Bibliothèque Louise Michel : des Drag queens racontent un drôle de Boucle d’Or à nos têtes blondes


Bibliothèque Louise Michel : des Drag queens racontent un drôle de Boucle d’Or à nos têtes blondes

J’ai bien dit « à nos têtes blondes ». Pour l’heure, la diversité est absente, soigneusement mise à l’écart de la pernicieuse et déstabilisatrice influence des Drag Queens.

C’est tout simplement monstrueux. Qui sont les parents qui laissent faire ça ? Qui sont les responsables de la bibliothèques qui laissent faire ça ? 

Merci à Poum qui nous a signalé le tweet. ( Mise à jour : depuis la parution de mon article, bizarrement, je suis bloquée sur le compte twitter de la bibliothèque Louise Michel… Z’assument pas leurs conneries, dirait-on).

https://twitter.com/biblouisemichel/status/1106875999533391873/video/1

Je n’ai rien contre les Drag Queens, les bi, les trans etc. Personne ne choisit sa sexualité, on la subit plutôt. Il est bien que, dans notre société, l’on puisse vivre sa vie.

Sauf que l’on n’impose pas à autrui ses problèmes ou difficultés et encore moins, surtout pas, à des enfants !

Sauf que des enfants ont besoin d’avoir des repères, Papa-Maman ( ou Maman Colette et Maman Jeannette : Papa Claude et Papa Rémy, peu importe ), sans occulter le sexe de chacun. Parce qu’un enfant a besoin de connaître et comprendre le monde, son fonctionnement, pour se repérer, pour grandir. Un enfant a besoin de savoir qui il est, quel est son sexe. Et si il ne se sent pas bien dans son sexe, plus tard, il pourra en changer. Mais plus tard seulement. Pour l’heure il a besoin de distinguer le masculin du féminin, ne serait-que que pour parler « LA salade, LE chou-fleur »… Les simples catégories grammaticales vont bien finir par voler elles aussi en éclat, au train où vont les choses.

On peut expliquer à des enfants qui croisent des Drag Queens  ou qui en voient à la télé que certains hommes s’amusent à se déguiser en femmes. Cela peut les faire rire, ils ne condamneront pas, et cela ne perturbera pas leur vision du monde.

Mais la lecture, tout sauf innocente, de Boucle d’Or et les 3 Ours revu et corrigé pour être à la mode de  Drag Queens mal dans leur peau, mon Dieu…

Non seulement ces salopes instrumentalisent des enfants très jeunes pour les faire entrer dans leurs obsessions malsaines d’adultes.

Mais, en sus, ces salopes touchent à un conte fabuleux qui a aidé plusieurs générations à se construire, à se repérer… Le Grand fauteuil bien dur pour papa ours, le moyen fauteuil trop mou pour maman ours, le petit fauteuil juste comme il faut pour bébé ours… J’avais remarqué que les dernières éditions de Boucle d’Or avaient déjà fait disparaître papa et maman, qu’il n’était plus question que de 3 ours, le grand, le moyen, le petit… Non seulement elles y touchent mais, en sus, ces abominations inventent des histoires de jupes roses qui remplacent le si rassurant bol de bouillie…

Vomir, pleurer, hurler….

 

Allez, une dernière pour la route, l’arrivée des Drag Queens venues raconter  » des histoires non genrées » aux gosses. Et les spectateurs-organisateurs ? – de rire de bon coeur…

On est des réparatrices, des réparateurs, qu’elles disent.

https://twitter.com/biblouisemichel/status/1107591108102705152/video/1

 

Allez, avant la cigüe, vous reprendrez bien un petit coup de désespoir :

Allez jeter un coup d’oeil au fil twitter de la bibliothèque :

@biblouisemichel

 

Je dois avouer que l’incurable optimiste que je suis a pris un coup au moral…

Je ne réussis à me rattraper aux branches que parce que je connais la France profonde, son bon sens, toutes ces bibliothèques de France et de Navarre où l’on continue de lire Boucle d’Or et les 3 ours dans la version classique, où l’on protège et fait grandir les enfants.

Mais quand même, c’est dur, de bon matin, de découvrir cela.

Il faut signaler cette bibliothèque aux services sociaux et la fermer…

Sauf que…

La bibliothèque Louise Michel est l’une des bibliothèques de la ville de Paris. 

Rien de ce qui s’y fait ne se fait sans le feu vert d’Hidalgo.

 

Cette bibliothèque « Bibliothèque » est située dans le 20ème arrondissement de Paris : Tél. : 01 58 39 32 10
Courriel : bibliotheque.louise-michel@paris.fr
https://www.facebook.com/bibliothequelouisemichel

Vous pouvez aussi vous adresser à la Mairie de Paris :

https://www.paris.fr/contact

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.

Articles du même thême

16 thoughts on “Bibliothèque Louise Michel : des Drag queens racontent un drôle de Boucle d’Or à nos têtes blondes

    1. Aaron

      Et comme disait mon professeur de lettres (en parlant de ce type de langage) : « c’est du petit nègre … »

  1. Christian Jour

    la france est tombée bien bas.Autrefois ces dégénérés rasaient les murs, maintenant les temps changent ils sont montrés en exemple. Vous parlez d’un exemple pour nos enfants.Pauvre france.

  2. Hervé

    C’est de la même façon,qu’ils arriveront à faire entrer dans l’esprit des jeunes filles,que c’est un migrant africain,qu’il faut choisir,pour construire une famille;car l’objectif final ds mondialistes,c’est le métissage de notre peuple. Quand aux jeunes garçons,on leur apprendra que ce n’est pas bien d’être raciste,et qu’ils doivent se soumettrent. Nous allons vers une destruction totale de notre peuple.

  3. Pravda

    Vous n’avez rien contre les drag-queen mais ?
    Faudrait savoir. Se déguiser en femme à barbe n’est pas une orientation sexuelle au demeurant, pas plus que les cosplayers qui se sapent en personnage de manga.
    Et la plupart des homo préfèrent les types virils (ben oui ils aiment les mecs).
    Là c’est juste une tentative de conversion des gosses.
    Avant on avait des homosexuels refoulés, bientôt on aura des hétéro refoulés, puisqu’on leur aura appris dès le berceau que l’homosexualité est naturelle, un point que contesterait n’importe qui avec des connaissances élémentaires en biologie.
    Mais c’est bien que vous lâchiez peu à peu les lobbies LGBT.

    1. MaximeMaxime

      Oui, cela n’a rien à voir avec la sexualité… Il y a tant de bizarreries par les temps qui courent (comme cette histoire d’homme devenu femme réclamant que l’enfant conçu avant le changement de sexe puis né après se voie reconnaître deux mères à l’état civil, ce qui a été refusé l’année dernière).
      Dans le cas présent, les drag queens ne pouvant être en soi une idéologie, on voit mal comment interdire leur présence auprès d’enfant. A moins de considérer que la bibliothèque véhicule une idéologie de tolérance envers les drag queens alors qu’elle devrait être neutre étant une institution publique ? Mais cela ne tient pas debout car la tolérance est un concept clé de la République depuis 1789, sauf risque de trouble à l’ordre public ou la salubrité publique.
      Or comment démontrer que ces drag queens pourraient provoquer des troubles mentaux à ces enfants ? Comment prouver le danger pour l’enfant ?
      Sous réserve du cas où des parents ou citoyens très virulents s’opposeraient à leur présence et protesteraient si fort que le spectacle pourrait être interdit pour prévenir un risque de trouble à l’ordre public…
      Quant à la « moralité publique », elle n’a plus beaucoup de place dans nos lois et encore moins dans la Constitution d’où elle est absente étant un concept flou et par essence ultraconservateur.
      Il est difficile de motiver juridiquement une interdiction.
      Néanmoins, je pense que le fondement de la neutralité du service public serait le plus adapté. Comme le voile n’est pas simplement un accessoire de mode, mais peut avoir une signification idéologique, l’invitation de drag queens, qui se produisent habituellement en cabaret, auprès d’enfants a une signification idéologique, certes floue ; peut-être en faveur de l’anarchie, le fait qu’il n’y ait pas d’ordre, pas de respect de la place de chaque activité au sein de la vie sociale… mais là encore c’est un peu tiré par les cheveux.
      Peut-être suffirait-il d’invoquer « l’intérêt supérieur de l’enfant » promu par la convention des droits de l’enfant de 1990 ?
      L’intérêt supérieur de l’enfant serait de se voir transmettre ce conte par une personne quelconque, ne mettant pas en avant sa singularité, ce qui est propre à elle-même car c’est le conte qui est au centre de la transmission et le conteur se doit d’être au service du conte qu’il transmet, sans se mettre en scène lui-même. On attend du conteur une modestie dans la transmission et non qu’il se donne en spectacle à titre personnel. L’activité ayant pour but d’initier l’enfant à la connaissance d’un conte, son intérêt supérieur, puisqu’il n’a pas un esprit critique assez développé pour comprendre la particularité du contexte où des personnes qui se produisent normalement en cabaret interviennent, est de recevoir le conte sous sa forme traditionnelle afin de pouvoir être initié à ce genre de récit et le comprendre sans fioriture.
      Comme l’écrit Christine Tasin, c’est un cas « pernicieux » et difficile à traiter !

      1. Christine TasinChristine Tasin Post author

        le problème du conte est central car il est dévoyé pour être mis au service d’une idéologie genrée ou non genrée, au choix.. je ne m’y retrouve plus non plus, alors des gosses de 4 ou 5 ans je ne vous dis pas !

      2. Pravda

        Laissons tomber le verbiage pseudo-légal.
        Laisser des drag-queens apprendre aux enfants que le sexe entre hommes et le transgenrisme est naturel, c’est bien une atteinte aux droits de l’enfant d’avoir, déjà, une enfance, puisqu’on le sexualise d’office, et de se développer. On leur impose ça.
        Si des échangistes sado-maso, peu importe leurs préférences sexuelles, faisaient des conférences à des gosses de 5 ans en leur disant que Blanche Neige s’envoyait les 7 nains, ce serait tout aussi révoltant.
        Comme forcer des enfants à visiter des mosquées et réciter la shahada.

        La moralité publique n’était pas un concept flou il y a encore quelques décennies. La loi interdisait l’exhibitionnisme. Or les gay pride, femen qui souillent les églises et insultes des personnalités publiques en se mettant à poil, les femmes à barbes ou transgenre – qui ne changent pas de sexe au demeurant, leurs chromosomes XX ou XY demeurent, il se font juste mutiler – c’est bel et bien de l’exhibition.
        Ca choque 90% de la population, donc forcément la majorité des enfants, qui sont impressionnables , et ces groupuscules soutenus par les états occidentaux et diverses lobby et associations, n’oseraient pas le faire en Russie, en Chine ou dans n’importe quel pays musulman.

        D’ailleurs vous écrivez qu’on ne pourrait interdire ces énergumènes de sévir qu’à la condition que des parents virulents protestent. Le cas s’est présenté en Angleterre, quand ils ont essayé de faire le coup à des pakistanais, qui se sont révoltés. Abandon du projet. Le passe droit de l’islam, comme d’hab. Mais si un « de souche » bouge une oreille, dit clairement qu’il ne veut pas voir sa progéniture exposée à de la propagande LGBT, on le taxera d’homophobe et on lui retirera la garde de ses enfants en invoquant, ben… l’intérêt supérieur de l’enfant.

  4. Tom

    C’est plus qu’honteux de permettre ce genre de choses d’arriver en France.
    Ils sont en train de pervertir l’âme de Nos enfants.
    Nous ne pouvons laisser ce genre de choses arriver.

  5. Lucomoto

    La première fois que j’ai vu un homme en djellaba à Montréal j’ai cru que c’était un travesti. Il y a une indéniable parenté esthétique dans le vêtement.

  6. claude t.a.l

    A propos de  » la culture « , dans notre pays ……

    C’était il y a 2 ou 3 jours ……

    Edouard Philippe, accompagné du  » ministre de la Culture  » pose en tenant amoureusement dans ses bras un  » livre  » dont le titre est :

     » caca boudin  » !

    https://www.google.com/search?q=caca+boudin+philippe&rlz=1C1CHBD_frFR699FR699&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwis0oDBnJHhAhWKDWMBHc9tD9wQ_AUIDigB&biw=1366&bih=657#imgrc=dpSceuPeMBw4LM:

    On dira ce qu’on voudra, mais la culture française, c’est p’us c’que c’était !

    Ça fait chier, quand même !

  7. Made in Québec

    Triste phénomène mondial… Une étude scientifique a démontré que les grenouilles en contact avec des pesticides développent rapidement des tendances homosexuelles… Peut-être nos enfants y sont-ils sensibles eux aussi? 🤔

  8. Jenna

    Meme en vacances, au camping, on a eu le droit l an passe a un spectacle cabaret transformiste ou tous les contes de disney ont ete detournes pour des parodies sexuelles ! Tout ceci devant du tres jeune public ! Les gens rigolaient grassement sans etat d ame ! Resultat des courses, le lendemain, des pre ados montraient des videos pornos à mes neveux de 7 ans au chateau gonflable! J ai prevenu un animateur pour faire remonter l info a la direction et ai passe un savon aux grands , mais a qui la faute ?Une maman ayant fait une croisiere s est retouvee dans la meme situation en amenant sa fille et une petite copine à un spectacle du soir ! Pour la pub, le camping est un quatre etoiles a damgan dans le morbihan et fait partie d une chaine de camping ! A boycotter !On reflechit pour contacter une association de defense des droits de l enfant mais avec les assos on a appris a se mefier, !

  9. DeniaudDeniaud

    Pour rire un peu …Il y a 20 ans, un travesti draguait dans les rues à Madagascar.
    Le voyant , des jeunes Malgaches avaient appelé les pompiers pour le faire hospitaliser… ( Mais pas par méchanceté ).

Comments are closed.