Un policier n’a pas de droits spécifiques en tant que policier


Un policier n’a pas de droits spécifiques en tant que policier

Christophe  Dettinger  a boxé un policier en armure, casqué et brandissant une matraque, qui l’empêchait d’avancer sur la voie publique.

Comment  prouver que le policier n’allait pas le frapper avec sa matraque et lui fracturer le crâne?

Mon père qui avait été, pour une vie entière, grand invalide de la guerre 39-45 m’avait toujours enseigné que dans la guerre c’est toujours la tête de l’autre ou la mienne.

En 1962, à Oran, les commandos Collines du Général Jouhaud abattaient sans sommation les policiers et magistrats de la Gestapo gouvernementale.

De quel Droit un policier va-t-il matraquer un citoyen qui proteste sur la voie publique?

Un policier n’a pas de droits spécifiques en tant que policier, il n’a que des obligations à remplir, et à l’égard de la Société et non d’intérêts privés.

Tout pouvoir de la Police, comme des magistrats et du gouvernement, ne peut que dériver de la société qui les a institués et les rémunère.

Un policier ne peut pas s’arroger des pouvoirs que la Société ne lui donne pas et ne fait pas la Loi à la place du Parlement, ni même à la place de Dieu.

Les magistrats sont censés juger « au nom du peuple souverain » et nom au nom d’un dictateur et de sa Gestapo.

Un juge n’est pas Dieu et doit même le craindre.

Arrêtez avec ce bonapartisme de merde!

Le peuple ne vit pas, ni ne meurt, pour la gloire de l’empereur minable.

C’est le gouvernement et ses institutions qui sont au service du peuple et non l’inverse.

A quel titre serait-il interdit de frapper un policier corrompu à terre?

Est-ce que pendant l’occupation les Résistants, combattants pour le Droit Naturel de Vie et de Liberté, hésitaient à tirer sur les SS et les Boches de la Gestapo?

Les politicaillons profitent actuellement de l’absence d’une constitution réelle qui limiterait les pouvoirs du gouvernement et de sa Gestapo.

A  quel titre le citoyen opprimé qui crève de la misère devrait s’abstenir de frapper le policier valet de l’état oppresseur qui brandit sa matraque ou son flashball ?

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




39 thoughts on “Un policier n’a pas de droits spécifiques en tant que policier

  1. néo

    POUR CALMER L’AMBIANCE, JE PROPOSE QUE LEETCHI OUVRE UNE « CASTAGNOTTE » POUR LE PAUVRE POLICIER DE TOULON QUI N’A FAIT QUE SON TRAVAIL. NON MAIS !!!

  2. Amélie Poulain

    Je ne suis pas d’accord avec l’article, j’avais d’ailleurs rédigé un commentaire en réponse laissé sur le thème auquel il se rapportait.

    La Police a un rôle qui lui est dévolu : de sécurité (sens général du terme, des policiers s’ils nous lisent pourront peut-être préciser leur mission) mais aussi de « répression » qui est un pan de ce rôle sécuritaire.

    Je trouve ce genre de discours inquiétant pour ma part, c’est la porte ouverte à des régimes dominés par l’anarchie genre « il est interdit d’interdire » ? Dangereux…. C’est le rapport à l’autorité et la limite qui est en jeu.

    Je me permets donc de remettre ici une partie du commentaire que j’avais fait, car détaché du contexte où je l’avais écrit, il n’a plus le même sens.

    Le rôle de l’Autorité qui représente les limites qu’elle impose dans une société donnée au nom d’une morale et de valeurs reconnues comme permettant le vivre ensemble, est un rôle « symbolique ».

    On ne parle pas des personnes car il est évident qu’il y a de tout partout et il y aurait peut-être aussi un tri à faire dans ce corps représentatif de l’Etat. La Justice, un autre symbole, a, à mon sens, un gros travail à faire aussi à ce niveau-là si elle veut retrouver une certaine confiance et donc légitimité car personne n’y croit plus tant elle a perdu son rôle de « repères » à travers ses jugements si disparates et orientés.

    La Police est le symbole de cette « Autorité », reconnue par la nation France telle qu’elle est organisée et de fait, par le Peuple qui est bien content de la trouver quand ils sont en danger, elle est donc nécessaire. Donc, pas de comparaison possible avec les Nazis et la Gestapo pendant la guerre 39-45 qui n’avaient pas la légitimité reconnue par le Peuple de France.

    Et on en vient à ce que justement l’on peut constater à l’heure actuelle où « tout se vaut » que le symbole qui donne le « sens » est de plus en plus absent.

    On retrouve cette notion de symbolique et donc de représentations construites de ce qu’est la « limite » dans une construction « mature » de la personnalité. Le père y joue un rôle en tant que représentant de l’autorité et de la limite de ce qui est possible ou pas et non en tant que personne réelle qu’elle doit malgré tout incarner.
    Là, ce n’est pas pour rien je pense, que l’on assiste de plus en plus dans nos sociétés occidentales à la non reconnaissance de cette place constitutive du père. Il n’y a qu’à constater toutes les dérives au niveau des structures de parenté qui en sont les effets….

    Ainsi, quand cet aspect de ce qui fait « symbole » fait défaut, point d’organisation, point de distance donc point de limites et tout devient possible.

    Là, on s’aperçoit que la Police en tant que « symbole » ne représente plus rien, et c’est cela qui est dangereux.

    L’impression générale qui en ressort c’est que la France n’a plus de structure et de repères et là, les Politiques ont eu un rôle évident dans cette démolition. Ils feraient bien d’y réfléchir.

    Malheureusement je pense qu’ils ne sont pas en capacité de le faire notamment à cause de trop d’apports extérieurs tant au niveau des politiques menées que des politiques eux-mêmes car comment peut-on effectivement comprendre l’ »âme » d’une nation quand on est d’une autre culture qui nous a constitué.

    1. Asher Cohen

      @Amélie Poulain
      La mission de la Police est de faire respecter les 4 Droits Naturels et donc de bannir toute initiation de la force physique contre autrui. Ici, est ce le boxeur ou le policier qui a initié l’emploi de la force?

      En quoi serais-je anarchiste puisque je précise clairement la nécessité de l’état, mais un état républicain?

      Ce n’est pas l’ « autorité » qui doit imposer des limites à la Société, les citoyens ne sont pas des enfants, c’est la Société qui s’impose à elle-même des limites en déléguant des pouvoirs à une « agence publique gouvernementale ».Toute légitimité de l’état, la justice, la police, ne peut venir que de la Société qui les institue et non d’intérêts privés. Le peuple n’attend plus rien de la police quand il est en danger, c’est qu’il ne semble pas lui reconnaître de légitimité.

      Le Bonapartisme a réussi à infantiliser les citoyens, comme le communisme,, maintenant si les Français sont des adultes responsables ils sont assez grands pour savoir respecter les lois et n’ont pas besoin de « symboles de père » qui leur fixe les limites » de ce qui est Bien ou Mal.

      Les Français n’ont pas à accepter l’oppression politique, ni à souffrir les abus de la police et la justice, sans rien dire.

  3. Amélie Poulain

    Ce que dit cet article en fait, c’est que c’est normal que les policiers se fassent taper dessus voire pire dans les banlieues parce qu’ils n’auraient aucune légitimité pour faire respecter l’ordre ? On donne raison aux racailles qui les agressent honteusement ?

    On est en train de soutenir les zones de non-droit et les délinquants là, je ne peux pas aller dans ce sens-là même si je n’approuve pas les débordements et excès de la police s’il y en a; D’ailleurs, si certains estiment en avoir été les victimes, c’est peut-être là qu’il faudrait construire une action.

    On l’a dit, il y a un tri peut-être à faire dans ce corps et une éthique à retrouver pour certains mais on ne peut pas hurler en disant que les policiers ne peuvent pas se défendre car ils ne sont pas normalement armés et en même temps dire qu’ils n’ont pas le « droit » de le faire.

    Il ne faut pas venir se plaindre après que la délinquance soit surprotégée et croyez-moi, elle l’est et pas par les policiers auxquels on enlève même des droits les plus élémentaires, comme celui de mener une enquête comme il se doit auprès d’un mis en cause incarcéré (il faut lui demander avant s’il eut bien « recevoir » la Police pour l’interroger) en période d’instruction d’une affaire.

    J’espère que personne de ma famille ne rentrera dans la Police parce que la mentalité actuellement, ça craint.

    1. Asher Cohen

      @Amélie Poulain
      Qui donne raison aux racailles qui agressent les policiers? Qui soutient les zones de non-droit et les délinquants? Le premier rôle conféré par la Société au gouvernement et à sa police est de protéger les 4 Droits Naturels des citoyens contre les délinquants; Mais cela ne veut pas dire estropier au flashball des manifestants non armés et souvent inoffensifs.

      1. Amélie Poulain

        @Asher Cohen

        Ai-je dis autre chose ?

        J’ai parlé des banlieues et de la complaisance à leur endroit.

        J’ai aussi dit que si excès policiers manifestes sur des gens « pacifiques », il faut qu’il y ait plaintes et sanctions mais je reste circonspecte là car quand il y a violences si l’on reste c’est que l’on prend des risques, il faut être réaliste.

        J’ai aussi dit qu’il faudrait un tri dans la police très certainement.

        Maintenant, il a été dit aussi que beaucoup de questions se posaient concernant les violences policières (qui, dans les faits ?)…

        En tous les cas, il y en a eu des manifs en France et je n’ai jamais entendu à ce point autant les gens se victimiser et se plaindre des interactions violentes qui ont toujours existé dans ce genre de rassemblements, tout le monde le sait.

    1. Amélie Poulain

      Qu’en sait-on ? Il y a des questions autour de ce marteau (il y aurait une version plus longue de cette vidéo qui montrerait le policier récupérer ce marteau par terre, questions en tous les cas, moi je n’en sais rien…. ).

      Franchement, j’ai du mal à croire qu’un policier prendrait le risque de frapper voire tuer quelqu’un avec un marteau sachant qu’il y a plein de gens autour qui filment leurs actions…

      Bref, il faut quand même se méfier des images qui manipulent les foules, il y a des gens qui ont été lynchés pour moins que ça.

      1. UN GAULOIS

        @Amelie Poulain

        Ayant fait partie des manifestations GJ, je peux dire que les véhicules des forces de l’ordre ne sont jamais loin afin de récupérer masques à gaz et armes et qu’il aurait eu tout loisir d’y remiser ce marteau.Tout étant photographié et filmé, il a fait preuve de légèreté en cas de bonne foi.

        1. Amélie Poulain

          Oui merci @Gaulois de votre témoignage, je ne comprends pas effectivement.

          Cependant, les videos sont des sortes d’arrêt sur image donc dur d’interpréter hors contexte. Il faut rester prudent dans les interprétations car il y en a qui sautent sur la moindre critique pour justifier et satisfaire leurs désirs d’en découdre avec les Forces de l’Ordre mais avec tout ce qui leur fait barrage de toute façon, et en général, ils ont du mal à s’arrêter.

          Les Gilets Jaunes en ont fait les frais en premier je pense.

  4. MohicanMohican

    Bonjour,

    Tu as un discours révolutionnaire. J’ai un peu de doute si le peuple devait prendre les rênes.
    Tant de désirs corporatistes et communautaristes, il nous faudrait un saint.
    dialogue ouvert^^

  5. Philippe RAI

    Je commence à en avoir marre de ce genre de discours qui dénigre la police et qui encense la violence de certains manifestants.
    Je cite : « Christophe Dettinger a boxé un policier en armure, casqué et brandissant une matraque, qui l’empêchait d’avancer sur la voie publique. »
    Oui, un policier a un droit spécifique, celui d’user de la violence contre une autre violence. Ce policier faisait son boulot, on lui avait donné l’ordre de bloquer les manifestants, le boxeur n’avait aucune légitimité à lui taper dessus de cette façon et à tenter de forcer le passage.
    Moi j’estime même que le policier ou son collègue aurait dû sortir son arme et envoyer des sommations.
    Sinon c’est la porte ouverte à tout et n’importe quoi et n’importe qui au nom de n’importe quel motif. Les forces de l’ordre sont là pour faire respecter l’ordre et pour cela ils sont habilités à répondre à la violence de ceux qui les agressent. Même si cela ne plaît pas c’est une protection fondamentale de notre démocratie.
    Il faut bien que les gilets jaunes se mettent dans la tête que leur arme c’est le bulletin de vote, pas les coups de poings.
    Certainement que lors de la présidentielle ils ont été nombreux à s’abstenir ou à voter Macron. C’est leur responsabilité, il n’ont qu’à s’en prendre qu’à eux si cela ne se passe pas comme ils l’auraient voulu.
    Ils protestent, ils ont raison, ils essaient d’influencer le gouvernement, ils ont raison. Mais ça ne fonctionne pas, très bien, ils arrêtent, vont voir les partis politiques, les opposants, ceux qui vont se présenter aux prochaines élections, leur expliquent leurs revendications, et préparent leur bulletin de vote, point.

    1. Asher Cohen

      @Philippe RAI
      J’ai le Droit de juger et critiquer la police, elle ne se prive pas de me juger et me critiquer. Est ce que le rapport de force est proportionné entre un policier en armure, casqué et brandissant une matraque, qui empêchait un manifestant non armé d’avancer sur la voie publique, et ce pour des raisons politiques?

      La grande question est: qui a initié l’emploi de la violence? Si c’est le policier, il est coupable jusqu’à preuve du contraire. Un manifestant a le droit de défendre sa vie s’il est agressé injustement, même par un policier, c’est à la Justice objective de trancher.

      Le policier aurait-dû sortir son arme, pour imposer quelle Loi? L’ordre public social sur un pont de bois? On peut tuer un manifestant non-armé, sur la voie publique, au motif de protéger l’Assemblée Nationale? Donc les députés auraient plus de droits que les citoyens? Dans une « démocratie » où les Droits Naturels ne sont pas respectés?

      Les gens qui protestent sont assez grands pour décider ce qu’ils doivent faire et la police n’est pas là pour leur donner des leçons, ni les tabasser abusivement, mais pour faire respecter les Lois.

      1. Philippe RAI

        La police ne juge pas ni ne donne de leçons, elle applique les ordres de maintien de l’ordre en fonction des lois.
        Si ces ordres sont de ne pas laisser aller les manifestants à tel endroit elle s’opposera à leur passage. Si les manifestants tentent de forcer le passage ce qui est une violence, elle riposte avec une violence forcément plus importante, c’est leur travail.
        Le manifestant n’a pas le droit d’agresser un policier, il doit obéir à ses ordres.
        Le policier aurait pu sortir son arme s’il se considérait en danger de mort ou de graves blessures.
        Rien ne justifie de s’opposer par la violence à la police, sinon tout et n’importe qui pour n’importe quoi, on ne serait plus en démocratie, mais en anarchie, la loi de celui qui tape le plus fort. Ce n’est pas acceptable.
        La seule arme efficace des manifestants c’est le bulletin de vote, il faudrait qu’ils arrivent à le comprendre et apprennent à s’en servir.
        L’élection européenne arrive, à eux de jouer …

        1. Armand LanlignelArmand Lanlignel

          La théorie et les principes d’application, c’est une chose. Mais dans le cas présent, le dogmatisme peut nous mener à l’erreur. Il est possible que les CRS et policiers aient eu des consignes (ou ordres) précis (mais secrets) de provoquer le colère des manifestants paisibles de façon à filmer leurs réactions et à les décrédibiliser devant l’opinion. Cette manipulation inavouable est camouflée par les apparences. Croyez-vous en la sincérité de ceux qui nous gouvernent ? Les medias nous montrent uniquement la réaction de certains manifestants en colère. Les motifs de cette colère sont soigneusement cachés.

          1. philippe RAI

            Evidemment qu’on peut légitimement se poser cette question. Les techniques de manipulation des foules existent et sont bien connues. Aux foules de ne pas se faire avoir …

          2. Amélie Poulain

            @Armand Lanlignel,

            Mais je pense que ce n’est pas une idée saugrenue bien sûr de penser qu’il y a beaucoup de manipulations derrière tout cela, dont on n’a même pas idée.

            J’ai vu un article d’ailleurs où Macron dit qu’il va accélérer les réformes…. Alors, pendant que l’attention est mobilisée par les Gilets Jaunes…. facile.

            Et un petit groupe de Gilets Jaunes aux Européennes pourrait détourner l’attention des électeurs vers des candidats moins dangereux pour lui.

            Je dis ça, cela n’engage que moi, mais à réfléchir justement.

          3. Asher Cohen

            @Armand Lanlignel
            Quand l’Etat est putréfié de corruption, la violence policière, à fortiori à des fins politiques, n’a aucune légitimité, et elle est condamnable. A partir du moment où le gouvernement ne communique pas clairement avec le peuple, et même refuse catégoriquement de le faire, il n’y a aucun contrat clair et honnête entre les 2, et donc forcément manipulation. La police a probablement des consignes de violence abusive, mais elle ne décrédibilise pas les manifestants devant l’opinion. Le bloggeur Ph.RAI refuse de répondre aux questions fondamentales ici: de quel Droit la police a-t-elle attaqué la première les manifestants? Les GJ ont blessé, voire tué, combien de policiers, jusqu’à ce jour, sur la France entière? Il est clair que c’est la police et probablement des barbouzes qui déclenchent ces violences. Maintenant quel est, actuellement, le but recherché par cette manipulation et ces provocations? Je ne vois pas le gouvernement se soumettre à un référendum d’approbation ou non de sa politique, ce qui aurait montré une communication saine avec le peuple; en effet les sondages semblent montrer une majorité contre ce gouvernement qui risquerait alors de perdre. Je pense que la solution recherchée en faisant toujours monter le niveau de violence est la guerre civile où les mondialistes seraient en position de force, et les banlieues choyées et bien silencieuses actuellement sont hyper-armées. Le fait que certains proposent de tirer à balles réelles sur des manifestants non-armés montre que l’on veut aller plus loin que le combat simplement politique. Mais la guerre n’est que la continuation de la politique par d’autres moyens (Clausewitz).

        2. Asher Cohen

          @Philippe RAI
          Le parcours des manifestants devant l’Assemblée Nationale n’avait, jusqu’à preuve du contraire, pas été interdit, donc tout ordre donné ultérieurement de les bloquer était illégal. De plus les vidéos montrent que c’est la police qui initie la violence contre les manifestants avant-même qu’ils arrivent sur le pont, elle n’a donc pas « riposté » comme vous le prétendez, mais attaqué la première, de quel Droit? Ici la Police n’était pas utilisée pour faire respecter les Droit Fondamentaux des citoyens, mais à des fins politiques et pour servir des intérêts privés, dans le but de casser le mouvement de protestation des GJ. La Société Civile ne donne pas ce pouvoir, ni ne rémunère la police pour qu’elle agisse en valet de l’Etat oppresseur. Quand un policier outrepasse les pouvoirs que lui confère la Société, le citoyen n’a aucune obligation à le respecter, et se défendre contre un policier hors-la-Loi est un devoir civique autant que faire un bien immense à la Société Civile. Si le policier sort son arme et tue un manifestant non armé, il est coupable d’homicide parfaitement volontaire. La « loi de celui qui tape le plus fort », c’est la police du gouvernement qui la pratique actuellement, De combien de policiers blessés,voire tués, par les GJ pouvez-vous faire état jusqu’à ce jour? Pouvez-vous être honnête et objectif un instant? d’autant que la France n’est pas une république actuellement, et c’est cela qui est inacceptable. Enfin, à quoi peuvent bien servir le gouvernement et sa police quand les citoyens sont tués par les délinquants et criminels islamistes?

          La seule arme efficace du citoyen est de reprendre à son compte son Droit de Légitime Défense contre les criminels et délinquants, refuser catégoriquement de déléguer l’emploi de la force à un Etat archi-corrompu, et contester formellement la limitation et contrôle de l’armement.

          La guerre civile arrive et les policiers qui ont abusé de leur pouvoir rendront des comptes publiquement.

          1. Philippe RAI

            Si la manifestation avait été autorisée c’était pour un parcours précis. La police était tout à fait habilitée à empêcher les manifestants de sortir de ce parcours.

  6. Pascal PROUTEAU

    Si les flics doivent sortir leur arme et tirer, qu’ils le fassent quand ils sont agressés par les racailles des cités! Mais pour ça, ils ont des ordres de ne pas le faire, par contre pour les Gilets Jaunes ils ont carte blanche.

  7. Asher Cohen

    Merci Mme Tasin pour avoir publié cet article. Je développe un peu.

    La culture du Monde Occidental (Russie, Europe, Amérique) se fonde sur la Bible, et donc l’absolutisme des Droits Naturels précisés dans les 10 commandements (eser devarim en Hébreu). Les 4 Droits fondamentaux sont la Vie, la Liberté, la Propriété et le Droit à la poursuite du Bonheur. Les religieux les considèrent donnés par Dieu, les athées par la Nature. Ils sont le fondement de la Déclaration d’Indépendance des Etats-Unis. La Déclaration Française des Droits de l’Homme et du Citoyen, présentée sous forme de Tables de la Loi, y ajoute par exemple la résistance à l’oppression. Ces Droits sont applicables à tout citoyen de la République Française, du clochard de la rue au président. Cela veut dire qu’un citoyen lambda n’a aucune obligation à respecter le Droit de vivre de quiconque veut porter atteinte à son propre Droit de Vivre, fut-il président, magistrat ou policier. Cela veut dire aussi, qu’un policier étant par définition un professionnel de la sécurité, à la différence du citoyen lambda, est censé être capable de se défendre sans tuer, ni tirer au flashball à la tête de quelqu’un en lui faisant perdre un oeil, etc.. Le policier est censé faire respecter la Loi, mais ne la fait pas. Si un policier, magistrat ou président, fait sa propre loi, elle est forcément subjective dans sa validation et son interprêtation, et on n’a alors plus un gouvernement de lois objectives, mais un gouvernement d’hommes, se prenant pour Dieu bien sûr.. En France, on a crée des droits supplémentaires pour le président, les magistrats, les policiers, mais qui n’ont aucun fondement objectif. On a ainsi placé ces gens-là au-dessus des Lois afin de pratiquer le Bonapartisme, c’est à dire la négation totale de l’égo du citoyen qui alors vit et meurt, jamais pour lui-même, mais pour la gloire de l’empereur, sinon du monarque de « droit divin ». On a ainsi des délits pénaux d’offense au chef de l’état, outrage à magistrat, insulte à policier, etc.. qui n’ont aucun fondement objectif. Mitterrand qui avait écrit « le coup d’état permanent » s’en tapait la coulpe quand il a été inculpé d’outrage à magistrat. La définition de la République c’est l’absolutisme des 4 Droits Naturels pour tous. Le but de toute association politique n’est rien d’autre que la préservation des Droits Naturels, c’est pour cela que les citoyens délèguent leur Droit de self défense à l’état, et donc tout pouvoir du président, des magistrats et de la police ne peut venir que de la Société qui les a institués. Un citoyen ne peut pas déléguer au président, magistrats et policiers, des droits qu’il n’aurait pas et par une Constitution réelle le peuple souverain limite les pouvoirs qu’il confère au gouvernement. Malheureusement, la France étant sans constitution réelle, le gouvernement peut s’arroger des pouvoirs que ne lui confèrent pas la Société, et alors on n’est plus dans une république. Il y a une grande hypocrisie quand un gouvernement prétend appliquer le Libéralisme à la France tout en en infantilisant les citoyens par le bonapartisme. Iront-ils jusqu’à mettre le peuple au pain sec et à l’eau pendant qu’eux ne manqueront de rien? ‌

  8. Gromago

    Policier et gendarme est un métier comme un autre. S’ils chouinent dès qu’il y a de la baston,qu’ils changent de métier .En France ,par rapport aux US et UK,les policiers et gendarmes sont très mal formés ,ils paniquent et sont vite désorientés .
    En 68 ,on les appelait « les cognes » ,on savait que si on mettait un pied au quartier latin,fallait pas aller se plaindre après .La matraque,ça y allait fort .
    Personne ne portait plainte,ni tabasseurs ni tabassés .
    Aujourd’hui ça chouine pour tout et n’importe quoi .
    Quelle rigolade ! Quand on veut jouer dans la cour des grands,faut être grand .

  9. Amélie Poulain

    « Quand on veut jouer dans la cour des grands,faut être grand . »

    Oui, on est d’accord, il faut assumer sinon au chois : on s’en va quand ça commence à chauffer ou on n’y va pas dans le coin qui chauffe.

    Aux Etats-Unis c’est vrai, les policiers ne sont pas démunis, ils tirent. Les citoyens doivent regarder à deux fois avant de les agresser.

    Je pense qu’aujourd’hui, les protagonistes du film de « La guerre des boutons » auraient affaire à la Justice voire à la Psychiatrie.

  10. Machinchose

    « En 1962, à Oran, les commandos Collines …….. »

    dont le plus célèbre se réfugiera sur le PLATEAU DE VALENSOLE … en priant pour que sa joie demeure, aprés un Regain d’ énergie, il se fera berger pour guider le Grand Troupeau…..

  11. Morbleu

    Ce paradoxe est intéressant. finalement selon la situation la violence policière ou citoyenne est elle légitime qu’es qui permettrait de trancher? La justice peut être ?cependant cette dernière étant au service de quelques un et non de l’ensemble qu’en penser?
    On nous dit que les symboles de la république sont attaqués seulement la justice est un des symbole républicain parmis d’autre qui sont totalement devoyés : selon moi en réalité la 5e république n’existe que sur un papier et manque cruellement à la France même si quelques ajustement paraissent nécessaires.Je constate que la France manque auxFrancais mais également au monde il suffit de voir l effet jaunard un peu partout qui s’installe.Macron est l étranger le plus dispensable qu il y ait en France:cadeau aux puissant / vidage de poches des français ; dialogue de sourd avec le peuple dans la rue/invitation VIP pour le CFCM avec son Excellence…symboliquement tout est là nos pièces ´liberté égalité fraternité nous ont étés enlevées

  12. frejusien

    La police est faite pour contrôler les délinquants, les criminels, les voleurs et les violeurs, les arrêter et les remettre à la Justice,

    c’est sa raison d’exister, on peut dire que ces derniers temps, elle remplit son rôle assez mal, pas soutenue par les représentants de la Justice, et pas soutenue non plus par le pouvoir,

    Nulle part, il n’est indiqué que la police puisse être utilisée dans une opération politique,
    Lors des manif des GJ, la police a été utilisée, contre des citoyens qui n’étaient ni voleurs, ni violeurs, ni cambrioleurs, ni meurtriers,
    et pourtant, elle a reçu des ordres lui indiquant de taper , briser , blesser, et la police a fabriqué des MUTILES des manif,
    des mutilés, il y en a un bon paquet,

    alors, qui peut affirmer ici, que la police a le droit de mutiler des citoyens ????
    sur ordre du pouvoir POLITIQUE,

    je considère qu’il s’agit d’une police politique, on n’est plus en démocratie,
    c’est le régime fasciste de Mussolini-Hitler

    1. Amélie Poulain

      @frejusien,

      « Nulle part, il n’est indiqué que la police puisse être utilisée dans une opération politique »

      L’Armée a même été utilisée lors de manifestations : fin 1948, lors des manifestations des mineurs dans le Nord, on avait même envoyé les Paras…

      La Police représente la Loi mais n’a pas qu’un rôle auprès de la délinquance (ils sont assez débordés en général, entre autres car les missions sont nombreuses, au Commissariat pour pleins de problèmes à résoudre et où les citoyens sont bien contents de les trouver).

      Et vous avez vu le nombre de policiers face aux manifestants ? Je ne crois pas que le nombre soit à part égale (je me mets à leur place face à l’image anticipée ou réelle d’une foule en colère se ruer vers eux).

      Ceci, sans cautionner la violence policière bien sûr qui aurait été gratuite mais qui est à replacer dans le contexte.

      Il y a aussi comprendre des opérations de « prévention » qui visent à empêcher des dégâts plus graves tels qu’on a pu le voir au début (et des menaces il y en a eues, qui justifient des opérations préventives pour prévenir des débordements).

      Un autre regard :

       » Gilets jaunes : une policière raconte son face-à-face avec les casseurs
      TÉMOIGNAGE. «  Nous sommes le gibier, ce sont les chasseurs.  » Une policière de la brigade anti-criminalité décrit son 1er décembre. Glaçant. »

      https://www.lepoint.fr/societe/gilets-jaunes-une-policiere-raconte-son-face-a-face-avec-les-casseurs-12-12-2018-2278687_23.php?boc=2356139&m_i=he35bqfA5BrVD1bhlAKTQY8a%2BmJqbdAyflGPILZtUsJ4LN21mh_%2BEYcdDKvAzmN%2BN1QWembM7PWcHIOiYLV7inwAH3DUhd&M_BT=2525525865047#xtor=EPR-6-%5BNewsletter-Mi-journee%5D-20181212

      Je crois que lorsque l’on est de ce côté-là, on n’a pas envie de revivre la même chose…. c’est humain aussi.

      Ceci dit sans parti pris, juste avec lucidité.

      1. frejusien

        Bonjour@Amélie,

        vous vous placez du coté de la police, c’est votre droit,
        vous n’êtes jamais allée à une manifestation, et vous n’avez pas suivi de près tout ce qui s’est passé lors des 7 samedis,

        je peux vous assurer que la police a TOUJOURS attaqué et provoqué en premier, des foules tranquilles et pacifiques, venues en famille de la province,
        il y a des enfants de 6 ans qui ont été gazés dans le métro, et qui ont subi un gros traumatisme, tout à fait inutile

        je peux vous garantir aussi, que si la police a attaqué des GJ, elle avait ordre de laisser les casseurs et pilleurs agir en toute liberté, c’était les ordres de castaner, pour que la population se retourne contre les GJ,

        calcul parfaitement stupide, car la population , c’est les GJ, et ils ont bien vu comment s’organisait la répression,

        d’autre part, les armes dont ils disposent;, sont extrêmement dangereuses et devraient être interdites,

        il va y avoir des procès et beaucoup de policiers perdront leur emploi,

        Votre exemple des mineurs en 1948, montre qu’il y a 70 ans, le pouvoir a soutenu les industriels du nord,
        mais on n’y était pas pour analyser et juger la situation, je ne me permettrai pas de faire des comparaisons

        1. Amélie Poulain

          Bonsoir @Frejusien,

          Il est vrai que j’ai écrit sur le sujet pas mal de commentaires et il y a sûrement de quoi s’y perdre, je comprends, mais vous ne dites pas autre chose que ce que j’ai dit. De plus, j’ai toujours dit que mon regard était « neutre ».

          J’ai bien dit que si agression « gratuite » de la Police il y a, il doit y avoir sanction et ce n’est pas normal.

          Je crois d’ailleurs qu’il y avait eu aussi ce genre de débordements lors des manifestations dans le cadre de la Loi sur le « Mariage pour Tous »(enfants gazés etc…) et tout le monde s’est tu en la matière voire beaucoup ont même montré leur contentement. Je cite juste, je ne reviens pas là-dessus, je n’y étais pas pour cause de travail, mais c’est un fait.

          Pour les casseurs, je suis d’accord avec vous, tout le monde a vu je pense et tout le monde est d’accord pour dire qu’il y a des choses pas claires. On en saura quelque chose plus tard, ça finit toujours par ressortir et je pense qu’on est loin de tout savoir effectivement…

          J’ai vu les videos aussi et voir une foule se ruer sur des policiers qui sont là pour empêcher de passer (obéissant à des ordres et sécurité oblige c’est évident sur un pont), est pour moi une agression, c’est en tous les cas le désir de violer l’interdit, ce n’est donc pas innocent même si on n’a touché personne.

          Bref, ambiance compliquée d’un côté comme de l’autre, comme je l’ai argumenté largement.

          Mais je comprends tout à fait les vécus de ceux qui étaient sur place (des deux côtés) et l’ambiance pour moi inévitable qui a suivie.

          Pour les paras en 1948, c’est un témoignage de mon entourage (je n’étais pas encore de ce monde) et je n’ai pas tiré de conclusions politiques, j’ai dit juste qu’on a mobilisé les paras pour le maintien de l’ordre lors de cette manifestation pour dire que pas étonnant que des Policiers qui ont aussi cette mission, le soient aussi.

          1. Asher Cohen

            @Amélie Poulain
            « J’ai vu les videos aussi et voir une foule se ruer sur des policiers qui sont là pour empêcher de passer (obéissant à des ordres et sécurité oblige c’est évident sur un pont), est pour moi une agression, c’est en tous les cas le désir de violer l’interdit, ce n’est donc pas innocent même si on n’a touché personne. »
            Vous refusez de reconnaître la Réalité. Pour l’affaire du pont de bois des Tuileries, les vidéos montrent clairement que la police lance des grenades lacrymogènes sur les manifestants bien loin du pont, donc c’est la police qui initie gratuitement l’emploi de la violence. Les manifestants passent alors sur le pont pour fuir la zone gazée et la police essaie de les en empêcher, non pas pour prétexte de déviation du parcours autorisé, mais pour les piéger sous les gazs. La foule ne se « rue » pas sur les policiers, elle fuit le gazage. De plus, il n’y a ni commerces, ni passants, ni sur le pont, ni de l’autre côté du pont, donc le prétexte « sécurité oblige », (de qui?), ne tient pas. Il n’y a eu ni agression délibérée, ni désir de violer l’interdit comme vous le prétendez. Je serai de plus curieux de consulter le certificat médical qui accorde 2 et 15 jours d’ITT à des policiers en armure, casqués et bottés, ayant reçu des coups de poingt sur de telles protections. C’est comme si on donnait des jours d’ITT au conducteur d’un char parce que la paroi blindée a été frappée à mains nues.Je rappelle que le délit de certificat de complaisance médical est prévu et réprimé par la Loi pénale. Ainsi on met en prison des gens simplement parce qu’ils ont osé défier l’autorité du monarque de droit divin. C’est jusqu’à preuve du contraire la Lettre de Cachet du Monarque qui fait embastiller « selon son bon plaisir ». Donc la prise de la Bastille n’a servi à rien. Le dictateur Mussolini avait fait incarcérer et torturer Curzio Malaparte simplement pour avoir rédigé « la technique du coup d’Etat ». En 1943, Malaprte et les Partisans Italiens se sont vengés en pendant Mussolini, et la Justice est passée au nom du Peuple. Cette affaire du boxeur est clairement un procès politique, et le peuple souverain doit reprendre la Bastille en envahissant les prisons et libérant les protestataires prisonniers politiques.

  13. PacoPaco

    Amélie Poulain, argumente, argutie, plaplote, elle est neutre mais… Pauvres condés kifon leur boulot. Combien de flics amputés, éborgnés, diminués, fracassés, combien de garde à vue, d’embastillements, de peines de prison, d’amendes ? Hé ho ! Puisqu’il y a liberté d’expression, elle a le droit de dire ce qu’elle veut. Et moi de lui répondre qu’elle nous fait chier dans son rôle d’avocat du Diable !

    1. Amélie Poulain

      Paco, je ne vous en veux même pas, vous me faire rire (je serais en face de vous que vous le verriez)… et je respecte votre colère, je vous assure que ça ne me touche même pas, je sais prendre de la distance quand quelqu’un ne pense pas comme moi.

      Si vos êtes énervé vous avez raison de l’exprimer, ça fait du bien et ici, c’est un lieu d’expression, vous avez raison.

      Mais vous qui parlez d' »argutie » vous n’avez pas dû lire avec « profondeur » mes commentaires…

      Ce n’est pas parce qu’on renvoie une analyse « neutre » qu’émotionnellement on EST neutre face aux évènements, juste question de distance, il ne faut pas mélanger les registres et chacun son mode de langage.

      Il y a des gens qui impriment l’autorité sans même bouger le petit doigt… d’autres qui ont besoin de taper, chacun son truc sauf que ça ne fait pas beaucoup avancer les choses ça fait même reculer parfois et rater l’essentiel.

      Quand vous aurez pris un peu de distance d’ailleurs vous verrez peut-être les choses autrement car nous n’avons pas tous les éléments, c’est même certain, et je gage que nous apprendrons des choses que nous ne savons pas à l’heure actuelle.

      Eh, oui, le monde se perd dans les quiproquos et ce qui ne se maîtrise pas…

  14. PacoPaco

    Rectification. Je dis « nous », à la dernière phrase. Mais c’est une erreur. Je parle en mon nom seul ! Cette personne que je ne connais pas et qui au demeurant est peut être fort sympathique et agréable, « me » fait chier avec sa plaidoirie, bien confortablement assise devant son écran. Qu’elle aille dans la rue. On en reparle après ! Et si l’on me retourne « Et toi, t’es dans la rue ? » Réponse. J’ai donné. En son temps. Plus que le grand nombre !

  15. PacoPaco

    Ceci étant avancé, nous tomberons d’accord j’en suis sur sur le fait que les véritables responsables sont eux, hors d’atteinte ! Pour le momeent ! Ayant voté pour hollande que je n’aime pas, afin d’éliminer nabot léon et ensuite pour Marine, en laquelle je n’ai aucune confiance, afin de ne pas voir le maKron prendre le pouvoir, je ne me résignerai pas une troisième fois à donner mon vote dans les mêmes conditions. Hélas pour qui ?

    1. Patrice Ducloux

      Vous oubliez de prendre en compte le fait que le policier tabassé venait de donner de violents coups de matraque à une femme à terre
      C’est cela que C Dettinger n’a pas supporte et il a eu raison

      Il y a des limites à la dictature policière et la résistance s’impose maintenant si le peuple veut survivre

  16. Patrice Ducloux

    Vous oubliez de prendre en compte le fait que le policier tabassé venait de donner de violents coups de matraque à une femme à terre
    C’est cela que C Dettinger n’a pas supporte et il a eu raison

    Il y a des limites à la dictature policière et la résistance s’impose maintenant si le peuple veut survivre

Comments are closed.