La police avec ou contre les Gilets Jaunes ?


La police avec ou contre les Gilets Jaunes ?

La chair à makranon !

 

Les condés pour maKron, sont sa chair à canon…

Pendant que lui refait à neuf son Trianon…

Les bourres seraient inspirés,

samedi de se retirer !!

Choupinet comprendrait alors que non c’est NON !

 

PACO. Inspecteur des impros…

07/12/2018.

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Paco

C'est jamais que des mots tournés en écheveaux, des embrouillaminis parcourant le cerveau ! Mais c'est vrai ça vaut pas tripette, ces mots tirés à l'escopette, ce n'est pas du Verlaine et pas du Marivaux... PACO 2016.

Articles du même thême

4 thoughts on “La police avec ou contre les Gilets Jaunes ?

  1. AvatarMachinchose

    ils se barrent nos bons vieux CRS a cheveux blancs

    normal, ils viennent d’ avoir a faire avec des , comment dire .. des « sans gilets  » mais avec un accent révélateur et des colorations diverses, gris, noirs,verts,

    bizarre tout de même….

    1. PacoPaco Post author

      Ceux que l’on voit en direct sont très fringants dans la souricière des Champs-Elysées… S’entrainent ils pour, ensuite, aller montrer leur savoir faire dans les banlieues ? Les babouins sont plus durs à chopper que les G.J. !

  2. AvatarEnzo giornale

    Bonjour,
    le résultat de l’analyse du document montrant des FDO qui se replient devant des richesses pour la France, et les cris de joie de ceux-ci, ouvrent très clairement les perspectives des affrontements à venir entre les GJ et ceux qui ne le sont pas ou seulement de circonstances.
    bise

  3. PacoPaco Post author

    Pour être tout à fait franc, les pandores, je ne les aime pas beaucoup, mais… Mais, je considère, leur présence et leur existence tout à fait nécessaire, souhaitable et bénéfique. De fait, je les respecte et même consent à leur accorder une certaine considération. Que deviendrait le corps face aux virus, aux microbes, sans les globules bleus blanc rouge ? Mais le jour ou leur donnera l’ordre de tirer, ils le feront. C’est ainsi que les choses furent, sont et seront. Quand mon petit fils, cet être doux, paisible, intelligent et débordant de vie, m’a fait part de son désir de concourir pour une école de police, je lui ai demandé de réfléchir un peu en profondeur. « Es tu certain que tu pourras obéir sans rechigner à tous les ordres que l’on va te donner ?… » Une semaine après il m’appela pour me demander de l’aider dans son engagement dans une formation d’infirmier. Il est sorti deux ans après, deuxième de son école et dans les dix meilleurs de son pays… Comme quoi…

Comments are closed.