Violences conjugales : la Justice reconnaît pour la première fois le rôle de l’islam


Violences conjugales : la Justice reconnaît pour la première fois le rôle de l’islam

Remarquable article de la Nouvelle République à propos de deux affaires jugées par le tribunal correctionnel de Poitiers.

https://www.lanouvellerepublique.fr/poitiers/la-vie-d-horreur-du-refugie-politique-irakien-ne-justifie-pas-les-violences-conjugales-commises-a-poitiers

Un Irakien est jugé pour avoir tabassé sa compagne marocaine. « Réfugié politique » (on sait à quel point le terme est galvaudé dans le droit français actuel), protégé par l’association « le Toit du monde », il a été condamné par la tribunal à la suite de réquisitions du procureur mettant en avant des différences culturelles. « Il y a une différence culturelle, immanquablement »…

Et le journaliste de commenter:

Malgré l’interprète franco-arabe, le musulman Jasim ne comprend pas ce qu’il fait devant les magistrats. Les lois de l’Occident ne sont pas celles de l’Orient. Et la justice française n’a que faire des dommages collatéraux des soubresauts géopolitiques du monde.

On ne sait ce qu’il faut en penser.

D’un côté, le journaliste reconnaît que c’est parce qu’il est musulman que Jasim ne comprend pas nos lois, notre mode de vie.

Mais d’un autre, le journaliste bascule dans une opposition Orient / Occident facile – plutôt que terre d’islam / terre de « mécréance ». L’Orient, c’est aussi le bouddhisme, le shintoïsme… concernés eux aussi ? Combien de Birmans, Chinois, Japonais devant nos tribunaux pour violences conjugales ?

Finalement, l’évocation des « dommages collatéraux des soubresauts géopolitiques » semble bien vouloir signifier que ce serait la faute non à sa culture, mais à son vécu de migrant.

De ce point de vue, l’avocate de l’accusé nous fait une argumentation très compassionnelle – elle fait son job d’avocate :

Me Nathalie Manceau, avocate du prévenu, soupire. Combative : « Quand on voit ce dossier, on se dit que c’est un sale type… Mais il y a un contexte culturel et personnel : il y a la guerre en Irak dans laquelle il a été enrôlé de force. Et puis il y a l’exil en Turquie où ça s’est mal passé. Et la traversée de la mer Égée avec les autres migrants, la peur de la mort à chaque instant. Tout ça, on ne peut pas le taire.

Alors qu’on aurait pu croire que la Nouvelle République s’en tiendrait là – pour une fois qu’un journaliste ose écrire le mot « musulman » dans ce genre d’affaires – un encadré donne à penser que la rédaction a pris ce migrant en pitié et s’autorise un commentaire critique inattendu contre la justice : celle-ci privilégierait les policiers bien français au détriment des migrants irakiens musulmans !

 

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Maxime

"On ne peut vivre agréablement si l'on ne vit avec prudence, honnêteté et justice" (Epicure). La France ne pourra retrouver la jeunesse de Bacchus peinte par Bouguereau qu'en renforçant le principe de précaution.


9 thoughts on “Violences conjugales : la Justice reconnaît pour la première fois le rôle de l’islam

  1. Horizon

    J’espère que l’individu a mis une bonne branlée à l’avocate pour la remercier au nom de la diversité !!!

  2. Amélie Poulain

    « Me Nathalie Manceau, avocate du prévenu, soupire. Combative : « Quand on voit ce dossier, on se dit que c’est un sale type… Mais il y a un contexte culturel et personnel : il y a la guerre en Irak dans laquelle il a été enrôlé de force. Et puis il y a l’exil en Turquie où ça s’est mal passé. Et la traversée de la mer Égée avec les autres migrants, la peur de la mort à chaque instant. Tout ça, on ne peut pas le taire.  »

    Ah bon ? Et ça lui donne des excuses l’autorisant à violenter sa femme ?

    On est toujours dans l’extrême ignorant la nuance. En effet, s’il y a bien sûr des Français qui s’adonnent à la violence conjugale (addictions souvent oblige….), quand une culture prescrit ce « droit » il y en a forcément plus qui se laisse aller à « leur » loi. Déjà, qu’il soit étonné d’être devant la Justice pour ces faits montre à quel point il a bien intégré les coutumes de son pays.

    Et j’ai envie de dire : même si cela pour moi n’a rien à voir (quoique, normalement quand on a connu la véritable souffrance on n’a pas envie de l’appliquer aux autres… cela aurait dû la faire réfléchir sur la véracité de l’histoire), elle a vérifié le parcours qu’il a renvoyé pour justifier sa demande d’asile ?……

    1. Samia

      Et je dirais au contraire au vu de tout ce qu’il a vécu, il devrait haïr la violence et tout faire pour vivre une vie apaisée. Ah ces arguments bidons, on ne les connaît que trop…

  3. UN GAULOIS

    Toujours le culte de l’excuse par l’avocate. Le juge aurait dû recentrer le propos à savoir qu’il a tabassé sa femme et lui faire comprendre qu’en France c’est le droit français qui s’applique. Mais, bon, les juges sont comme qui dirait, parfois un peu bizarre.Un GJ, c’est comparution immédiate et condamnation. Un émigré, je me demande si çà ne les fait pas marrer qu’une femme prenne une rouste tout frustré qu’ils sont.

    Si un FDS faisait une connerie en Iran ou Irak, çà lui chaufferait grave aux fesses.

  4. Gromago

    Les excuses à la con,il y en a assez ! iL EXISTE un droit français et ces gens doivent être informés sinon,qu’ils dégagent .
    Ils doivent être informés avant de quitter leurs pays de merde .Il y a des consulats et ambassades français qui doivent les informer à tour de bras sur place ,affichage,consultations internbet ‘ils ont tous internet!).
    Ainsi ce genre de défense pour des raisons culturelles à la mord moi le ….. n’auront plus de place .
    Tu viens,tu es au courant ,dans ta langue locale et en français .
    Nul n’est censé ignorer la loi ,nous on est encadrés ,enfermés,ligotés par la loi,les lois,les arrêtes,les ordonnances ,les traités etc ….
    Pourquoi pas eux .
    Ils ont tous des portables,internet ,assos,réseaux sociaux et ils « ignorent  » les lois des pays qui accueillent ? Et « moi parle pas français ? »
    A l’heure de la mondialisation,les lois aussi sont à leur portée .

    Vraiment ça suffit qu’ils abusent de notre confiance,notre générosité,notre progrès en se foutant aussi impunément de notre g…..
    Et les avocaats nommés de fesse ,ça suffit aussi .Trouvez autre chose .On est plus sous napoléon 3 .Les missionnaires n’existent plus ,ni les bons sauvages ,d’ailleurs .Et Jaurès est mort depuis longtemps .Alors vos plaidoiries à deux balles,ça suffit !

  5. M B

    « quand on a connu la véritable souffrance…. »

    Non Amélie Poulain, les statistiques montrent bien qu’ un enfant battu ou ayant subi des sevices sexuels peut devenir à son tour un bourreau à l’âge adulte et reproduire à son tour qu’il a subi!

    Ceci dit : l’islam n’est-ce pas une « religion » de paix et d’amour?

    1. Amélie Poulain

      @M B

      Je suis très bien placée pour dire que ce n’est certainement pas inéluctable (c’est souvent une façon de se dédouaner de la responsabilité de ses comportements d’ailleurs), et je sais très bien de quoi je parle. .

      D’ailleurs là, il ne s’agit pas d' »enfant » que je sache mais d’un adulte (17 ans). C’est le 20ème siècle avec l’Industrialisation à outrance qui a inventé le concept d’adolescence qui n’existait pas avant (l’enfant étant alors considéré comme une copie d’un adulte en miniature) et qui n’existe pas dans d’autres cultures.

      Et je pourrais vous parler de Cultures où l’enfant est très maltraité et où, après le temps de l’Initiation (rituel de passage à l’âge adulte), deviennent des adultes accomplis et très respectueux de l’Autre et du Collectif et ceci à l’âge de 12 ans.

      Alors arrêtez avec votre psychologie de bas étage qui ne fait qu’aller dans l’Idéologie dominante qui ne vise qu’à faire de l’Etre Humain une perpétuelle « victime » comme s’il était dépourvu de capacités d’adaptation et d’évolution.

      On se demande pourquoi (même si j’en ai une idée…)….

      Faites attention donc aux « statistiques » (qui, par définition, ne parle que des cas qui ont dérapé) qui ne disent que ce qu’on leur fait dire et sont bien souvent bien loin de la réalité humaine qu’elle prétend renvoyer, je pourrais vous en parler en long, en large, et en travers, avec cas à l’appui.

    2. Amélie Poulain

      Juste j’ai confondu avec un autre « cas » (il y en a tellement…) mais le quidam n’a pas 17 ans, c’est bien un « adulte » confirmé.

Comments are closed.