Royal ment délibérément à propos des ours blancs et de la banquise, qui, en réalité, se portent fort bien


Royal ment délibérément à propos des ours blancs et de la banquise, qui, en réalité, se portent fort bien
Ci-dessous un article fort intéressant sur les manipulations des écolos et de la « transition énergétique ».

Le texte de l’article a été retouché quant à la fonction de Royal. A RR nous n’aimons pas la féminisation des noms de fonction… Royal est ambassadeur, nom masculin valable pour tous ceux qui ont cette fonction, qu’ils soient hommes et femmes. 

Il est effrayant de voir la rapidité avec laquelle les Français obéissent à des manipulations de féministes hystériques et appliquent leurs caprices....

Mais ils obéissent autant aux dktats imbéciles à propos de la féminisation des noms qu’à propos de l’imposture écologique qu’ils appellent « transition énergétique ».

L’article ci-dessous met les pieds dans le plat à propos de deux photos intrumentalisées ( comme l’a été la photo du petit Aylan pour permettre et justifier l’invasion migratoire)…

La photo choisie en illustration et celle-ci :

Or, cet ours n’a pas affamé à cause de la disparition de la glace, c’est juste un ours malade… Vous avez dit manipulation, vous avez dit instrumentalisation ?

L’image d’un ours blanc affamé n’est pas la preuve du réchauffement climatique

Un ours polaire moribond : le poids des mots, le choc des photos

Une vidéo postée par le National Geographic Magazine  a battu tous les records d’audience sur les réseaux sociaux : elle montre un ours blanc agonisant fouillant dans les poubelles avant d’aller mourir dans la neige.  Les images ont été prises par le photographe Paul Nicklen co-fondateur de SeaLegacy, une organisation de défense des océans qui se propose d’utiliser la puissance des images et du récit (story telling) pour sensibiliser l’opinion aux questions environnementales. «C’est une scène déchirante qui me hante encore…la vérité est celle-ci : si la Terre continue de se réchauffer, nous perdrons des ours et des écosystèmes polaires entier » a déclaré Paul Nicklen. La vidéo a été prise en été dans l’île de Baffin, au nord-est du Canada, normalement libre de glaces à cette période de l’année. Selon le biologiste Jeff Higdonl’ours n’était pas affamé à cause de la glace qui aurait soudainement disparu l’empêchant de chasser les phoques mais  plus probablement en raison de problèmes de santé. « Il est donc incorrect de considérer que la situation de l’ours puisse être représentative du reste de la population », a t-il indiqué.

Lire l’ensemble de l’article ici :

https://www.climato-realistes.fr/ours-blanc-malade-rechauffement-climatique/

 

Evidemment la gourdasse Royal, reine es ambitions, manipulations et soif d’exister ( on lui doit déjà la calamiteuse COP21 !) se soucie comme d’une guigne de la vérité… Ce qui importe c’est de faire croire aux lépreux et autres sans-dents, qu’ils seraient responsables de la disparition et des ours blancs et de la banquise, alors que les uns et les autres se portent bien.

Au sommet sur l’avenir du Pôle Nord, Ségolène Royal ambassadeur chargé des Pôles répand de fausses nouvelles

Ségolène Royal, ambassadeur chargée des Pôles, s’est rendue le week-end dernier (20 et 21 octobre) en Islande à l’Artic Circle de Reykjavik, un sommet annuel étudiant l’avenir du Pôle Nord confronté au réchauffement climatique. Dans  un discours, rapporté par lefigaro.fr, Madame Royal a déclaré :

« le jour où on a vu des ours faméliques dériver sur des morceaux détachés de la banquise, alors l’opinion publique mondiale a commencé à réagir ».

 Il est pour le moins regrettable, pour ne pas dire scandaleux, que des personnalités politiques continuent de véhiculer ce qu’il est convenu dorénavant d’appeler des fake news.

D’abord, Madame Royal mélange deux photos, l’une où un ours polaire en parfaite santé se laisse dériver sur un morceau de glace, l’autre où l’on voit effectivement un ours famélique se déplacer sur la terre ferme. Dans les deux cas, les légendes qui avait accompagné cette photo étaient fausses comme l’avait déjà relaté cet article. Dans la première, il était indiqué que l’ours, perché sur son morceau de glace, allait vers une mort certaine. Cette photo émane d’un rapport publié en 2005 par l’IUCN, l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature, qui indiquait que 30% de la population des ours polaires disparaîtrait dans les 35 à 50 ans à venir. En réalité, il s’agit d’une technique de pêche. L’ours polaire n’a en effet aucune chance d’attraper un phoque dans l’eau, donc il attend sur son glaçon que les phoques remontent pour se reposer. Et ainsi les attraper plus facilement, avant de rentrer sur la banquise ou la terre ferme. Les ours polaires sont en effet d’excellents nageurs et sont même considérés par certains spécialistes comme des animaux semi-aquatique : ils peuvent parcourir plusieurs centaines de kilomètres à la nage.

Une précision : comme l’indique cet article, les ours blancs se portent fort bien. Le PBSG (Polar Bear Specialist Group) estime leur nombre entre 20 000 et 25 000 (données 2005). Ce nombre semble relativement stable, le dernier recensement de 1999 donnait une évaluation semblable. La biologiste Susan Crockford estime que le nombre d’ours polaire est sous-évalué : elle va même jusqu’à affirmer qu’ils  sont plus nombreux aujourd’hui qu’il y a 40 ans.

La seconde image est pire encore : la photo (ainsi qu’un film) a été prise par le photographe Paul Nicklen pour le compte de la célèbre revue National Geographic, qui a notamment « posté » le film sur You Tube avec ce titre « voilà à quoi ressemble le changement climatique ». Problème, quelques mois plus tard, de nombreux éthologues (spécialistes  du comportement animal) se sont émus, expliquant que l’ours malade pouvait l’être pour tout un tas de raisons comme une mâchoire brisée, un virus, une plaie à la patte, mais ne pouvait être victime du réchauffement climatique, car aucun autre ours n’avait été découvert dans un cet état dans les environs. Paul Niklen a d’ailleurs reconnu dans une interview au Washington Post qu’il n’avait pas la preuve que l’animal était victime du réchauffement. De son côté, National Geographics’est certes excusé : « nous avons été trop loin en faisant un lien définitif entre le changement climatique et le cas d’un ours en train de mourir », mais à contrecœur car la revue précise que « la photo a sans doute fait plus pour la sensibilisation au réchauffement climatique qu’aucun autre reportage [1] ». Une déclaration reprise presque mot pour mot et à son compte par Mme Royal.

Ce n’est pas malheureusement pas tout. Madame l’ambassadeur des Pôles a rappelé qu’un porte-conteneur avait emprunté la voie maritime du Pôle Nord cet été, preuve selon elle de la fonte des glaces. Et d’expliquer que le chemin était 4 500 km plus court que la route classique et que cela économisait du carburant. Madame Royal ne précise malheureusement pas que le navire était dans les traces d’un brise-glace russe (certes à propulsion nucléaire). Pour une raison simple : la banquise a beaucoup moins diminué en 2018 que lors des années précédentes se classant devant 2016, 2012 et 2012, ex aequo avec les années 2017, 2015 et 2011 qui sont indiscernables (selon les données fournies par le National Snow  & Ice data center).


[1] https://www.nationalgeographic.com/adventure/features/adventurers-of-the-year/2018/cristina-mittermeier-paul-nicklen-photographers-scientists/

https://www.climato-realistes.fr/segolene-royal-sommet-annuel-des-poles-octobre-2018/

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


17 thoughts on “Royal ment délibérément à propos des ours blancs et de la banquise, qui, en réalité, se portent fort bien

  1. AvatarChardon26

    Il faut bien justifier le salaire et les avantages et puis elle est bonne la gamelle.
    Une politique, quoi !!👎👎

  2. Avatargamma

    Ils sont devenus des spécialistes du climat ! Quant à la libration et le glissement des pôles magnétiques ils ne connaissent pas !
    Ils avalent tout sans arguments ni preuves. Mais il est de bon ton d’être « bien » et de penser à la planète,elle qui, si toutes les dorsales se réveillent pourraient nous éradiquer de la surface de la planète. Et ce ne sera pas le climat qui l’aura décidé mais le cycle naturel de la terre. Ajouter à cela la ceinture de Kuiper et le nuage d’Oort qui pourrait nous envoyer un paquet cadeau cosmique. ! Et ce n’est pas le litre de gazole à 2,50 € qui va nous protéger. Bref des guignols des clowns.
    Allez sur le web et trouvez les vrais scientifiques à qui on a confisqué la parole sous menace d’une mort sociale assurée.Alors que les cruches « hommes et femmes » se taisent et arrêtent de nous polluer avec leur outrecuidance aiguë. – Je signale au passage que ce n’est pas google qui trouvera ces scientifiques mais le web caché – à ne pas confondre avec le dark web »

  3. AvatarHollender

    Non, les ours blancs ne nagent pas des  » centaines » de km. Tout au plus 80km
    À Churchill ils viennent dans les dépotoirs et ingurgitent toutes sortes de déchets y compris des choses, des os pointus qui peuvent perforer leurs entrailles.

  4. Avatarpier

    tant mieux les sans dent lépreux faute de pouvoir aller se dorer la pilule en Corse , se feront bronzer à Berk

    vive le réchauffement climatique et à bas les cons !

  5. Avatarclaude t.a.l

    Cette pauvre chose de Royal me fait penser au  » Philippulus le prophète « , dans Tintin (  » l’étoile mystérieuse  » ) :

    1 –
    https://www.google.com/search?hl=fr&biw=1366&bih=657&tbm=isch&sa=1&ei=stdzXNbSC7XuxgOinZjQAw&q=+philippulus+le+prophete&oq=+philippulus+le+prophete&gs_l=img.3…95922.97415..102067…0.0..0.188.733.4j2……1….1..gws-wiz-img.yx8LG62jxIM#imgrc=unf6sJxbojh_pM:

    2-
    https://www.google.com/search?hl=fr&biw=1366&bih=657&tbm=isch&sa=1&ei=stdzXNbSC7XuxgOinZjQAw&q=+philippulus+le+prophete&oq=+philippulus+le+prophete&gs_l=img.3…95922.97415..102067…0.0..0.188.733.4j2……1….1..gws-wiz-img.yx8LG62jxIM#imgrc=unf6sJxbojh_pM:

    3-
    https://www.google.com/search?hl=fr&biw=1366&bih=657&tbm=isch&sa=1&ei=stdzXNbSC7XuxgOinZjQAw&q=+philippulus+le+prophete&oq=+philippulus+le+prophete&gs_l=img.3…24300.24300..27297…0.0..0.87.87.1……1….1..gws-wiz-img.kgge8oaBqws#imgrc=-tGsB9siZXbpgM:

    Complètement dingo, la greluche !
    Et ce n’est pas d’aujourd’hui !
    Et elle n’est pas la seule !

    1. AvatarMachinchose

      son intérêt pour ces plantigrades, doit sans doute avoir un rapport avec ça

      «  »Avoir ses ours »

      –Avoir ses règles.—

      Origine
      Bien entendu, cette locution ne s’applique qu’aux femmes, et de préférence à celles pas trop âgées.
      Mais que viennent faire nos braves plantigrades dans ces manifestations aussi régulières que naturelles ?

      Deux explications sont proposées pour cette expression qui daterait du début du XXe siècle.

      On sait qu’un ours désigne un homme bourru, à l’humeur parfois massacrante. La première explication vient donc de l’humeur ou de l’énervement que peuvent avoir nos compagnes lorsqu’elles sont menstruées.

      La seconde origine pourrait venir d’une plaisanterie faite à partir de l’ancienne expression « avoir ses jours » employée pour désigner ces jours où une femme préférait ne pas trop se montrer en société.
      Mais une telle plaisanterie ne se comprend vraiment que lorsqu’on sait que, jusqu’à la fin du XIXe siècle, ‘ours’ se prononçait ‘our’, ce qui explique la très forte similitude de prononciation entre « avoir ses jours » et « avoir ses ours ».

  6. AvatarFomalo

    Très intéressant cet article! Je regarde votre photo d’ours sortant d’hibernation ou malade.Ce matin, sur le site d’ europe 1 installé au salon de l’agriculture, un ancien médecin légiste, Philippe Charlier,( spécialisé antérieurement dans les scanners et analyses de morts célèbres via viscères, crânes, etc,mais depuis nommé au musée du quai Branly…), précisait le danger potentiel – certes encore hypothétique- des nuées de touristes, chercheurs, extracteurs, carotteurs etc… sur le permafrost. Il pourrait se poser la question d’être contaminé par des virus n’ayant pas eu le temps de s’éliminer par décomposition et conservés actifs sous forme dormante, soit ses chaussures via des micro-fissures, son matériel via porosité, son corps via respiration.Des virus millénaires et encore non identifiés pourraient-ils ainsi se réactiver et contaminer en premier lieu la vie animale d’espèces comme les ours blancs, des oiseaux comme les pingouins, des renards ou des phoques? C’est une chaleur modérée qui redonne vie à ces virus ou ces bacilles ceux-ci étant « neutralisés » par les températures au-dessous de zéro et détruits au-dessus de 100 °.

    1. AvatarMachinchose

      et les hommes, aussi , bien sur !!

      mais ce qui est rassurant c’ est l’ absence de ces virus dans les mammouths congelés extraits du perma sibérien depuis des années

  7. Avatarberger

    Pour les fakes vous avez la RTB et RTL en Belgique. La semaine passée ils affolent les gens avec la banquise du pôle sud qui fond ( en été ndlr) et cette semaine ils montrent un reportage sur un brise glace qui travaille en mer…Balltique. Il y a peu ils racontent que c’est de plus en plus dur pour les éoliens de trouver des terrains car les gens n’en veulent pas et il faut les installer dans les forets etc… une semaine après ils annoncent que 80% des gens trouvent chouette d’habiter près d’une éolienne. Si j’avais le temps je ferais une émission que l’appellerais  » le fake du jour » »

  8. Olivia BlancheOlivia Blanche

    Je sais depuis longtemps que RR et RL sont hostiles aux écologistes, je le constate tous les jours… En ce qui concerne les ours polaires et la fonte de la banquise, chère Christine, je suis confuse de vous contredire ou plutôt de vous exprimer que je pense qu’il s’agit bien, hélas, d’une réalité.

    C’est d’ailleurs curieux que vous préfériez croire l’avis de Jeff Higdon, qui dit que l’ours est malade, plutôt que d’ajouter foi à National Géographic, pourtant connu pour son sérieux…

    Des reportages récents ont montré qu’en Sibérie les ours polaires sont tellement affamés qu’il se rapprochent de plus en plus des habitations humaines pour faire les poubelles…

    Je suis d’autant plus surprise par ces dénis de réalité que les patriotes, dont vous en premier, sommes victimes, cf. : l’islamisation de la France et de l’Europe … Là aussi il y a des sceptiques en dépit de l’évidence.

  9. AvatarGromago

    Les scientifiques de la nature ne cautionneront jamais toutes ces conneries des écolos .
    C’est pour ça que les écologistes finissent toujours par se planter et disparaitre .
    Malheureusement il en arrive des nouveaux pour manger dans la gamelle .
    Le pire de tous c’est Nicolas,petit journaliste à France Inter qui faisait des petits reportages sur le terrain, dans le genre une caserne ou un poste de pompiers et qui est devenu une star par l’aspect « reportage sur le vif » alors que La Nature est là depuis toujours .
    Pour décrire une cascade il prenait le ton d’un reportage sur la fin du monde .

    Un style ,c’est tout .
    Pour le reste il répète comme un perroquet deux trois choses qui marchent .Mais c’est un ignorant des biotopes ,des espèces et des systèmes .
    C’est vide et c’est creux et il n’aura jamais la caution du Muséum d’Histoire Naturelle .
    La mère trucmuche ,c’est encore plus pathétique .
    Voilà la grande efficacité de l’écologie en France .Avoir un vélo comme Brice Lalonde,la langue bien pendue comme Nicolas et l ‘œillade langoureuse de la madonne des sleeping comme la nunuche .

  10. Avatarpalimola

    Que les mafieux politicards écolos et autres escrocs exploitent ce dérèglement climatique pour se créer des postes inutiles mais fort bien rémunérés et nous faire les poches au passage ne fait aucun doute , que les mêmes pourris n’hésitent pas a nous manipuler est également une certitude . On ne peut cependant nier que dérèglement climatique il y a , il n’y a qu’a regarder les températures de ce mois de Février ou ici dans le sud nous nous promenons en chemise manche courte , 20 ans en arrière les températures a la même période ne dépassaient pas 9 a 10 degrés quand elles ne restaient pas négatives même la journée . j’ai souvenir de flaques d’eau qui ne dégelaient pas de la journée et sur lesquelles nous nous amusions a glisser sans que la glace ne rompe ceci n’existe plus , aujourd’hui l’été dans la région c’est un enfer car les températures dépassent couramment les 40 degrés et ne descendent pas en dessous de 25 degrés la nuit , d’ailleurs je me demande ou sont prises celles de la télé qui sont inférieures de 10 degrés , on ne doit pas vivre sur la même planète . Le climat a changé et on ne peut pas le nier , je ne suis pas fou et je me souviens bien des hivers rigoureux que nous connaissions dans le sud de la France , je me souviens aussi des nuits fraiches du mois d’aout ou nous pouvions dormir . Les maisons qui poussent ici comme des champignons ( ça réchauffe mais les permis de construire sont distribués comme des petits pains et les arbres disparaissent ) sont aujourd’hui toutes équipées de climatisations preuve que ça chauffe , je n’en connais pas les véritables raisons mais le climat a énormément changé et c’est un fait avéré .

    1. Armand LanlignelArmand Lanlignel

      Oui, notre climat local a changé par rapport à un passé récent. Ce qui est peut-être contestable, c’est les causes invoquées pour expliquer ce réchauffement, en particulier l’effet de serre du CO2 (gaz carbonique) qui n’a pas encore été mis en évidence expérimentalement. Il y a peut-être une dizaine d’année, un spécialiste a démontré par la théorie que ce gaz avait une certaine contribution non négligeable à l’effet de serre puis, quelques années plus tard, un autre spécialiste a objecté que ce calcul était incomplet et ne prenait pas en compte tous les paramètres influents dans cet effet. Pour les départager, il faut une expérience incontestable, qui osera la faire ?

      Quant au réchauffement, rien de nouveau puisque cela a déjà existé dans de lointains passés et là, cela a été provoqué naturellement en particulier par des variations du fonctionnement solaire. Pourquoi veut-on que cette machine gigantesque qu’est le soleil fonctionne de façon absolument régulière ?

  11. Avatarpalimola

    Vous avez raison ce n’est pas nouveau , il a déjà existé dans un passé proche des mini époques glaciaires et d’autres de réchauffement qui ont provoqué des famines , il reste a prouver que l’activité humaine cause ou participe a celle d’aujourd’hui .

  12. AvatarDorylée

    Ce soir, au début du jité de Rance2, alerte pollution à Paris, restrictions de circulation (surtout les diesel évidemment) réchauffement climatique et interview exclusifs de gogos qui répètent les âneries des journaleux :  » Il faut réduire les émissions de GES, aller à vélo, ne plus manger de féculents… » Et en fin de Jité, ils sont obligés de reconnaître que les Teutons ont acheté 17400 MW d’électricité nucléaire à EDF car comme il n’y a pas de vent, il n’y a pas d’éoliennes et les centrales à charbon teutonnes sont hyper polluantes. Le petit flux d’EST venant de Stuttgart et Frankfurt am Main véhicule cette pollution charbonnière jusqu’à Paname. La mère Hidalgo va pouvoir réduire toute la circulation qu’elle veut, le charbon allemand va lui brouiller la vue encore un moment. Le reportage se termine sur la mine défaite d’une gourde de Green pisse, navrée qu’elle est de voir que le nucléaire pollue moins moins que l’éolien…. Rien que pour ces deux grands moment télévisuels, je vous invite à visionner le jité de 20h00 de Rance2 en Replay. Une fois n’est pas coutume.

Comments are closed.