Castaner et Nunez, alliés des casseurs du CIC ? Terrible témoignage d’un ancien sous-officier para


Castaner et Nunez, alliés des casseurs du CIC ? Terrible témoignage d’un ancien sous-officier para

Deux enseignements à tirer à ce jour des 4 actes « Gilets Jaunes », face à un Pouvoir fourbe.

1) Castaner et Nunez, complices objectifs des casseurs ?  Double jeu et double langage immondes ?

2) les naïfs Gilets Jaunes sont-ils en train de se faire manipuler et rouler dans la farine par ce même pouvoir ?

De quoi sont capables ces deux personnages en matière de basses manœuvres et de coups tordus, l’un avec sa gueule de voyou mal repenti et reconverti dans le rôle non crédible d’un premier « Flic de France », l’autre avec sa mine peu avenante et son regard en biais. A quelle stratégie trouble et dangereuse se livrent-ils ?

Déjà Nicolas Dupont-Aignan avait mis le doigt sur un évènement suspect : l’incroyable, l’impensable liberté laissée aux casseurs de saccager tout à loisir et en toute tranquillité le musée de l’Arc de Triomphe et le questionnement qui en découle : quelle part de responsabilité, indirecte voire même directe, de la part des Autorités ? Connaissant le caractère honnête et droit de DPA, il doit avoir de bonnes raisons pour accuser aussi directement le Ministère de l’Intérieur, d’y être pour quelque chose. Le procès (s’il a lieu), suite à la plainte de Castagneur, permettra peut-être d’éclaircir les points obscurs de cette bizarre affaire.

En appui des doutes que l’on peut ressentir sur l’honnêteté et la pureté des intentions du couple Castagneur-Nunez, je tiens à relater le fait suivant qui s’est passé samedi 8 boulevard Malherbes et dont j’affirme l’authenticité (témoignage transmis par un proche, la cinquantaine, ancien sous-officier parachutiste, élu territorial, manifestant à Paris ce samedi et portant gilet jaune et béret de la couleur caractéristique de sa spécialité militaire) :

Vers 17h-17 h15, un groupe de GJ, constitué de personnes calmes et pacifiques et qui se tenaient confinées sur la place Saint Augustin, ont été « chargées » brutalement par une escouade de CRS (gaz lacrymogènes et canon à eau) pour être refoulées de 300-400m vers le haut du boulevard Malesherbes (suite, semble-t-il à un lancer d’une bouteille sur le pavé, sans impact physique – par qui ? – en direction des forces de l’ordre).  La manoeuvre étant manifestement de leur faire quitter la place. A signaler – point important – que cette place et le bas du boulevard jusqu’à la Madeleine, étaient très bien « sécurisés » en termes de protection des biens.

A l’endroit où ces personnes se sont retrouvées après leur refoulement (dans le périmètre de l’angle du boulevard et de la rue de Lisbonne), et alors qu’il n’y avait, comme par hasard, aucune sécurisation des commerces et des boutiques et aucune force de police (première bizarrerie), se trouvait par contre, pas par hasard, une foule de casseurs. Ceux-ci ont commencé à s’en prendre à la façade d’une agence du CIC, fermée comme l’est une agence le week end (on sait tous, à cet égard, qu’il n’est pas dans les objectifs des GJ de s’en prendre directement aux symboles de la Finance ; ce type de comportement relève exclusivement de l’ADN des anarchistes et des ultras de l’ultragauche).

Inquiet de cet état de fait et outré par l’absence de forces de l’ordre, mon « informateur » a eu le courage de redescendre jusqu’au bas du boulevard Malesherbes pour obtenir des explications de la part des forces de police qui étaient encore présentes, en se rendant courageusement à leur contact et en demandant à parler à leur officier commandant. Un capitaine s’est approché et a accepté de l’écouter.

S’est engagée alors une prise de contact très courte, courtoise et respectueuse de part et d’autre :

-le GJ , (après s’être présenté) : « mon capitaine, il y a 20 minutes, vous nous avez chargés et gazés alors que nous n’avions commis aucun acte de malveillance en groupe et vous nous avez délogés pour aller plus haut. Je signale qu’à cet endroit, il y a des casseurs en action. Pourquoi n’allez-vous pas les dégager ? »

-le capitaine : « je reçois justement les consignes en ce moment ».

Deuxième bizarrerie ! Une consigne arrivant à point nommé ! Là encore, comme par hasard !!

Mon « informateur » entend effectivement l’ordre d’intervenir. Mais, retourné sur les lieux de la casse, il attend et constate qu’entre l’ordre d’intervention et la mise en œuvre de celle-ci, se passent 15 à 20 mn !!! troisième bizarrerie !

Pendant tout ce temps les GJ et lui assistent à la mise à sac de l’agence du CIC. Les casseurs ont eu tout loisir de poursuivre leur saccage : ils finissent par trouver une porte un peu moins solide qu’ils réussissent à enfoncer et par pénétrer dans les lieux. S’en est suivi un pillage et un vandalisme total : sortie du matériel (meubles et équipements bureautiques divers) auquel il a été mis le feu sur la chaussée.

Sachant que dans toute manifestation « chaude » des indicateurs policiers y sont infiltrées (déguisés en GJ ou en anars ou même en black blocs) et qu’ils ne manquent pas de rendre compte en temps réel de ce qu’ils voient, comme ce fut sûrement le cas devant cette agence du CIC, il est certain qu’une décision de non intervention a été décidée en « Haut Lieu ». En cette circonstance, je ne parlerai pas de bizarrerie mais d’une intention « très haut placée », manifestement calculée et assumée, consistant à déplacer au bon moment des GJ dans une zone à risques, pour leur faire endosser les responsabilités des casses et des violences qui s’y passent. Et mieux  peut-être : à « ballader » les casseurs (nouvelle stratégie du déploiement) en les incitant ainsi à se rendre aux « bons endroits ».

Tous les éléments concordent pour aboutir à cette conclusion. Pas d’autres explications !!! C’est d’ailleurs le net sentiment qu’a ressenti sur place mon « informateur ». Pour lui, il ne fait aucun doute, quant au déroulé des faits, dans le temps et dans l’espace, que ce qui est intervenu a été planifié par les « Autorités » afin de charger les GJ.

On est alors en droit de se poser des questions très graves sur les pratiques du voyou Castagneur (oui voyou, car « voyou un jour, voyou toujours »), je devrais dire le montage organisé et à répétition de coups fourrés.

Je pense utile, à cet égard, de rappeler ici toutes les « bizarreries » relevées depuis une semaine et particulièrement au cours de cette journée du 8, qui tendent à accréditer ce questionnement :

-cette très longue attente d’un ordre d’intervention devant le CIC de Malesherbes et de son suivi dans les faits (fait qui ne doit pas être d’ailleurs le seul de ce type, dans le temps et dans l’espace)

-l’ordre ignoble et plein de fausseté dans les raisons évoquées, au moment du filtrage des manifestants, portant sur la confiscation de leurs moyens de protection contre les gaz (lunettes, gants et foulards, tous accessoires qui sont, comme tout le monde le sait, extrêmement dangereux et susceptibles d’occasionner de graves accidents aux policiers ou aux biens) alors que Castagneur nous avait seriné auparavant et pendant des jours, que son souci premier était la préservation du droit à manifester et celui de la sécurité des manifestants eux-mêmes.

-le fait, a contrario, que malgré les « drastiques fouilles » à corps annoncées, « on » ait laissé passer un peu plus tard dans l’après midi et la soirée du 8, « certaines » personnes pourtant aisément identifiables, porteuses d’engins ou de produits dangereux,

-le fait que Castagneur ait lancé sur les ondes depuis lundi 2, des alertes dramatiquement alarmantes quant à un risque (envisagé comme quasiment certain) de plusieurs morts pour le samedi suivant, puis qu’il sur-glorifie aujourd’hui, d’une façon outrancière, le professionnalisme des forces de l’ordre (ce qui, avec le même son de cloche en parallèle de la part de Macron, devient insupportable car porteur d’une dose certaine de provocation) -le syndrome de « j’ai une grosse matraque »  ; puis encore, le fait qu’il « en rajoute », en insultant l’immense peuple de France, accusé d’avoir engendré un monstre.

Tout cela n’a qu’un but, ignoble et indigne : décrédibiliser les GJ en les désignant comme étant les principaux fauteurs ou incitateurs de troubles et, en même temps, leur faire peur, tenter de les déstabiliser et de les fragiliser dans leur action et de les manipuler indirectement, par tous les moyens, même les plus légaux.

Ce dernier point me conduit à une conclusion : il faut que les GJ s’organisent. Je ne parle pas ici de la question de leur représentation et de la mise en place de leur programme politique, mais de l’organisation de leurs manifestations dans l’espace public. Il est crucial qu’ils le fassent, sinon ces dernières vont être phagocitées par les fourbes de la place Beauvau et de l’Elysée et tourner court. Il est urgent que leurs actions se structurent autour de deux axes.

Je m’explique :

tout d’abord ils doivent s’organiser sur le terrain en se dotant notamment d’un service d’ordre, même a minima, susceptible de lancer des consignes immédiates par messages rapides et d’encadrer les manifestants, au cas par cas (ce qui est envisageable sur les Champs n’étant pas forcément reproductible à la Bastille, à la République, ou même sur le périphérique); d’éviter les débordements et les mouvements désordonnés, de s’opposer physiquement aux casseurs, de contrer les « manœuvres » d’enfermement par les forces de l’ordre, et surtout de savoir comment et quand se déplacer en masse ; d’apprendre à être mobiles). Et de rester groupés et solidaires

-parallèlement, mettre en place un moyen de se compter. Il n’est plus supportable d’entendre ce brutal crétin de Ministre et son homme de main nous bassiner avec des chiffres mensongers et en même temps très cons (ils ont quand même enfin compris qu’il est impossible de dénombrer une foule à l’unité près ; ce qui prouve bien l’indigence de leur facultés intellectuelles). Là encore, c’est un moyen pour le pouvoir de décrédibiliser les GJ en sous-estimant leur nombre et donc leur force (à ce propos je souhaiterais qu’ils m’expliquent comment quelques dizaines de milliers de manifestants seulement peuvent mettre en danger l’économie de tout un pays ? il faudrait être cohérents, messieurs qui nous gouvernez !).

Pas facile à mettre sur pied certes un tel outil. Mais c’est ce que font les syndicats, les partis politiques et certaines associations structurées comme la « Manif pour tous ». Il est indispensable d’arriver rapidement à ce stade. Cela pourrait passer par un début : un essai d’organisation à Paris et dans quelques grandes villes, entre quelques responsables nationaux déjà en pointe, auxquels s’agrégeraient ensuite d’autres personnes.

Pour en finir avec notre ministre de la cogne, fier comme un petit coq de ses 1150 interpellations, (dont bon nombre vont s’avérer illégales) et qui se permet de lancer ce soir un appel aux gens de la grogne « à stopper l’escalade de la violence », il faut lui dire que c’est d’abord lui qui propage cette violence, en ne faisant pas son travail vis-à-vis des casseurs et des racailles et qui veut en faire retomber la responsabilité sur les Gilets Jaunes.

Honte à lui ! (comme dirait l’Autre, celui-ci, grand et principal responsable de tout ce qui se passe en France).

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




15 thoughts on “Castaner et Nunez, alliés des casseurs du CIC ? Terrible témoignage d’un ancien sous-officier para

  1. GAVIVA

    le peuple ne vous convient pas, CHANGEZ LE PEUPLE, les gens ne voteront plus pour vous………..détruisez les.
    Ce sont des voix perdues a jamais pour Macron et ses semblables. La rupture est plus que consommée, elle est revendiquée, clamée publiquement!
    que faire?? Ben les virer, les éliminer pour faire plus de place a l’electorat allogène, le pacte avec le diable tombe VRAIMENT a point nommée, puisque chaque clando faisant valoir son droit a la migration fera AUSSI valoir son DROIT DE VOTE. Ils auront tous le droit de vote direct, obligatoire même.

  2. Gérard

    Lors de l’embrasement des banlieues, il n’y a pas eu d’impact économique ? La République n’a pas été en danger ? Lors des incendies de véhicules en fin d’année, il n’y a pas de violence?
    Atali peut se féliciter de l’invasion de l’islam en Europe, nos politicards n’en sont pas émus.
    Mais, si les Gilets jaunes sont si peu nombreux que nous le dit le pouvoir, qu’est-ce qu’ils sont costauds pour être responsables de tout ce qu’on nous dit!
    Vous verrez, que, bientôt, ce sont eux qui auront signé à Marakech!!

  3. Hollender

    On a pas vu de drones…. Pour filmer en HD gueule des casseurs.
    La caméra de l’hélicoptère est très bien, mais pas adaptée à ce genre de mission.
    #- il faut de la COLLE forte dans l’eau des canon qui mouillant les CASSEURS.
    #- il faut casser les jambes des pillards qui lancent des bouteilles d’rsse’ce et des pavés. C’est de la légitime défense !
    #- il faut du colorant indélébile pour reconnaître les  » fout la merde » une semaine après leurs méfaits.
    #- il faut des seringues hypodermique pour les endormir ! Comme des fauves qu’ils sont.
    CHIMISTES. Au boulot !!!

    1. frejusien

      Apparemment le problème n’est pas là;

      ce qu’il faut avant tout c’est un changement de politique,

      il faut que le gouvernement ne favorise plus les casseurs,

      il faut que le gouvernement ne fasse plus semblant de protéger les GJ, alors qu’il les enfume et les dépouille de leurs protections,

      il faut qu’il arrête d’instrumentaliser la racaille en favorisant les pillages, en les poussant à la violence contre les commerçants pour accuser les GJ

      Voilà ce qu’il faut,
      d’autre part, des bruits courent parmi les revenants de samedi que beaucoup de casques noirs ne parlaient pas français,
      le gouvernement aurait-il fait appel aux forces de l’UE ?

  4. Claude

    En réalité le problème des GJ est qu’il n’y a pas assez de monde sur le terrain
    ceux qui croient que faire acte de visibilité sur des ronds points sert à quelque chose se trompe.
    certes tout le monde ne peut pas monter à Paris une fois par semaine mais le nombre de ceux qui se mobilise n’est vraiment pas assez au vu de l’énormité de la politique et de ses conséquences déjà perceptibles au présent et plus encore dans le futur
    Le risque est de tomber dans le processus dit de normalisation….
    En fait ce qu’il faut aux GJ maintenant c’est entrer dans un processus de résistance passive et de désobéissance civile.

    S’installer là où le pouvoir ne veut pas et ne plus bouger aux injonctions de dispersion….sans rien casser et laisser les forces de l’ordre se démerder avec les pillards qui servent l’intérêt des casseurs du pays que sont les politiciens au pouvoir.

    1. frejusien

      De nombreux GJ ont été arrêtés avant de pouvoir prendre le train en province, de même, des bus de GJ ont été bloqués par la police sur leur trajet vers Paris,

      Mais aucun casseur n’ a été cueilli dans sa banlieue pourrie, avant de venir au pillage

      La procédure était de freiner et bloquer au maximum la manifestation, et de laisser le champ libre aux racailles pour décrédibiliser le mouvement et surtout pour dresser les commerçants contre les GJ

  5. PJP

    exact comme moyens sauf que la haut le but est de pourrir la situation pensant qu’ensuite ils pourrons reprendre la main pour mieux nous détruire moralement et physiquement. Nous ne sommes qu’au tout début de la révolution en marche avec a la clef finale un nuremberg mondial.

  6. PATUREAU

    attention, tous ces AFFAMEURS du peuple, qui nous gouvernerne vont ils nous DUPER une nouvelle fois, n’oublions pas, que ce sont des SOCIALISTES les descendants de LAVAL, l’homme qui a envoyer sans AUCUN regret, des milliers d’hommes , femmes dans les fours crématoires en ALLEMAGNE

  7. néo

    Ce qu’il faut savoir, c’est qu’un grand nombre de demande de manif GJ en Préfecture de Paris ont été déposé. Aucune n’a été accepté.

  8. pauledesbaux

    j »espère qu’ils ne se laisseront pas bercés par les paroles d’un théâtreux qui a bien suivis ses cours chez la mère trogneugneux, tout y les était les trémolos dans la voix les mensonges les regards de suppliques, ses mains qu’il calmait
    plus souvent qu’à son tour : »je persiste et signe » voilà sa maxime, quant au béret rouge il était là il n’y en avait beaucoup mais celui-là a bien vu, comme moi la charge des CRS qui au lieu de charger les casseurs quelques metres plus loin s’en sont prix aux gilets jaunes voir en entier la vidéo que j’ai piquée dans les commentaires d’hier sur RR…..

    1. frejusien

      Parmi les casques noirs de macron, il y en avait qui ne parlaient pas français, vous imaginez,
      je parie qu’ils ont demandé les renforts de l’UE,

      on apprend que les blindés de la police contenaient des réserves de liquide incapacitant,
      autant dire des GAZ qui pourraient être dangereux, du même type sans doute que ceux utilisés en Syrie

      https://www.marianne.net/societe/gilets-jaunes-paris-police-arme-secrete?fbclid=IwAR1T8Z83y46lCLHz3TaZZ60VKEFNxZqe5eOBFcQo4QV0YDjsTxtusvhh3GA

    2. frejusien

      d’autres témoignages concordants,
      la police refuse d’intervenir quand une bande de taupes s’attaque aux GJ,

      c’est très grave, le gouvernement utilise les racailles muzz contre le peuple français,
      le gouvernement initie la guerre civile pour rester au pouvoir, coûte que coûte,

      Mais si les vaches à lait ne sont plus d’accord pour payer, le gvt va se retrouver tout NU, plus personne pour entretenir leurs chouchous, plus personne pour payer leurs petits fours et leurs enterrements,
      adieu le pacte de Marrakech

  9. Joël

    « s’opposer physiquement aux casseurs » Ça je l’ai déjà dit : une dérouillée comme ils n’ont jamais eu de leur vie, les démasquer, les filmer et les laisser sur le carreau devant les forces de l’ordre en leur disant, maintenant faites votre boulot.
    Quant à la « très longue attente d’un ordre d’intervention », souvenez-vous du Bataclan, plus de 2 heures pendant que les gens se faisaient massacrer.

Comments are closed.