Etats-Unis : la journaliste Jeanine Pirro critique le hidjab de l’élue antisémite Ilhan Omar ? Suspendue !


Etats-Unis : la journaliste Jeanine Pirro critique le hidjab de l’élue antisémite Ilhan Omar ? Suspendue !

Illustration : à gauche Judge Jeanine Pirro,  journaliste qui, jusqu’au samedi 9 mars, avait son heure sur l’actualité à Fox News, l’une des rares chaînes américaines encore généralement politiquement incorrecte. Judge Jeanine Pirro pourrait être classée comme le Eric Zemmour américain, avec certainement davantage de virulence, du rentre-dedans sans détour. Pour ceux qui ne la connaissent pas, la voici sur la photo de gauche, la photo de droite étant celle d’une nouvelle élue à la Chambre des Représentants, Ilhan Omar, qui fait beaucoup parler d’elle.

Judge Jeanine Pirro et les paradoxes du monde de l’après 11 septembre 2001, ou notre marche surréaliste sur une voie suicidaire

29 mars 2019 par Bruce Bawer (Bruce Bawer est l’auteur de « While Europe Slept », « Surrender », « The Victims’ Revolution » et « The Alhambra »).

 

Samedi soir, 16 mars, l’un des invités à l’émission du soir de Greg Gutfeld sur Fox News était un ancien sergent des Marines, technicien en bombes, Johnny « Joey » Jones, qui avait perdu ses deux jambes lorsqu’il avait marché sur une mine en Afghanistan en 2010.

Il faisait penser à un jeune Jimmy Stewart : séduisant, modeste, plein d’esprit et même capable de faire des blagues sur ses membres manquants.

En le regardant, l’auteur de cet article s’est dit :

« voici un jeune homme qui a été handicapé à vie car, après le 11 septembre, il a fait partie de ces courageux Américains qui ont accepté de risquer leur vie à l’étranger pour combattre l’ennemi de leur pays».

Mais quel est cet ennemi ?

Le nom officieux donné à la lutte par la Maison Blanche sous George W. Bush, « la guerre contre le terrorisme », évitait de répondre à cette question.

D’où aussi d’ailleurs le nom officiel de cette guerre : « Operation Enduring Freedom ».

Dès le début, en réalité, la nature exacte de l’entreprise tout entière était enveloppée dans un brouillard d’euphémisme et d’évasion.

Les hommes qui ont piloté ces avions dans les tours jumelles et le Pentagone étaient des fervents musulmans, obéissant au livre sacré de leur religion en massacrant des infidèles en masse.

Les chefs talibans en Afghanistan étaient également des musulmans fervents, gouvernant ce pays dans le strict respect de la charia.

Et pourtant, quelques jours après le 11 septembre, alors même que Bush préparait la campagne pour l’Afghanistan, il avait déclaré au peuple américain que « le visage de la terreur n’est pas la vraie foi de l’islam. Ce n’est pas ce dont il s’agit. L’islam c’est la paix ». 

Au cours des dix-huit années qui ont suivi, l’establishment politique et médiatique occidental a continué de faire écho à ce mensonge.

Les djihadistes ont de nouveau frappé Bali, Madrid, Beslan, Londres, Bombay, Fort Hood, Paris, San Bernardino, Bruxelles, Orlando, Nice, Manchester, Barcelone et New York, pour ne citer que quelques-uns des évènements les plus meurtriers et les plus médiatisés.

Pourtant, de façon perverse, le mensonge à propos de l’islam est plus fort que jamais.

Dans tout l’Occident, les écoliers et les étudiants ont reçu une image de l’islam de pure propagande.

Sans doute a-t-on l’impression que beaucoup de gens sont plus conscients de la réalité de l’islam qu’auparavant, mais on a aussi l’impression qu’ils se sentent plus intimidés que jamais et restent silencieux.

Il est certainement plus difficile maintenant de publier un livre franc sur l’islam qu’il y a dix ans, par exemple.

Les personnalités qui critiquaient ouvertement cette religion il y a quelques années à présent restent muettes ou utilisent le mot « islamisme », ce qui impliquerait que les djihadistes sont motivés par autre chose que l’islam lui-même.

En Grande-Bretagne et ailleurs (France bien sûr), les autorités harcèlent et même poursuivent de plus en plus de citoyens pour avoir partagé des faits simples sur l’islam sur les médias sociaux.

Hillary Clinton a appelé « déplorables » des décisions politiques raisonnables, telles que l’interdiction d’entrée aux États-Unis par Donald Trump pour des ressortissants indésirables de certains pays, qualifiée par le politiquement correcte de « interdiction des musulmans », interdiction conçue pour nous protéger du djihad, qu’il soit violent ou furtif, mais les élites culturelles ont appris à condamner par réflexe de telles politiques comme étant « islamophobes ».

De nombreux Britanniques applaudissent Tommy Robinson, mais y a-t-il une célébrité, une personnalité « respectable » de Grande Bretagne qui ait osé le défendre face à la persécution officielle ?

Samedi 9, Judge Jeanine Pirro, dont l’émission hebdomadaire sur Fox News est diffusée juste avant celle de Greg Gutfeld, a ouvert son émission avec un éditorial percutant sur l’échec pathétique de la Chambre des Représentants qui n’avait pas réprimandé de manière appropriée la nouvelle élue Ilhan Omar pour ses déclarations antisémites violentes et répétées.

Dans son éditorial, Judge Jeanine Pirro a formulé un argument tout à fait légitime :

« Ilhan Omar porte un hijab qui, selon le Coran 33:59, demande aux femmes de se couvrir pour ne pas se faire molester.

Son adhésion à cette doctrine islamique est-elle révélatrice de son adhésion à la charia, ce qui en soi est contraire à la Constitution des États-Unis ? » (Sourate 33, verset 59 du Coran : « Ô Prophète ! Dis à tes épouses, à tes filles, et aux femmes des croyants, de ramener sur elles leurs grands voiles ; elles en seront plus vite reconnues et éviteront d’être offensées. Allah est Pardonneur et Miséricordieux »).

C’était une question tout à fait juste, basée sur une conception de l’islam qui n’est probablement pas partagée par les résidents non musulmans du cinquième district du Minnesota qui ont voté pour Ilhan Omar en novembre dernier, ou, en l’occurrence, par les électeurs du Michigan qui ont élu la musulmane Rashida Tlaib.

Un hijab est tout simplement une déclaration d’adhésion à la charia, et la charia est contraire à la Constitution américaine.

C’est le genre de fait parfaitement simple, bien qu’inconfortable, à propos duquel les dirigeants, les journalistes et les éducateurs américains auraient dû être honnêtes à compter du 11 septembre 2001.

Mais en 2019, c’est trop vrai pour Fox News, qui a rapidement critiqué publiquement Judge Jeanine Pirro pour cette question et l’a privée de son heure d’antenne.

De nombreuses personnes ont critiqué la chaîne Fox News, d’autres l’ont félicitée. (Note de Jack – D’après des commentaires à la suite de cet article, Fox News appartiendrait désormais à Disney… Serait-ce la raison de la sanction disciplinaire contre Judge Jeanine Pirro ?)

Bref, l’auditoire de Judge Jeanine Pirro a été privé de son émission hebdomadaire samedi 16 mars.

On peut dire qu’il n’y a pas eu de justice envers Judge Jeanine Pirro.

Selon certaines informations, elle aurait été suspendue.

Pendant combien de temps ? Pas clair (on ne l’a toujours pas vue ce samedi 23…).

Le Président Donald Trump a fait connaître son mécontentement : « Ramenez Judge Jeanine Pirro », a-t-il twitté, conseillant aux dirigeants de Fox News de « ne pas trop s’acharner à devenir politiquement corrects ».

Katie Hopkins, personnalité médiatique britannique, a twitté :

« Où est la loyauté du réseau ? Elle est le sacrifice symbolique pour calmer la foule ».

Ce qui est vraiment sacrifié, bien sûr, n’est pas simplement Judge Jeanine Pirro.

Ce qui est sacrifié c’est la vérité sur l’islam lui-même.

C’est le refus obstiné de l’establishment occidental de reconnaître cette vérité qui a conduit à la situation absurde et, certes, tragique dans laquelle nous nous trouvons maintenant : à savoir que, tandis que les forces armées des États-Unis et de leurs alliés combattaient les djihadistes en Afghanistan depuis plus de dix-sept ans et en Irak depuis  seize ans, entraînant des pertes massives en vies humaines et en trésors, nous avons continué à autoriser des musulmans à peine contrôlés à immigrer dans nos propres pays, à la prolifération de mosquées sans surveillance officielle pour ce qui y est prêché, placé de plus en plus de musulmans à des postes de responsabilités et haussé les épaules avec indifférence pendant que des villes comme Dearborn et Hamtramck (villes du Michigan) devenaient des bastions musulmans.

Johnny Jones a perdu ses jambes en combattant les adhérents de la même idéologie que celle à laquelle Ilhan Omar souscrit et pour laquelle Judge Jeanine Pirro Jeanine a été sacrifiée.

Cela n’a aucun sens ; si vous voulez garder les frontières ouvertes chez vous, pourquoi envoyer des jeunes hommes combattre à l’étranger ?

Pourquoi tuer nos ennemis en Syrie, en Iraq ou en Afghanistan et, en même temps, les faire élire au Congrès des États-Unis ?

Pourquoi mener des guerres sans fin tout en punissant ceux qui nomment correctement l’ennemi sur notre sol ?

Si les dirigeants occidentaux avaient réagi au 11 septembre de manière plus raisonnable et cohérente, nous n’aurions pas été en Afghanistan en 2010, Johnny Jones aurait toujours ses jambes, Judge Jeanine Pirro aurait fait son émission télévisée samedi dernier et Ilhan Omar, qui est arrivée aux États-Unis en 1995, pourrait ou non encore vivre dans le pays, mais ne serait certainement pas au Congrès.

Il n’y a aucun moyen de réécrire le passé.

Mais nous ne pouvons pas continuer aveuglément dans cette voie dangereuse.

https://www.frontpagemag.com/fpm/273214/judge-jeanine-and-paradoxes-post-911-world-bruce-bawer

Traduit par Jack pour Résistance Républicaine.

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Jack

Résistance républicaine Etats-Unis “Those who surrender freedom for security will not have, nor do they deserve, either one.” « Ceux qui sacrifient la liberté pour la sécurité n'obtiendront, ni ne méritent, ni l'une ni l'autre » Benjamin Franklin


3 thoughts on “Etats-Unis : la journaliste Jeanine Pirro critique le hidjab de l’élue antisémite Ilhan Omar ? Suspendue !

  1. Peter Wardein

    La représentante démocrate voilée relève des problèmes intérieurs des USA avec l’islam, qui sont certes assez graves. Sur le plan extérieur, leur relation avec l’islam mondial risque de déboucher beaucoup plus rapidement sur une crise très grave. Le Pakistan pourrait être amené à utiliser ses forces nucléaires, livrees par les USA contre l’Union Indienne.
    La question du Cachemire n’est absolument pas réglée.

  2. durandurand

    De toute façon les gouvernements successifs américains ont toujours fricotés avec plus ou moins d’assiduité le Diable ,qui s’est déjà retourné contre-eux maintes et maintes fois , mais cela ne les empêchent pas de continuer à se servir de ces fous sanguinaires de l’islam ., faut être con et masochiste à ce point . Tout ce paie un jour ou l’autre , mais le retour de bâton fera très mal , grand bien leur fasse .

  3. frejusien

    Le 11 septembre 2001 a lancé le début du djihad contre les USA,
    mais les démocrates n’ont pas compris, ils étaient même prêts à construire une grande mosquée à l’emplacement des TOURS JUMELLES,

    Depuis cette date, le pays a été marqué par les imams haineux comme une terre à conquérir, et tous les muz du monde s’y emploient rigoureusement en venant s’installer et en construisant des mosquées ,

    on voit qu’en moins de deux décennies, ils ont parcouru un chemin considérable, et toujours pas de réactions de la part des gouvernements successifs, l’occident est mûr pour tomber dans l’escarcelle de l’islam

Comments are closed.