L’Espérance, notre rêve pour la France : le livre que tous les GJ doivent lire !


L’Espérance, notre rêve pour la France : le livre que tous les GJ doivent lire !

Nous entendons souvent le discours défaitiste et résigné de nombre de patriotes sincères, qui, devant l’énormité des défis auxquels nous sommes confrontés, en concluent que nous sommes foutus, et que notre pays va passer aux mains des envahisseurs dans quelques décennies. C’est effectivement le scénario inéluctable qui nous guette… si rien ne se passe qui modifie le sens de l’Histoire.

Parfois, des livres font rêver, en nous racontant une belle histoire, à laquelle on a envie de croire. Ce fut le cas de « La Faute du Bobo Jocelyn« , de Pierre Cassen et Christine Tasin, écrit en 2011, qui racontait l’histoire du soulèvement du peuple français, en 2017, qui, de partout, montait sur Paris pour récupérer le pays et en chasser les socialistes et les islamistes. Des Gilets jaunes avant l’heure, mais qui, eux, combattaient les islamistes et leur dogme ! C’était aussi le remarquable livre d’Emmanuel Albach, « Le Grand Rembarquement« , dont le titre résume l’ouvrage, où on voit les poches de résistance qui se construisent dans la France rurale. N’oublions pas également le remarquable ouvrage de Modeste Lakrite, « L’Édit de Mantes« , où une passionaria nommée Christine Nisat nous rappelle quelqu’un que nous connaissons fort bien, qui nous raconte comment la France échappe à un coup d’État musulman, fomenté avec nombre de complicités. Des livres qui, à chaque fois, font plaisir à lire, vous rendent belle la journée qui suit… jusqu’à ce que les terribles réalités reviennent à la surface.

Alors, qu’amène de nouveau ce livre du major Alain Bonte, que Christine Tasin avait interviewé, il y a quelques semaines ?

http://resistancerepublicaine.eu/2018/11/23/lesperance-notre-reve-pour-la-france-nous-donne-toutes-les-solutions-pour-nous-en-sortir-apres-macron/

Le major, tout au long de ces 308 pages, nous décline un véritable programme politique, une « Reconquista », et il nous explique les moyens pour y parvenir.

Alain Bonte invente un personnage, Alexandre Bertier, qui lui ressemble comme deux gouttes d’eau. Ce soldat donc, pulvérise, durant 45 minutes, lors d’une soirée télévisée où il ne devait poser qu’une seule question, le président de la République de l’époque, un nommé François Hervé, que tout le monde reconnaîtra. Et il appelle les Français à la révolte, il réclame la démission du gouvernement, il exige de nouvelles élections. Et cela marche, avec la mise en place d’un mouvement patriote qui ressemble sur bien des points à celui des Gilets jaunes. Sauf que cela se déroule un peu autrement, et que Bertier se retrouve président de la République, élu par 70 % des Français au premier tour ! Un séisme !

Ce faisant, et le système ne lui pardonnera pas, il avait court-circuité la candidature prévue d’un jeune homme de la finance, propulsé par les groupes Bilderberg et le Siècle, soutenu par l’ensemble des médias, qui avait comme mandat d’accélérer la destruction de la France.

Et c’est là que les choses sérieuses commencent. Bertier n’est pas trotskiste, mais militaire. Pourtant, il a parfaitement assimilé cette phrase du fondateur de l’Armée rouge : « Celui qui s’incline devant des règles établies par l’ennemi ne vaincra jamais ». Et le moins qu’on puisse dire est qu’il applique à fond cette règle de base. Il a la légitimité du peuple français, puisqu’élu sur un programme clair, il a un mandat, et il va se donner les moyens, tous les moyens, pour le remplir au mieux.

Il a compris que pour mettre en place une politique au service de la France, il faut opérer un grand nettoyage. Il nomme onze ministres, sous les ordres d’un Premier ministre appelé Mewenne Le Padellec, dans laquelle certains reconnaîtront peut-être la présidente du Rassemblement national. Ils ont tous une mission précise : remettre de l’ordre, et faire tout ce qu’il faut pour cela. Grand nettoyage dans l’Éducation nationale, dans la justice, et mise au pas de la presse. Entre autres…

Il met en place une troupe d’élite secrète de cent personnes, chargée des missions, en France ou à l’étranger, que personne d’autre que lui et le responsable de cette section ne doivent connaître. Il donne des ordres clairs à la police pour que la peur change de camp. Tir sans sommation si nécessaire. Il redonne confiance à l’armée.

Les ministres doivent bosser, et sont interdits de télévision. Le premier journaleux qui raconte des mensonges et des conneries se prend un contrôle fiscal sévère… et souvent efficace, vu qu’ils paraissent tricher beaucoup.

Dès que notre pays subit un attentat islamiste, les représailles sont terribles pour ceux d’en face. Terminés, les Droits de l’Homme, les valeurs de la République, la démocratie de l’impuissance, les fleurs et les bougies. Le major Bertier a compris que la France était en guerre, et il fait tout ce qu’il faut pour la gagner. Bien sûr, en bon stratège, quand son ministre de l’Intérieur lui annonce qu’un soulèvement est imminent dans les quartiers islamisés, c’est lui qui déclenche les hostilités.

Il se déplace à Bruxelles pour expliquer à un nommé Bunkers (tout le monde reconnaîtra Juncker) que les règles avaient changé, et que la France n’accepterait plus que des agents de la Haute finance comme lui dictent leurs règles. Il fera également le voyage à l’Onu, et y tiendra un discours qui marquera les esprits.

Bref, avec Bertier, la France est de retour, et le peuple est totalement derrière son président, qui, à chaque échéance importante, se montre à la hauteur des enjeux, et ne flanche jamais. C’est tout le contraire de 40 ans de magouilles politiciennes et de trahisons du pays. Le nouveau président a aboli tous les privilèges de la caste, et il a brisé ceux qui voulaient mettre le bordel pour parasiter son œuvre.

Mais je l’avoue, le grand moment du livre, pour moi, sera le procès qu’il a mis en place pour juger ses deux prédécesseurs de l’Élysée, et un paquet de traîtres, anciens ministres, juges, journalistes, banquiers et autres. Un véritable procès de Nuremberg, mené par le président Kauleur, un homme né de l’autre côté de la Méditerranée et qui, comme Pascal Hilout, a francisé son nom pour montrer son attachement au pays qui a accueilli ses parents. Les travaux durent un mois, et les débats sont télévisés tous les soirs, à partir de 17 heures, pour que les Français puissent voir la réalité de ce qui est reproché aux accusés, qui bien sûr, peuvent se défendre librement, avec leurs avocats, dont l’inévitable Durant-Mastroianni.

Les preuves accablantes tombent, de leur corruption et de leurs soumission à la Grande Finance internationale, à des clubs comme Bilderberg ou Le Siècle, de leur enrichissement personnel sur le dos des Français, de leurs mensonges pour se maintenir en place, de leurs connivences avec les pays du Golfe, tout est mis sur la table, et leur défense est laborieuse. Bien évidemment, Bertier a rétabli la peine de mort dans le pays, dans des cas très particuliers, donc celui de meurtre d’enfants et de haute trahison. Je ne vais pas vous en dire davantage, mais la lecture de ce livre devrait donner des sueurs froides aux deux anciens présidents de la République, ainsi qu’à deux ministres du dernier gouvernement de François Hervé-Hollande, femmes et issues de la diversité, pour qui le verdict sera… cruel, et exécuté, puisque sans appel possible !

C’est bien évidemment la guerre de reconquête, déclenchée par Bertier et son équipe, appuyés par les Français, par la France des Gilets jaunes (même si dans l’ouvrage, elle ne s’appelle pas ainsi), qui sera le grand moment du livre. Elle durera 18 mois, et sera impitoyable de férocité. Les nôtres y laisseront de nombreux morts et blessés, jusqu’à une issue que je vous laisse deviner. Bien sûr, durant tous ces épisodes, Bertier sera l’objet de tentatives d’assassinat, il subira quelques trahisons, et quelques coups tordus venus notamment des États-Unis. Mais il gardera toujours le cap qu’il s’est fixé : sauver la France, et lui redonner au plus vite la splendeur qui était la sienne. Il marchera tout le temps main dans la main avec la Russie, ce soldat ayant noué des rapports privilégiés avec cet autre soldat qu’est le président de la Russie.

Ce livre fait du bien, car il met les mots sur nos maux, et surtout confirme que, là où il y a la volonté, il y a un chemin. Il constitue un véritable programme politique de Reconquista du pays, qu’un maximum de Français, et l’ensemble des Gilets jaunes doivent assimiler. Il nous confirme que, face à une situation exceptionnelle, il faudra des moyens exceptionnels pour que notre pays s’en sorte, mais c’est encore possible. La major Bonte-Bertier envoie un formidable message d’espoir aux Français, et un mode d’emploi aux politiques qui se réclament des valeurs patriotiques.

Hasard du calendrier, cet ouvrage est sorti le 17 mars 2018, et il sera bien sûr disponible, un an plus tard, le 17 mars 2019, sur les tables de Riposte Laïque et Résistance républicaine. Autre hasard qui fait bien les choses, le major Alain Bonte, que Pierre Cassen et Christine Tasin connaissent, a accepté d’être présent ce 17 mars 2019, à Rungis, et de dédicacer son ouvrage.

Notre plateau commence à se mettre en place, il nous reste encore deux ou trois places d’intervenants avec lesquels nous négocions, et cela sera complet. N’hésitez pas à vous inscrire au plus vite :

https://www.weezevent.com/assises-de-la-france-des-gilets-jaunes

Nous rappelons que le thème de ces « Assises de la France des Gilets jaunes » est « Vers une nouvelle révolution ? » Et nous persistons à dire que, malgré toutes les tentatives de destruction de ce mouvement par le pouvoir, malgré les tentatives de torpillage par la gauche, malgré les coups tordus montés contre lui par ceux qui ont insulté Finkielkraut ce samedi, ce mouvement est loin d’être mort, et que les forces mises en place, qui se sont réveillées, et tiennent le haut du pavé depuis trois mois, ont engendré une flamme qui n’est pas prête de s’éteindre.

Commander le livre « L’espérance, notre rêve pour la France » :

Éditions du Net : http://www.leseditionsdunet.com/roman/5487-l-esperance-notre-reve-pour-la-france-alain-bonte-9782312057996.html
Amazon : https://www.amazon.fr/LEsp%C3%A9rance-Alain-Bonte/dp/2312057999
Fnac : https://livre.fnac.com/a11929944/Major-Alain-Bonte-L-esperance   

https://ripostelaique.com/lesperance-notre-reve-pour-la-france-le-livre-que-tous-les-gilets-jaunes-doivent-lire.html

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




3 thoughts on “L’Espérance, notre rêve pour la France : le livre que tous les GJ doivent lire !

  1. AvatarSabrauclair

    J’ai dévoré ce livre durant mes vacances la semaine dernière.
    Cela m’a fait du bien, même si je suis moins optimisme quant à la capacité de nuisance de bon nombre de syndicats et d’organisations de toutes sortes.
    On voit que ce livre est écrit par un militaire et cela me plait, car on y voit un homme énergique comme il n’y en a guère parmi les politiques.
    Un livre que je recommande chaudement, donc.
    Puisse Dieu faire que cette histoire arrive enfin, pour que la France soit sauvée…

  2. Jean LafitteJean Lafitte

    Je découvre, ayant raté la première annonce de ce livre extraordinaire.
    Il y a longtemps que j’attends un coup d’état militaire, car seuls les militaires ont aujourd’hui le sens su service avant tout, même s’il y a chez eux comme ailleurs des carriéristes et des dégonflés.

    Napoléon était un militaire de carrière, Franco aussi.
    Bien sûr, les « républicains » si prompts à défendre les « libertés » protesteront violemment… car leurs « libertés » sont les nouveaux privilèges qu’ils ont conquis sur le dos des citoyens ordinaires.
    Mais il arrive un jour où il est devenu indispensable de faire le ménage !

    Et quant aux résultats, Franco a évité la Seconde guerre mondiale à l’Espagne et l’a laissée riche et apaisée à sa mort; et si Napoléon fut vaincu par une alliance européenne (tiens ! déjà !), son souvenir ne devait pas être si mauvais, puisque son neveu a pu redevenir empereur par plébiscite 37 ans après Waterloo, avec pour lui 96,86 % des votes exprimés et 76,68 % des inscrits.

    Mais tout bon chef militaire sait parler à ses subordonnés, défendre leurs intérêts et répondre à leur attente. Rien d’un énarque passé par chez Rothschild !

  3. Avatarfrejusien

    je ne connaissais pas ce livre, je vais tout de suite me le procurer,

    un livre qui voit les choses de manière positive, et qui nous donne la voie à suivre qui nous mènera vers la délivrance, je pense que ça rebooste le moral,

    De plus, peut-on le considérer comme PRÉMONITOIRE ? ou PROPHÉTIQUE ?

    il y a eu nombre de livres de fiction qui se sont réalisés, alors on va croiser les doigts pour celui-là

Comments are closed.