Bébés génétiquement modifiés : faut-il condamner ou nobelliser le Frankenstein chinois ?


Bébés génétiquement modifiés : faut-il condamner ou nobelliser le Frankenstein chinois ?

En Chine, les premiers bébés génétiquement modifiés sont nés fin 2018, porteurs d’une mutation supposée les rendre résistants au virus du Sida..

Selon ses propres déclarations, le Dr He a recruté 7 couples de parents potentiels dont le père était infecté par le VIH, mais pas la mère, et dont il affirme qu’ils ont émis un consentement éclairé sur les risques de la procédure. Le Dr He a alors réalisé des fécondations in vitro avec des embryons génétiquement modifiés par CRISPR-Cas9. Cette technique, également appelée « ciseaux moléculaires » permet de supprimer un morceau d’ADN précis…

Lire la suite (réservée aux abonnés) ici :

https://www.sciencesetavenir.fr/sante/bebes-genetiquement-modifies-les-scientifiques-s-indignent_129793

Merci à Marcher Sur Des Oeufs de nous avoir indiqué l’article ci-dessous :

Les bébés « OGM » chinois sont-ils dotés d’un super-cerveau ?

De nouvelles recherches montrent que la modification introduite dans l’ADN des bébés chinois pourrait avoir également affecté leur cerveau.

Les jumelles Lulu et Nana seront-elles de très bonnes élèves et supérieurement intelligentes ? La naissance de ces bébés chinois avait fait grand bruit et choqué la communauté scientifique mondiale en fin d’année dernière. Prenant tout le monde par surprise, He Jankui, un chercheur de l’université des sciences et technologies de Shenzhen , annonçait par une vidéo sur YouTube la naissance des deux premiers bébés génétiquement modifiés au monde, à l’aide de la technologie CRISPR.

A l’époque, le scientifique avait expliqué avoir modifié le gène CCR5 pour créer un variant et protéger ainsi les fillettes d’une éventuelle infection par le VIH (les pères des couples impliqués dans l’étude étant tous séropositifs). Mais de nouvelles recherches montrent que cette modification introduite dans l’ADN des bébés chinois pourrait avoir également affecté leur cerveau.

Le gène CCR5 joue en effet un rôle majeur dans la mémoire et la capacité du cerveau à se former, explique Alcino J. Silva, neurobiologiste à l’Université de Californie à Los Angeles, dans un article de la « MIT Technology review ». Des tests menés dans son laboratoire dès 2016 ont démontré que le retrait du gène CCR5 chez des souris améliorait considérablement leur mémoire. Depuis, de nouveaux travaux ont démontré que des personnes naturellement dépourvues du gène CCR5 guérissent plus rapidement des accidents vasculaires cérébraux ou ont de meilleurs résultats scolaires.
Impossible à prédire

« L’interprétation la plus simple est que ces mutations auront probablement un impact sur la fonction cognitive des jumelles », explique le neurobiologiste. L’effet exact sur les facultés cognitives des jumelles est impossible à prédire, et « c’est pourquoi cela ne devrait pas être fait », dénonce-t-il dans l’article.

Du coup, certains scientifiques se demandent désormais si le véritable objectif de l’expérience menée par He Jiankui n’était pas de « créer » des êtres supérieurement intelligents, peut-être dans le cadre d’une course à la suprématie biotechnologie entre les Etats-Unis et la Chine.

L’expérience de l’équipe chinoise a été largement condamnée et He Jiankui – désormais qualifié de « Frankenstein » dans la presse chinoise – est sous le coup d’une enquête dans son pays. Celle-ci a déjà établi qu’il aurait « falsifié des documents d’évaluation éthique ». Il a par ailleurs été licencié de son université.

Frédéric Schaeffer

 https://www.lesechos.fr/monde/chine/0600757272418-cette-nuit-en-asie-les-bebes-ogm-chinois-sont-ils-dotes-dun-super-cerveau-2247041.php
__________________________________
La technologieCRISPR/Cas9
:::: https://www.igh.cnrs.fr/images/microsite/herve-seitz/files/TechSc.pdf

CAS9

https://fr.wikipedia.org/wiki/Cas9

Et ce n’est pas fini. Une seconde grossesse serait en cours, même chercheur, même cas de figure :

https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/bebe-bebes-ogm-deuxieme-grossesse-cours-73919/

 

On trouve dans le réseau complotiste anti-américain primaire (Réseau voltaire, Egalité et réconciliation….) des articles annonçant le même genre de choses aux Etats-Unis, mais pas un article dans la presse scientifique sur ces prétendues révélations. Inutile donc d’essayer de nous faire prendre des vessies pour des lanternes. Seuls les Chinois ont levé le tabou suprême.

 

Cette expérimentation inquiète, forcément, mais est et passionnante et porteuse d’espoirs fous.

Quel parent dont l’enfant est atteint d’une maladie grave, d’un handicap lourd… n’a pas rêvé d’un gène qui aurait permis d’éviter souffrances et handicap ? 

Je ne fais pas partie de ces croyants faisant confiance à un Dieu -auquel je ne crois pas- et acceptant comme normales, inéluctables, voire souhaitables toutes les souffrances, toutes les horreurs, tous ces petits enfants souffrant le martyr, ces petits enfants dont on ne parle guère qu’au moment du Téléthon et encore et devant lesquels les bonnes gens qui donnent des leçons d’éthique détournent la tête.

Ce n’est pas l’homme le coupable, en l’occurrence, sauf quand des hommes avides d’argent vendent aux mères enceintes des médicaments qui auront des conséquences abominables. Rappelez-vous le scandale de la Thalidomide.

http://sante.lefigaro.fr/actualite/2012/09/01/18929-50-ans-apres-fabricant-thalidomide-sexcuse

C’est une autre histoire.

 

Mais, si l’on regarde la longue histoire de l’humanité, celle des si nombreuses morts de la mère et/ou de l’enfant lors de l’accouchement, si l’on regarde les avancées des antibiotiques, des vaccins ( nuisibles comme le reste quand en trop grand nombre et imposés pour faire de l’argent), le dépistage in utero et malformations et maladies congénitales… l’homme est un grand et la nature une belle salope.

Dieu ne joue pas aux dés, disait Einstein, athée par ailleurs. La fameuse « nature » qui sert de référent à nombre de vieux réacs joue aux dés. Et la grandeur de l’homme est bien d’avoir le génie de corriger, dépasser… un état naturel qui n’a rien de drôle. Qui, en tant qu’humain, à part les abominations de l’Etat Islamique, aimerait vivre selon les règles de la nature, où le plus fort dévore le plus faible, où il faudrait accepter, la mort dans l’âme, de voir naître l’enfant qu’on a porté avec le virus du sida, ou avec d’autres handicaps ou maladies s’il existe une possibilité de lui éviter la souffrance, la maladie invalidante, le handicap lourd ?

Qui ? A part des gens issus de sectes imbéciles qui trouvent normal de laisser mourir leur enfant dans un accident en refusant toute transfusion, par exemple ?

La grandeur et le génie de l’homme (qui est mieux que Dieu, comme disait Brel) c’est justement de se donner la possibilité de contourner, réparer, atténuer la dure loi de « la nature ».

Je sais que cet article va susciter des commentaires outragés, peu importe. Je suis habituée, moi qui suis favorable au mariage homo, à l’euthanasie, à l’avortement, à la PMA… j’en passe et des meilleures.

 

Le problème n’est pas la manipulation génétique, le problème est de savoir si le Frankenstein chinois a fait cela pour permettre à des parents atteints du SIDA d’avoir des enfants comme tout le monde ou bien s’il avait dans la tête l’idée de « fabriquer » des êtres sortant de l’ordinaire qui pourraient, à l’âge adulte, devenir des Pascal, des Einstein, des Curie, des Mozart., des Pasteur…

Et là se pose non seulement la question de l’eugénisme, mais aussi de l’effet sur la société dans son ensemble.

Si des êtres supérieurement intelligents sont créés qui apportent à l’humanité du progrès, c’est génial. Si ces êtres se révèlent démoniaques, démoniaquement intelligents, on joue avec le feu.

Le risque est, forcément, de courir vers un monde de science-fiction, du type du Meilleur des Mondes ( on y va déjà…) avec les Alpha à la tête d’un gouvernement mondial, qui ne seraient que Intelligence artificielle et auraient besoin de modifier génétiquement les autres humains pour qu’ils leur obéissent servilement.

Choix cornélien, sans doute. Mais ô combien passionnant.

Quoi qu’il arrive, on ne pourra pas interdire à l’homme de se vouloir et de se montrer plus grand que le Dieu monothéiste inventé il y a quelques millénaires. On n’arrête ni l’intelligence humaine, ni le progrès, ni l’envie de faire cesser maladies et handicaps, ni l’envie de corriger une « nature » violente et injuste par essence. C’est la vieille histoire de la Tour de Babel… Quoi qu’il arrive, quoi qu’on fasse, l’homme est libre, prodigieusement libre, et intelligent. Prodigieusement intelligent. C’est aussi le mythe d’Adam et Eve. Présentée par les croyants comme une punition, l’expulsion du paradis originel est en fait le début de la connaissance, de la prodigieuse aventure humaine, dont on ne sait si elle s’arrêtera un jour.

Il appartient à l’homme de veiller à la juste mesure… et de vivre son destin d’homme. Il appartient à l’humanité de vivre son destin d’humanité. Et c’est un enjeu fabuleux.

Et puis, et puis… si un être génétiquement modifié était assez intelligent pour trouver le truc permettant d’anéantir l’islam sur toute la planète… vous imaginez ? Il n’est pas interdit de rêver, non ?

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


40 thoughts on “Bébés génétiquement modifiés : faut-il condamner ou nobelliser le Frankenstein chinois ?

  1. AvatarMachinchose

    excusez moi……..ayant fait partie de la génération de WW2, celle qui a « manqué » qui a eu faim, je poserais une seule question a propos de cette modification génétique de bébés

    SERONT ILS COMESTIBLES OUI OU NON ?

    parce qu on se méfie de tous ces OGM !!

  2. David BelhassenDavid Belhassen

    Bonjour Christine. Je me méfie comme de la peste de ces apprentis-sorciers dénués de toute éthique et dictés par leur soif de puissance et leur curiosité (morbide) d’une science sans conscience.
    On les a vus en action sous les régimes criminels et dictatoriaux, devenant les maîtres d’oeuvres des fantasmes les plus fous d’un Hitler ou d’un Staline.
    Et qui nous garantit qu’un de ces mercenaires ne se vendra pas à un milliardaire saoudien pour trouver le mode opératoire d’une petite manipulation d’ADN qui nous transformera tous en soumis musulmans ?
    Lorsqu’on s’amuse avec le feu, s’y brûler ne devient plus qu’une question de temps.

    1. AvatarAmélie Poulain

      @David Belhassen

      Je suis parfaitement en accord avec votre commentaire mais le jeu a malheureusement commencé depuis un bon moment… malgré la soit-disant bio-éthique qui devient de plus en plus élastique.

      C’est l’homme dans toute sa splendeur…

      Je ne suis même pas étonnée, c’était à prévoir et ce n’est pas fini à mon sens, la porte étant ouverte.

      Les hommes (enfin ceux qui aiment jouer à l’apprenti sorcier sur des êtres humains, je ne parle pas de ces chercheurs qui ont vraiment fait avancer le monde en permettant de dépasser des théories établies) ne comprendront jamais qu’en manipulant la Nature cela leur revient toujours dans le coin de la figure (ils en ont des exemples pourtant).

      1. Armand LanlignelArmand Lanlignel

        Aie ! Aie ! Aie ! Ce n’est pas avec des freins comme David et Amélie que la science et les connaissances progresseront. Qui ne risque rien n’a rien. On ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre. La prise de risque est inévitable sinon on reste enfermé dans son cocon sécuritaire. Faut-il rappeler que vers 1947, le professeur David Humes, à l’hôpital de Toronto, a dû faire clandestinement (dans la chambre de la malade) la greffe provisoire interdite d’un troisième rein pour sauver une jeune femme mourant d’une crise d’urémie suite à un blocage accidentel de ses reins ? Et dix ans plus tard, c’est la pilule contraceptive qui est disponible aux USA mais interdite presque partout ailleurs. Et dans les pays noyautés par un clergé arriéré (Irlande, Pologne), cette interdiction a duré très longtemps. En 1967, c’est la première greffe du cœur qui est essayée et qui soulève une émotion intense: comment peut-on donner à un autre ce cœur siège des sentiments et demeure de l’âme ? Pour calmer les esprits, il a fallu changer le vocabulaire (greffe cardiaque, muscle cardiaque) et éliminer le mot cœur. Et une dizaine d’années plus tard, c’est la fécondation in vitro (les fameux bébés éprouvette) qui est condamnée par un pape rétrograde. Et bien sûr, ça continue !! Le clonage humain a été déclaré crime contre l’humanité par des crétins sans envergure alors qu’aucune expérience ne peut être faite puisqu’il n’est pas au point. Lorsqu’une catastrophe à l’échelle mondiale se produira en répandant la stérilité humaine, cette technique de secours ne sera pas au point pour maintenir la diversité humaine. Ne parlons pas non plus des mères porteuses … Ni de toutes les interdictions des siècles passés où même l’invention des boutons a été condamnée par certains (mais non interdite) sous prétexte que c’était inciter les femmes à la débauche (mais pas les hommes …) car en effet, avec des fermetures à boutons, ces petites coquines de femmes peuvent se déshabiller et se rhabiller beaucoup plus vite qu’avec des fermetures à lacets.
        Avant de tomber à bras raccourcis sur le dos des défricheurs de la future humanité (l’expérience actuelle est très limitée) il faudrait commencer par faire le ménage dans l’industrie pharmaceutique qui vient de causer une dizaine de morts et des handicapés avec sa nouvelle formule du lévothyrox traitant la tyroïde.

          1. Armand LanlignelArmand Lanlignel

            Il y a de quoi emplir des livres … Vers 1960, le CNRS a publié des livres sur l’histoire des sciences et techniques où on peut découvrir de nombreuses anecdotes, dont celle du professeur de Polytechnique affirmant à la fin du vingtième siècle que l’on ne pourrait jamais faire voler un plus lourd que l’air. Affirmation démentie quelques années plus tard au prix des vies de certains pionniers de l’aviation.

        1. AvatarAmélie Poulain

          « il faudrait commencer par faire le ménage dans l’industrie pharmaceutique qui vient de causer une dizaine de morts et des handicapés avec sa nouvelle formule du lévothyrox traitant la tyroïde. »

          Oui, justement, c’était considéré comme une « avancée » scientifique pourtant la découverte de ces médicaments.

          1. Armand LanlignelArmand Lanlignel

            Oui, l’ancienne formule était correcte mais maintenant, elle tombe dans le domaine public et Big Pharma a inventé un produit nouveau pour gagner plus de sous qu’avec l’ancienne formule. Il lui a donné le même nom pour garder les habitués mais manque de chance, ce n’est pas au point et cela a été mis sur le marché à grande échelle, d’où la catastrophe. C’est allé jusqu’à mettre l’ancienne formule introuvable. Mais les coupables ne seront pas punis.

        2. David BelhassenDavid Belhassen

          Bonjour Armand Lanlignel. Permettez-moi de ne pas partager votre enthousiasme pour toutes ces « avancées scientifiques ». Quant à la fécondation in vitro, brrrr !!! Elle me donne la chair de poule. Cela doit être à cause du contact avec les tubes d’azote.
          Et pour vous plagier : « lorsqu’une catastrophe planétaire se répandra à cause de ces apprentis-sorciers débridés, il sera trop tard ».

      2. AvatarAmélie Poulain

        Cher Armand…. une fois de plus je constate que dès que l’on ose se questionner concernant les soit-disant avancées de la Science tout le monde saute dessus et bien souvent sans nuances, que lorsque l’on parle de la Science tout est permis…. sans préjuger des potentiels impacts sur l’être humain lui-même ni même des impacts sur l’avenir de l’Humanité sur le long terme (moi je ne comprends pas que l’on n’y pense pas….) .

        Effet de notre société superficielle et de plus en plus déshumanisée sans doute…

        L’être humain est plus complexe qu’une expérience et là, dans le sujet de l’article, on touche bien l’être humain dans l' »essence » de ce qu’il est, ce n’est pas anodin. Un acte dit scientifique ne peut être un acte « pur ».

        Vos arguments ne concernent qu’un aspect visible, qu’un espace de réflexion en oubliant la « complexité » et les intrications qui dépassent l’acte lui-même.

        On est d’accord pour les résistances si l’on reste sur le plan concret et que l’on généralise, mais bien souvent ces résistances ne sont pas sans fondement mais science aveugle veut (croire ?) avancer à tout prix et je dirais même à n’importe quel prix….

        L’être humain en est pourtant conscient puisqu’il a jugé bon d’inventer la bio-éthique mais malheureusement, cela n’empêche pas l’aveuglement.

        Certaines expériences n’ont pas été citées mais sur le plan humain que de dégâts… et cela ne se voit pas tout de suite et ne peut être anticipé. Mais qui s’en soucie ?

        Ce qui est extraordinaire c’est que jamais, mais alors jamais on ne se demande l’impact psychologique et humain que ce qui est fait peut avoir, aucune projection non plus sur le long terme.

        A-t-on déjà fait une étude pour demander aux humains conçus dans la froideur d’une éprouvette (personnellement, j’aurais du mal) ce qu’il en ressentait et l’impact que cela avait dans leur vie voire s’il arrivait à s’en sortir ?

        Même les dons d’organe ne sont pas sans conséquences, on peut s’en douter :

        http://www.genethique.org/fr/content/4612

        « Pour le docteur Burloux, psychiatre et psychanalyste, qui rencontre quotidiennement la jeune femme, le travail psychique est le même quel que soit l’organe greffé : « il s’agit toujours d’apprivoiser, de s’approprier cette structure vivante venue d’un autre. » Un ébranlement identitaire propre à toute greffe que David Le Breton, sociologue et anthropologue à Strasbourg, qualifie de « rupture anthropologique ».

        « Notre présence au monde étant une présence de chair, un organe n’est pas un objet comme un autre » souligne David Le Breton. « C’est une part d’autrui qui implique, par la suite, de vivre dans la cohabitation ». Chez certains greffés, cette intervention entraîne « un débat intérieur très intense » avec cet autre devenu une part de soi même, qui peut se comporter à la fois « comme un ami exigeant et comme un intrus, voire un persécuteur ». »

        Et il y a bien d’autres sujets qui pourraient entrer dans le cadre de cette réflexion mais je préfère en rester là pour éviter une discussion aussi interminable que vaine tant ce qui se voit et ce qui donne l’illusion d’une puissance sur la Vie est plus forte que la vie elle-même, surtout actuellement.

        Je terminerai que même les expériences médicales horribles des Nazis ont fait avancer la Science Médicale…..

        1. David BelhassenDavid Belhassen

          Bonjour Amélie Poulain. Entièrement d’accord avec vous, jusqu’à la plus petite virgule et le point sur les i.

        2. Armand LANLIGNELArmand LANLIGNEL

          Pour les greffes d’organes, on manque un peu de recul. Néanmoins, je connais plusieurs personnes devant leur survie à une greffe de rein et elles semblent bien l’accepter.

          Pour le reste, il faut se rappeler que nos lointains ancêtres étaient des chasseurs-cueilleurs. Ils ont commencé à transgresser la nature en éliminant les plantes qui ne leur convenaient pas pour ne laisser que les plantes nutritives. Puis ils ont fait plus fort en défrichant une parcelle de forêt pour créer le premier champ permettant de cultiver ce qui les intéressait … Ils ont aussi transgressé les lois naturelles en pratiquant l’élevage … Et de transgression en transgression, nous en sommes arrivé à aujourd’hui avec nos questions génétiques qui en dérangent beaucoup. A quelle période historique désirez-vous vivre ? Puisque celle-ci ne vous convient pas, laquelle vous satisferait ?

          Il ne faut pas croire que les transgressions vont s’arrêter, au contraire, elles vont s’amplifier (sauf localement où des intégristes pondront toutes sortes d’interdictions. Même l’invention de l’éclairage des rues a été interdite par un pape en 1832 car contraire à la volonté divine. Pendant qu’il y était, il a aussi interdit la vaccination antivariolique alors que la variole est une maladie très grave où les survivants sont défigurés et mal en point).

          Ceci n’exclut pas la prudence, il ne faut pas aller trop vite car, comme a dit un homme célèbre, science sans conscience n’est que ruine de l’âme. Malheureusement, cette affirmation n’est pas opérationnelle et ne peut pas servir de guide.

          1. David BelhassenDavid Belhassen

            Bonsoir Armand. Pourquoi donc la maxime « science sans conscience etc… » ne peut devenir opérationnelle et servir de guide ? Qui en a décidé ainsi ?
            D’autre part, il y a « transgression » et il y a « transgression ». Les mettre toutes dans le même sac, c’est aller vite en besogne.
            Quant aux « intégristes », s’ils « pondent toutes sortes d’interdictions », c’est uniquement du à leur soif de puissance et de domination, et non à un prétendu « respect des lois naturelles ». Et si cette soif de puissance et de domination peut se réaliser en nous rendant tous des clones, ils seront les premiers à faire les pires des manipulations génétiques.

          2. AvatarAmélie Poulain

            Un peu simple votre démonstration, il ne s’agit pas de « transgression » ni « d’interdits », il s’agit de préserver et permettre la Vie (je ne parle pas de vie dans le sens restreint du terme mais d’existence)

            Pourquoi dès qu’il y a désaccords sur un sujet de société met-on toujours en avant la morale (sous-entendu religieuse, j’ai bien compris) pour accuser les opposants ? C’est vraiment une obsession cette peur des limites, il y a les limites « constructives » et les limites « aliénantes », je ne vois pas ce qu’une morale religieuse vient faire là-dedans.

            Pratiquer l’élevage c’est tout simplement organiser la vie et pour cela, mettre des limites (indispensables n’en déplaisent à certains dans une perspective de sens, la vie terrestre est ainsi faite) de façon à structurer et permettre de vivre, je ne vois pas où il y a transgression ni même pourquoi ce terme dans ce contexte.

            Il ne faut pas tout mélanger et mettre tout sur le même plan excluant toutes nuances, déniant par là la question du sens, mais je reconnais bien là le problème de notre Société où tout se vaut et où tout serait possible.

            Ainsi, pour juste illustrer par quelques exemples, déviance n’est pas délinquance, limite n’est pas synonyme de morale et encore moins de religion, développement n’est pas synonyme d’évolution, découverte n’est pas synonyme de réussite, avancer au-delà des limites n’est pas forcément synonyme de transgression…

            Et enfin, la vie ne se résume pas heureusement à la Science qui elle, est bien limitée…. Elle connait aussi ses aléas que l’on ne peut nier jusqu’à même nécessiter des régressions (retour à des savoirs du passé)…

            Tout est une question d’équilibre à préserver voire à trouver.

            Ce n’est d’ailleurs peut-être pas pour rien que les sports de l’extrême ont tant de succès ainsi que les tentatives de retour aux sources de plus en plus nombreuses, que l’on observe actuellement…

  3. Armand LANLIGNELArmand LANLIGNEL

    Pour que l’humanité progresse, il faut des éclaireurs prenant des risques. Cette expérience était nécessaire à l’humanité pour savoir si cette voie est praticable. Mais on en connaîtra le résultat à peu près complet que dans un demi-siècle. Avant cette échéance, il peut y avoir de mauvaises surprises. Les imprévus sont courant dans les nouveautés. Actuellement, ce genre d’essais doit être limité et surtout pas généralisé.
    A contrario, il ne faudrait pas l’interdire. Dans le passé, tout ce qui est nouveau et innovant a toujours été condamné et même souvent interdit dans un premier temps. Puis, plus tard, lorsque les esprits se sont habitués et que les vieilles barbes aux méninges sclérosées sont rendues dans les cimetières, ce qui était interdit devient permis.

  4. Avataralexandre

    Il est probable que cette expérience n’aura pas de conséquence dramatique pour l’humanité. Votre position « néo-prométhéenne » me semble cependant très dangereuse.
    Je pourrais donner beaucoup de raisons justifiant mon avis, par exemple l’introduction d’un fragment de code dans un chromosome peut déstabiliser la molécule d’adn et créer directement ou indirectement des nouveaux agents pathogènes.
    Votre position m’étonne.
    Pour ce qui concerne l’anéantissement de l’islam, pas besoin de génie génétique.

  5. AntiislamAntiislam

    Bonjour,

    Christine, Einstein disait le contraire: « Dieu ne joue PAS aux dés ».

    Il disait cela de la Mécanique Quantique parce qu’il était choqué par le caractère non déterministe , probabiliste de la théorie (édifiée par Niels Bohr).

    Version moderne du « clinamen » de Lucrèce :=)

      1. Armand LANLIGNELArmand LANLIGNEL

        Bohr a inventé un modèle qui permet d’obtenir des résultats théoriques conformes aux mesures ou observations expérimentales. Cela ne veut pas dire que ce modèle soit exactement la représentation des réalités de la nature. Il se peut qu’à l’avenir nous ayons une autre explication pour ce que l’on observe.

        Quant à dire que Dieu ne joue pas aux dés … on a bien l’impression que si d’après les apparences. Nous sommes soumis (et les événements naturels aussi) aux aléas des probabilités. Nous pouvons être bénéficiaires d’une série de coïncidences toutes (ou à peu près toutes) favorables dans des circonstances données, ou l’inverse. Il est déjà arrivé qu’un joueur de loto gagne plusieurs fois le gros lot alors que la probabilité d’une telle coïncidence est extrêmement faible. Certaines personnes semblent au contraire poursuivies par le mauvais sort toute leur vie … on y voit une malédiction divine alors que l’existence de ces cas extrêmement rares est conforme aux propriétés de la nature, sans qu’il soit nécessaire d’accuser la victime d’être pécheresse. Inversement, certaines personnes n’ont jamais eu besoin de faire face à des problèmes difficiles, sans que leur conduite soit pour autant exemplaire. En moyenne, tantôt c’est favorable, tantôt c’est l’inverse ! Quand on a des dizaines de millions d’êtres soumis à ces lois, tous les cas de figure peuvent exister.

        En génétique, la combinaison des deux gamètes féminine et masculine se fait au hasard et peut donner n’importe quoi, depuis l’être non viable qui disparaîtra plus ou moins rapidement ou même naîtra mais avec une espérance de vie très réduite (l’empêchant de se reproduire) jusqu’à l’être exceptionnel bénéficiant d’une vie très enviable. Apparemment, c’est comme à la roulette du casino.

        1. AvatarIn science we trust

          La mécanique quantique est d’une remarquable précision entre la théorie et l’expérience.
          Pour le joueur de loto, la probabilité est chaque fois la même. Que vous ayez gagné le gros lot ou pas.

          1. AntiislamAntiislam

            Bonjour,

            Oui, mais, à ce compte-là, les théories à épicycles étaient « meilleures » que les lois de Képler.

            Armand souligne, à juste titre, le caractère « phénoménologique » de la Mécanique Quantique …

          2. AntiislamAntiislam

            Bonjour,

            Bien évidemment !

            Ce qui est connu c’est que certaines théories à épicycles étaient plus en accord avec les résultats expérimentaux de Tycho Brahé que les lois de Képler.

            Elles étaient « d’une remarquable précision entre la théorie et l’expérience » (sic) , plus que les lois de Képler.

            Mais elles ne faisaient que « sauver les phénomènes » …

          3. Armand LanlignelArmand Lanlignel

            Je suis étonné d’apprendre que les épicycles étaient plus précises que les ellipses de Kepler. Il est vrai que dans certains cas, la mécanique classique est insuffisante. Pour expliquer le déplacement du périhélie de l’orbite de Mercure, il a fallu employer la théorie de la relativité restreinte.

          4. AntiislamAntiislam

            Bonjour,

            L’avancement du périhélie de Mercure est une conséquence de la Relativité Générale en fait …

          5. Armand LanlignelArmand Lanlignel

            Oui, les essais sont indépendants et la deuxième fois est aussi improbable que la première et gagner deux fois de suite est extrêmement improbable.

  6. AvatarCaughnawaga

    Je vais peut-être me faire lapider. Mais j’aimerais être modifiée. J’ai une maladie génétique qui m’a bousillé l’existence depuis 40 ans. Ça a commencé quand j’avais 20 ans.

    1. Armand LANLIGNELArmand LANLIGNEL

      Votre souhait est tout à fait légitime. Toutefois, je suppose que notre ADN définit notre personne. Et donc si votre ADN était différent et sans « défaut », ce n’est pas vous qui seriez là aujourd’hui mais une autre personne. La question à vous poser, à vous qui avez une existence difficile depuis si longtemps, est-ce que vous préférez exister malgré tout ou bien auriez-vous préféré ne pas connaître l’existence dans ce monde sans pitié ? C’est d’ailleurs la question que chacun peut se poser, si elle a un sens. On ne peut pas savoir ce que serait le monde sans nous !

      1. AvatarCaughnawaga

        La même personne oui et non, je connais des gens qui ont la même cochonnerie que moi, ils ne sont pas drôles et sont déprimants. Tandis que moi, je ne manque pas une occasion de rire et la plupart du temps j’essaie d’être optimiste. J’ai fini par teinter ma personnalité chez ma cochonnerie. C toujours le dilemme l’inné ou l’acquis.

  7. AvatarMichel

    Quoi qu’il arrive, on ne pourra pas interdire à l’homme de se vouloir et de se montrer plus grand que le Dieu monothéiste inventé il y a quelques millénaires. On n’arrête ni l’intelligence humaine, ni le progrès, ni l’envie de faire cesser maladies et handicaps, ni l’envie de corriger une « nature » violente et injuste par essence. C’est la vieille histoire de la Tour de Babel… Quoi qu’il arrive, quoi qu’on fasse, l’homme est libre, prodigieusement libre, et intelligent. Prodigieusement intelligent. C’est aussi le mythe d’Adam et Eve. Présentée par les croyants comme une punition, l’expulsion du paradis originel est en fait le début de la connaissance, de la prodigieuse aventure humaine, dont on ne sait si elle s’arrêtera un jour.

    Consternant ! On ne pouvait pas délivrer une plus écoeurante déclaration anti-chrétienne, une plus fanatique profession de foi maçonnique.
    Cette fois, chère madame Tasin, je vous dis adieu.

    1. Christine TasinChristine Tasin Post author

      Bon vent espèce de crétin des Andes.Si vous vous montrez aussi intolérant qu’un musulman et que vous n’admettez pas qu’on puisse ne pas croire et en plus trouver les monothéismes réducteurs pour l’homme tout en acceptant que ceux qui le veulent puissent croire allez vous faire foutre.
      P.S Je ne suis pas franc-maçon et ne l’ai jamais été. Marre des cons, c’est tout.
      PS 2 cela fait des années que je me bats pour les chrétiens, que je les défends, j’ai été la seule à organiser une manifestation pour la conservation des jours fériés chrétiens, je me bats pour que l’Etat entretienne les églises etc et vous venez m’accuser de taper sur les chrétiens ? Marre des cons et des ingrats. Zut à la fin

  8. Laurent PLaurent P

    > Dieu joue aux dés, disait Einstein
    Pour info, il disait le CONTRAIRE, en opposition à la théorie quantique de Niels Bohr, ce à quoi Bohr aurait répondu : « Mais qui êtes-vous, Albert Einstein, pour dire à Dieu ce qu’il doit faire ? »

Comments are closed.