Passionnant échange entre Bernard Antony et Pierre Cassen, qui furent aux antipodes l’un de l’autre


Passionnant échange entre Bernard Antony et Pierre Cassen, qui furent aux antipodes l’un de l’autre

Ce débat, sur TV Libertés, animé par Martial Bild, c’est la France qu’on aime. Bernard Antony a lu le dernier livre de Pierre Cassen « Et la gauche devint la putain de l’islam », et il a adoré. Il aurait pu parler plutôt du livre qu’il a publié en 2013, qui aurait pu être édité par Riposte Laïque, et qui s’intitule « L’islam ou la soumission au prophète ».

Mais il a préféré que la demi-heure qu’a duré le débat sur TV-Libertés soit consacrée au livre de Pierre, que manifestement il a beaucoup aimé, pour plusieurs raisons.

Rappelons que Bernard Antony est ce qu’on appelle un catholique traditionaliste, et que Pierre est athée et laïque. Bernard est viscéralement anti-communiste, alors que Pierre a longtemps fréquenté les milieux communistes, trotskistes. Bernard se targue d’avoir combattu la CGT, quand il travaillait dans l’entreprise, alors que Pierre y a été adhérent 38 ans.

Mais Bernard a adoré d’abord la charge de Pierre contre douze personnalités de gauche, et notamment contre Plenel, avec qui il a une histoire personnelle douloureuse, qu’il explique dans cet entretien. Il a apprécié particulièrement les autres portraits au vitriol du fondateur de RL.

Et cela donne cet échange fort intéressant, où les deux hommes choisissent de ne pas s’affronter inutilement sur des sujets qui pourraient les diviser (qu’ils citent), et de parler avant tout de leur amour de la France, avec une complicité et un respect réciproques qu’ils ne cachent pas.

 

Bien évidemment, et c’est le rôle d’un animateur, Martial Bild essaie de trouver quelques contradictions, voire quelques failles, dans cet échange plutôt consensuel, mais manifestement, les deux hommes ne sont pas venus pour en découdre, mais pour échanger, de manière alerte, mais amicale, et mettant en avant leur amour de la France.

J’oserais écrire qu’on sent un profond respect réciproque entre Bernard Antony et Pierre Cassen, et qu’on voit qu’ils seront du côté de la même barricade, quand il faudra se battre pour défendre et sauver la France.

Bernard Antony a cette formule magnifique : il y a autant de droite chez Pierre qu’il y a de gauche chez moi.

On ne peut que le remercier de son attitude et de la manière dont il a traité le livre de Pierre dans la revue « Reconquête ». On ne peut qu’apprécier l’ouverture d’esprit, dont devraient s’inspirer nombre de catholiques, du fondateur de l’Agrif, à l’encontre d’un homme qui ne croit ni à Dieu, ni à Satan…

Ce débat, finalement, est une exception, alors que cela devrait être la règle. Deux hommes libres se parlent sans masquer leurs différences, et se respectent. Il serait impossible sur le plateau d’une chaîne publique, avec un journaliste interrompant systématiquement les deux intervenants, et se mettant en valeur. Avec Martial Bild, qui sait relancer le débat tout en laissant parler librement ses invités, cela donne une demi-heure que j’ai trouvé passionnante, voire formidable.

Lucette Jeanpierre

Pour commander le livre « Et la gauche devint la putain de l’islam

https://ripostelaique.com/livres/312481

Chèque : 18 euros, à l’ordre de Riposte Laïque, BP 32, 27140 Gisors

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




7 thoughts on “Passionnant échange entre Bernard Antony et Pierre Cassen, qui furent aux antipodes l’un de l’autre

  1. Amélie PoulainAmélie Poulain

    « Bernard Antony a cette formule magnifique : il y a autant de droite chez Pierre qu’il y a de gauche chez moi. »

    Oui c’est ce que je n’ai jamais compris, quand j’ai discuté avec des gens de gauche finalement on pensait dans le « fond » pareil….

    Ce que j’ai remarqué quand même chez beaucoup de gens de gauche c’est qu’ils sont (et ce n’est pas le cas de Pierre, je le dis tout de suite) souvent dans leur combat (qu’ils aiment souvent plus que tout) en décalage avec ce qu’ils pensent et disent.

    Pour ça que je pense que Droite et Gauche (de quoi d’ailleurs ?) ne veut rien dire, ce serait plus une question de gestion personnelle et intime du rapport à la vie et aux autres.

    1. AvatarSoudibor

      Oui Amélie, tout à fait d’accord, « droite » et « gauche » c’est de l’enfumage, pour diviser, pour piéger, et pour masquer les vraies réalités.
      Il y a des patriotes de gauche (et le programme économique du RN est plutôt « à gauche »), et des ultra-libéraux, de droite, qui sont des internationalistes mondialistes, en quoi ils rejoignent les gauchistes et tous ceux qui veulent se suicider dans une nouvelle humanité indifférenciée.
      Pour moi, pour les peuples de souche en Europe (pour ne parler que cette partie du monde), il y a d’un côté les nationalistes (qui savent qui ils sont et d’où ils viennent, qui assument, et qui veulent se battre pour ne pas disparaître) et d’un autre côté les internationalistes qui veulent la dissolution des identités, et leur propre disparition suicidaire.

      1. Amélie PoulainAmélie Poulain

        Oui Soubidor, très juste, je suis d’accord avec cette sorte de découpage qui se précise de plus en plus.

        Et quand vous parlez des internationalistes à la recherche (chez l’autre précisons) d’une dissolution des identités et de leur propre disparition, cela rejoint tout à fait ce que je dis du décalage discours/réalité constatée principalement chez beaucoup de gens qui se disent à gauche.

        En effet, cela peut être pensé dans le sens d’une certaine fragilité personnelle au niveau de leur propre sentiment d’identité qu’ils projettent et donc externalisent finalement sur l’entourage et la Société.

        C’est ainsi que l’ont peut comprendre qu’ils ressentent comme une violence les gens qui pensent le contraire cela rejoignant et exacerbant leur propre insécurité.

  2. SarisseSarisse

    Deux parcours distincts et qui convergent , celà me rappelle les clivages que ma propre famille à connu par le passé (Action Française /SFIO), mais souvenons-nous auswi de la convergence d’un d’Estienne d’Orves et d’un Gabriel Péri dans la Résistance.
    L’islam est une forme d’oppression qui existe depuis 1440 ans quand il s’empare de tous les leviers d’un pouvoir politique, une fois qu’il a évincé toute autre forme de pouvoir politique.
    Et ce qui nous rapproche alors est bien ce qui est écrit dans nos propres textes de lois: »la résistance à l’oppression »!
    Peu importe nos origines pourvu que nous retrouvions sur cette résistanve essentielle.

  3. LavéritétriompheraLavéritétriomphera

    « Persécutés de tous les pays unissez-vous » ne doit pas nous faire oublier les « persécutés-persécuteurs » qui ont un art consommé pour se faire passer pour des victimes.
    J’approuve « Pas de haine dans un combat » qui équivaut à ne pas céder à la vengeance. Les islamistes et autres défenseurs du totalitarisme ont tendance à faire l’impasse sur le fait que l’heure de rendre des comptes, sonne un jour ou l’autre pour tout le monde.

  4. frejusienfrejusien

    Un bel article qui montre la paranoïa qui s’est emparé du pouvoir, et qui expliquerait la répression disproportionnée sur les GJ,

    « fachosphère, gauchosphère,  » et sans oublier la russosphère, veulent détruire nos institutions, dixit le timbré, à qq journalistes triés sur le volet,

    étonnamment, il a oublié l’islamosphère, bien vivante celle-là au sein de la population, et très active, non, non, celle-là, il ne la verra pas, il ne la citera pas, malgré ses manigances au sein même des GJ.,

    il faut s’attendre à un contrôle accru sur les media, car il veut les « diriger » dans la bonne direction ,qui est la sienne, bien sûr

    https://planetes360.fr/gilets-jaunes-macron-pense-et-dit-quune-vague-revolutionnaire-nous-a-saisis-agitee-et-organisee-par-les-ennemis-interieurs-et-etrangers-de-la-france/

Comments are closed.