Marine Le Pen : «On ne répond pas à une crise politique à coups de matraque»


Marine Le Pen : «On ne répond pas à une crise politique à coups de matraque»

Elle s’est peu exprimée sur la crise des gilets jaunes. La présidente du RN Marine Le Pen lance ce dimanche à la Mutualité à Paris la campagne pour les Européennes du 26 mai par un premier meeting. Elle débutera sa tournée dans les régions par le Vaucluse, puisqu’elle tiendra un meeting au Thor le samedi 19 janvier, à15 heures. Entretien exclusif.

Si vous étiez présidente de la République, comment sortiriez-vous de cette crise des gilets jaunes ?

Le choix qui est fait par le gouvernement et le président de la République est le choix de la division, le choix d’hystériser le débat. Au lieu d’unir, il aggrave les fractures. En Marche ! s’est fait aveugler par l’illusion de la majorité : ils pensent que parce qu’ils sont ultra-majoritaires à l’Assemblée nationale ils sont ultra-majoritaires dans le pays. Le mode de scrutin fait que l’Assemblée nationale n’est pas représentative de l’avis des Français, donc les décisions qu’ils ont pris sur la fiscalité, tant le niveau que l’utilisation de l’impôt, n’emportent pas l’accord majoritaire des Français. C’est là le péché originel. Il n’existe pas aujourd’hui de consentement à l’impôt, fondement pourtant de notre pacte républicain. Je propose trois étapes pour sortir de la crise. D’abord, une loi pour établir la proportionnelle aux élections, le référendum d’initiative populaire, la réduction du nombre de parlementaires parce que la représentation du peuple n’est pas juste et c’est aussi une crise de représentativité. Ensuite, la dissolution de l’Assemblée nationale. C’est l’issue inévitable. Enfin, l’élection d’une nouvelle Assemblée qui pourra sereinement, de manière apaisée revoir la politique fiscale, la politique sociale, validée par l’élection.

Dans cette crise vous êtes un peu en retrait. Vous êtes dans le soutien, dans la condamnation ?

Je me refuse à participer au piège qui est tendu par le gouvernement et qui consiste à jeter des gilets jaunes contre des uniformes bleu marine. C’est confortable pour le gouvernement, car il s’extrait de sa responsabilité. On voit bien la stratégie : « Regardez ces gilets jaunes qui tapent sur la police ». Pendant ce temps-là, le gouvernement se met en retrait et la colère n’est donc plus contre lui mais contre la police. C’est ignoble de cynisme et terriblement dangereux pour l’unité du pays. Je partage les préoccupations des gilets jaunes, je soutiens les revendications qu’ils portent, pour peu qu’elles soient compatibles avec le projet qui est le mien, et c’est vrai qu’il y a  beaucoup de points communs, évidemment je condamne la violence d’où qu’elle vienne, et je déplore les victimes quelles qu’elles soient. Mais je n’entends pas, comme responsable politique, passer je ne sais combien de semaines à commenter du dimanche au vendredi les événements qui ont eu lieu le samedi. Il faut en sortir. Donc je ne vois pas d’autres solutions que le plan que je propose et, je pense que M. Macron en viendra à la dissolution. Mais combien y aura-t-il de blessés, combien y aura-t-il de fractures… avant qu’il soit contraint d’en revenir aux urnes qui est le meilleur moyen de répondre à une crise politique. On ne répond pas à une crise politique à coups de matraque.

Êtes-vous pour le rétablissement de l’Impôt sur la fortune (ISF) ? 

J’ai toujours été pour le maintien de l’ISF. Exclure du calcul les résidences principales m’apparaîtrait juste à l’égard des classes moyennes. Ça coince parce que le gouvernement choisit de faire aux plus riches des cadeaux extraordinaires alors que, dans le même temps, il cogne sur les classes populaires et sur les classes moyennes avec des augmentations d’impôts qui ne permettent plus aux Français de vivre dignement.

C’est le cas de la CSG pour les retraités. C’est ce double phénomène qui est absolument scandaleux. L’urgence est d’abord de faire baisser la pression fiscale pour les classes moyennes et pour les TPE/PME.  On nous dit : regardez le cadeau que M Macron vient de faire aux Français, alors qu’il leur rend les 10 milliards qu’il leur a pris. C’est presque du Coluche qui disait : « File-moi ton portefeuille je te filerai cent balles ». Cette incroyable injustice doublée de la crise de représentativité, c’est un cocktail détonnant dans une démocratie.

Pour les Européennes, vous propulsez Jordan Bardella, un jeune élu de 23 ans, comme tête de la liste RN. Quel message faut-il y voir et quelle est votre stratégie ?

Le message est qu’on est entré dans un nouveau monde. Sauf que M. Macron croit qu’il est le premier dirigeant du nouveau monde alors qu’il est le dernier de l’ancien monde. L’Union européenne telle qu’on la connaît et telle qu’on nous l’a imposée, et qui a été un échec total sur l’ensemble des sujets, doit ouvrir aujourd’hui la voie à la construction d’une nouvelle organisation européenne. Quoi de mieux que de confier à un jeune le soin de mener ce combat essentiel qui engage les destinées des générations qui vont nous suivre. C’est cohérent. Autant, hier, nous étions très isolés en Europe, autant, aujourd’hui, nous avons la possibilité de mettre en œuvre notre projet avec nos amis de la Ligue italienne, avec le FPO, avec les Hongrois, avec tous ces mouvements qui sont arrivés au pouvoir, qui sont sur le point d’y arriver ou qui pèsent d’un poids électoral très important.

Le nouveau monde, c’est celui qui tourne le dos à tout ce que représente Emmanuel Macron. Celui qui tourne le dos à la mondialisation sauvage, à la concurrence de tous contre tous, à l’ultralibéralisme, au libre-échange et à la destruction de la planète. Tout ce que représentent lui et ses amis.

Quelle est votre Europe idéale ?

L’Europe des Nations. L’Europe des coopérations, où les Nations conservent leur souveraineté et participent volontairement, ou ne participent pas,  à des projets qui sont déterminés. En fait c’est Airbus, c’est Ariane, c’est ce qui a fonctionné. Ce sont des projets construits entre les Nations toutes consentantes. Aujourd’hui nous sommes confrontés à une Union européenne carcérale.

Salvini en Italie, le nouveau parti Vox en Espagne, le FPO autrichien… ils sont arrivés au pouvoir mais pas tous seuls. Etes-vous prête à faire des alliances et à parler avec Laurent Wauquiez ?

Le mode de scrutin de l’ensemble des pays en Europe, c’est la proportionnelle, c’est un mode de scrutin qui oblige à des alliances.

Nous sommes aujourd’hui dans un nouveau clivage : à la présidentielle les Français ont décidé de mettre au second tour le chef des mondialistes et le chef des nationalistes. Cette élection européenne est une confirmation de ce clivage, un parti comme Les Républicains est en train d’imploser. Une partie de LR rejoint le camp des mondialistes, c’est Juppé, une partie de LR rejoint le camp des nationaux, c’est Mariani. Comme le PS qui a déjà été victime de cette implosion, les LR de M. Wauquiez ont vocation à disparaître.

Jean-Luc Mélenchon est finalement dans le même camp que vous…

Il est au milieu du gué. Il n’a pas encore choisi sa rive. Il est ballotté par les pressions en interne de son mouvement. S’il rejette les souverainistes de gauche pour se soumettre à la pression des indigénistes et des communautaristes de gauche ce sera la fin. J’écoute tous les gilets Jaunes, y compris ceux qui ont voté pour lui.

Considérez-vous Thierry Mariani, qui quitte LR pour vous rejoindre, comme une prise de guerre ?

Non, ce n’est pas une prise de guerre. C’est un phénomène prévisible et naturel. C’est avec Jean-Paul Garraud la droite populaire qui rejoint le Rassemblement national. Wauquiez ayant fait le choix de dire la même chose que nous, mais fait exactement l’inverse, aurait dû s’appuyer sur la droite populaire, or, c’est cette frange-là qui quitte son parti en même temps que les amis de M. Juppé. Quel est l’avenir de Wauquiez puisque tout le monde s’en va ?

Si Thierry Mariani et Jean-Paul Garraud nous rejoignent c’est parce qu’ils savent que nous sommes un pôle de rassemblement à vocation majoritaire. C’est l’arrivée au pouvoir qu’on est en train de construire. Si j’ai voulu changer le nom du Front national c’est aussi parce que j’avais cet objectif en vue,  ce grand rassemblement.

Vous êtes déjà dans la présidentielle ?

Nous sommes dans les Européennes mais nous travaillons déjà sur les municipales. Je ne sais pas s’il y aura des listes partout. Partout où on peut gagner, c’est certain. On avance marche après marche : à Hénin-Beaumont on a gagné la ville puis les cantons, puis les circonscriptions du bassin minier. Nos élus locaux font leurs preuves et font avancer nos idées. Dans la recomposition, les municipales sont une étape importante.

Marion Maréchal ne sera pas sur la liste RN aux Européennes ?

Non, car elle ne le souhaite pas. Pour l’instant elle a arrêté la politique, mais peut-être qu’elle y reviendra. La politique est un virus dont on ne guérit jamais. Bon chien chasse de race comme dirait mon père. Pour l’instant elle souhaite avoir une expérience professionnelle, c’est tout à son honneur. Laissons-la compléter son CV.

Le grand débat national, c’est plutôt une bonne chose ?

C’est hors sujet. On est allé trop loin. C’est visiblement Nicolas Sarkozy, son visiteur du soir qui lui a soufflé cette idée-là. Cela va tourner en bide total avec des En Marche ! qui parlent entre eux. Les maires ne veulent pas l’organiser et je les comprends. Et puis, faire des consultations régionales avec des gens tirés au sort, vous avez déjà entendu un procédé aussi stupide que cela ? Macron, c’est l’adversaire, c’est un imposteur. Il a été élu sur une imposture, et il n’y a pas loin à penser que dévoilé, il pourrait brûler ses vaisseaux. En quelques mois il met le pays à feu et à sang et démontre un amateurisme absolument inouï dans l’intégralité des domaines.

Les 15 000 euros de salaire brut de Chantal Jouanno pour présider la Commission du débat public, ça vous choque ?

C’est très révélateur. Il y a plus de 350 comités théodule rattachés au gouvernement, donc plus de 350 Mme Jouanno. Ça confirme bien ce que nous disons depuis longtemps,  la France est sous-gouvernée et suradministrée, et que c’est un peu la République des copains. Quand on ne sait pas où recaser quelqu’un, on lui crée une espèce de « haute autorité de je ne sais pas quoi », qui ne sert jamais à rien et qui coûte une véritable fortune.

Trouveriez-vous normal que les gilets jaunes constituent une liste aux Européennes ?

Mais enfin qui serais-je donc pour interdire à quiconque de monter une liste aux Européennes ? S’ils souhaitent monter une liste aux Européennes qu’ils le fassent.

Mais ils risquent de vous prendre des voix…

Ça ne m’embête pas, je n’ai pas peur de la démocratie, je n’ai pas peur du peuple, je n’ai pas peur du référendum… Je trouve que tout ça est plutôt sain.

Si certains veulent venir sur votre liste, vous les prenez, vous discutez… qu’est-ce que vous faites ?

On n’a pas cessé de discuter avec les gilets Jaunes. On a déjà sur notre liste des gens qui en quelque sorte sont déjà des gilets jaunes. Ce qui est sûr, c’est que je ne participerai pas à une espèce de course démagogique à laquelle j’assiste de la part de certains. Je n’en ai pas besoin, cette France des oubliés vous m’avez entendu parler d’elle depuis déjà de nombreuses années.

Sur les douze premiers noms de votre liste que vous allez dévoiler dimanche, y aura-t-il des surprises, d’autres ralliements ?

Un tiers vient de l’extérieur du mouvement, donc quatre sur douze, un tiers de députés européens sortants, et un tiers d’adhérents du Rassemblement national. Les équilibres sont respectés. L’idée n’est pas de faire du buzz, c’est de montrer qu’avec des gens qui ont des parcours de droite et de gauche on met en œuvre cette recomposition politique. Je serai avant-dernière de la liste. J’ai souvent tiré les listes, là je vais m’essayer à la pousser. Notre objectif c’est d’être en tête. De battre Macron et ce qu’il représente, la mondialisation dont il est le symbole.

Selon vous, l’immigration doit-elle être dans le grand débat national ?

Evidemment, même si on sait très bien ce que les Français pensent de ce sujet. L’immigration est un peu le symbole de la manière dont on gouverne contre le peuple depuis des années. Ça fait des années que les Français veulent moins d’immigration, qu’on arrête la relocalisation des migrants, etc. Et en fait, on continue à leur imposer. C’est un des sujets divers sur lesquels les Français sont contredits de manière systématique.

Vous débutez vos meetings de campagne le 19 janvier au Thor, dans le Vaucluse, parce que ce département est la terre électorale de Marion Maréchal ?

L’idée est plutôt de faire ça chez Thierry Mariani. Mais j’aurai l’occasion d’aller partout.

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Laveritetriomphera

Résistance républicaine Midi Pyrénées, j'ai choisi comme symbole la déesse égyptienne de la vérité/justice Maât. J'estime que la vérité/justice est un concept universel et unificateur par essence.


18 thoughts on “Marine Le Pen : «On ne répond pas à une crise politique à coups de matraque»

  1. Conan

    Marine,
    Revenez donc aux fondamentaux des nationaux et osez rappelez le danger que représente l’immigration invasion et l’islamisation qui en résulte
    C’est le danger numéro 1 pour tous les pays du monde !
    Non ce n’est pas le populisme comme le prétend golden boy !…
    Ecoutez donc Bernard Lugan : l’Afrique ne s’en sortira jamais, même en poussant à son développement, hélas !..
    Son explosion démographique, la famine, les guerres tribales ancestrales, la corruption de ses dictateurs et la volonté de ses dirigeants musulmans de nous exporter leur cheval de Troie (cf pacte de Marrakech…) tout cela réuni provoquera un tsunami migratoire sanglant !!…
    Il ne faut pas avoir de complexe à affirmer que dès à présent il est nécessaire de prendre des mesures immédiates pour expulser de façon drastique et définitive les étrangers qui emplissent nos prisons, ainsi que ceux qui sont fichés S et affirmer que l’islam doit se soumettre aux lois républicaines ou se démettre !
    Nous sommes prêts à financer le rapatriement de tous leurs fidèles dans les pays « saints » de leur choix !
    Oui au RIC !!….avec comme première consultation, français voulez-vous :
    => Plus de taxes pour Plus de « migrants » ?
    Répondez par Stop ou Encore !
    Il faut oser parler de tout cela et affirmer que l’objectif sera de mener enfin une politique en faveur des nôtres plutôt que des autres !!!….

  2. sitting bull

    elle va présenter un jeune de 23 ans pour les élections ridicule , il y a quelques mois a peine il prenait du biberon !

    1. Durandal

      Ce jeune, comme vous dites avec dédain, est brillant tout autant sinon plus que l’était Marion. Je suis convaincu qu’il ira loin.
      Il suffit de le voir et l’entendre face à la meute des vieux cons (professionnels du trucage médiatique) et autres journaleux arrogants qui essaient vainement de le déstabiliser.
      On en reparlera très bientôt…

  3. Gérard

    Elle peut aller au Thor, ce n’est pas ce qui lui donnera raison.
    Le Thierry quitte le navire comme un rat.
    Il aurait pu rejoindre le «vieux», quand c’était difficile.
    C’est malin de surfer sur le tsunami jaune, comme les résistants de la dernière heure sur leur traction avant. Revoyez Jean Yanne et les chinois à Paris.
    Si les gens marchent dans ce coup-ci, c’est, véritablement, que les Français sont les plus grands fumistes du monde, …. de là à leur faire fabriquer des tuyaux de poële, comme dans le film !!!
    Qui veut la peau des Gilets Jaunes ?
    Tout le monde, le monde des politicards s’entend !!

    Ho Marine, si vous rencontrez Thibault, bien le bonjour de ma part, sans rancune.
    Gérard, de Cavaillon

  4. Asher Cohen

    Je ne vois pas Macron dissoudre l’AN comme De Gaulle en 1968, sinon il l’aurait déjà fait, d’autant qu’il risque de perdre. De toutes manières l’embrasement de la France est beaucoup plus violent et compte déjà plus de morts et de blessés qu’en mai 68, sans compter les prisonniers politiques. Macron n’a aucune intention de remettre le pouvoir au peuple. Il est là pour appliquer une politique de mondialisation à marche forcée et ne va pas suivre ceux qui veulent une politique opposée. Je souligne que la révolte se déroule malgré les rigueurs de l’ hiver. Tout ceci laisse à penser que la confrontation actuelle va aller vers une déflagration générale, d’autant que Macron a une armée de réserve dans les banlieues, prête à en découdre. Il n’a pas besoin comme De Gaulle « d’aller à Baden Baden chez Massu », ni de faire distribuer le paquetage de guerre aux troupes, ni mettre en alerte des unités de paras, mais il peut, comme en 68, faire avancer les chars sur Paris. MLP n’a pas vécu cette crise politique de mai 68.

    1. Conan

      Oui, et c’est le sens de son interpellation : « Mais quel peuple ?! ».. en évoquant « les porte-voix d’une foule haineuse qui prennent prétexte du peuple » …
      Les français comprendront-ils enfin quel peuple ce type a été chargé de privilégier ??…..

      1. Asher Cohen

        @Lavéritétriomphera
        Au second tour de la dernière présidentielle, les millions d’electeurs musulmans ont nécessairement voté pour le mondialisme et le multiculturalisme, donc pour le candidat Macron face à Le Pen. Macron sert donc ses électeurs qui le soutiennent, et pratique nécessairement une politique pro-arabe. La France est déjà régie par le Loi islamique (j’y reviendrai et le développerai ultérieurement). Les banlieues regorgent d’armes de guerre et Macron l’accepte pour la simple raison qu’en cas de guerre civile une partie de l’Armée Française ne le suivra pas, mais il disposera de millions de combattants musulmans, déjà hyper-armés, prêts à être lancés sur les Français, avec en plus l’aide de pays arabes. C’est pourquoi il adopte une position de force face à la révolte des Français, ne cède pas sur la demande de dissolution de l’AN, ne démissionnera pas bien sûr, impose la dhimmitude par la dictature islamique, et n’attend que la guerre civile pour réprimer toute révolte dans le sang et mater ainsi les Français. Tant que les Français ne seront pas armés, le rapport de forces sera en faveur de Macron et des musulmans. Les Français n’ont encore compris qu’à la force ils ne peuvent opposer que la force et ne pas se perdre dans de faux débats.

        1. LavéritétriompheraLavéritétriomphera

          @Asher Cohen,

          « Les banlieues regorgent d’armes de guerre » d’où tenez-vous cette information ?
          J’ai vécu dans un quartier sensible, et un jeune des banlieues m’avait affirmé : « nous ne sommes pas solidaires ».
          La population de ces banlieues où la police est « discrète », est hétérogène, multi-culturelle, multi-ethnique et elle se contente souvent de raser les murs … Des bandes diverses de jeunes désœuvrés y font régner une loi de dealer, de drogué, vident des canettes de bière tout en insultant les badauds.
          Je ne crois pas que Macron ait l’intention de jeter les français les uns contre les autres tout en s’appuyant sur des bandes de paumés, quels que soient leurs origines, pour consolider un pouvoir. Je pense même qu’il a réfléchi à un plan B.
          Les gilets jaunes ont crėė un service d’ordre, car ils ont semble t’il compris que des extrémistes, des délinquants, des casseurs profitent de la situation.

          1. Asher Cohen

            @Lavéritétriomphera
            Désolé de vous répondre tardivement, les commentaires ne passaient hier.

            Ces 10 dernières années ont circulé sur internet et dans la presse des photographie et vidéos d’importantes saisies d’armes de guerre chez des populations musulmanes, et ceci n’inclut pas les centaines de zones dites « de non droit » où la police n’entre pas. On a vu dans le cadre des attentats dits « islamistes » l’utilisation d’AK 47 Kalachnikov, de lances roquettes, et de véhicules bourrés d’explosifs. Toutes ces armes lourdes ne sont pas de petits revolvers à utiliser en simple self-défense dans les villes, elles ont d’autres objectifs. Toutes ces armes ne sont pas tombées du ciel, mais sont entrées en France avec la complicité des autorités publiques, qui font mine de l’ignorer.

            La population des banlieues est certes hétérogène, mais un point les unit tous: elle est mondialiste, et en cas de guerre civile elle fera nécessairement bloc contre les nationalistes. Vous ne devez pas commettre l’erreur de sous-estimer ces 20 M de personnes déplacées présentes sur le sol français. Tous ces jeunes désoeuvrés, toutes ces « bandes de paumés », une fois armés feront d’excellents exécutants et d’excellents petits soldats à utiliser pour mater et casser du Français.

            Depuis 2 mois, Macron maintient une position de force, arguant de « la plus grande fermeté », qui n’est pas républicaine mais clairement abusive. S’il avait voulu céder et dissoudre l’AN ou se retirer, il l’aurait déjà réalisé. En 68, De Gaulle qui était un militaire habitué à la guerre n’a pas attendu 2 mois pour dissoudre l’AN et aller voir Massu en Allemagne. Si Macron adopte une position de force dictatoriale, c’est qu’il a du répondant pour la tenir, et ce répondant, en cas de guerre civile, c’est son armée de réserve qui peut représenter plusieurs millions de combattants, et même si des centaines de milliers étaient tués, il en resterait toujours assez pour lui assurer la victoire.

            Politiquement, et je répète « seulement politiquement », Macron a déjà perdu et les GJ ont déjà gagné. Comment? En ayant révélé au grand-jour son incompétence et son imposture à gouverner le pays. Mais il ne reconnaîtra pas son incompétence. Il a d’abord essayé d’étouffer ce mouvement de révolte, mais comme il voit qu’il ne le pourra pas, ni qu’il ne peut pas retourner devant les électeurs, au risque de perdre, il n’a pas d’autre stratégie que de déclencher le chaos et la guerre civile. Il joue le jusqu’au-boutisme pour imposer sa politique de mondialisation. Actuellement, il essaie de gagner du temps en jouant le gentil, mais c’est au peuple qu’il demande des concessions, et celui-ci ne semble pas être dupe. Je pense que l’affaire se soldera par des tirs à balles réelles et le bain de sang classique des dictateurs qui se maintiennent en place. Qui va gagner, militairement cette fois-ci?

            Enfin la méthode consistant à faire sortir des délinquants de prison et les envoyer faire le barbouze dans les manifestations de GJ était déjà pratiquée en 61-62 en Algérie, jusqu’à ce que la foule déchaînée exécute publiquement les barbouzes démasqués. Revoyez cette histoire.‌

          2. LavéritétriompheraLavéritétriomphera

            @Asher Cohen,

            Sur un sujet les opinions divergent, et j’estime que l’on a le droit de se tromper et donc de changer d’avis.
            Je ne suis pas sûr que la banlieue qui n’est pas homogène idéologiquement, fasse bloc en cas d’insurrection d’une partie de la population que vous qualifiez de mondialiste.
            Ne confondez pas combattant efficace et chair à canon.
            Je n’ai pas suffisamment d’informations sur le trafic d’armes en France et en Europe, mais je peux m’informer.
            Je ne m’associe pas à votre accusation de haute trahison des autorités publiques qui faciliteraient ce trafic dans notre pays.
            Je pense effectivement qu’É Macron a un plan B que je ne connais pas.
            Cependant je n’apprécie pas la demande de réflexion quant à la loi sur
            la laïcité https://www.valeursactuelles.com/politique/immigration-laicite-la-lettre-du-president-macron-aux-francais-102831.
            Nous disposons de tout l’arsenal juridique pour déclarer certains cultes illégaux. Il n’est donc pas nécessaire de réviser cette loi.
            J’estime que ce sujet et l’émigration illégale ne sont pas suffisamment abordés par É Macron et les gilets jaunes.
            Je n’ignore pas que l’ennemi a tout intérêt à saboter le moral de l’adversaire. C’est une des techniques de guerre psychologique, aussi je ne m’associe pas à tous ceux qui font des plans sur la comète, et qui à leur insu ou à dessein nous assènent des « nouvelles » toujours plus alarmistes.
            Je m’opposerai toujours à ceux qui ont tout intérêt à ce que des conflits éclatent.

            Cordialement.

          3. Asher Cohen

            @Lavéritétriomphera
            Je vous réponds ici, faute de place. Nous avons tous le droit à l’erreur car personne n’est Dieu, et nous ne pouvons apprendre qu’en commettant des erreurs.

            Vous ne démontrez pas comment en cas d’insurrection la population des banlieues ne s’inclurait pas parmi les mondialistes face aux nationalistes, voire même resterait neutre. En effet, elle sera attaquée dans tous les cas et sera contrainte à prendre une position qui paraît évidente. Même si elle n’est pas homogène idéologiquement, elle fera bloc face à un ennemi commun, c’est une Loi de la Nature Humaine.

            Je ne m’avancerais pas à prétendre qu’ils seraient des « combattants inefficaces », la France a su utiliser leurs ascendants durant les campagnes de Tunisie en 1943, d’Italie et de France en 1944, et ils peuvent donc être utilisés actuellement même seulement comme exécutants, peu importe qu’on en fasse tuer des centaines de milliers au combat. Les guerres israélo-arabes ont montré l’importance de ne jamais sous-estimer l’ennemi potentiel.

            Pour la question du trafic d’armes de guerre, je maintiens que ces armes lourdes ne pourraient pas parvenir, en si grande quantité, jusqu’en Région Parisienne, donc à plusieurs centaines de kilomètres des frontières de l’Hexagone, à l’insu de la police, des services de douanes et de l’Administration. Essayez de comparer avec les multiples saisies de drogues. Ne me dites -pas que depuis des années les Autorités Publiques seraient à chaque fois surprises par ces saisies d’armes de guerre, qui ne sont que la partie émergée de l’iceberg et en cas d’insurrection je ne serai pas étonné de voir même apparaître de l’armement lourd motorisé, on ne s’imagine pas ce que peuvent transporter les énormes poids-lourds qui entrent en France. Vous n’approuvez pas ma conclusion concernant les Autorités mais n’avancez aucune explication sur ces filières de trafic d’armes de guerre.

            Macron n’a pas de plan B, tout simplement parce qu’il n’a plus que 2 attitudes possibles: soit se retirer, ce qu’il ne fera pas, soit se maintenir au pouvoir par la force de la dictature et la tyrannie car le peuple n’est plus dupe, et c’est ce qu’il adopte en pratiquant l’escalade de la violence. La colère du peuple, refoulée depuis des décennies, est trop grave pour pouvoir être calmée rapidement et restaurer une confiance, et la confrontation sanglante viendra du fait que ni Macron, ni le peuple, ne veulent ni ne peuvent reculer. Le seul moyen d’éviter la confrontation serait que Macron parte, mais comme il ne partira pas, l’affrontement sera inévitable car les pauvres n’ont rien à perdre. Je ne fais aucun plan sur la comète, j’essaie d’analyser objectivement la Réalité toute crue et je ne vois pas quel intérêt aurais-je à voir le conflit pourrir, mais je vois qu’entre Macron et les rebelles, il y en a un de trop et cela ne se réglera que par la confrontation « virile » sauf si bien sûr, comme pour le cas de De Gaulle, un tireur au fusil à lunette l’envoie au tapis, auquel cas l’affaire serait réglée sur ce point. Mais je le répète, même si Macron partait, la situation du pays est telle qu’il y aurait quand même guerre pour le pouvoir entre mondialistes et nationalistes car aucun compromis n’est possible entre les deux. N’hésitez-pas à démontrer que je me trompe.

          4. LavéritétriompheraLavéritétriomphera

            @Asher Cohen,

            Les arabo-musulmans ne sont pas homogènes et ils ne font pas bloc contre un ennemi commun. La preuve en est que face à l’Iran et par nécessité économique, Israël l’Arabie Saoudite et d’autres pays arabes se sont entendus possiblement au détriment des palestiniens.
            La banlieue est composée de groupes disparates. À l’heure des choix, il n’est absolument pas sûr que tous ces groupes choisissent le même camp.
            Vous laissez entendre que face au trafic d’armes, les autorités publiques et la police et les douaniers ne sont pas particulièrement vigilants. Cela fait beaucoup de monde.
            Ne confondez pas les ascendants et les descendants. Je maintiens qu’un paumé, camé au rohypnole ou à d’autres toxiques n’est pas aussi efficace dans n’importe quelles activités que celui qui s’abstient.
            Ne faites pas de procés d’intention en incluant les questions et les réponses, vous ignorez l’avenir et donc le comportement futur d´É Macron.

  5. J

    Je trouve cette interview excellente. Elle a très bien répondu et je ne comprends pas les Français qui la rejettent car elle suit toujours la même ligne.

  6. bm77

    macron choisit les peuples qui dans leur pays n’ont rien voulu ou su changer ou faire évoluer et donc ont pris en quelque sorte la fuite par manque de confiance en l’avenir et les capacités humaines de ce pays et qui une fois en France poussés par des politiques démagogiques se trouvent avoir des élans de revendications bien sûr communautaristes, donc obligatoirement contre l’intérêt général. C’est normal que macron porte son dévolu sur les gens les plus manipulables et qui sont le plus à même de faire imploser la société sans jamais remettre en cause la gestion sociale et politique. Diviser pour mieux régner. Si nos intérêts étaient communs on retrouverait plus de diversités parmi les gilets jaunes! Hors il est clair que l’on ne gère plus le peuple Français d’une façon homogène!

  7. Asher Cohen

    @Lavéritétriomphera
    Vous exprimez des positions, j’exprime d’autres thèses opposées, les lecteurs se feront leur opinions.

    Les arabos-musulmans n’ont jamais été homogènes parce qu’il n’y a jamais eu de véritable nation arabe en dehors de l’arabie. L’oumma arabe est en Réalité constituée de différents peuples. Mais malgré cela, l’Histoire montre qu’ils ont tendance à toujours faire bloc contre un ennemi commun. En cas de guerre civile, je ne verrais pas la majorité des arabes de France soutenir les nationalistes contre les mondialistes, et vous persistez à ne pas répondre sur ce point. Les circonstances du « rapprochement », encore très faible, de pays arabes modérés vers Israël ne sont pas applicables à la situation actuelle de la France.

    Pour la question du trafic d’armes de guerre, là-encore vous n’avancez aucune explication sur ces filières. Cela impliquerait, selon-vous, beaucoup de monde, police, douanes, autorités publique, (et peut-être même des magistrats?), peut-être, mais il faut une explication à cette Réalité. je suis un scientifique et pour moi tout effet a une ou plusieurs causes, ces armes n’arrivent pas jusqu’en Région Parisienne par l’opération du saint-esprit. Savez-vous qu’en 1947-48, en Palestine Mandataire, les Britanniques, dans le cadre de leur politique pro-arabe, ont livré d’énormes quantités d’armes aux arabes avant de se retirer du territoire? Leur but évident était de les armer contre les Juifs.

    Vous sous-estimez les populations des banlieues, les drogués, paumés, etc.., ne sont pas la majorité. Pourrait-on aussi objecter que leurs ascendants étaient tuberculeux ou syphilitiques à leur époque, et cela ne les aurait, malgré-tout, pas empêchés d’aller combattre pour les allemands comme pour les français?

    Pour Macron, je n’ai aucune boule de cristal, je suis rationaliste et me fonde uniquement sur les circonstances et la logique. Je ne vois que 2 attitudes logiquement possibles: son départ ou son maintient au pouvoir par la force et la fraude, « toutes autres choses étant égales par ailleurs », mais bien sûr, comme l’a montré l’Histoire, on peut imaginer la survenue de tout type d’événement (attentat, suicide, maladie, intervention étrangère,etc..)

    Nous avons des visions opposées. Je me fonde uniquement sur des faits objectifs et la Logique.

    1. LavéritétriompheraLavéritétriomphera

      @Asher Cohen,

      J’émets des suppositions quand je ne peux répondre à des questions par l’affirmative. Je n’avance donc aucune explication quant aux filières de trafic d’armes. Mais j’ai un ami haut placé dans la police et je serais surpris que lui ou ses collègues soient indifférents à ces trafics. Cependant comme il n’est pas disponible je ne lui ai pas posé de questions sur le sujet.
      « L’oumma arabe est en Réalité constituée de différents peuples. Mais malgré cela, l’Histoire montre qu’ils ont tendance à toujours faire bloc contre un ennemi commun » (?). Que faites-vous de la rivalité entre les différentes mouvances de l’islam en particulier entre chiites et sunnites et de l’apostasie ? http://www.cassini-conseil.com/les-guerres-dans-le-monde-musulmans/.
      Je ne pense pas sous-estimer la situation dans la banlieue, car j’ai vécu dans un quartier sensible, mais si vous voulez davantage de précisions posez la question aux organismes hlm.
      Je vous rejoins quant à vos suspicions sur la voyance par boule de cristal, et quant à votre ignorance sur ce que fera réellement É Macron. L’histoire nous démontre qu’il ne faut pas faire l’impasse sur les faits objectifs, la logique et … les impondérables. Et une trop grande confiance en soi n’épargne pas les surprises https://www.etaletaculture.fr/histoire/la-bataille-des-thermopyles-ou-quand-300-hommes-font-vaciller-lempire-le-plus-puissant-du-monde/.

Comments are closed.