Il filme 6 migrants cachés dans des camions dénoncés par des GJ, il va être jugé le premier mars !


Il filme 6 migrants cachés dans des camions dénoncés par des GJ, il va être jugé le premier mars !

Les Gilets jaunes ne sont pas poursuivis (encore heureux, sous Macron tout est possible), les clandestins non plus, qui ont été libérés immédiatement par les gendarmes, mêmes les 2 qui avaient reçu l’ordre de quitter le territoire et qui se cachaient pour ne pas le faire...

Non, celui qui est poursuivi c’est celui qui a filmé et qui a commenté les images :  « Quelle bande d’enculés! Tout ça va encore être prélevé sur nos impôts »,  « Ils sont en France, ces sales bâtards! ».

Pas de quoi fouetter un chat puisque l’on parle de délinquants, de gens entrés illégalement sur notre territoire et se cachant pour empêcher la loi d’être appliquée.  Enculés, bâtards, constitue selon le procureur d’Amiens, Alexandre de Bosschère, une injure publique, même si les clandestins n’ont pas entendu puisque cela a été diffusé sur le net. Le videaste est donc poursuivi pour « injure publique à caractère raciste » ! Je ne sais pas où il voit le racisme dans ces mots-là, utilisés sur tout le territoire français pour parler de ceux que l’on considère comme des salauds. Je crois même avoir vu le même genre d’épithètes attribuées à Macron et Castaner. Du racisme ?

Quant à dire que le prix du séjour des clandestins allait être prélevé sur nos impôts, ce n’est que la réalité… Mais on sait que la justice macronienne  veut fouiller au fond de nos coeurs et nous empêcher de ressentir, de réagir, de penser, de haïr, de se défendre, de défendre la France.

En attendant, le jeune videaste a perdu son boulot… on ne plaisante pas, dans la France de Macron, avec l’accusation de racisme. Et ils sont en train de faire d’un jeune patriote un révolté à vie contre l’ordre, contre les gendarmes et même, sans doute, contre l’immigration.

Le vidéaste amateur ne vient plus sur le rond-point de Flixecourt. Ce « gamin », comme l’appellent ses camarades, est un « taiseux », selon les mots de son avocat, Ghislain Fay. Le jeune homme de 23 ans vit en concubinage dans les environs, au cœur d’une région sinistrée très mobilisée. « À la suite de cette affaire, il a perdu son boulot, indique Me Fay. Il bossait en intérim dans une usine. » Le suspect a ensuite été interpellé à Amiens lors de la manifestation du 29 décembre. En jaune, il lançait des cailloux sur les policiers. Il sera jugé le 1er mars.

Le bon sens du responsable du rond-point, Miguel Niewiadomski, sera-t-il partagé par les juges ? Pas de racisme, pas de problème avec l’immigration par principe, mais quand elle coûte cher dans un pays appauvri, où il n’y a plus de pouvoir d’achat ni de travail…

« Ici, il n’y a pas de politique, pas de syndicats, pas de races. » Sur le banc de palettes, sous l’inscription « Retraités en colère », se sont pourtant assis successivement deux élus : le député LFI et le Patriote Florian Philippot. Miguel Niewiadomski l’assure : « L’immigration ne nous pose pas de problème. » Mais si elle entre en conflit avec le pouvoir d’achat… « C’est comme une famille qui invitait à dîner des amis, des voisins, tente-t-il de justifier. Quand elle n’a plus d’argent, elle n’a plus les moyens de recevoir. »

 

Rappel des évènements par Miguel Niewiadomskiu  : 

Assis sur un banc de palettes sur lequel le vent de cette mi-janvier fait claquer un drapeau français, Miguel Niewiadomski livre sa version des faits. Ce matin-là, comme tous les jours depuis l’acte 1 de la contestation, le retraité de la pénitentiaire se trouvait au bord du rond-point. « C’était le barrage complet, précise-t-il, on arrêtait tous les poids lourds. » À un moment, un camion-citerne immatriculé en Belgique est immobilisé. Le chauffeur, qui doit livrer des billes de plastique à une entreprise d’Amiens, accepte de partager un café avec les bloqueurs.

Au milieu des blagues qui fusent, ces derniers entendent frapper. Le bruit provient des cuves. Bientôt, tout le monde comprend que des migrants sont cachés à l’intérieur. Sur la route de l’Angleterre, c’est fréquent. « Ils sont montés par le haut, explique un cadre de la société de transport belge. Les cuves étaient pleines aux deux tiers. »

Très vite, ce jour-là, les Gilets jaunes ont alerté les gendarmes. « On a un deal avec eux, continue Miguel Niewiadomski. Quand on voit quelque chose, on les prévient. L’autre fois, il y avait un mec bourré ; on les a appelés tout de suite. » Certains ont même eu l’impression d’avoir sauvé la vie de ces exilés. Parmi les six hommes cachés, deux faisaient l’objet d’une obligation de quitter le territoire français (OQTF) ; eux ont été immédiatement relâchés par les gendarmes. Les quatre autres se sont vu notifier des OQTF puis ils ont pu recouvrer leur liberté. Sur le rond-point, aucun Gilet ne comprend que la dénonciation puisse poser problème.

https://www.lejdd.fr/Societe/migrants-denonces-par-des-gilets-jaunes-dans-la-somme-lhistoire-vraie-3850430

Terrible histoire de gens loyaux, honnêtes, qui, parce qu’ils le sont, se retrouvent au tribunal. On attend avec impatience le premier mars pour savoir s’il existe encore une justice digne de ce nom en notre pays.

Une envie de révolution…

 

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


14 thoughts on “Il filme 6 migrants cachés dans des camions dénoncés par des GJ, il va être jugé le premier mars !

  1. Mauricette

    Absolument incompréhensible. Mais quand le système est décadent, quand le système est défaillant la logique n’a plus sa place.
    Ça me rappelle cette histoire drôle qui se passe dans un avion. L’avion a décollé depuis un certain temps quand une voix nasillarde se fait entendre : »Bienvenue sur votre ligne. Cet avion est entièrement piloté automatiquement.Cet avion est entièrement piloté automatiquement.Cet avion est entièrement piloté automatiquement.Cet avion est entièrement piloté automatiquement…… »
    Le logiciel est buggué quand l’idéologie casse le bon sens.

  2. Amélie Poulain

    C’est vraiment incompréhensible… et révoltant ! Je dirais même insupportable…

    Quand on voit qu’en plus Macron envisage la délation sur Internet.

  3. Christian Jour

    Et c’est par des GJ qu’il est dénoncé. Bravo,. Sur le rond point à Villeneuve sur lot, il ne faut pas parler de migrants, d’immigration, de musulmans, de coran car on est vite pris d’assaut et on explique que c’est normal, qu’il faut faire avec ces pauvres gens, que c’est comme ça et qu’il ne faut pas être raciste. Je leur ai expliqué, qu’il y avait eu des agressions, dans Villeneuve, mais on m’explique qu’il ne faut pas faire d’amalgame. Ça pue le merluchon et la haine pour Marine, donc qu’ils aillent se faire enculés par leur migrants, Désolé, moi je n’y vais plus.

    1. Jean-Louis

      Et si on écoute macaron, il nous dit que les migrations vont continuer et s’amplifier, que c’est fatalité normale, que la violence engendrée par ces gens est normale, qu’il faut faire avec. Et il finit en beauté en nous disant que ça a toujours été ainsi en france et que c’est bien. Alors si même après ça, ils ne changent pas d’avis sur le sujet, autant rester chez soi, vous avez raison. Surtout que dans la dictature macron, il ne faut qu’un seul traître pour détruire des patriotes…

  4. embryon

    Pour la justice défaillante, ne vous faite pas d’illusion, rien ne changera si nous ne prenons pas nous même les choses en main. J’ai écrit plusieurs fois à Macron à ce sujet. Aucune réponse, silence radio. On à l’impression que ça l’arrange et d’ailleurs ça n’est plus pour moi une impression mais une réalité. Un jour ça va péter.

  5. Christine TasinChristine Tasin Post author

    non il n’a pas été dénoncé par les GJ mais par le procureur qui a lancé une enquête après avoir vu la video

    1. frejusien

      ça m’étonnerait que le procureur ait le temps de zapper sur le web à la recherche de vidéos, il y a un délateur à la base

  6. Hervé

    Lorsque dans un pays,la justice est corrompue par le pouvoir en place,il appartient au peuple de la rétablir lui même,en utilisant tous les moyens dont il dispose. Ceci s’appelle,de la légitime défense,et ce n’est pas parce que Macron aime faire des orgies avec les noirs,que nous devons nous laisser envahir par les Africains. Il est encore possible d’agir,mais très bientôt,il sera trop tard,car tous ces migrants musulmans qui entrent régulièrement chez nous,et qui sont encore « dociles » pour le moment,car fraichement arrivés,finiront par se rallier aux autres millions de musulmans déjà installés en France. Je pense qu’il n’est pas nécessaire d’avoir fait de hautes études,pour comprendre ce qui se passera ensuite..!

    1. Jean-Louis

      Je vous suis. Parler et promener ne sert plus à rien. Comme vous le dites, il faut utiliser tous les moyens ou ne rien faire. Mais encore trop de français ne l’ont pas compris.

  7. frejusien

    franchement, ils auraient mieux fait de les laisser dans le camion, ça aurait fait six de moins en France,
    une goutte d’eau me direz-vous, mais pour le principe je les aurais laisser quitter la France,

    ces GJ font partie des Français bien gentils , bien respectueux de la force publique même quand les lois et le gouvernement vont à l’encontre de leurs intérêts,
    c’est une petite révolte de pacotille, qui espère quoi ??? ils n’obtiendront rien du tout

    1. Jean-Louis

      100% d’accord ! Mais en disant ça vous vous exposez aux foudres des intransigeants pacifistes qui rêvent éveillés…

  8. Jean-Louis

    « Je ne sais pas où il voit le racisme dans ces mots-là » : comme dirait je sais plus quel syndicat de police adepte du « c’est une arme par destination », ces mots sont du racisme par destination. Ca permet à nos collabos de dire ce qu’ils veulent pendant que nous, avec les même mots, somme condamnés.

    Et on dirait que les GJ ne pensent qu’au pognon, et jamais à leur peuple ! Quel que soit le pouvoir d’achat, pour moi l’immigration est un problème.

  9. Catherine Terrillon

    Le mot « racisme » est comme le mot « fascisme », on le met à toutes les sauces.
    L' »anti racisme » est devenu une arme politique, au service d’une certaine caste. Ces juges et politiciens « antiracistes » ne se gênent pas pour diaboliser les blancs (dégénérés consanguins, sang pourri, fainéants, alcooliques, beaufs, souchiens, lépreux etc etc). Aucune association « antiraciste » pour défendre le « blanc ». . Anne Hidalgo n’a t-elle pas dit : « c’est très grave de parler de racisme antiblanc » ? Si Anne Hidalgo le dit, DONC c’est forcément vrai. Et les pauvres blancs qui se font taper sur la gueule ? Pour des gens comme Hidalgo, ce sont des gens sans importance.

Comments are closed.