin des vociférantes hystéries médiatiques, fait sur son blog une très belle et claire réponse qui remet à sa place, point par point, la très malléable, velléitaire et versatile Polony. Elle mérite d’être vue car jamais répétitive et en permanence tendue sur des vérités de plus en plus aveuglantes.

Extrait d’un article de Riposte laïque. Voir la suite ici :

 

https://ripostelaique.com/grand-remplacement-polony-magistralement-remise-en-place-par-une-blogueuse.html

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




9 thoughts on “Grand Remplacement : Polony magistralement remise en place par une blogueuse

  1. Avatarclairement

    Virginie VOTA est excellente.
    J’écoute régulièrement ses interventions .

    Natacha POLONY est soit une sotte, soit une personne cynique qui va à la soupe et qui prend les auditeurs pour des idiots, car toute personne qui a réfléchi deux secondes sait qu’un homme ce n’est pas 2 jambes 2 bras, 1 tête et une couleur, c’est la parole qui l’a pétri qui est son essence parce que nous ne sommes que le produit de nos représentations, c’est à dire de la langue, de la lalangue comme le dit joliment Jacques LACAN.

    Et Natacha POLONY insiste et fait la leçon. Qu’est ce que ça lui rapporte ?

    Par ailleurs, Il y a une loi psychologique qui montre que c’est toujours la majorité dans un groupe qui fait culture.

    Il s’agit bien dans notre pays de grand remplacement

    Sortons de l’Europe qui organise ce grand remplacement le 26 mai

    Natacha POLONY ne raconte que des stupidités.

  2. Avatarjojo ( le plombier )

    Virginie Vota est un pur bonheur… quoique … très très très très bavarde !! mais de cela on ne lui en tiendra pas rigueur car c’est l’ occasion unique de contempler la beauté alliée à l’intelligence dans sa plus simple et sa plus noble expression. Merci à Jean Sobieski pour cette très Belle rencontre . Longue et Belle vie à Virginie Vota femme idéale

  3. AvatarJolly Rodgers

    je n’ai jamais senti la natacha polony . ben , je ne me suis pas trompé ! trop médiatique , nous la voyons souvent dans élément le magazine islamophile et pro arabe de la bien mal nommée nouvelle droite , elle viens d’être nommée a la direction d’un grand journal …. bref la soupe est bonne .

  4. SarisseSarisse

    La petite Vota est en effet excellente dans bien de ses interventions quoi qu’en pense un Jean Robin clair sur l’islam mais obsédé par ses lubies anticatholiques.

  5. Avatarbm77

    Pas d’accord avec vous, je trouve Polony assez honnête et exprimant parfois avec aplomb des vérités qui cassent le discours ambiant , elle n’est pas incisive comme Zemmour mais je la pense sincèrement Républicaine .
    le fait qu’elle soit médiatique ne la met pas nécessairement hors jeu .
    Quand à la personne que vous encensez j’ai parfois écouté son analyse que je trouvais pertinente mais parue limite sur d’autres
    Dans cette vidéo elle ne remet pas en place Polony qui a au moins le mérite de poser les problèmes elle complète en rendant les choses plus pertinentes en les ancrant dans la réalité . On ne peut faire grief à Polony de vivre dans des quartiers privilégiés en même temps elle s’exprime à titre individuel et ne parle pas aux nom des gens .
    Chacune est dans son rôle l’une journaliste pour animer le débat l’autre blogueuse pour provoquer les réactions en rendant celui ci plus précis et plus incisif. Un Bercoff est aussi dans ce rôle au moins ils ont ça en commun l’un et l’autre de ne pas diaboliser les gens qui osent avoir un autre discours.

  6. AvatarAdalbert le Grand

    « Magistralement », je trouve le terme un tantinet exagéré.

    Certes, Natacha Polony dit de grosses carabistouilles et ses arguments ne tiennent pas la route. D’autant quelle semble céder aux injonctions du politiquement correct gauchiste, et accepter de passer sous ses fourches caudines en reprenant ses idées reçues et ses slogans faux: j’en suis assez surpris, car elle nous avait habitué à mieux.

    Mais notre amie Virginia manque un peu de connaissances (à son jeune âge, c’est plutôt normal) sur les questions anthropologiques et sociologiques de fond qui sont derrière les problèmes que pose l’immigration, et sa réflexion est souvent naïve et pas suffisamment percutante: on peut faire beaucoup mieux

    Par exemple sur l’immigration européenne, italiens, portugais, polonys, pardon polonais, elle oublie comme tous les commentateurs deux points fondamentaux à opposer aux immigrationnistes fousnaïfs:

    1. cette immigration ne s’est pas passée si bien que cela, les 2/3 sont repartis car ils n’arrivaient pas à s’adapter à la France, à ses mœurs, sa mentalité, sa culture, ils se sentaient trop DÉPAYSÉS. En fait ils ne voulaient pas abandonner LEUR culture – et ceci est un comportement que l’on observe SYSTÉMATIQUEMENT chez les humains : la plupart sont incapables de renoncer à leur culture primaire (en anthropologie, la culture qu’on a acquis en premier après la naissance, et qui forme ce qu’on appelle la personnalité de base, le stéréotype culturel), et il se sentent toute leur vie étrangers en terre étrangère. Seule une infime minorité d’individus ont la volonté et le goût de se changer, et de devenir aussi voire plus conformes au stéréotype local que les locaux.

    Combien d’européens émigrés aux USA se sont mis à vivre comme les locaux, c’est-à-dire les Amérindiens? Les USA sont-elles une nation métissée, mi-blancs mi-indiens? Combien de « Grey Owl » (en passant pas si indianisé qu’il a voulu le faire croire)? Non, c’est un pays de culture 100% européenne – sauf les rares Amérindiens survivants (très déculturés et « blanchis »), et en partie les Noirs qui ont gardé un peu de l’Afrique ( presque seulement la musique, d’ailleurs – et malgré tout largement influencée par la musique « blanche »).

  7. AvatarAdalbert le Grand

    2. En nombre et en proportion de la population de souche, l’immigration passée est sans commune mesure avec l’actuelle. Aujourd’hui nous avons un véritable tsunami, alors qu’avant on avait des vaguelettes. On reçoit chaque année plus que toute l’immigration italienne ou polonaise sur plusieurs décennies ,qui se sont limitées à quelques centaines de milliers d’individus, et dont on vient de dire que plus de la moitié sont repartis!

    Bizarrement nos immigrationnistes naïfs oublient systématiquement ce fait fondamental. Or le nombre, la quantité sont en soi un fait, une cause effective, ils changent la nature même du phénomène – comme pour n’importe quel phénomène physique. Apparemment, la notion de masse critique leur échappe complètement.

    C’était un petit aperçu de ce qu’on peut améliorer. Pour répondre vraiment à Polony et déconstruire toutes les fausses idées implicites qui sous-tendent ses propos, il me faudrait écrire un opuscule de quelques dizaines de pages, ou même un livre (il y a un matière pour cela).

    Mais sur le fond, Virginia a raison: le multiculturalisme est une ânerie. La société « multiculturelle », en fait de déracinés, de « nomades » dont rêve les mondialistes ne peut aboutir qu’à une société a-culturelle (puisque chacun a une « culture » différente, en fait il n’y en a plus), anomique aurait dit Durkheim. Autrement dit un monde de vertige, de peur, d’insécurité, (cf territoires perdus: on y est déjà) car on n’a plus de repères, de carte, de boussole, il est incompréhensible et imprévisible, car il n’y a plus rien pour le structurer et lui donner du sens.

    La Bible en parlait déjà: cela s’appelle l’histoire de la tour de Babel. Et tiens, Babel c’est en fait Babylone: et que veut dire l’expression « c’est une véritable Babylone »? Une ville justement « métissée », cosmopolite, mais aussi désordonnée, chaotique qui donne le vertige. Babylone, c’est la ville de l’Apocalypse.

    C’est à cela que vont aboutir nos apprentis sorciers du multiculturalisme et de l’immigration heureuse sans limites.

    Sauf que les sociétés ayant horreur du désordre, elles y remédieront un jour ou l’autre avec la porte de sortie classique et obligée: une bonne grosse dictature.

Comments are closed.