Le gaz carbonique pour les nuls : le dioxyde de carbone est un innocent…


Le gaz carbonique pour les nuls :  le dioxyde de carbone est un innocent…

Le dioxyde de carbone est un innocent auquel, sous l’effet de la torture, on peut faire dire n’importe quoi.

A l’occasion de l’affaire qui a secoué Volkswagen il y a quelques années (dieselgate : modification du logiciel d’injection de carburant diesel), j’avais écrit à la Direction Générale de VW en Allemagne en tant que conducteur d’une VW pour leur dire que c’était l’occasion en or pour attaquer la propagande outrancière sur le CO2. Sans résultat, malheureusement.

Dans les normes environnementales concernant les rejets de gaz par les véhicules, on peut distinguer 2 parties : celles concernant les polluants (CO, NOx, particules etc…) et celle concernant les rejets de CO2.

Si le contrôle des polluants est justifié (sans exagérer non plus), autant celui sur le CO2 ne l’est pas. Or, ce sont toutes ces normes qui ont conduit les ingénieurs de VW à faire un bidouillage dans le logiciel d’injection.

Le CO2, non seulement n’est pas un polluant, mais c’est un gaz essentiel à la vie sur terre, puisque la végétation l’utilise dans la photosynthèse. Il ne représente que 0,04 %de la composition de l’atmosphère (début 2015). La première remarque intuitive qu’on peut faire est qu’une petite variation de ce pourcentage ne devrait pas beaucoup changer la face du monde à priori. Ces variations sont noyées dans l’épaisseur du trait.

 De plus, il n’est absolument pas prouvé scientifiquement que l’augmentation du taux de CO2 provoquerait une élévation de température de l’atmosphère, ni que cette augmentation est d’origine anthropique. Pourtant, le groupe de pression des climato-catastrophistes l’affirme de façon péremptoire, comme s’il s’agissait d’une vérité révélée. Il a été prouvé que c’est l’inverse : il y a d’abord une augmentation de température puis une légère augmentation du CO2.

Dès lors, pourquoi cette fable ? 

La réponse vient des systèmes de modélisation du climat. Or, ces modélisations sont très approximatives. Beaucoup de phénomènes physiques sont occultés ou mal compris. Par exemple, les modèles ne prennent peu ou pas en compte l’influence (qui doit être grande) des courants marins, des nuages ou du cycle solaire de 11 ans. Très peu de personnes savent vraiment comment ces modèles ont été conçus, spécifiés puis codés.

Cela devrait nous conduire à faire preuve d’humilité et reconnaitre que les phénomènes interdépendants sont d’une telle complexité, qu’ils sont au-delà de notre compréhension pour encore longtemps. Cela n’est pas une question de puissance de calcul des ordinateurs, mais bien de compréhension des phénomènes physiques. Plusieurs choses modifient le climat, mais on ne les a pas toutes identifiées, comprises et encore moins correctement modélisées. L’une des preuves que ces modèles ne tiennent pas la route, c’est qu’ils échouent en backtesting. Si on demande à un système informatique de climatologie de traiter des données passées pour prédire des années connues, il déraille. Exemple : supposons qu’on connaisse les données climatiques des années 1950 à 1999. On introduit ces données dans un modèle, puis on essaie de prédire le climat (connu) des années 2000 à 2015. On constate que le modèle donne des résultats divergents de la réalité.

Donc, ces modèles sortent des résultats faux dont s’emparent les politiciens (écolos ou non) ainsi que les journalistes.

C’est là que les choses se gâtent. Ces politiciens ont une culture scientifique de poisson rouge.

Ils ignorent tout ou presque de la climatologie mais aussi de la physique, des mathématiques et de l’informatique. Ils s’appuient sur les travaux de pseudos scientifiques qui ont formé un lobby, le GIEC (Groupement Inquisitorial d’Etude du Climat ;-)) (IPCC en anglais). Ce GIEC, rappelons-le, est une organisation politique, rattachée à l’ONU, qui fait la pluie et le beau temps (c’est le cas de le dire) en ce qui concerne la climatologie. Un cercle vicieux s’est mis en place : le citoyen lambda est sensibilisé aux questions environnementales (à juste titre), donc les politiciens (clientélistes par nature) y sont sensibilisés aussi.

En l’absence de connaissances réelles, ils ont sous-traité le problème à des organisations comme le GIEC. Ces organisations ont vite compris le profit qu’ils pouvaient tirer de cette situation en termes de crédits et de budgets pour mener leurs recherches. Ils ont donc noirci le tableau et fait des communications catastrophistes ce qui stresse encore plus le citoyen lambda.

Quand on survole la terre en avion, on se rend bien compte que nous sommes comme des fourmis à l’échelle de la terre. Si l’activité humaine a une influence sur le climat, il est probable que celle-ci est minime voire négligeable. Il y a eu des variations de température et de taux de CO2 importants bien avant l’apparition de l’espèce humaine. Prétendre influer sur le climat, c’est comme si on prétendait vouloir influer sur la vitesse de rotation de la terre. D’ailleurs, en supposant qu’il y ait un réchauffement (non prouvé), cela ne serait pas dramatique. D’immenses surfaces (Sibérie, Canada…) deviendraient plus vivables. De toute façon, l’espèce humaine devra s’adapter, comme elle l’a toujours fait.

Il n’y a pas de discontinuité entre les prévisions à court terme (météo) et les prévisions à long terme (climat). Ce sont les mêmes lois de la physique qui s’appliquent. Or, les prévisions à court terme ne sont fiables que sur quelques jours et d’ailleurs, cette fiabilité décroit vite avec le temps. Comment peut-on faire des prévisions pour la fin du siècle ? C’est une énorme escroquerie intellectuelle qui se transforme en escroquerie tout court.

Les climato-catastrophistes sont d’une telle prétention et d’une telle arrogance qu’ils ne supportent plus ni la contradiction ni le doute. Or, le doute est à la base de la méthode scientifique.

Dans le domaine de la recherche scientifique, il n’y a pas de place pour les croyances. On émet des hypothèses, puis on cherche à savoir si elles sont en cohérence avec la réalité. Si ça n’est pas le cas, les hypothèses sont abandonnées. La vérité scientifique n’a rien à voir avec la démocratie. Le consensus ne veut rien dire. ça n’est pas parce que 1000 pseudo scientifiques déclarent que l’humanité est responsable d’un hypothétique réchauffement que cela est vrai. Un seul peut avoir raison contre tous les autres, comme Galilée en son temps.

Les ayatollahs du CO2 et du réchauffement climatique se comportent comme s’ils avaient créé une nouvelle religion et donc tous ceux qui ne croient pas sont des hérétiques et doivent être excommuniés et cloués au pilori. Or, un grand nombre de scientifiques de haut niveau mettent en cause le changement climatique d’origine anthropique. Voir ref 1.  Mais on ne leur donne pas la parole !  Ils sont les Galilée du gaz carbonique.

Il est consternant de constater que de grandes entreprises comme EDF, BNP Paribas, et bien d’autres…(liste à établir) contribuent à cette propagande sur le catastrophisme carbonique !

 

Je suis sidéré par le fait que l’intoxication concernant le soi-disant changement climatique ait pu prendre de telles proportions. Parmi les nombreuses raisons, l’une d’elles est le lobbying. Cette folie verte, écolo… appelons-là comme on voudra, a généré un énorme business dans les éoliennes, les panneaux solaires etc… Les gens qui vivent de ce business non seulement ne sont pas prêts à l’abandonner, mais ils font tout ce qui est possible pour le développer. Et ils se foutent pas mal du coût pour la collectivité et de la levée de taxes nouvelles pour financer ces gabegies. Ils payent donc des lobbyistes pour orienter les lois dans le sens de leurs intérêts. Leur folie n’a plus de bornes : ils veulent défigurer le littoral au large de nos côtes avec de gigantesques éoliennes !

 

Conclusion :

Cette nouvelle idéologie-religion entraine un immense gaspillage de ressources à cause de toutes les dépenses engagées dans cette course folle pour essayer de contrôler le climat. Avec la COP21, il est question de nous (les pays industrialisés) ponctionner plus de 100 Mds $ par an pour tenter de diminuer le CO2 d’origine anthropique. Ce sont autant de ressources qui seront retirées à d’autres utilisations possibles et plus utiles (comme le combat contre l’illettrisme ou l’accès à l’eau potable).

J’accuse ceux qui font la promotion du soi-disant réchauffement climatique à cause du CO2 d’origine anthropique de nous enfumer et de vouloir nous extorquer de nouveaux impôts injustifiés. Il faut mettre hors d’état de nuire tous les Diafoirus du gaz carbonique.

 

 

Pour aller plus loin, une association et 2 excellents livres :

 

  • Association des climato-réalistes : https://www.climato-realistes.fr/
  • « L’idéologie du réchauffement » Science molle et doctrine dure, par Rémy Prud’homme.
  • « Climat : 15 vérités qui dérangent », par Istvan Marko.

 

Ref 1 : https://en.wikipedia.org/wiki/List_of_scientists_opposing_the_mainstream_scientific_assessment_of_global_warming

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Coriolis

Patriote, ingénieur, grand intérêt pour tout ce qui est scientifique, économique, financier, politique… climato-réaliste, consterné par ce qu’est devenue la France depuis mes débuts professionnels au début des années 70. Coriolis est mon pseudo en souvenir du physicien français Gaspard-Gustave de Coriolis. Je trouve très fort d’avoir mis en évidence la force qui porte son nom.


16 thoughts on “Le gaz carbonique pour les nuls : le dioxyde de carbone est un innocent…

  1. Celtilos

    ce n’est pas une découverte, il y a beau temps que les plus éveillés savent que c’est une méga arnaque ce réchauffement climatique, il suffit de voir l’évolution de la terre depuis sa création après le big bang, pour logiquement en déduire que notre planète a des cycles et que nous sommes en pleins dans un changement de ces cycles justement..

  2. Joël

    Vidéo également pour les nuls qui explique de façon simple le réchauffement (ou le refroidissement) :
    https://www.youtube.com/watch?v=FTzmqjDNMmM
    Autre arnaque du GIEC qui explique qu’on a jamais vu ça depuis des milliers d’années alors que les premiers relevés climatologiques ne datent que depuis 1850.
    Faire l’amalgame entre CO (résultant de la combustion d’énergie fossile) et CO2 (existant à l’état naturel) permet de pomper beaucoup de fric à peu de frais.

  3. Machinchose

    se procurer et lire les trois livre d’ Emanuel Leroy Ladurie consacrés au climat depuis l’ an mille

    «  » » » » » » »Amazon.fr – Histoire du climat depuis l’an mil : Tome 1 – Le Roy …
    https://www.amazon.fr/Histoire-climat-depuis-lan-mil/dp/2081228688
    Emmanuel Le Roy Ladurie montre dans ce livre fondateur qu’il peut y avoir une histoire du climat. Le climat est une fonction du Temps; il varie » » » » » » » » » »

    et aprés vous cracherez votre mépris sur tous ces vendeurs de colifichets et autres babioles vertes

  4. J

    Les gens ne réfléchissent plus. Si le CO2 est vraiment si mauvais, alors autant arrêter de respirer. Parce qu’à chaque expiration, nous relâchons du CO2. Alors avec leurs théories à la noix, tous les êtres vivants participent à ce soi-disant réchauffement. Quelles foutaises !

    1. Joël

      Le CO2 est naturel et surtout NON TOXIQUE contrairement au CO. Si on applique les théories du GIEC (car toute leur diatribe n’est basée que sur des suppositions) on supprime toute vie sur terre.

  5. Philiberte

    J’y pense depuis longtemps sans oser l’exprimer! Que suis-je, humble instit, face à tous ces scientifiques qui savent plus de choses que moi?

  6. DUDULE

    PRUDENCE
    QUAND ON DESCEND DANS UNE CAVE OU UNE GROTTE INCONNUE
    IL EST PRUDENT D’AVOIR UNE BOUGIE ALLUMEE .,etc.

    Le CO ne résulte que d’une combustion incomplète : et ne résulte pas seulement d’énergie fossile ‘(mauvais tirage du poêle à bois !) .

  7. Ph.West

    Excellente analyse. L’escroquerie est de taille jamais encore atteinte. Oser contredire ces pseudos scientifiques, c’est comme être négationniste. Le pire est que cette religion s’implante sans trop de difficultés est enseignée dès le plus jeune âge comme une évidence.

  8. JPL

    L’auteur affirme qu’il n’y a pas de lien entre l(augmentation du taux de CO2 et l’activité humaine.

    Or cette augmentation est parallèle à l’augmentation des émissions.

    S’agirait-il d’une coïncidence. ?

    Autrement dit y a t’il des mécanismes et lesquels qui éliminent le CO2 émis par l’homme pour laisser la place à d’autres mécanismes et lesquels qui expliqueraient l’augmentation observée du CO2 ?

    Cela dit je ne vois pas quoi en quoi cette polémique pait aider à la défense de la laïcité.

    1. BobbyFR94

      Ah ?

      Bah, c’est pourtant simple !!

      L’article démontre que le but réel des MENSONGES est de créer des IMPÔTS, des TAXES, de financer des choses qui ne résoudront en rien les VRAIS problèmes !! mais serviront à gaver encore plus les mêmes !!!

      Cet article, par rebond, démontre que  » c’est MENSONGE à TOUS les étages  » et donc, dans TOUS les domaines, celui de la laïcité, comme celui de l’immigration, comme celui sur le climat, ou encore sur la non-existence du racisme anti-blanc !! ou encore sur le fait qu’EURABIA existe, et que nous peuple français sommes appelés à être REMPLACES car il s’agit de GENOCIDE par submersion démographique !!!

      Là, c’est plus clair ?

      1. Nicolas Krebs

        « ou encore sur le fait qu’EURABIA existe »

        Non, Eurabia n’exite pas. La théorie d’Eurabia est conspirationnniste (tout comme l’article ci-dessus, d’ailleurs).

Comments are closed.