Aux cocus ayant cru au « Grand Débat » : Macron supprime les enquêtes publiques !


Aux cocus ayant cru au  « Grand Débat » : Macron supprime les enquêtes publiques !

Non seulement ils communiquent hardi tiens bon pour prévenir les Gilets Jaunes que le résultat du « Grand Débat » ne serait pas ce qu’ils espéraient (qui a pu, un moment, penser que les Français obtiendraient quoi que ce soit ? ) mais, en sus, ils éliminent encore plus de consultations des citoyens en ces temps où d’aucuns réclament de la « démocratie participative ».

La démocratie participative est une connerie, énorme, certes, mais sur le fond, Macron crache une fois de plus à la gueule de tous ceux qui lui ont fait confiance et qui ont vraiment cru qu’il tiendrait compte de leurs remarques.

Il y en a qui croient au père Noël toute leur vie. C’est bien de garder une âme d’enfant, à condition que cela n’aide pas les ordures à vous couillonner à tour de bras…

Le gouvernement supprime les enquêtes publiques environnementales contre l’avis des citoyens

Alors que le gouvernement mène tambour battant le grand débat national, un des rouages de la démocratie participative va être remplacé pour la première fois dans les régions de Bretagne et Hauts-de-France : l’enquête publique.

Impliquer les habitants dans l’aménagement de leur territoire avec l’enquête publique

Chaque année, plus de 5 000 enquêtes publiques sont organisées en France. Une enquête publique est un processus règlementé qui permet d’informer et recueillir l’avis des citoyen-ne-s sur l’aménagement de leur territoire, notamment sur les projets de travaux et d’ouvrages comportant une évaluation environnementale.

Organisée localement et ouverte à tous, sans restriction d’âge ou de nationalité, l’enquête publique est menée par un ou des commissaire(s) enquêteur(s) selon la complexité du sujet. A l’issue de l’enquête publique,le(s) commissaire(s) enquêteur(s) rédigent un rapport avec un avis favorable ou défavorable sur le projet envisagé, qu’il(s) remette(nt) aux autorités et au maître d’ouvrage du projet.

Dans son reportage « l’Oeil du 20 heures », France Télévisions montre ainsi le cas de Longueau, dans les Hauts-de-France, où le projet de construction d’une usine de bitume, prévue à 130 mètres des habitations, a été abandonné suite à l’avis défavorable émis par l’enquête publique.

« S’il n’y avait pas eu d’enquête publique, je pense que les tractopelles seraient déjà en route pour construire l’usine, » explique ainsi Sébastien Galland-Rins, un riverain. « C’est un rouage important de démocratie : face à des grosses industries comme Vinci, Eurovia, on ne fait pas le poids. »

Une consultation sur Internet à la place de réunions citoyennes

L’enquête publique est un travail de longue haleine pendant lequel les commissaires-enquêteurs épluchent les dossiers techniques afin de les présenter de façon lisible aux citoyen-ne-s et recueillir leur avis. Sous prétexte d’alléger cette procédure, un décret paru le 26 décembre remet en cause le format traditionnel de l’enquête publique pour la remplacer par une simple consultation en ligne. Ce décret fait partie de la loi pour un État au service d’une société de confiance (Essoc).

Pendant trois ans, en Bretagne et dans les Hauts-de-France, les porteurs de projet normalement soumis à enquête publique pourront ainsi se contenter d’une « participation du public par voie électronique », c’est à dire d’une consultation sur Internet. Sont visés par le projet de décret, les projets d’installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE) et d’installations, ouvrages, travaux et activités (Iota) soumis à autorisation environnementale.

La Bretagne et Hauts-de-France abritent de nombreux élevages et disposent d’un fort potentiel éolien, le choix de ces deux régions ne serait donc pas particulièrement anodin, à en croire les réactions des internautes qui avaient participé à la consultation publique organisée sur le projet de décret.

En effet, avant de remplacer les enquêtes publiques, le gouvernement a interrogé les citoyens sur la pertinence de ce nouveau format en ligne : 3 avis étaient en faveur de la suppression de l’enquête publique, et 2768 contre. Parmi ces derniers, 1287 personnes se sont opposées au projet de décret car elles jugeant « l’expérimentation anti-démocratique ou portant atteinte à la liberté d’expression. »

De nombreux opposants à cette consultation en ligne s’inquiétaient également de la possibilité de participer pour les personnes non-connectées à Internet, soit 15% de la population française en 2017, ou ayant des difficultés à l’utiliser comme les personnes âgées. Pour la fédération des commissaires enquêteurs, cette première expérimentation est la porte ouverte à une généralisation de la simple mise à disposition d’informations, sans rédaction d’avis au projet porté par un tiers indépendant de tout intérêt.

« La méthode utilisée est habile. Sous couvert de simplification et de diminution des délais, c’est subrepticement, par petites touches, lors de la sortie de nouveaux projets de loi, que la participation du public aux décisions ayant une incidence environnementale est en train de muter pour se résumer à une simple consultation par voie électronique », a ainsi dénoncé la présidente de la CNCE à Actu Environnement.

Alors que les gilets jaunes maintiennent leur mobilisation face au silence du gouvernement, que les avis majoritairement contre le changement de dispositif n’ont pas été écoutés, on peut se demander quel poids sera accordé aux participations en ligne de cette expérimentation. Si le gouvernement estime que l’essai en Bretagne et Hauts de France est positif, les enquêtes publiques pourraient bien être supprimées partout en France, sur tous les projets relatifs à l’environnement.

https://lareleveetlapeste.fr/le-gouvernement-supprime-les-enquetes-publiques-environnementales-contre-lavis-des-citoyens/

Comme si l’on pouvait comparer un avis solitaire donné sur Internet et un débat dans une salle, avec des arguments et contre-arguments…

Pendant ce temps, Macron impose ses monologues longs comme un jour sans pain à toute la France…

En pleine crise des Gilets Jaunes, le lendemain de Noël, quand le gouvernement croyait à la trêve des confiseurs, Macron a signé un décret pour annuler le peu de prise en compte de l’avis des citoyens dans les projets d’envergure locaux.

Les exemples dans l’article ci-dessus sont clairs.

Il est donc évident que Macron est décidé à faire disparaître toute démocratie, pour laisser tout le pouvoir de décision aux élites européennes et à elles seuls, en interdisant, de fait, la possibilité de recourir aux consultations populaires, enquêtes ou referendum. Tout le contraire de ce que demandent les Gilets Jaunes…

Il paraît urgent que les prochaines manifestations et les réseaux sociaux bruissent de ce nouveau recul de la démocratie. Afin de faire reculer Mahomed Macron.

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


15 thoughts on “Aux cocus ayant cru au « Grand Débat » : Macron supprime les enquêtes publiques !

  1. PacoPaco

    C’était pourtant évident comme le nez au milieu de la figure… Que le maKron allait se servir du machin, pour placer son marketing sur l’europe…Il y en a quand même un grand nombre qui ne le sent que quand on le lui met profond…

  2. Charles Martel 02

    De toutes façons le jeux sont faits d’avance, enquêtes publiques, grand débats, consultations etc tout ça ce sont des leurres dont disposent ces salopards de politicards pour donner aux gens une illusion de démocratie. Ces consultations, sous quelques formes que ce soit, ne sont que consultatives, un rapport est rédigé (toujours par un copain du copain qui en profite pour se faire un bon paquet de fric) et les politicards s’en foutent royalement et prennent les décisions qu’ils ont depuis longtemps décidé de prendre au mépris de l’avis du peuple qui n’aura aucun moyen de vérifier que les décisions prises in fine tiennent compte de l’avis émanent des consultations. Bref depuis le début, et cela est bien dit dans l’article ci-dessus, Macron nous enfume, nous chie dessus et nous crachera une fois de plus à la gueule en nous faisant croire qu’il est épris de démocratie.. Je forme des vœux pour que les français ne se laissent pas berner et sanctionnent durement ce petit connard arrogant et méprisant ainsi que sa bande de foutriquets minables aux prochaines élections

  3. Barbier

    Je n’ai pas fait de grandes études…c’est peut-être la raison pour laquelle, je n’ai toujours pas compris l’utilité de ce « Grand Débat » !…Comment le président d’un pays comme la France a-t-il besoin de consulter son peuple pour connaître ses besoins et ses désirs !…C’est dingue !…Ça fait partie de ses compétences !…Il est élu pour 5 ans et n’est pas en apprentissage !…Bien évidemment, il ne sortira rien de concret !… Que de temps perdu !…Mr pérore et se promène…tout ça au frais du contribuable !…Lamentable !…

  4. Fomalo

    Attendez là, ce n’est pas Chantal Jouanno présidente de la CNDP qui s’était récusée déjà fin 2018 pour les circonstances où le maqueron et ses sbires voulaient imposer leurs propres règles et les faire avaliser par leurs séïdes , c’est-à-dire passer au-dessus de l’institution qui n’aurait pas à se prononcer??? Ce qu’elle a refusé définitivement? Grâce à quoi on l’avait accusée d’un salaire énorme (fixé par l’Etat d’ailleurs…) histoire de la faire passer pour une de ces actionnaires touchant de juteux et obèses rémunérations/ dividendes, comme les copains ineptes du maqueron, qui eux ne fichent rien? J’attends un article, et circonstancié en plus, car les réseaux sociaux ce n’est pas la question ici, à RR, où vous ré- informez, du moins en principe.Merci de rappeler publiquement le genèse de l’histoire, et ses conséquences. Ce sont les turpitudes de l’exécutif et du gouvernement qu’il faut dénoncer , notamment sur le « débat public » en mettant les liens.. Il reste huit jours pour que ça sorte, et avec détails, ne serait-ce que pour faire-comprendre aux GJ , à leurs soutiens et aux électeurs des Européennes!

  5. Olivia BlancheOlivia Blanche

    On peut participer, sans croire au Père Noël… Au nombre de revendications il sera bien obligé, qu’il le veuille ou non, de constater que nos idées, celles du peuple, ne sont pas celles de l’élite. Qu’il n’en tienne pas compte c’est un risque à courir pour lui… L’avenir nous dira s’il a raison de jouer avec les citoyens comme le chat avec la souris…

  6. Joël

    Un exemple tout simple et tout frais : j’ai entendu au JT de 20h samedi qu’avait lieu une consultation en ligne sur le site de l’AN concernant le changement d’heure.
    Et surprise, la consultation se terminait le dimanche à minuit.
    Qui en avait entendu parler avant ?
    Et comme par hasard, quand bon nombre de gens sont en vacances.
    En tout cas, dans mon entourage personne n’était au courant.

  7. Conan

    La consultation en ligne des citoyens français sur l’impact environnemental de projets les concernant ?
    Pourquoi pas, à condition que le tout soit hyper sécurisé et contrôlé de façon impartiale, et, pour autant que les français soient aussi consultés sur tout autre sujet qu’ils estiment pertinents de mettre à l’étude et sur lesquels ils revendiquent le droit de donner leur avis.
    Par exemple , le calcul du véritable impact financier, démographique et sécuritaire de l’immigration-invasion et de l’islamisation qui l’accompagne…
    Ceci, par de véritables experts neutres et objectifs…
    Pour l’aspect financier, on nous parlait déjà de plus de 100Milliards/an en 2013 !!!…. (travaux de Gérard Pince et d’André Posokow trouvables sur web)
    Qu’en est-il aujourd’hui ?
    Pourquoi cet acharnement à dissimuler cette réalité ?
    Elle finira par éclater au grand jour quand des dizaines de millions de réfugiés fuyant la misère et la dictature des mollahs mettront pied chez nous !… Il sera alors trop tard …

  8. durandurand

    .Aujourd’hui, n’attendez rien de celui qui règne comme roi, menteur ,manipulateur ,traître ,corrompu ,complice de l’islamerde , sa tête tombera la première , suivie des autres , ils se croient tous intouchables , erreur , grossière erreur , ils auront l’occasion de s’en rendent compte dans un avenir très très proche .

    1. Charles Martel 02

      Pas de problème Macron leur ouvrira grand les bras et les accueillera en leur allouant toutes les aides et allocations possibles et les cocus continueront à bosser pour payer les impôts servant a nourrir tout ce tas de merdes

  9. Charles Martel 02

    Il n’y avait aucunement besoin d’organiser toutes ces usines à gaz qui n’auront aucun effet. Si notre freluquet de président pourri avait été un véritable homme d’état épris de démocratie il n’avait qu’à dissoudre l’assemblée nationale et renvoyer les français aux urnes. C’est un outils constitutionnel qui permet au peuple de s’exprimer efficacement et au Président de retrouver un forme de légitimité, on voit bien là à quel point Maconnard 1er, ce petit salopard, est cramponné à son siège et à quel point il nous enfume, nous méprise et nous chie dessus

    1. frejusien

      il sait bien que s’il fait ça, il se fait éjecter illico presto !
      et le morpion a de la suite dans les idées, comme mule on fait pas mieux, il s’accroche et mutile le peuple chaque samedi, la note s’alourdit de semaine en semaine,
      son procès risque de durer longtemps aussi

Comments are closed.