Ils bossent 66 h/semaine pour 150 € mensuels, plainte de Sherpa contre Vinci, mais pas contre le Qatar


Ils bossent 66 h/semaine pour 150 € mensuels, plainte de Sherpa contre Vinci, mais pas contre le Qatar

Coupe du Monde au Qatar :Vinci ferait travailler les « migrants » 66h par semaine pour 150 euros mensuels… Et l’association Sherpa de dénoncer Vinci et de porter plainte contre l’entreprise.

Ah ! Ils sont jolis les Macron et consorts qui favorisent les multinationales comme Vinci et font crever nos PME !

Ah ! Ils sont jolis les Sarkozy et Macron qui depuis des lustres offrent la France au Qatar, exploiteur en chef de plus d’un million d’un étranger !

Ah ! lls sont jolis les droidelhommistes qui offrent des ponts d’or aux clandestins en France mais se taisent sur le sort de ces derniers dans les pays musulmans.

En tout cas, il y a un beau scandale à l’est… Scandale que Macron et sa clique vont forcément chercher à étouffer. A suivre.

Vinci la pieuvre tentaculaire au service des mondialistes et de l’islam.

Vinci ne se contente pas de nous saigner avec ses autoroutes, avec ses aéroports, ses éclairages urbains…

https://fr.wikipedia.org/wiki/Vinci_(entreprise)

Tout cela ne lui suffit pas. Il faut, en sus, qu’il aide le Qatar à construire les infrastructures de la coupe du Monde. En association avec le dit Qatar, qui, moins con que les islamo-collabos qui nous dirigent, ne permettent à aucune entreprise française d’avoir la majorité des parts dans une entreprise qui travaille dans leur pays.

Obligation étant faite à toute entreprise étrangère de s’associer avec des sociétés qataries si elle souhaite faire affaire dans l’émirat, le groupe de BTP a créé sur place la Qatari Diar Vinci Construction (QDVC), détenue à 49% par les dirigeants français.

7 contrats pour 5,4 milliards d’euros, ça ne se refuse pas, me direz-vous…

De ce fait… Vinci est sous le coup de dénonciation de Sherpa, ‘association droidelhommiste, reprochant à Vinci de maltraiter les travailleurs étrangers du Qatar ( 1,2 million de travailleurs sur 1,7 million d’habitants, en France on a fait la révolution pour mois que ça). Au pays de l’or noir, en pays musulman, on n’a aucun scrupule à exploiter la misère humaine. Mais vous n’entendrez ni Bové ni Hamon ni Besancenot ni la LDH et compagnie dénoncer ce qui se passe au Qatar. Pas touche à l’islam, pas touche aux pays musulmans.

Seule l’association Sherpa a déposé une plainte… contre Vinci, géré par des Occidentaux. Pas question, dans le monde de la mondialisation où tout le monde s’occupe de ce que fait son voisin, d’ingérence en pays musulman. On apprécie en passant l’hypocrisie.

L’association a pu rencontrer anonymement des ouvriers migrants employés pour les besoins d’un sous-traitant de QDVC. Les informations qu’elle rapporte font froid dans le dos: 

Les travailleurs « sont contraints à des tâches souvent dangereuses, onze heures par jour, avec une heure de pause déjeuner, six jours par semaine, avec un jour de repos le vendredi », détaille Sherpa.

Le salaire, lui, est misérable: pour près de 66 heures de travail par semaine, un employé touche 700 riyals par mois. L’équivalent de 150 euros.

« Huit par chambre »

Les équipes de BFMTV ont également pu se rendre sur place. Par peur de perdre leur emploi, les employés de QDVC rencontrés par nos équipes sont évidemment restés anonymes. C’est le cas de Bikash*, un ouvrier népalais, qui déplore les conditions de logement. « La nourriture que l’on nous donne n’est pas bonne », se plaint-il. « On est jusqu’à huit dans les chambres, il n’y a pas d’espace et on n’a pas d’équipement », poursuit-il. « On se douche et on lave nos habits au même endroit. » 

Ces logements en question, nos équipes ont pu en obtenir un aperçu. On peut y voir six lits superposés dans une même chambre. Illégal, selon la loi locale. Mais ce n’est pas la seule chose que déplore le Népalais: blessé à plusieurs reprises, après s’être notamment cassé une jambe, il affirme ne jamais avoir été indemnisé.

Mohammed, obligé de donner son passeport à la société

Mohammed, de son côté, pointe le doigt contre la kalafa qatarie, connue aussi sous le nom de « sponsor ». Un processus qui oblige l’ouvrier à remettre ses papiers à son entreprise, limitant grandement sa liberté de mouvement. « Je n’ai pas mon passeport, je l’ai remis à la société », témoigne-t-il. « Quand j’ai besoin de partir, pour des raisons urgentes ou pour m’occuper de ma famille, je dois leur écrire une lettre et ils me rendent mon passeport. »

Ainsi, l’association Sherpa considère que l’entreprise française, en imposant de telles conditions de travail et en profitant du système de kafala, « se rend coupable de travail forcé et même de réduction en servitude ». Des accusations dénoncées par les responsables de l’entreprise.

« Les ONG qui émettent des jugements, nous les invitons à venir voir nos camps », répondent-ils sur notre antenne.

« On coopère pour améliorer la vie quotidienne de nos salariés. On procède à des audits réguliers de nos sous-traitants. Nous avons une politique stricte de terminaison des contrats quand ils ne respectent pas les critères que nous nous appliquons à nos employés », a-t-il encore été précisé.

Pourtant ça fait des lustres que le Qatar exploite, emprisonne… 

Déjà, en 2013, il y a 6 ans ! nous titrions : un mort par jour  pour construire les stades du Qatar.

 

Les documents font état d’ouvriers réduits à l’esclavage. Pas d’accès gratuit à l’eau potable malgré des températures de plus de 50 degrés, confiscation des passeports, salaires non versés, chambres d’hôtel à peine salubres partagées à plus d’une dizaine… «On veut rentrer chez nous mais l’entreprise nous l’interdit, raconte un travailleur népalais sous couvert d’anonymat. Ils peuvent nous faire travailler 12 heures de suite et nous priver de nourriture. Quand je me suis plaint, on m’a battu et licencié sur le champ. Il a fallu que je quémande à manger aux autres pour ne pas mourir de faim.»

Selon le journal britannique, le Qatar a prévu d’employer 1,5 million de travailleurs immigrés pour que le pays soit fin prêt à accueillir l’événement dans moins de dix ans. 40% d’entre eux seront Népalais. » 

Lire l’ensemble de l’article ici :

http://resistancerepublicaine.eu/2013/09/27/coupe-du-monde-2022-un-mort-par-jour-pour-construire-les-stades-du-qatar/

 

Pourtant, le Qatar le pays le plus riche du monde ou l’un des plus riches a/aurait les moyens de payer décemment, de faire travailler 30 heures par semaine, 5 jours par semaine ses employés…

Mais quand on considère les non musulmans comme de la chair à pâtée, les hindouistes sont de la chair à pâtée, ils ne sont pas considérés comme des hommes mais comme des esclaves.

Voyez-vous l’association Sherpa qui porte plainte contre Vinci dénoncer l’islam et ses moeurs, l’islam et ses exploitants, l’islam et ses esclavagistes, l’islam et le Qatar, donc ? 

Sherpa ? Association française, basée à Paris, créée en 2001 en vue de protéger et défendre les populations victimes de crimes économiques.… Qui reçoit sans doute l’argent du contribuable…

Sherpa dépose plainte sur plainte contre des dictateurs africains…

https://fr.wikipedia.org/wiki/Sherpa_(association)

Sherpa a déposé plainte contre Khadafi et a demandé le gel de ses avoirs en France… ah oui, hurler avec les loups, ils savent faire, à Sherpa.

Mais rien contre l’émir du Qatar ? Pas de gel de ses avoirs, pas de confiscation de ses nombreux biens ? 

C’est encore Sherpa qui a porté plainte contre le cimentier Lafarge accusé d’avoir payé des pots de vin à l’EI pour pouvoir continuer à faire son boulot en Irak…., mais contre le Qatar accusé par Florian Philippot de financer le terrorisme… rien ? Rien ! 

Contre le Qatar qui maltraite ses ouvriers, rien ? Rien !

A Sherpa on n’aime pas les Occidentaux ni leurs amis africains. Mais on lèche les pieds des émirs…

Va comprendre, Charles !

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


6 thoughts on “Ils bossent 66 h/semaine pour 150 € mensuels, plainte de Sherpa contre Vinci, mais pas contre le Qatar

  1. AvatarAndré Piscione

    Avant meme d’ouvrir une polémique sur les taux de rénumération d’un ouvrier au Quatar ou ailleurs; encore serait il bon de serez t’il bon de connaitre le cout de la vie dans ces pays ; Vinci ,Bouygues, etc ,ne sont que les maitres d’oeuvre de grands projets ,sont soumis aux lois et à la législation des pays dans lesquels ils interviennent ,sont contraint à la préférence nationale pour le personnel Doivent t’ils refuser ces chantiers et mettre leurs gens à la porte ?

    1. AvatarHellen

      C’est la question que je me suis tout de suite posée…
      Le coût de la vie… car selon celui-ci, ça change tout…!
      Bon dimanche,
      Bien à vous

  2. AvatarMachinchose

    merci de ne pas confondre Kafala (adoption islamique) et Kalafa (?) qui peut etre un verbe ,un terme signifiant « se mêler intempestivement de tout »

    un personnage populaire du Maghreb du genre de Djoha, comique fut le « Hadj Klouf » qui se mêlait de tout et rient, et dont les aventures cocasses ont amusé des générations

    et le verbe « itkéléf » signifie, « il se mêle »

Comments are closed.