Omar Sy se plaint « les élèves de banlieue surnotés »: quid des petits musulmans qui refusent notre école ?


Omar Sy se plaint « les élèves de banlieue surnotés »: quid des petits musulmans qui refusent notre école ?

Omar Sy dit qu’il a été manipulé, floué… qu’on lui a menti sur lui-même. En lui mettant de très bonnes notes, les professeurs de son collège de Trappes l’auraient conduit à se prendre pour Einstein quand il n’était qu’un élève très très moyen… qui s’est effondré confronté aux autres élèves du lycée où il a continué ses études.

Le sujet est intéressant.

https://etudiant.lefigaro.fr/article/les-lycees-defavorises-surnotent-ils-leurs-eleves-retour-sur-la-phrase-d-omar-sy_4b34be42-22ea-11e9-8753-c5287de992f4/

«Un bon élève à Trappes est un élève moyen en vérité. On nous invente un monde, on nous ment». L’acteur Omar Sy ne pouvait trouver meilleure réplique pour agiter la toile. Invité dimanche 20 janvier sur le plateau de Canal Plus pour l’émission Clique TV, le héros d’Intouchables et plus récemment de Knock (2017), est revenu sur sa scolarité; et plus précisément, sur sa violente désillusion lorsqu’il est passé du collège Gustave Courbet de Trappes, au lycée plus huppé Emilie-de-Breteuil, à Montigny le Bretonneux. «J’étais un des premiers de ma classe, les meilleures notes, des félicitations partout.[…] Je me suis rendu compte que j’étais moyen. Tout ce qu’on m’a appris, ce sont des trucs pour les nuls», a lâché l’acteur avec dépit.

Si on en croit le malheureux Sy, à Trappes les élèves ne seraient pas comme les autres il y aurait une exception scolaire à Trappes, voire dans les « territoires perdus de la République ».

Alors, la faute aux profs qui surnoteraient pour « ne pas décourager » des nuls ou pour acheter la paix scolaire en faisant croire à des glandus qu’ils seraient bons sans rien faire ?

Je ne dis pas qu’il n’y a que des glandus et des cancres en banlieue, la preuve est que nombre de jeunes Français d’origine immigrée ont des parcours d’excellence (sans passer par la case discrimination positive) dans les sciences, la médecine, la recherche… Je ne parle pas ici des foules d’étudiants, français ou d’origine immigrée, qui usent leurs fonds de culotte sur les bancs de sociologie et de droit après un bac donné à tout le monde et sans signification… Quand je vois le niveau de certains avocats musulmans qui ne connaissent même pas le code pénal et confondent la charia avec lui… C’était notamment le cas de l’avocat des parties civiles lors de la première instance de mon procès à Belfort pour avoir dit « l’islam est une saloperie » où en plein prétoire il a dit « mais être islamophobe est un délit » sans être repris de volée d’ailleurs par le Président du Tribunal… D’ailleurs ni lui ni le Président du Tribunal ni le Procureur n’avaient vérifié que les dites partie civile étaient qualifiées pour intervenir, alors qu’elles ne l’étaient pas du tout !

Mais le fait qu’il y ait des jeunes qui jouent le jeu et se retrouvent à des postes de responsabilité qu’ils méritent et assument prouve s’il en était besoin que… quand on veut on peut. Français ou immigré, ou descendant d’immigré. Par contre il faut vouloir, dans les écoles des banlieues.

Le fait est que l’on se trouve, à Trappes comme ailleurs, face à une population rétive à l’enseignement, rétive à la culture occidentale, rétive à obéir à des femmes, rétive à travailler sous la férule de kouffars… Refusant qui d’entendre parler de la Shoah, qui d’aller en cours de biologie ou en cours de musique, qui d’aller à la piscine, qui même d’aller en cours d’histoire parce qu’il s’agirait de l’histoire de France et pas de celle du pays d’origine…

Ce n’est pas moi qui le dis, le rapport Obin en 2004, l’avait très largement démontré. Rapport étouffé bien sûr. Et Les Territoires perdus de la République, livre de multiples auteurs coordonné par Georges Bensoussan, de la même époque, avait confirmé. 

L’islam, la haine de la France, la haine de l’Occident, interdit à la majorité des descendants d’immigrés de jouer le jeu, de travailler… Sans parler de cette religion qui interdit à ses disciples la liberté, l’ouverture à l’autre et au monde conditions sine qua non pour progresser, avoir la curiosité du monde et des hommes…

Est-ce un hasard si nombre de brillants étudiants refusent de passer le concours d’enseignant pour ne pas se retrouver en Seine-saint-Denis ? Et si ceux qui essaient malgré tout en bavent comme c’est pas permis ?

Mais ça il ne faut pas le dire, surtout pas !

Alors, depuis les déclarations d’Omar Sy, les « logues » causent, expliquent, dénoncent, bien entendu, les ghettos, les profs, le racisme des Français… et le subconscient des profs ! Et c’est reparti pour attaquer les profs, leur notation subjective…

Certains internautes lui ont rétorqué que le choc serait en partie dû au passage du collège au lycée. Une étude réalisée en 2010 sur 494 élèves de collèges variés, a en effet montré qu’à leur entrée en seconde, ils perdaient environ 2 points de moyenne. Toutefois, ce qu’Omar Sy a dit haut et fort, beaucoup le penseraient tout bas: un 18 au lycée Henri IV n’aurait rien à voir avec un 18 au lycée Marcel Cachin de Saint-Ouen (1801 ème et dernier lycée de France au classement du Figaro Etudiant). Dans son célèbre ouvrage «La Constante macabre», (2003), le chercheur en sciences de l’éducation André Antibi affirmait déjà que, quel que soit le niveau d’une classe, les enseignants ajustent leurs barèmes pour qu’il y ait des bonnes et des mauvaises copies.

Evidemment le sociomachin Merle qui hante les plateaux de télé pour nous faire pleurer sur la misère des pauvres immigrés en ajoute une couche :

 

 Le sociologue Pierre Merle, spécialiste de la notation, leur donne volontiers raison. «Les professeurs de ZEP n’ont pas d’autre choix que de surnoter, souligne l’auteur des Pratiques d’évaluation scolaires (Puf, 2018). Encore plus que les adultes, les adolescents sont sujets à la ‘résignation apprise’. À force de se sentir nuls, leurs ressources intentionnelles chutent. En dessous d’un seuil à 7 ou 8 sur 20, ils décrochent inévitablement». Pour le spécialiste, «la science est très claire: les bons résultats maintiennent une image de soi positive indispensable pour progresser

Voilà le travail. Merle ne dit pas que les profs surnotent pour acheter la paix mais pour « donner aux élèves une bonne image d’eux-mêmes » et les amener à progresser… Salauds de profs qui démotiveraient leurs élèves…

C’est pour ça qu’on remplace les notes par des bilans de compétences, que des gamins en collège qui ne fichent rien peuvent avoir des moyennes générales de 18 ( ben oui, il ne faut plus de notes officiellement, mais les parents en veulent toujours, donc les profs s’amusent à remplir des dossiers, des bilans… mais l’ordinateur réussit quand même à en tirer quelques moyennes).

Bref, si Omar Sy a cru un instant seulement être un génie, c’est aussi la faute de ses condisciples… mais il ne le dira jamais.

 

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


17 thoughts on “Omar Sy se plaint « les élèves de banlieue surnotés »: quid des petits musulmans qui refusent notre école ?

  1. jojo

    ahhhhhh excellent
    et si les profs donnaient les notes reelles, omar si et ses petits freres crieraient au racisme………….
    Jamais contents ces gens la

  2. Cat

    Putain les tronches des bacheliers … Ils se plaignent toutes ces raclures mais moi aussi j’ai grandie en banlieue et j’ai du tout faire pour m’en sortir et a côté de ça quand j’avais 6 ans au lieu d’être chez eux ils étaient déjà livrés à eux même avec leurs « grands frères » dehors au lieu de faire leur devoirs .. Ils se fout vraiment de nos tronche ébène man

  3. Machinchose

    Le collège d’ ou sort Omar , c’est le collège Youri Gagarine de Trappes

    il y fut l’ ami d’ un lointain neveu a nous, Phillipe M…… , qui s’ y est retrouvé, tout comme Valerie A….. ma niece

    ce collège est quasi mitoyen du square Henri Wallon derrière, ou il n’ y a que des HLM de Nordafs et Africains
    heureusement que le lycée des 7 Mares d’ Elancourt a ensuite accueilli ceux de ma famille

    j’ ai posé la question aux jeunes adultes qu ils sont au jourd’ hui

    bizarrement, ils ne se souviennent pas avoir été particulièrement « discripositivés », leurs réponses sont dubitatives quand a de bonnes notes du moins en ce qui les concerne….aussi, je me demande si ces collégiens de Youri Gagarine, n’ étaient pas « notés » en fonction de leurs origines
    mes nièces et neveux notés normalement et a partir de la 3 eme orientés vers les Lycée des 7 Mares d’ Elancourt (ou iront d’ ailleurs mes enfants)

    et en ce qui concerne la clientèle africaine sur et subsaharienne, une notation « spéciale » pour eviter les problèmes??? probablement,

    au passage la discrimination a encore joué au benefice de Omar, puisque je me souviens du Omar qui apparaissait tous les soirs dans des sketchs TV a une série Omar et Fred marrante!
    le Fred a disparu, et il n’ avait pas moins d’ humour que le Omar, et c’ est le Omar qui a connu la gloire ( Fred était blanc…..les producteur ont misé sur le cheval noir)

    Omar est le cheval de course qu ont choisi les réalisateurs producteurs Olivier Nacache et Olivier tolédano (salut les copains de Yaniv ! ( 😆 )

    dans le film « intouchable » avec François Cluzet

    bon, ne melangeons pas les genres, Monsieur Cluzet continue a bosser et vivre en France , entre Paris et les Iles de Lérins, tandis que Omard la joue a l’ Américaine ou il vit a Los Angeles….et paye (ou ne paye pas) ses impôts

    bref aprés cet echantillon de « Gala » que je viens de vous donner, merci qui ??

  4. Christian

    Quand on voit Macron parler à des jeunes migrants qui ont parait-il 18 ans (mais surement plus) qui ne maitrisent pas notre langue, nos modes de vies, nos lois, notre histoire, notre géographie,… et qu’il leur demande ce qu’ils veulent faire plus tard, on se demande comment ces « jeunes » vont pouvoir trouver leur place dans la vie professionnelle.
    On ne leur dit pas la vérité qui est que le monde du travail devenant de plus en plus complexe ils ne trouveront jamais un travail permettant de vivre dignement en France ! Quand on sait qu’à diplôme équivalent, les africains et les magrébins ont 2 à 3 ans de retard ! Comme on dit malheureusement mais qui est une vérité : 2 ânes ne feront jamais un cheval de course ! Un musulman pratiquant par exemple prie chaque jour 5 fois 30 minutes soit 2h30 de temps disponible pour le savoir et la transmission de ce savoir à ses enfants qu’il n’a pas et comme il est monomaniaque si son enfant est un bon musulman cela suffit à son bonheur.

    1. belzebuth

      « Trouver une place dans la vie professionnelle » … vous voulez rire sans doute !!
      Lorsque la loi islamique sera en vigueur en France (dans peu de temps!) ils seront la base des commandos qui rançonneront les infidèles, infligeront des amendes aux femmes sans burqa etc…
      De quoi vivre confortablement quelque temps …

  5. AntiislamAntiislam

    Bonjour,

    Je me souviens de ce reportage où une fille de banlieue arrivait dans une prépa parisienne.

    Elle expliquait, ahurie, en substance :

    « C’était dingue. Je découvrais que les fils de bourgeois bossaient comme des malades. Alors que je croyais qu’on leur donnait leurs concours ! ».

    C’est le résultat de la doctrine de Bourdieu qui influence beaucoup l’Education Nationale.

    Il y a du vrai dans Bourdieu, mais ce déterminisme extrême qui prétend expliquer tout le parcours scolaire par l’origine sociale a fait beaucoup de mal.

  6. PacoPaco

    Haaa le Alain Deloin…de très loin…de Trappes. Parce qu’il parle, il croit qu’il a quelque chose à médire. Et sur les plateaux, il vient nous montrer qu’il nous est indispensable… Lui et deux bouses, ça en fait trois !

  7. BobbyFR94

    Ce qui est bien est que la vérité sorte de la part de la « diversité »…

    Très bel aveu du CAFARD dont photo en début d’article …

    Ce TOCARD devrait aussi se rendre compte que s’il n’avait été de la « diversité », JAMAIS il ne serait devenu acteur, NUL qu’il est !!!

    Très bon article, dans lequel on constate que la vérité finit TOUJOURS par remonter, malgré la profondeur à laquelle les POLYTOCARDS l’avaient enterrée …

  8. Jean-Paul Saint-Marc

    La faute est bien sûr à l’idéologie pédagogiste, il ne faut plus sanctionner, tout s’éduque ! Dès les années 70 le « SurGé » (surveillant général) est devenu le CPE (Conseiller Principal d’Education), nous sommes passé de Voltaire à Rousseau… et vive le bon (petit) sauvage ! On voit ce qu’il est devenu !
    Et l’élève est devenu l’égal du prof. dans l’Ecole ! Il a des droits spécifiques, c’est un citoyen, il s’exprime, il a même ses syndicats…

    La même époque a vu la réforme des collèges, la disparition des niveaux (les mêmes programmes appliqués avec une difficulté différente) vers le collège unique ! Les difficultés des élèves ne pouvaient être que sociales (Bourdieu)… Ce qui n’est pas totalement faux, l’organisation en niveaux (la sélection par l’échec a-t-on dit) et l’orientation en collège cantonnaient les élèves dans leurs milieux mais la réalité était mise en avant, ceux qui voulaient et pouvaient faire des efforts, ceux dont les parents se souciaient de leur avenir, étaient aidés (en particulier : bourses au mérite et non sociales et de droit comme maintenant)… On aurait pu renforcer l’aide aux plus faibles et maintenir les exigences, c’était admettre que la cause n’était pas que sociale !

    A un moment j’ai eu à enseigner des maths dites modernes… Il était alors dit que les maths traditionnelles reproduisant les inégalités sociales, il fait les faire disparaître et les inégalités seraient vaincues ! Ce fut pire ! Certes satisfaisantes intellectuellement mais pas adaptées pour des esprits demandant du concret et pas de l’abstrait ! En Français l’inénarrable Mérieu conseillait de faire étudier le Français dans des articles de journaux ! Plus tard il a reconnu ses torts, mais il a continué à donner des conseils délétères au lieu d’en tirer la leçon (on ne quitte pas le devant de la scène comme cela !) !

    Les moins bons, j’ai eu à les connaître, étaient alors orientés en CET ou en apprentissage… pour avoir un métier à la sortie… Au moins le chômage n’était pas un objectif professionnel comme il est devenu de fait ! Et pour préciser, mes élèves de 1ère année CAP mécanicien (3ans) sortant de 5ème de transition (73/74) avaient pour beaucoup un niveau en français supérieur à mes élèves de 2onde générale en 2009 !
    Avec un CAP, un ouvrier était qualifié et compétant !

    Aujourd’hui un CAP est attribué à handicapé mental, il s’est vu substituer le Bac Pro qui parfois n’a même pas le niveau des anciens CAP ! Le Bac Pro, son programme (math-sciences) est effectivement proche du BAC général, mais il est attribué avec un 0 en math-sciences (le 0 n’est plus éliminatoire), même pour des spécialités demandant des connaissances techniques et scientifiques avancées… Désormais pour un niveau un peu plus élevé, on va en BTS… Ainsi de diplôme en diplôme la démagogie a prévalu !

    Nous avons eu le spectacle de ces gosses sortant de LP avec un Bac Pro à qui on a fait croire qu’ils pouvaient aller en FAC ! 2 à 5% suivant les filières passaient en 2ème année et aucun en licence !

  9. Gromago

    C’est surtout ce qu’on apprend à l’école qui fait décrocher les jeuns .Aucun sens de l’effort requis donc aucun résultat .
    Tout est dans la bouillie de chat :les matières,les méthodes.
    Nos matières,c’etaient : Cicéron, Aristophane,Homère,,Shakespeare , Racine;Molière, Chateaubriand ,Raimbaud, Sartre .
    Pas à la fac ,au lycée .Entre 10 et 16 ans .

    On avalait tout cela,bon gré malgré et grâce à des profs passionnants ,on faisait des concours de version latine bénévoles le samedi matin à l’aube .

    On était ,comment dit-on : »tirés par le haut  » ,même les cancres qui admiraient les bons et adoptaient leur méthode de drague en essayant d’être moins mauvais .

    Le modèle ambiant était le bon élève et le bon prof .

    Aujourd’hui c’est le contraire .L’élève voyou ,le prof qui s’applatit devant les voyous,les matières sans consistance ,les programmes flous ;

    Non,il n’y a pas plus d’inégalités dans les banlieues,qu’on arrête de nous bassiner avec ça .A l’époque , on enchiait autant dans les pas-banlieues que dans les banlieues .
    Du temps de ma jeunesse ,fallait bosser et personne ne nous venait en aide devant notre feuille de thème ou de dissertation .

    On était seuls avec nos petits neurones et la perspective d’un moins 6 points pour un barbarisme ou 2 pour un solescisme .Et une dissertation par semaine ,fallait cogiter pendant que les parents allaient au restaurant .
    A 12 ans ,c’était pas la joie .
    Mais on tenait bon,on respectait la règle du jeu .La règle du jeu c’était :tu respectes ton prof,tu te respectes .Et tu essaye de hausser ton esprit de cloporte au niveau du Cid ou de Beaumarchais .

    Chaque petit pas pour essayer de les comprendre est un petit pas pour l’homme mais un grand pour l’humanité .

    Oui,chaque jour on marchait sur la lune ! Et ce voyage ,même les plus nuls ,cela les faisait grandir .

    Cela s’appelle la Culture .Cela s’appelle l’honneur,la fierté d’un pays .
    Et cette culture est un ciment entre les élèves .

    Non,Monsieur le professeur,on ne vous oubliera jamais .
    .
    Aujourd’hui ,Il y a juste un rejet des valeurs .De TOUTES les valeurs ,de tous les repères .C’est dramatique . La marabunta communautariste ,c’est le nivellement des valeurs ,ça avale tout ,et après,ça dégueule sur tout .
    Comment voulez-vous que des enfants s’en sortent entre le refus du système,la haine de son pays et le mépris de la culture ?

    .

    1. Machinchose

      « Nos matières,c’etaient : Cicéron, Aristophane,Homère,,Shakespeare , Racine;Molière, Chateaubriand ,Raimbaud, Sartre .
      Pas à la fac ,au lycée .Entre 10 et 16 ans .

      NOOONNNNNNN!! pas possible!!

      je rigole de bon coeur parce qu’ on doit etre de la « classe » toi et moi…..
      le temps ou on entrait au lycée en 6 eme, et, sur EXAMEN !!

  10. Tzel

    Ce pôvre Omar vient de découvrir l’eau chaude. Il en est
    rouge de colère.
    (Un peu d’humour dans ce monde de brutes )

  11. Gladius

    Oh les vilains méchants qui s’en prennent à ce pauvre Omar !

    Comment cela se peut-il ? Oublient-ils qu’il aurait pourtant été élu « Chouchou des français » en 2018 (comme cela fut le cas en son temps pour Noah).

    C’est à ne plus rien y comprendre !

    Sauf à ce que tout le Système, dans tous ses domaines, soit totalement plombé par la triche, la supercherie, le mensonge et la tromperie institutionnalisés, le copinage, le trucage, l’enfumage, l’usurpation, la lâcheté,la soumission …. suite sans fin ….

    Comme cela va être le cas du « Débat national », couplé contre nature avec le « RIEM » ! (Référendum d’Initiative exclusivement macronienne).

  12. Joël

    Il ne parle pas de ses amis parents prêts à exercer des représailles si leurs gosses étaient notés à leur juste valeur ?
    Pneus crevés, voitures détruites, menaces de mort, passages à tabac réguliers dans les médias, ça lui dit rien ça ?

  13. fais moi du couscous...

    C’est anormal que les racailles musulmanes ne soient pas admises sur titre directement à l’école Polytechnique à la sortie de l’école primaire vers 20 ou 25 ans.

Comments are closed.