Hommage à mon grand-père, André, mort pour la France, tué par les Allemands le 22 juin 1940


Hommage à mon grand-père, André, mort pour la France, tué par les Allemands le 22 juin 1940

Les insultes de Macron contre ceux qui oubliant « les valeurs de la réconciliation allemande se rendent complices des crimes du passé » m’ont indigné.

http://resistancerepublicaine.eu/2019/01/23/traite-daix-la-chapelle-macron-aux-abois-nous-accuse-detre-complices-de-hitler/

Ma mère était de ceux-là, de ceux qui envisageaient très difficilement une réconciliation  : elles nous a élevés dans la détestation de l’Allemagne.

Un mélange de détestation et de terreur.

Nous avons toujours dû  couper la télévision quand on y parlait allemand.

Son père, mon grand-père, lieutenant de réserve,  est mort à Laval,  le 22 juin 1940, le jour de l’armistice, en s’opposant à la traversée de la Vologne, par l’avant-garde allemande.

Ma mère avait 5 ans…

Ma grand-mère, dans l’effondrement total de la France, est restée  sans nouvelles de mon grand-père, espérant son retour tout l’été 40…

D’autant que divers amis bien intentionnés  prétendaient l’avoir vu en vie.

Puis la nouvelle de sa mort a été connue à l’automne 40.

Mes grand-parents  habitaient le pays basque, elle a pu, avec la complicité du maire d’Anglet, obtenir des papiers trafiqués pour aller dans les Vosges sur la tombe provisoire de mon grand-père.

Elle a échappé, par un miracle, à un contrôle de la police allemande dans le train lors du franchissement de la ligne.

Mais elle n’a jamais su, de son vivant, les circonstances exactes de la mort de son mari.

Elle était très chagrinée que l’on ne parle jamais de « ceux de 1940 » alors que ceux de 14-18 ou de  la Libération étaient très évoqués dans les médias.

Après la  mort de ma grand-mère  est parue une somme en cinq tomes, « les combattants du 18 juin » de Roger Bruge.

https://www.fayard.fr/documents-temoignages/les-combattants-du-18-juin-9782213007373

Cette somme, extrêmement détaillée, n’est lisible que par des spécialistes, mais la mort de mon grand-père y est relatée.

Les citations  entre guillemets sont extraites du tome 5 de  cette série:

Depuis le 19 juin 1940, le combat fait rage  devant Laval-sur-Vologne (Vosges) pour interdire à l’ennemi le passage de la rivière Vologne  et le débouché sur Gérardmer.

Le 21 juin, au soir, à Laval  le  Leutnant Geibel, à la tête d’un détachement cycliste, s’avance vers les positions françaises :

« Rendez-vous ! L’armistice est signé! La guerre est finie ! ».

En réponse :

« Les armes automatiques criblent de balles le détachement allemand pris de panique et si, quelques hommes ont le temps de rouler dans le fossé, nombreux sont les morts et les blessés qui restent allongés sur la route. »
(Les archives allemandes font état de 13 morts).

Un commandant français qui avait été fait prisonnier est l’objet de la vindicte des Allemands, indignés par ces « petits » lieutenants de réserve et leurs hommes qui s’obstinent à résister alors que les généraux, les colonels se sont rendus depuis longtemps :

« (Le colonel allemand) me fit savoir que j’allais être fusillé parce que je l’avais attiré dans un traquenard. »

La résistance est rendue cependant  difficile car certains, comme le lieutenant L et l’aspirant V, ont saboté les pièces de 75 et ont déserté.

Le samedi 22 juin, à cinq heures, les Allemands reviennent.

« L’infanterie (allemande) est maintenant sur les lieux du combat de la veille et avançant parmi les bicyclettes abandonnées, retrouve deux blessés qui ont passé la nuit dans le fossé ».

« La puissance du feu allemand ébranle les positions françaises ».

Les différents pelotons français qui continuent à résister sont  anéantis.

Mon grand-père est tué à ce moment, avec 25 de ses camarades de combat, en résistant à la vague d’assaut d’infanterie allemande accompagnée de bombardements de 105 et de tirs de « minen ».

Il sera initialement enterré avec 19 autres soldats de son unité dans le cimetière de Laval (Vosges).

Il est maintenant enterré au cimetière de Bayonne.

Son destin est  très voisin  de celui d’un jeune et brillant mathématicien, réfugié juif allemand, Vincent Doblin, qui s’est battu sous l’uniforme français.

Il s’est suicidé le 21 juin au soir  à deux ou trois kilomètres  du lieu de la mort de mon grand-père, quand leurs chefs  leur ont demandé, à lui  et à ses camarades, de déposer  leurs armes.

Un livre évoque son destin tragique :

http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Folio/Folio/L-equation-de-Kolmogoroff

Alors, bien sûr, le temps a passé.

Nous n’en sommes plus aux années 70, quand la correspondante allemande de ma cousine gauchiste, en vacances, un été,  a été chassée du village de Corrèze de ma grand-mère paternelle.

Car ces villageois  y voyaient une provocation aux souvenirs de Tulle, d’Oradour et de tant  de crimes  allemands commis dans la région.

Crimes si proches, alors,  dans  le temps.

Mais Macron n’a pas le droit d’insulter la mémoire de ma mère, la mémoire, aussi,  de ces Corréziens  qui n’ont jamais voulu la réconciliation  et  pour lesquels Hitler était littéralement  l’incarnation du Diable …

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




28 thoughts on “Hommage à mon grand-père, André, mort pour la France, tué par les Allemands le 22 juin 1940

  1. Hollender

    Mes grands pères ont passé 14-18 dans les tranchees et à Douaumont.
    Mon oncle est passé sous un char en 40, son frère a passé 2 ans en prison.
    Mon père résistant à combattu les schleux dans la Marne.
    Je retrouve tous les ans des
     » souvenirs » metalliques dans le jardin et le verger
    Lors d’un déplacement professionel en Argentine, mon épouse argentine et moi sommes tombés sur un SS, devenu pépiniériste à San Martin de los Andes.
    Des que nous avons vu son visage et entendu son accent nous avons fait demi tour.
    Jamais je ne roulerai en voiture allemande !!!

    1. AntiislamAntiislam Post author

      Bonjour,

      Mon père m’a raconté avoir vu, en Argentine, en 1948, de très nombreuses estancias pavoisées avec la croix gammée.

      L’Argentine pullulait de Nazis reçus par Peron …

      1. Amélie Poulain

        On aurait retrouvé aussi dans la forêt Amazonienne des restes de construction Nazies. Ces restes avec croix gammées ont été découverts « officiellement » récemment car les anciens en parlaient de cette présence Nazies mais personne ne voulaient les croire.

        Sans doute en raison de la présence Française en Guyane.

  2. Hollender

    Dans le film récent: DUNKERQUE.
    Jamais le metteur en scène n’a parlé des soldats et résistants français qui se sont sacrifiés pour freiner l’avancée des boches et permettre aux rosbiffs de retourner sur leur île.
    RIEN ! Les héros sont exclusivement anglais !

    1. AntiislamAntiislam Post author

      Bonjour,

      Oui, or nombreux sont les soldats français qui sont restés dans Dunkerque pour protéger l’évacuation des Britanniques.

      Des milliers je crois.

      Le frère de ma grand-mère étaient de ceux-là.

      Par bonheur il n’a pas été tué, mais est parti en captivité en Allemagne.

      Autre exemple :dans « Band of Brothers », une très belle série par ailleurs, on montre que ce sont les Américains qui sont arrivés les premiers au nid d’aigle d’Hitler.

      Or c’est faux : c’est un détachement de la deuxième DB de Leclerc.

      Un ami de mon père y était.

      Bref, comme vous le dites, il y a beaucoup de contrevérités sur cette période.

      1. JackJack

        D’accord avec vous sur ce commentaire ami Antiislam. Je connaissais ces détails. Malheureusement, quand on voit des documentaires et films (assez nombreux où je réside) sur cette guerre par les Américains, il y est très peu question des Français… de cette France à qui, historiquement, les Américains doivent leur indépendance de l’Empire britannique ; mais cette part de leur histoire, les Américains ne l’ont tout de même pas oubliée. D’excellents documents ont été télévisés sur cette page d’histoire.

    2. Michel

      C’est pourquoi, personnellement, je n’ai pas regardé ce film et que je l’ai déconseillé à tout le monde autour de moi.

      1. pauledesbaux

        hélas BOB DENARD EST MORT se lèvera-t-il un jour un couillu tel que lui pour nous débarrasser de cette vermine au gouvernement ?l’armée va à la gamelle, les autres ont peur de bouger y compris pour DEFENDRE NOTRE PATRIE et « en même temps » comme dit le connard de service il vend LA FRANCE pour laquelle nos ayeux ont combattu BOB REVIENS……

  3. Amélie Poulain

    Merci Antiislam pour ce témoignage, respect pour votre grand-père et tous ces Soldats et Résistants mort pour sauver la Patrice et permettre que nous soyons là aujourd’hui en tant que « Français ».

    Effectivement, les traces sont encore là voire les plaies encore à vif pour ceux qui l’ont vécu et je dirais même pour les descendants qui y ont participé imprégnés de l’histoire familiale.

    Les horreurs commises ne s’effacent pas comme cela même si certains pensent que le passé peut être balayé pour prendre la place du présent mais tout est lié

    Je ne sais pas si Macron a conscience qu’à quel point, par ces paroles, il a insulté et blessé les Français.

    Je me permets de remettre ici les témoignages que j’avais rédigés à ce sujet dans un précédent commentaire mais beaucoup de Français en auraient tous à raconter et le silence que l’on peut « entendre » à ce sujet de certains de ce temps de notre Histoire, est bien souvent encore plus éloquent.

    Sans rester dans le passé, on sait que des traumatismes restent inscrits malgré la personne et ceux qui ont vécu la souffrance de la présence allemande en sont très marqués.

    Je me souviens d’une ville près de chez moi jumelée avec une ville allemande où, lors d’une rencontre il y avait eu des chants allemands qui avaient laissé un grand froid et un silence dans la salle, non par rejet des personnes présentes mais parce que cela est venu réactiver quelque chose de traumatique.

    Ma propre mère qui était jeune à l’époque mais qui s’en souvient, me disait qu’elle était encore par moments hantée par le bruit des bottes sur l’asphalte….

    Près de chez moi, il y a eu des batailles au corps à corps et je me souviens d’anciens combattants, y repenser les larmes aux yeux….

    1. AntiislamAntiislam Post author

      Bonjour,

      Merci à vous pour votre témoignage, Amélie.

      Toute notre génération a été marquée par le souvenir de cette guerre et de ses horreurs.

  4. Marco

    Pour moi aussi le mépris et les insultes du dictateur macron m’ont blessé.. Comme de nombreux autres Français j’ai perdu des êtres chers dans la 1ere et 2e guerre mondiale , je n’oublierai jamais les récits de ma mère qui a combattu avec grand courage les nazis elle était résistante agent de liaison entre la Savoie et Italie , arrêtée elle a réussi à s’enfuir ,Ma tante et mon oncle eux aussi resistants arrêtés n’ont pu s’enfuir ils ont été déportés ils ne sont jamais revenus, à 60’ans j’ai les larmes à vous lire et à écrire ces mots mais surtout la haine envers ce traître et minable dictateur et je ne peux que Lui souhaiter la fin qu’il mérite.

    1. AntiislamAntiislam Post author

      Bonjour,

      Merci de votre témoignage émouvant, Marco.

      N’oublions jamais la mémoire de nos proches.

      N’admettons jamais qu’ils soient insultés.

  5. Michel François

    Une chose est certaine : l’allemagne et les allemands n’ont jamais payé (je parle d’indemnités) à hauteur des crimes et des dégâts incommensuraux qu’ils ont causés.

    Il est sidérant qu’on leur ait tout pardonné en bloc et rien exigé, pas de garantie morale, pas de gage matériel, rien.

    Aujourd’hui, ces mêmes allemands trouvent normal d’abandonner la Grèce et n’acceptaient même pas l’idée de lui prêter (je ne parle pas de donner…) un seul centime d’euro…

    Mais vous connaissez le dicton : « Fais du bien à un vilain, il te crache dans la main ».

  6. David BelhassenDavid Belhassen

    Bonjour Antiislam et bonjour à tous. Vous pouvez être fiers de vos grands-parents. Je m’incline bien bas devant eux.

    Un jour viendra,, je l’espère de tout coeur, ,où ce maudit Macron paiera ses insultes et ses offenses à leur mémoire.
    Je tiens à remercier vivement Christine Tasin de m’avoir accueilli dans RR, et ainsi de découvrir l’histoire et l’héroïsme de ces patriotes admirables, et de savoir que leurs fidèles descendants continueront leur combat et leur voie exemplaire pour sauver la France. Merci.

    1. AntiislamAntiislam Post author

      Bonjour,

      Merci David : vous me touchez beaucoup..

      Roger Bruge, que je cite, m’avait écrit cette dédicace sur son livre:

      « Pour que vous n’oubliez jamais qu’il y a toujours une leçon à tirer de la mort d’un homme ».

      Il y a toujours des leçons, en effet, à tirer des crimes actuels.

  7. jolly rodgers

    merci anti islam pour votre témoignage . j’ai regardé hier soir un film , the mononument men , c’est l’histoire d’une division de civils américains venue en France pour sauver les œuvres d’art que les nazis voulaient détruire et ont détruite en partie, certaines œuvres sont carrément brulées au lance flamme par les ss . c’était le début de leurs défaites et les œuvres étaient destinées à l’ Hitler muséeum que ce fou voulait créer . les œuvres de Picasso étaient détruites car jugées décadentes par ces tarés , ne parlons pas du sort des œuvres d’artistes juifs ou slaves . les nazis ont détruit une partie de la beauté de la civilisation Européenne qu’ils prétendaient défendre .
    un très beau film avec Matt Damon ,Geoerge Clooney(dans un rôle sérieux pour une fois) , jean Dujardin … tiré d’une histoire vraie. à voir , je vous le conseille . croyez en le cinéphile que je suis et je suis sélectif en matière de cinéma . amicalement

  8. claude t.a.l

    Salut Antiislam,

    Hommage à votre grand-père.

    L’abruti de macron, avec sa haine de la France et son mépris du peuple français, n’a même pas conscience que chaque famille française ( même ceux qui ne sont qu’ à demi  » de souche  » ) a un proche qui a vécu ça, pendant l’une ou l’autre ( ou les deux ) des 2 guerres mondiales.

    Il n’a jamais dû voir un Monument aux Morts…….

    Mais ce sont des choses qu’un peuple n’oublie pas.

  9. Baribal

    La défaite de 1940 est considérée par beaucoup comme une défaite humiliante où l’armée française n’a pas combattu. C’est totalement faux. Près de cent mille soldats français ont été tués en, seulement, 6 semaines. Une armée qui fuit n’a jamais autant de tués. Les pertes quotidiennes étaient aussi importantes que pendant les pires mois de 1914-1915. L’armée française a été victime des erreurs stratégiques et des mauvais choix faits par les états-majors et les responsables politiques, avant et pendant la guerre.

    Je m’incline respectueusement devant la mémoire de tous les soldats français tombés au champ d’honneur…un mot dont Macron ne connaîtra jamais la signification.

    Merci aux contributeurs pour ces témoignages très émouvants.

    1. Armand LanlignelArmand Lanlignel

      Il ne faut pas oublier la désorganisation mise au point par les services secrets allemands avec leur cinquième colonne. A l’époque déjà, les gouvernants étaient incompétents à l’esprit empoisonné par des idéologies perverses. S’ils avaient eu les pieds sur terre, les saboteurs présents partout auraient été démasqués. Certains soldats sur le front avaient de temps en temps une balle qui ne rentrait pas dans le canon ou qui se coinçait dedans, Les envois de munitions étaient croisés: les balles arrivaient à ceux qui demandaient des obus et inversement. Plus les fausses nouvelles et faux ordres. Se rappeler qu’un crétin comme Léon Blum (la paix est prioritaire) avait refusé de faire fabriquer des chars lorsque le futur général De Gaulle était allé le trouver pour lui signaler que les Allemands avec Hitler étaient en train de s’équiper en armes et en matériel de guerre.

      1. Amélie Poulain

        @Armand Lanlignel

        Merci pour ce témoignage.

        Incroyable…. Et dire qu’il y a des rues et boulevard qui s’appellent « Léon Blum ».

        Ces gens à l’esprit naïf, refusant la réalité et notamment celle de l’Humain finalement, ne se rendent pas compte à quel point ils ont du sang sur les mains….

        Tant de personnes tuées par leur faute, cela me révolte et cela continue aujourd’hui dans toute sa splendeur et l’on n’a pas tout vu…

        Les leçons du passé n’ont aucun effet sur certains incurables qui en fait ne pensent qu’à leur petite personne. Et ça se croit « Humaniste »….

        1. Armand LanlignelArmand Lanlignel

          Oui, ce Léon Blum fait partie des égarés imbéciles. Mais il y avait le souvenir de la guerre 14-18 et personne ne voulait recommencer ça, sauf Hitler et bien des Allemands n’admettant pas les exagérations du traité de paix de Clémenceau. L B a été déporté mais en est revenu, c’est bizarre pour un juif. Les gauchistes continuent de l’admirer et de l’honorer avec des noms de rues, de places ou de boulevards, c’est exagéré, le passif est trop grand.

    2. Amélie Poulain

      Merci Baribal pur ce témoignage touchant.

      Cent mille soldats Français tués….. je suis sans voix et cela rejoint le commentaire que j’ai écrit suite à Armand Lanlignel.

Comments are closed.