Acte 16 : Gilet jaune, déclare ta colère, pas ta manif !


Acte 16 : Gilet jaune, déclare ta colère, pas ta manif !

Je suis en relation avec des résistants gilets jaunes que j’accompagne parfois sur certaines actions. Nous allons donner des vivres et des vêtements aux SDF, rendre gratuit des péages, rendre gratuits des parkings d’hôpitaux etc.
Il y a des jeunes, des vieux, des fauchés, des bourgeois…
On est loin des clichés véhiculés par les médias à la botte du pouvoir.
Mais je suis un « petit » GJ. Je suis loin d’avoir l’énergie et la flamme des jeunes que je côtoie dans ce mouvement.  J’admire leur fougue, leur dévouement et leur bonne humeur. De sacrés Gavroches ces mômes !

Je relaie ici un appel publié sur Facebook car la lutte continue et continuera encore et encore.

Sous plusieurs formes, à différents moments, avec différents moyens. Je ne lutte plus pour les revendications d’origine (Baisse des taxes sur les produits de première nécessité, plus de démocratie, abolition des privilèges).

Non. Je lutte contre un Etat despote et injuste qui a mutilé sauvagement des dizaines de civils innocents qui manifestaient pacifiquement.
Je lutterai tant que Macron et Castaner n’auront pas été jugés pour ces crimes.

« Les actes 12, 14 et 15 nous ont définitivement convaincus de l’importance de retrouver la spontanéité et l’improvisation du début du mouvement.

Si les intentions des organisateurs sont sûrement louables, nous constatons que cela conduit à rendre le mouvement des Gilets Jaunes totalement inoffensif.

Et c’est ce que souhaitent le gouvernement et la préfecture. En effet, avec ces manifs déclarées, avec des interlocuteurs devant se porter « responsables », avec un trajet connu à l’avance (et une nasse géante préparée par les force de l’ordre), le pouvoir reprend la main sur le mouvement social et peut tranquillement le canaliser. Des manifs comme l’acte 12 à Paris, il pourrait y en avoir 50 encore sans que cela n’inquiète le pouvoir. Alors que les 5 premiers actes, bien plus spontanés et indisciplinés, ont fait trembler le gouvernement.

Enfin, nous ne pensons pas que ces manifs déclarée empêchent les violences (et donc les blessés).

La question n’est pas de savoir s’il faut être violent ou pas. De nombreux actes violents n’ont aucune utilité pour la suite du mouvement. Et de nombreux actes non violents sont profondément subversifs et utiles. En revanche, accepter les règles d’un pouvoir que l’on cherche à reverser n’a aucun sens stratégique.

Gardons la force de ce mouvement, soyons spontanés, sans leader, indisciplinés, joyeux, offensifs. N’ayons pas peur d’être hors la loi quand nous savons que celle-ci est injuste et ne sert que les puissants.

Pas de leader. Pas de représentants. Pas de déclarations. Juste des citoyens qui se retrouvent, qui se rencontrent, et qui décident collectivement de ce qu’ils vont réaliser l’espace de quelques heures

Les Gilets Jaunes ne doivent pas singer les syndicats en organisant des grandes manif Bastille/République où tout est écrit à l’avance, où les « leaders » discutent avec les autorités pour organiser « au mieux » la manif. Car il s’agit d’un « au mieux » pour le pouvoir, non pas pour le peuple.

Nous appelons donc tous les GJ à se rendre à l’avenir sur des rassemblements non déclarés. Dans les semaines à venir, nous essaierons de relayer un maximum d’initiatives et d’appels allant dans ce sens. »

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




9 thoughts on “Acte 16 : Gilet jaune, déclare ta colère, pas ta manif !

  1. AvatarOmega

    Excellente initiative , je soutiens les GJ des le début , mais je suis contre les manifs organisées elles ne servent a rien et encore moins l intérêt des GK. Avec les racailles infiltrées de tout bords trop de casses et de mutilés ,Mieux de bon blocages , rond points , péages accès de ville et ralentissement routier, bien plus efficaces est incontrôlés par le pourvoir. Alors réactions ces actions solidaires. Courage le combat continuera jusqu’au départ du dictateur.

    1. AvatarPLan

      Arrête mec.
      C’est nous les dictateurs. On représente 1% de la population, on demande la chute du régime, on casse trois mille abribus et on est tout surpris que les flics nous tabassent.
      Si on veut que les flics soient aussi gentils avec les GJ qu’avec la CGT il faut faire comme la CGT : poser des revendications autres que « régime démission ».
      On ne propose rien on veut juste tout casser. Normal que les flics nous tapent.

      1. AvatarAldo

        Désolé omega a raison, pour moi désormais cet fini les beaux discours cet pour les bobos cgt et autres’ des nuls .mon frère a perdu un oeuil et se ne sera pas pour rien ,pour sauver la France faut virer le dictateur ce n’est pas avec des élections… Si le combat sanglant imminent fait peur a certains qu’ils restent chez eux désormais les actes seront peuplés de combattants de tous bords extrême gauche ,comme extrême droite , ennemi a virer est le même.

  2. AvatarPLan

    Les amis, il faut aussi qu’on balaye devant notre porte.
    Les actes 4 et 5 n’avaient rien de pacifique et certains d’entre nous sont bourrés à la bière à 11h du matin et défilons un cannette à la main. Que la police ait tendance à être violente on le sait ! C’est le cas dans toute manif. On a presque pété l’arc de triomphe et on crie sur tous les toits qu’on va renverser le régime ! On n’est pas pacifistes. On ne peut pas casser tous les abribus de Paris, comme on l’a fait plein de fois, et en même temps dire qu’on est pacifistes. Soit on va à l’affrontement violent et alors on assume d’avoir les CRS en face. Soit on veut que les CRS soient gentils, mais alors il faut qu’on ait d’autres revendications que « mort au regime »
    Si on veut tuer le régime il faut qu’on attende que le régime se défende
    Si on veut que le régime ne se défende pas (ne tape pas), alors il faut qu’on dise « montez le smic de XX% et on arrête ». On peut pas être menaçants envers le régime tout entier et faire la chochotte « oh lala ma chère le policier m’a tapé ».
    Soyons cohérents. Si on s’affiche comme révolutionnaires, faut pas s’attendre à ce que les flics soient aussi gentils qu’avec les manifs qui se déroulent sans destruction.

    1. AvatarMauricette

      @Plan
      Votre point de vue se défendrait si les « ripostes » policière n’étaient pas disproportionnées.
      En « échange d’abribus cassés, de vitrines et de tags (principalement fait par des cas sociaux antifas) on a eu droit à une trentaine d’estropiés à vie. Yeux crevés par les tirs de flashball, mains et pieds arrachés par des grenades.
      Votre raisonnement tiendrait si en face on déplorait des blessés graves, ce qui n’est pas le cas…

    2. Avatardurandurand

      @ PLan
      Je veux bien admettre qu’il y ai quelques casseurs parmi les GJ , mais nous savons tous que la majorité des groupuscules qui s’infiltrent dans la manif sont ,ce que vous avez omis de nommer ,les antifas , les black blocs et autres groupes anarchistes de l’ultra gauchiotte qui saccagent , détruisent , brûlent, pillent , et qui provoque et s’attaque aux forces de l’ordre .Dire que c’est la faute des GJ est trop facile quand on oublie ou par peur de nommer les autres salopards de l’ultra gauchiasse .

  3. AvatarAMORATI

    Bonsoir, naturellement il faut évoluer dans le « style manif » pensez au « cacatov »
    Préparez en un ou deux et si la police reçoit une centaine des « boules puàntes, ça va les indisposer, surtout si il fait chaud comme samedi dernier »
    Passer la journée couvert de merde et de pipi avec leur armure de 25 kg je vous assure qu.ils vont déprimer nos « robocops »
    À utiliser sans violence donc et sans modération…
    À samedi

  4. Avataryann

    Comment continuer à manifester alors que les GJ sont passés entre les mains de la gauche immigrationniste et de leurs nervis antifas ? Désolé de le dire mais le mouvement intitial est corrompu, comme on le dit d’un fichier informatique devenu intulisable, corrompu par le virus du gauchisme et ses revendications de « faire payer les riches », augmenter les impôts, quand on voulait baisser les taxes, en finir avec la folle politique enérgétique et le grand remplacement de la population. Je ne peux pas m’associer aux melenchonistes et aux racailles des banlieues pour redresser la France, j’attends seulement de pouvoir voter pour expeirmer ma colère dans le soiutien de la iste qui défendra le mieux la France et les Français.

Comments are closed.