Meurthe-et-Moselle : ils veulent supprimer les cars de ramassage scolaire, à vélo les bouseux !


Meurthe-et-Moselle  : ils veulent supprimer les cars de ramassage scolaire,  à  vélo les bouseux !

Ils nous ont jeté loin des centre ville à cause du prix de l’immobilier, à cause de l’immigration et de l’insécurité.

Et à présent que nous sommes dépendants de la voiture et des transports en commun, ils nous disent de faire du co-voiturage et à nos enfants d’aller à vélo.

Chris nous a signalé cet article fort interpellant :

https://www.francebleu.fr/infos/societe/des-bus-scolaires-supprimes-et-remplaces-par-des-velos-offerts-aux-collegiens-et-lyceens-1544809886

L’accompagnant d’un commentaire très juste :

Ce matin aux informations j’ai entendu que dans la Meuse (NDLR: en fait Lunéville est dans la Meurthe-et-Moselle) on allait supprimer les cars de ramassage scolaire et prêter des vélos aux enfants pour aller à l’école (été comme hiver) et pendant ce temps on dédouble les classes dans les quartiers pour les enfants de ces racailles qui pondent à tour de bras (allocs, apl..).

Et oui, dorénavant, quoi qu’ils fassent, quoi qu’ils disent, ils nous obligent à comparer et  à parler de préférence nationale. Tout pour les autres, rien pour les nôtres.

Et la notion de service public, qu’est-ce qu’elle devient dans la France de Macron ?

Jamais il n’y a eu autant de fonctionnaires payés grassement dans les agglomérations, départements, régions… et jamais il n’y a eu aussi peu d’argent pour le nécessaire.

Je sais d’aucuns qui, parmi nos lecteurs, ne verront pas le problème. Supprimer les cars de ramassage pour ceux qui habitent à moins de 3 km, ce n’est pas la mer à  boire, nos parents et grands-parents faisaient de plus grandes courses à travers champs et bois, en sabots, par tous les temps, ils n’en sont pas morts.

Certes, sauf que…

Sauf que nos enfants à nous vivent, eux, dans un monde dangereux. A cause des voitures, à cause des délinquants prêts à les racketter, agresser, violer, tuer peut-être.

Sauf que nous payons cher, très cher… pour que le service public soit assuré partout, à égalité, sur tout le territoire. La République une et indivisible, ça ne leur dit rien, aux élus de la Meurthe-et-Moselle  ? Des métros, des RER, des bus partout en Ile de France, même pour faire 300 mètres, parce que l’IDF est riche mais des vélos aux gosses des bouseux ? Et si les parents ont peur qu’ils se fassent renverser, ils iront à pied avec leurs sacs de 10 kgs sur le dos… 3 km, c’est 40 minutes de marche. En pleine campagne ? A 7 h dans la nuit noire en hiver ? Combien de ceux qui ont décidé cela seraient prêts à faire subir cela à leurs chères têtes  blondes ?

Mais eux sont contents. Ils font d’une pierre deux coups, des économies et ils obligent sadiquement leurs administrés à respecter et appliquer la COP21.

Le résultat ? De plus en plus de parents vont essayer de se débrouiller pour amener leurs enfants à l’école, pour ceux qui le peuvent, bonjour les économies d’énergie et le fameux taux de CO2 dont ils nous rebattent les oreilles… et les autres la peur au ventre en permanence, craignant la sirène des pompiers, craignant le retard…

C’est la France de Macron. Une France qui sacrifie les siens, qui leur interdit de vivre près des écoles, qui à présent leur interdit même la sécurité du bus de ramassage…

Doit-on crier « au fou ! » ou « à l’assassin » ?

 

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


20 thoughts on “Meurthe-et-Moselle : ils veulent supprimer les cars de ramassage scolaire, à vélo les bouseux !

  1. Philip Wilson

    J’ai marché pendant 8 ans, 6 km par jour, en montant et descendant les collines par tous les temps avec mon cartable pour avoir une bonne raclée à l’autre bout. J’en suis sorti avec une belle paire de pattes et la haine au cœur des profs alors ça leurs fera un peu de bien de prendre l’air à ses gosses. S’il faut supprimer et faire des économies, alors supprimé l’école, c’est un lieu coûteux et imbécile rempli de gens qui ne savent pas faire. Nous avons internet maintenant mais l’école française à peur de s’en servir car tous ses fonctionnaires deviendraient obsolète.

      1. hoplitehoplite

        ben non, je trouve qu’il a raison Wilson. Supprimer l’école et donc l’inéducation nationale c’est pas idiot. Pour ce que les gosses apprennent à l’école, on peut largement s’en passer.

        1. Verdammt

          Oui tot li monde il marche la route. Li zenfants, li Jili Jones, tos li Frankaouis comme li bourricots.
          Ci komme ca la bas au bled.
          Mi un taxe bor marchi la route ci ikoulougique. Si li zassociations di vert qui li dizent. On li zaiment bien li zicoulougistes… Heu des couffards.
          L icole nah din Bzzz. Pas bisouen bor li zenfants. Ils zont tos le Bakalouhirah y
          pas lire un livre de Micky Maous y ly zalbum de Pinpin y Miloud le chien infidele.

          Ramdouhllah… Salam

    1. Dorylée

      Votre excellente idée me rappelle un souvenir de ma carrière de gendarme où j’étais allé, avec un camarade, annoncer à sa mère que son petit était passé sous les roues jumelées d’un camion sur la route de l’école. Elle ne lui avait pas foutu une raclée…. Je ne me souviens pas qui a dit :  » il est permis d’être con mais on ne le montre pas. « 

  2. inconnue

    et pendant ce temps, leurs enfants vont à l’école en voiture avec chauffeur et garde du corps, cela prouve que les français n’ont aucune co nsidération vis à vis de ces politiques pourris jusqu’aux os

  3. Joël

    Ben oui, les bus ça coûte cher et il faut bien rénover les anciennes gendarmeries ou maisons de retraite pour accueillir les clandestins.
    Et les parents qui, à juste titre, prendront leurs voitures pour éviter les accidents, c’est écologique ça ?
    Ça me rappelle la base aérienne où je bossais quand le colonel a décidé de supprimer les 9 lignes de bus militaires par mesure d’économie et d’écologie.
    Résultat : même avec du co-voiturage, 800 bagnoles de plus sur la base dont une majorité de diesel. MDR l’écologie.

  4. Marie

    Voilà maintenant 6 ans que je fais tous les matins et soirs le trajet pour déposer mes gamins à l’arrêt de bus scolaire, les raisons sont exactement celles que vous évoquez : pas d’éclairage sur la route, pas de trottoirs et pas de place sur le bas-côté pour se mettre à l’abri. J’ajoute que j’ai le souvenir d’un petit garçon il y a plus de vingt ans qui a déboulé chez moi en larmes me demandant de l’aide car il avait été poursuivi par un pervers. Et je passe pour une mère poule après ça !… mais récemment j’ai appris qu’une copine de classe de mon fils a été agressée sexuellement dans les transports en commun.
    Pour les plus grands au lycée c’est pire, arrêt de bus encore plus loin, 1 seul bus à 7h qui dépose à la gare routière, puis bus de ville, tout ça pour arriver souvent en retard à 8h30. Là on se débrouille sans le bus, trajet en 20 mn en voiture, ils gagnent 1 heure de plus de sommeil le matin et ont une heure de plus le soir pour travailler sereinement. Parallèlement, des mineurs isolés sont amenés par des mini bus des éducateurs au pied des divers établissements scolaires et encore ils trouvent le moyen de ne pas aller en cours.

  5. Koko

    Mais cela ne me choque même pas !
    Personnellement dans mon petit village de gironde (,400habitant) l’école la plus proche est à 5km, il n’y a ni éclairage, ni trottoir, juste des vignes, des forêts et la nuit noire, et le seul bus scolaire qui passe chez nous et dans les villages alentour pour amener les enfant a été supprimé par le premier adjoint du maire ! Avec l accord du maire ! Sous prétexte qu’il fallait économiser car nous allons recevoir des familles de Syrie dans le besoin !!

    Et je vous cache pas que tous les cons qui ont approuvé cette décision, sont en érections quand ils entendent ou voient Micron à la télé !!

    Viviement la Seconde Révolution Française !! 🇫🇷 🇫🇷

    1. jojo ( le plombier )

      « des familles de Syrie dans le besoin » … « dans le besoin » le grand mot à la mode en France . ( on avait eu droit à  » les plus démunis des quartiers déshérités, difficiles, les oubliés, les laissés pour compte, etc.. ) il faut reconnaître que « dans le besoin » c’est bien plus adéquat Car c’est tout le pays qui est factuellement  » dans le besoin  » de changement radical de politique, de députés, de maires , et bien sûr avant tout car c’est lui qui donne le « La » de ce président vendu à la mondialisation et à son corollaire l’islamisation planétaire ,fossoyeur d’une identité , d’un peuple, d’un pays qui à force d’être accueillant tolérant se fait empapaouter à 360%.

    2. BobbyFR94

      Koko, es-tu en train de dire que les gens, par chez toi, non seulement approuvent la suppression du bus, mais aussi le fait d’accueillir les soit disant  » réfugiés », soit disant tous syriens ?

      Donc, qu’ils sont contents de se faire METTRE par le macron ?

      1. Koko

        Eh bhe malheureusement oui !
        Ce qui me fait le plus hallucinner !
        Nous ne sommes même pas 10 à nous lever contre cette décision, mais tout le monde préfère aider son prochain ( enfin son ennemi), ils doivent sûrement penser que ça leur donnera bonne conscience ces cons…..
        Et quand j’essaie de résonner les gens je me fais traiter de raciste, tortionnaire et de psychopathe sans cœur.

  6. Christian

    Le responsable de la communauté de commune qui a pondu cette mesure a quand même rassuré les médias en disant je cite qu’un poncho allait être donné gracieusement aux enfants pour les jours de pluie. Un institutrice à dit qu’elle avait en tête deux jumelles en CM2 qui s’envolaient au moindre cout de vent car elles sont toutes menues et que leurs cartables étaient trop lourds pour elle. Là encore réponse du pondeur de mesure à la con : on a prévu des paniers sur le devant des vélos pour mettre les cartables. !!!!

  7. romulusromulus

    Etant de tendance écolo, dans un premier temps, je me réjouis de cette initiative, d’autant plus « que les anciens allaient à l’école ou au travail, parfois forts distants, en vélo ». Sauf que le monde et l’environnement ont bien changé….en mal. L’écologie ne doit pas être une idéologie, encore moins un outil au service d’une cause à son antithèse (en ce moment le moyen de faire perdurer le monde des nantis au détriment des autres). Elle doit être au service de l’homme pour que ce dernier évolue de façon durable dans un bon environnement. Le « durable » que j’utilise ne doit pas être galvaudé par l’idéologie du productivisme et son corrolaire la mobilité en tous domaines. Que nos empétrés actuels et leurs complices les bobos abandonnent donc leur « no limit » et on pourra en rediscuter, malgré que je pense que le déplacement à vélo soit une des plus belles choses qui soit, l’alliance de la technique douce et de l’efficacité.

  8. Lacata

    Le pire, c’est qu’en ville aussi les gens prennent leur voiture pour emmener ou aller chercher leur gamin à l’école, bouchant les rues, attendant au volant garés sur les trottoirs, allant jusqu’à rentrer presque dans la cour de récréation et boudant les transports scolaires. Pas moyen de s’en passer de cette maudite bagnole si chaude, si confortable, si douillette. Le bus, c’est bon pour le menu fretin et le vélo, c’est dangereux, effectivement mais surtout, ça se vole.. Mais le bus, c’est bien, à condition de ne pas le rater.

  9. Philip Wilson

    L’éducation en France coûte 50% des impôts des français avec un niveau acquis en chute libre. Franchement, une heure de télé Nationale en Hongrie vous apprendra plus qu’une journée de 13 heures passé dans un lycée, (trajet inclus).

  10. bm77

    A mettre en parallèle avec cela même si ça ne parle pas de la même chose ;A écouter l’émission du 20/12
    http://rmc.bfmtv.com/mediaplayer/podcast/radio-brunet/
    Des centaines de milliers de cartes vitales attribuées à des fraudeurs cela coûte des milliards aux français! A écouter jusqu’au bout et à faire tourner;
    Pendant ce temps on continue à supprimer des services publiques dans les endroits qui en ont le plus besoin c’est à dire dans les campagnes et petites villes;

Comments are closed.