Les réseaux sociaux censurent Tommy Robinson


Les réseaux sociaux censurent Tommy Robinson

Dans une vidéo mise en ligne le 2 mars 2018, l’an dernier donc, Tommy Robinson annonçait qu’il voyait venir le moment où les réseaux sociaux allaient le bannir, pour le réduire au silence.
Il avait raison : je viens de sous-titrer en français cette vidéo, qui j’espère restera quelque temps sur YouTube (sinon, j’irai la poster ailleurs).

 

Twitter a banni Tommy en avril 2018.

Puis Facebook l’a banni (ainsi qu’Instagram), « curieusement » un ou deux jours après qu’il eut mis en ligne son reportage PanoDrama fin février, où il dévoilait, preuves à l’appui, avec enregistrement vidéo en caméra cachée, que la BBC avait comploté pour faire un reportage à charge contre lui, basé sur des faux témoignages soutirés par chantage ou autre pression, pour leur émission vedette, Panorama.

La vidéo est disponible sur sa chaîne mais difficile à trouver, mais on peut aussi la trouver ailleurs, comme ici.

L’original sur sa chaîne est encore disponible, mais il faut un lien pour y accéder, le voici :

 

En écrivant ce papier et en recherchant d’autres liens sur PanoDrama, je suis tombé sur cette vidéo de Virginia Vota, sur Tommy et son reportage PanoDrama, qui explique aux francophones de quoi il s’agit. Merci à elle.

Tommy avait plus d’un million d’abonnés sur Facebook : plus que Theresa May ou que le chef des travailliste, Jeremy Corbyn. L’Establishment voit manifestement sa popularité grandissante d’un très très mauvais œil. Ce qui est bon signe en fait, ça veut dire que les autorités britanniques le craignent. Et pourquoi le craignent-elles ? Parce qu’il montre la vérité de ce qui se passe dans le pays.

Et puis, ça a été le tour du réseau social Snapchat de bannir Tommy où il s’était « réfugié » le mois denier.
Enfin, la semaine dernière, YouTube succombait aux pressions des autorités britanniques et rendait la chaîne YouTube de Tommy quasiment inaccessible, en la retirant de son moteur de recherche.

 

Tommy a depuis migré sur Telegram, où il peut s’exprimer librement : https://t.me/TommyRobinsonNews

Tommy avait donc annoncé son bannissement, pour que tous ceux qui sont épris de vérité puissent le suivre sur son nouveau site web : www.tr.news

Ce site aura très bientôt une application pour téléphone mobile, où Tommy pourra s’exprimer et les gens interagir avec lui, sur un vrai réseau social à lui.

Ses projets : faire un documentaire dans les mois à venir sur l’omerta sur les viols de gamines anglaises par des gangs musulmans, montrer les responsables dans la police, les services sociaux, les municipalités. Ça va faire du bruit. C’est précisément pourquoi l’Establishment veut désespérément réduire Tommy au silence.

En tout cas, Facebook et consort viennent de se tirer une balle dans le pied. « Messieurs les réseaux sociaux censeurs, bonsoir ! »

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




One thought on “Les réseaux sociaux censurent Tommy Robinson

Comments are closed.