Si vous voulez tout savoir sur SOS racisme…


Si vous voulez tout savoir sur SOS racisme…

En complément de la video de Pierre Cassen

http://resistancerepublicaine.eu/2019/02/05/pierre-cassen-malek-boutih-de-sos-racisme-paye-par-le-qatar-video/

DOCUMENT INA.fr émission entretien de Thierry Ardisson
– L’imposture SOS Racisme dévoilée par Serge Malik (1990)

DURÉE : 10mn 51s

===================

Omar Djellil sur SOS Racisme

DURÉE : 36mn 56s

SOS Racisme par M RAFFARD – Exigeons la dissolution de SOS Racisme de Synthèse Nationale, Revue Nationale et Identitaire (29 janvier 2013).

DURÉE : 38mn 14s

SOS racisme – Julien Dray – Fric et manœuvres politiques

DURÉE : 10mn 19s

SOS racisme étouffe les affaires de racisme anti-blanc


DURÉE : 6mn 31s

La verité qui fait mal !!! « touche pas mon pote » (l’association)


DURÉE : 8mn 22s

LA VERITE SUR SOS RACISME PAR OMAR DJELLIL.flv


DURÉE : 6mn 39s

==================

Racisme/antiracisme l’imposture républicaine


DURÉE : 26mn 51s

SOS racisme Grillé par Farida Belghoul !

DURÉE : 7mn 08s

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Marcher sur des oeufs

Au crépuscule de ma vie, je flâne sur les chemins de la connaissance qui me ravit. Musique, histoire, religion, tout ce qui fait l'homme et tout ce que fait l'homme me passionne.


7 thoughts on “Si vous voulez tout savoir sur SOS racisme…

  1. Michel François

    SOS Racisme, c’est d’abord JULIEN DRAY, qui fut avec JACQUES ATTALI le deuxième homme de l’ombre de mitterrand.
    Les agissements de ces deux-là, qui n’ont jamais été aux premiers postes et ne les ont jamais brigués, nous ont amenés à la situation désespérée dans laquelle nous nous trouvons aujourd’hui. Ils ont gouverné dans l’ombre des présidents et tiennent aujourd’hui encore les rênes du pouvoir…

  2. bm77

    Mitterrand travaillait pour la postérité , il avait le pouvoir et ne voulait plus le lâcher lui qui avait été frustré que celui-ci lui échappe pendant si longtemps.
    Rappelons nous que les élections de 1981 ont été certes une victoire pour Mitterrand mais pas un plébiscite: 51 % pour Mitterrand contre 48 % pour Giscard.
    Pour conserver ce pouvoir qu’il briguait depuis des lustres il a installé dans la société ce qui est devenu un totalitarisme . En favorisant d’abord des gens lui étant tellement devenus redevables qu’il ont presque déifié le bienfaiteur.
    Puis en installant des associations antiracistes avec des hommes à lui pour récupérer le vote jeune et immigré en faisant d’une pierre deux coups.
    Puis en investissant tous les secteurs de la société, l’enseignement d’abord acquis déjà à sa cause mais renforçant son influence à travers des syndicats qu’il avait rendu incontournables puisque socialistes .
    Les pédagogues qui faisaint les programmes avaient une importance certaine pour pérennisé cette main mise Mitterrandienne en inculquant aux jeunes une certaine façon de concevoir la société.
    La justice, les écoles de journalisme, de formation des maitres, les hautes écoles comme polytechniques se sont vu investis ainsi que les syndicats d’élèves dont les secrétaires atterrissaient systématiquement dans les arcanes du pouvoir. Pour services rendus?? .Les syndicats eux mêmes qui ont accompagné ses mesures les plus anti sociales lorsque les socialistes ont amorcé leur revirement libéral.
    Tous nos maux d’aujourd’hui sont la conséquence de ce qui s’est fait dans cette décennie des années 80 qui a donné le la à tous ce qui s’est passé par la suite.
    Ce n’est pas 68 et son soit disant esprit soixantehuitard qui sont à l’origine des problèmes que nous rencontrons aujourd’hui . Je n’y croit pas une minute . 68 n’a pas eu de conséquences politiques néfastes dans le sens où elle n’a pas eu de traduction directe et concrète sur le plan politique . Je dirais même que cela a été bénéfique sur certains points . Les accords de Grenelles ont permis une augmentation conséquentes des salaires, on a renforcé la représentation syndicale dans les entreprises et les doits des travailleurs. le planning familial a permis aux femmes de trouver des informations et des soutiens peu présents alors. Autre effet bénéfique cela a libéré la parole conséquence : nous n’avons jamais été aussi libre que pendant la décennie suivante vite effacée pour laisser la place aux années 80 du fric roi
    et du mélange des genres entre gauche et libéralisme économique C’est sur ces bases surfaites de la supercherie, du mensonge et de l’imposture que l’on a basé toutes les politiques qui ont suivi jusqu’à aujourd’hui .
    Les gilets jaunes sonnent peut-être la fin d’une ère!

  3. Domy66

    Merci Lucomoto pour cette hélas triste analyse du résultat de l’ère Mitterand. Mitterrand, en qui nous avions cru mais avions aussitôt dechanté avec le blocage des salaires. Quel imposteur aussi celui-ci. J’avais commencé à lire Mitterrand et les 40 voleurs, mais ce livre m’avait tellement bouleversée, partagée entre la colère et la révolte, l’indignation et la frustration d’être impuissante, que je ne l’avais pas lu jusqu’à la fin. Alors oui si le mouvement des GJ pouvait permettre de purifier ce gouvernement et qu’une vraie France renaisse, avec une justice équitable, des valeurs, le respect des français, les vrais, ceux qui aiment leur pays pour toutes ses richesses, son patrimoine, son histoire.

  4. frejusien

    Mitterand a ouvert ce que j’appelle la période glaciaire, et cela s’est poursuivi, jusqu’à aujourd’hui puisque les  » socialistes » ont verrouillé toutes les institutions et occupé les postes clés, envahi l’éducation nationale, les services sociaux, les impôts, la justice, le journalisme qui est tellement formé à la manipulation et aux mensonges, qu’ils ne savent plus faire autrement que d’inventer, transformer, cacher….,

    Il est clair que ce mouvement socialiste de 1981 est un anti-soixante-huitard, les jeunes de l’époque voulaient plus de liberté, et plus de transparence, et c’est le contraire qui s’est passé dix ans plus tard, ils ont cédé aux sirènes mensongères des socialistes

  5. Catherine Terrillon

    Moi quand j’habitais une « cité sensible », je me suis fait poursuivre par une « bande » qui m’insultait (heureusement je courais vite à l’époque), harcelée par un certains nombre de représentants de la « diversité ». Le plus beau jour de ma vie, c’est le jour ou j’ai quitté cette banlieue de cauchemar; Une banlieue ou ne règne plus aucune « diversité » puisque (presque) tous les blancs sont partis. Merci Giscard et ses dignes successeurs. A part ça, le racisme anti-blanc n’existe pas. Evidemment, les gens des beaux quartiers, journalistes, politiciens, artistes, ceux qui sont assez riches pour pouvoir habiter Paris peuvent continuer de rêver dans leur monde de bisounours. Plus dure sera leur confrontation avec la réalité, qui elle, n’a que faire des idéologies.

Comments are closed.