Bordeaux : Dites non à l’inauguration d’une rue Frantz Fanon, qui a appelé à tuer les Européens d’Algérie !


Bordeaux : Dites non à l’inauguration d’une rue Frantz Fanon, qui a appelé à tuer les Européens d’Algérie  !

CONTRE  L’INAUGURATION D’UNE RUE FRANTZ  FANON,  INDIGNEZ-VOUS !

Il semble que l’odieuse nouvelle, passée dans les jours festifs précédant Noël,  n’ait pas produit un écho à la mesure de son indécence. Et pourtant, nous ne devons pas céder à ces rituels que l’on nous impose régulièrement en discréditant notre histoire, en inaugurant des plaques de rue : hommage à des ennemis de la France, des traîtres complices du FLN pendant la guerre d’Algérie.

En effet, le 17 décembre 2018, le Conseil Municipal de Bordeaux a décidé, sous l’autorité du Maire Alain Juppé et à la quasi-unanimité, de baptiser une rue de la commune au nom de Frantz Fanon, psychiatre français antillais installé à Blida, passé au FLN en 1956 et Directeur d’El Moudjahid. A cette époque, en lutte contre l’infâme terrorisme, des milliers de nos soldats français perdaient la vie.

Cette décision, qui ne manque pas de produire une forte indignation, des émotions justifiées, va à l’encontre des prétentions d’un Maire  prônant une société apaisée. Les Français d’Algérie, comme le monde des combattants, en ont marre, avec raison, de voir des élus satisfaire constamment les obsessionnels complices d’une  barbarie anti France, sans considérer le feu des douleurs cruellement ravivées dans leurs mémoires. Pour nombre de lecteurs, le nom de Frantz Fanon demeure probablement inconnu. Cependant, les élus qui ont envisagé de lui réserver cet hommage ne devraient rien ignorer de ce que furent ses engagements ni comment il en appela ouvertement au meurtre des Européens d’Algérie, les dépeignant comme des oppresseurs. En effet, en 1961, il publia un ouvrage « les damnés de la terre », théorisant la violence rédemptrice, avec une préface de Jean-Paul Sartre, cette abomination inoubliable : « En le premier temps de la révolte, il faut tuer : abattre un Européen c’est faire d’une pierre deux coups, supprimer en même temps un oppresseur et un opprimé : restent un homme mort et un homme libre. »

Il est inacceptable et déshonorant, qu’une rue de ville française puisse porter un hommage à l’individu qui fit l’apologie publique du terrorisme, une invitation au meurtre de concitoyens français. Il est inacceptable que nombre de ces concitoyens français d’Algérie vivant à Bordeaux subissent une telle provocation, que la jeunesse puisse trouver là un exemple. On ne manque pas de reprocher aux pieds-noirs et aux harkis de n’avoir pas tourné la page, tandis que l’on ne tarit pas  de louanges officielles envers leurs assassins, alors que le drame des disparus, des milliers d’Européens enlevés, massacrés par le FLN n’a toujours pas fait l’objet d’une reconnaissance Nationale.

Je fais appel ici à une solidaire indignation, de nos concitoyens et des associations d’Anciens Combattants, pour marquer leur désaccord et signifier à la Mairie de Bordeaux que cette décision est inacceptable !

 

Adresse mail d’Alain Juppé : « a.juppe@mairie-bordeaux.fr »

Directeur de Cabinet : Ludovic Martinez : « l.martinez@mairie-bordeaux.fr »

Adr. Postale : Mairie de Bordeaux – Place Pey Berland – 33045-Bordeaux cedex

 

Articles déjà parus sur le même sujet sur notre site :

http://resistancerepublicaine.eu/2019/01/13/rue-fanon-a-bordeaux-la-presse-fln-applaudit-a-la-trahison-de-juppe/

http://resistancerepublicaine.eu/2019/01/11/pierre-cassen-ali-juppe-bientot-a-matignon-video/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Avatar

Responsable Résistance républicaine Drôme


15 thoughts on “Bordeaux : Dites non à l’inauguration d’une rue Frantz Fanon, qui a appelé à tuer les Européens d’Algérie !

  1. AvatarFomalo

    Merci Claire Navarro de ce terrible rappel de la dhimmitude du vieux sa….ard de Juppé, de ses avances à T. Ramadan, et de la transformation de Bordeaux en un bor..l gouverné par la clique islamiste. Nous avons tous compris à quel bord appartiennent les LR et comment nous ne devrons pas voter en mai prochain.Salutaire avertissement.

  2. AvatarGérard

    On avait déja les rues et place du 19 mars que je m’obstine à appeler place Waterloo, au grand dam du maire de ma commune!
    Une rue Frantz Fanon, pourquoi pas, encore un peu de temps et d’ingérence de la Merkel et on pourrait penser à place Himmler ou Dr Goebels, ou Joseph Staline, on a bien une station Stalingrad! Pauvre France!!!

  3. AvatarConan

    ali juppé et les autres ….
    Quand on songe à la déclaration de m rocard selon laquelle il était entré en politique en collectant des fonds pour la FLN !!…
    Cet aveu n’avait suscité aucun commentaire des me.dias, ni la moindre réprobation de l’Armée …C’est vrai qu’il était premier ministre de mitrand …
    Il s’en faisait une gloire !!…Quel beau modèle de « progressiste » et d’ethno-masochiste !!…..
    Des fonds qui ont servi à acheter de l’armement qui a permis de mettre au tapis 30.000 soldats français !!!…..Merci le bafouilleux !
    J’envoie bien sûr un petit mot à ali juppé et encourage tous les résistants à dévisser ou à bomber ces plaques qui sont une insulte à nos morts !

    1. Avatarandrea

      Je conseille la lecture de l’excellente et instructive lettre que M.Guy Pervillé a adressée le 27 Janvier 2019 au maire de Bordeaux au sujet de cette décision scandaleuse de créer une sente frantz fanon.

    2. Avatarandrea

      Les soldats… Et les civils désarmés, enfants et vieillards compris massacrés en ayant subis d’atroces sévices, des mutilations par ces criminels fln.
      Et tous ceux déclarés disparus et qui n’ont pas été réclamés par la France, dont on ne parle pas.

  4. AvatarMachinchose

    « Frantz Fanon, né le 20 juillet 1925 à Fort-de-France et mort, sous le nom d’Ibrahim Frantz Fanon, le 6 décembre 1961 à Bethesda dans un hôpital militaire de la banlieue de Washington aux États-Unis, est un … Wikipédia

    je prends le relais: « est un traitre comme on en connut peu! , il est enterré en Algérie, et au moins n’ a pas sali le territoire national
    inhumé sous le nom de Omar, Ibrahim, Frantz Fanon , son épouse l’ y rejoindra en 1989
    leur fille épousera le fils de Pierre MENDES FRANCE……………

    encore des progressistes…da sinistra di mierda!

  5. AvatarStéphane

    Il y a en marre des ces relents colonialistes que la génération Juppé incarne, qui consiste à donner des cacahouètes aux Africains, comme un nom sur plaque de rue, pour espérer avoir des cadeaux en échange.
    Si ça c’est pas de la condesendance…..
    Il n’y a aucune grandeur à faire ça, c’est du baissage de pantalon non désintéressé.

  6. Avatarfrejusien

    encore une saloperie du ben jupette, et dire que ce Titeuf a osé se présenter en 2017, les LR c’est vraiment de pire en pire, ils ne se cachent plus

  7. Avatarandrea

    Quelle honte !
    Tous ces collabos ça ne leur vient pas à l’esprit qu’ils auraient subi le même sort que les victimes de ce genre de crapules criminelles ?
    Qu’ils seront considérés moins « coupables », que les autres blancs envers qui ils justifient, entretiennent voire créent la haine pour leurs sordides petits intérêts personnels ?
    Qu’ils seront toujours à l’abri des conséquences de leur irresponsabilité, de leur trahison, de leur lâcheté ou de leurs idéologies (immigrationniste, tiersmondiste, mondialiste…)?
    Promouvoir des types comme fanon ou sartre qui appellent au meurtre tout en faisant de beaux discours sur les droits de l’homme, l' »anti-racisme », le vivreensemble ( horrible mot de novlangue), les valeurs de…blablabla, c’est quand même d’une belle hypocrisie?

  8. SarisseSarisse

    Comme le Che, même idéologie, si ce genre de personnage avait pris le pouvoir dans des Antilles indépendantes il aurait instauré un nouveau goulag tropical avec son cortège d’exécutions sommaires.
    Et comme Vladimir Illich Sanchez dit « Carlos » il se convertit à une religion , l’islam, aussi totalitaire que son idéologie gauchiste et quasi pol-potiste de départ.
    Ces penseurs et écrivains marxistes n’ont nullement rendu service aux peuples antillais ou africains dans leur ensemble, tout comme en Asie dans la Chine du « grand bon en avant » au Cambodge ou au Vietnam à leurs peuples, où ils commencent à faire progresdivement machine arrière (certes en conservant des régimes autoritaires).
    On ne peut honorer des extrémistes d’une plaque, mieux vaut accompagner le développement en s’appuyant sur les plus pragmatiques et les moins idéologues de ces hommes s’ils veulent s’en sortir, tous ces penseurs totalitaires et qui plus est racistes puisqu’appelant au meurtre d’européens n’ont fait qu’accentuer le malheur de ceux qu’ils manipulaient.
    On a vu le résultat avec un Mugabe qui a transformé un pays riche en un gigantesque ilôt de misère en Afrique australe, par idéologie.

  9. AvatarBoronlub

    Faudrait que des petits rigolos du style Basile de Kock, ou autres, déboulonnent ça une nuit, et remplacent par une plaque « rue Boko Haram » (par exemple, ou « rue Pol Pot », ou autre, c’est pas les possibilités qui manquent)

  10. AvatarSimone

    Bonjour, je viens de tenter d’écrire à Mr Juppé. Son adresse mail, telle que vous la donnez n’est pas reconnue. J’ai donc adressé ce courrier à Mr Martinez, 2ème adresse que vous donnez, Pas reconnue non plus.Alors je vous transmets mon message, il le lira peut-être.
    Bonjour Monsieur le Maire,

    Bien que l’ayant quitté souvent pour « courir » le monde et n’y habitant plus, je reste très attachée à Bordeaux, ma ville de naissance et d’une partie de mes racines.
    Mais voyez-vous, maintenant, j’ai l’impression qu’elle est salie, comment, le conseil municipal et vous-même, avez pu penser un seul instant à donner le nom de Frantz Fanon à l’une de nos rues?
    En 1960, jeune étudiante en médecine de la fac de Bordeaux, j’ai passé l’été entre 3ème et 4ème année, en stage dans un hôpital prison, à Beni Messous. J’en suis revenue avec une âme de « pied-noir » d’adoption qui a bondi sous l’aiguillon d’une brûlure intense en apprenant ce projet inique.
    Comment osez-vous rendre ainsi hommage à un traître à notre patrie, à un homme qui a appelé à tuer nos compatriotes, qui s’est fait complice des poseurs de bombes, des assassins de citoyens d’origine métropolitaine ou algérienne parce qu’ils aimaient la France. Si vous aviez mis les pieds en Algérie à cette époque Monsieur le Maire, j’aime croire que jamais une telle idée vous aurait effleuré.
    Suis-je trop présomptueuse en espérant que vous allez réviser votre projet ? Oui, sans doute, car je n’ai plus guère d’illusions sur les capacités des hommes politiques à admettre une possible erreur. mais je ne peux me défendre d’un sentiment de honte.
    Avec mes salutations respectueuses
    Dr S. Casabon

Comments are closed.