Général Le Ray : feu sur les Gilets jaunes, mais pas sur les djihadistes du Bataclan !


Général Le Ray : feu sur les Gilets jaunes, mais pas sur les djihadistes du Bataclan !

Il a l’air fier de lui, le gouverneur militaire de Paris, Bruno Leray, interrogé sur France Info. On sent que cet homme a une haute idée de lui-même. Avec une rare arrogance, bien que bafouillant fréquemment, il se permet de critiquer la prise de parole, anonyme, par sécurité, d’un militaire qui explique que ce n’est pas le rôle de l’armée française que de défendre un gouvernement et de tirer sur son peuple. Manifestement, ce gouverneur militaire n’a aucun état d’âme, et se dit prêt, s’il le faut, à faire tirer sur ce qu’il appelle des « casseurs ».

https://www.lexpress.fr/actualite/societe/gilets-jaunes-acte-19-le-gouverneur-militaire-n-exclut-pas-l-ouverture-du-feu_2068780.html

C’est ce même Général Bruno Le Ray qui avait indigné notre ami Jean Sobieski, quand il avait justifié la non-intervention de huit militaires, devant le Bataclan, estimant que ce n’était pas une zone de guerre, et qu’il était hors de question de mettre en danger la vie des soldats !

« Deux ans et demi après les attentats, les familles de victimes ne comprennent toujours pas pourquoi on a empêché, sur ordre, huit militaires de l’opération Sentinelle présents devant le Bataclan d’intervenir. Nous voulons une réponse précise », a expliqué à l’AFP l’une des avocates, Samia Maktouf, confirmant une information du Parisien.

« On leur a interdit une intervention physique, c’est-à-dire de rentrer (dans le Bataclan), mais aussi le prêt de matériel médical de premiers secours à des policiers », a-t-elle affirmé, estimant qu’« on n’aurait peut-être pas empêché la mort de 90 personnes mais au moins évité des hémorragies qui ont donné la mort ».

« Négatif, vous n’engagez pas les militaires, on n’est pas en zone de guerre »

Les familles des quatre-vingt-dix victimes, dont Patrick Jardin, apprécieront.

http://www.fenvac.org/attentat-du-bataclan-des-victimes

Voilà ce qu’écrivait l’ami Jean : « Il est impensable de mettre des soldats en danger dans l’espoir hypothétique de sauver d’autres personnes », avait-il osé dire, pour justifier la scandaleuse inaction des militaires. Pendant que le massacre continuait, méthodique, audible, palpable, à l’intérieur du Bataclan. Mon Général, je vous souhaite sincèrement de ne pas croiser l’un ou l’autre de ces proches de victimes en demande d’explications. Vous auriez à leur répondre non seulement de votre incommensurable bêtise mais plus encore de votre incompétence. Ah, nous voilà bien défendus !

https://ripostelaique.com/bataclan-le-general-bruno-le-ray-justifie-honteusement-la-non-intervention-de-8-militaires.html

Bref, si on résume la vision du gouverneur militaire de Paris, c’est un homme qui trouve normal que ses soldats laissent exécuter des otages de djihadistes, à Paris, mais qui est prêt à donner l’ordre à ses hommes de tirer sur la foule.

Quand les Français étaient passifs, nos généraux patriotes disaient « l’armée ne peut pas intervenir contre le gouvernement car tant que le peuple français ne se révolte pas contre son gouvernement, celui-ci est le représentant du peuple ». Que faut-il à l’armée au bout de 4 mois de révoltes populaires, les blessés et estropiés ? Pire, l’armée, par la voix du gouverneur militaire de Paris, accepte de se mettre au service des oligarchies contre le peuple, il envisage même sans sourciller de tirer !

Le syndicat France Police, fait part de son étonnement : « lorsque la police nationale fait face à des émeutes dans les banlieues bien plus violentes par rapport aux faits survenus samedi dernier sur les Champs-Elysées, personne ne demande le renfort de l’armée et personne n’envisage d’ouvrir le feu sur les dealers.. Mais il est vrai que le crime organisé contrôlant les 600 cités interdites de la République ne critique pas le pouvoir en place.. Echange de bons procédés, on leur fiche une paix royale.. A méditer. « 

Rappelons l’intervention du capitaine de police Eric Renan, syndicaliste, dimanche, à Rungis, à l’invitation de RL et de RR.

 

Le peuple de France, à qui on raconte que l’armée est à son service, appréciera, par ailleurs, à leur juste valeur les propos et l’attitude du général Bruno Le Ray.

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




19 thoughts on “Général Le Ray : feu sur les Gilets jaunes, mais pas sur les djihadistes du Bataclan !

  1. Mateo

    C’est avec ce type de général d’opérette que l’on n’a pas su faire face aux allemands
    Un général de cour pour faire le beau et complaisant jusqu’a Se rendre ridicule devant le pouvoir
    Mais heureusement il y a de bon chef de guerre en réserve

  2. Gladius

    Certainement un gros con prétentieux (vous avez vu son air très très supérieur) et très probablement très très arriviste (pour arriver à ce poste prestigieux) donc servile vis à vis du Pouvoir en place.

    Pour nous patriotes : fiché T

  3. Baribal

    La justification que ce général a donné pour la non-intervention des militaires au Bataclan est, à elle-seule, une belle définition de sa personnalité. C’est un Shadok, mais en moins drôle.

  4. G L

    Au moins, j’espère que tous ceux qui croient que l’armée va intervenir, doit intervenir ou devrait intervenir – ils sont très nombreux sur ce site – ont enfin compris.
    Et j’espère que cela servira aussi de leçon à tous ceux – tous aussi nombreux – qui appelaient de leur vœux « un général » pour prendre la tête de la résistance française.

    On vous le dit et on vous le répète : IL NE FAUT PAS COMPTER SUR L’ARMEE.

  5. La moutarde me monte au nez

    Quand j’ai accompli mon service militaire dans un bataillon de chasseurs alpins, j’y croyais et j’étais militariste.
    Nombreux, partis mes compagnons d’arme, disaient : «  les crevures «  pour nommer les officiers.
    Personnellement je désapprouvais.
    Aujourd’hui, bien que toujours militariste, en entendant ce connard infatué de sa personne, je me suis dit que CREVURE était bien le qualificatif qui lui convenait.

    1. durandurand

      Oui comme vous le dîtes si bien ,des crevures de salons dorés il y en a un sacré paquet ,heureusement il y a certains officiers et officiers généraux qui ne se laissent pas séduire par le miroir aux alouettes , qui ont le sens de l’Honneur et de la Patrie .

  6. jojo

    Il devrait se trouver en prison
    Pour trahison et non assistance a personne en danger
    Ce general est un criminel

  7. claude t.a.l

    Voilà une  » brève  » qui illustre l’état réel du pays.

    Extraits :

     » trois policiers blessés et interpellations mouvementées à Montargis vendredi soir ….
    …. Une patrouille de la Bac de nuit est d’abord intervenue pour des dégradations de porte, dans un immeuble, et pour une femme blessée légèrement après un différend avec un groupe de jeunes…..
    … Mais le contrôle a mal tourné ….
    … De nombreux jeunes du quartier se sont rapprochés pour perturber les interpellations et les policiers ont dû faire usage de gaz lacrymogène pour les repousser…
    …Un interpellé menotté en a profité pour prendre la fuite …
    …Tous les effectifs travaillant dans l’agglomération ce soir-là étaient mobilisés : Cinq fonctionnaires de police, deux adjoints de sécurité et un réserviste… Huit policiers pour assurer les interventions de la nuit, pour quatre communes ».

    https://www.larep.fr/montargis-45200/faits-divers/trois-policiers-blesses-et-sept-interpellations-mouvementees-a-montargis-vendredi-soir_13523899/

    Montargis, Loiret, 14 000 habitants, 70 000 habitants avec l’agglomération.

    La vie en France, en 2019 !

  8. Lancelot

    Vous étés étonnés par ces propos ? Moi pas du tout , les GJ sont le peuple révolté qui a terme vont virer le lâche macron ,il en a peur et en bon dictateur il veut les neutraliser par tous les moyens , Au bataclan il n’y avait que des islamistes qui assassinaient des innocents , ces barbares sont de la même idéologie que citoyens protégés et estimés par nos lâches dirigeants , nous qui avons perdus nos proches dans c’est attentat ,on est révoltés par ces dégénérés dirigeants islamisés, le moment venus nous vengerons nos parents assassinés.

  9. durandurand

    ha mince on dirait her himmler en maigriot ,sa casquette sa lui fait une tarte sur son crâne d’œuf ,encore un qui va jouer les durs ,qui va se croire tout permis de faire n’importe quoi , en somme un gros con quoi !

  10. La moutarde me monte au nez

    Âhr, Gross malheur,
    Contre mauvaise fortune, bunker!
    Nous affons les moyens de fous vaire taire!
    Effectivement, le petit megrichon a grosse casquette porte bien son nom.
    Il a une tronche de nazillion, en plus nommé à Paris pour ses prouesses à Bordeaux, il ne va plus se sentir’pisser.
    Plus sérieusement, en ce qui concerne l’armée, ayant accompli mon service en tant que caporal chef, je peux témoigner que contrairement à ce qu’on peut croire, sur le terrain, ce ne sont pas les officiers qui font évoluer les troupes, mais les sergents et caporaux.
    J’explique: du chef d’etat Major, jusqu’au chef de section, soit du général quatre étoiles, jusqu’au sous-lieutenant ou aspirant personne ne s’aviserait de discuter les ordres, au risque de déplaire et de foutre sa carrière en l’air.
    Donc du haut en bas de l’echelle, les ordres sont transmis et souvent aggravés.
    Ainsi pour un ordre de mouvement initialement demandé pour six heures du matin, au bout de la chaîne de commandent l’orde est d’être prêt pour trois heures.
    Mais arrivé sur le terrain, l’ordre doit être exécuté par des hommes qui eux, n’en ont pas forcément cure, et ce sont les sergents et les caporaux qui doivent se battre, parfois physiquement, avec les hommes de troupe, pour faire exécuter la manœuvre.
    C’est ce qui m’a amené à dire que, contrairement à ce que tout le monde peut croire, le succès d’une manœuvre n’est pas dû aux généraux, mais aux caporaux.( mis à part pour Napoléon 1er. qui, lui, était sur le terrain, à portée de canon)
    Tout çà pour dire que les officiers d’Etat Major peuvent faire toutes les rodomontades qu’ils voudront, en dernier ressort ce sont les hommes de troupes qui déciderons de tirer ou pas, voir de retourner leurs armes contre leurs chefs.

  11. patito

    il y a un tel nombre de généraux en France par rapport aux effectifs qu’en réalité un général a tout juste un bataillon à commander .
    dans une république bananière le dictateur en aurait honte

  12. Un vieux soldat

    Evidemment, on ne peut éviter ceux qui sont carriéristes.
    Mais ce ne sont pas eux qui aideront le peuple, les autres sont dans l’ombre. C’est bien d’eux dont je parlaient le 17 mars dernier.

Comments are closed.