A l’Issep de Marion Maréchal, Eric Zemmour raconte la France d’avant… Passionnante conférence


A l’Issep  de Marion Maréchal, Eric Zemmour raconte la France d’avant… Passionnante conférence

53 minutes pour entendre un orateur cultivé s’il en fut nous parler de notre histoire, de nos soldats, de nos traditions et notamment de la guerre de 14. A savourer…  même si on peut ne pas être d’accord avec lui sur certaines prises de position, certaines interprétations… Il a au moins le mérite d’ouvrir le débat. Et c’est aussi ça la France, le débat d’idées, le débat historique… aux antipodes des imprécations, interdits et autres excommunications.

Il nous explique notamment que, pendant 1000 ans, les seuls soldats d’Europe qui furent craints ce sont les soldats français, à cause de la structure étatique de notre pays, favorisant l’attachement à la nation, au pays… contrairement aux Allemands qui n’étaient que des mercenaires, capables d’aller offrir leurs bons services à Louis XIV.

Le soldat français est un paysan qui, pour défendre sa terre, peut être féroce...

Pour les Occidentaux, la guerre est un combat de vie ou de mort, parce que ce sont des paysans qui vont se battre et qui reviennent vite pour cultiver leur terre. La France, c’est ça. Et la dernière fois où ces paysans se sont levés pour se battre avec un héroïsme et une férocités sans pareilles, c’est la guerre 14.

Il explique que la démographie est quelque chose d’essentiel, la France était forte quand elle était le pays le plus peuplé, ce qui a été le cas pendant 1000 ans. 28 millions en 1789 quand les Anglais ne sont que 8 millions.

En 1830 on est 28 millions, la population algérienne n’est que de 2 millions…

Le déclin démographique commence tout doucement au XVIII ème siècle et s’accélère au XIXème :

En 14 la France est à 40 millions mais l’Allemagne nous a rattrapés, n’étant plus qu’à 60 millions, les Français ayant découvert et pratiqué « le funeste secret » selon l’Eglise, le retrait.

Le massacre français en 14, un million et demi de morts dans un pays qui ne faisait plus d’enfants depuis un siècle, c’est… inimaginable. Et ça explique tout de 40. La France a failli mourir de sa victoire de 14 et elle a été sauvée par sa défaite de 40. En 40 on n’aurait pas pu recommencer un million et demi de morts. C’est ça que disent Pétain et Laval, c’est pour ça qu’ils se soumettent à l’Allemand sans continuer à combattre comme le voulait le Général De Gaulle.

Il y a aussi un beau passage autour de la minute 40, quand Zemmour évoque le dualisme français et ses contradictions consubstantielles à la France, universalisme( catholicisme sous les rois)  et/ou souveraineté (indépendance de la France) ; droits de l’homme et/ou patrie charnelle (ou France des terroirs)… C’est ainsi que quelqu’un comme Robespierre commence avec l’universalisme des droits de l’homme et il finit avec la patrie charnelle. Il finit même par l’être suprême et « je hais les Anglais » parce que la nation le rattrape.

Gambetta c’est l’inverse, il commence avec l’indépendance de la France, avec la patrie charnelle, et il finit par se soumettre à l’Allemagne..

Et aujourd’hui l’universalisme des droits de l’homme est devenu la manière la plus aboutie de torturer les Français et de détruire la France…

Tout cela mérite réflexions, approfondissements, contradictions, bien sûr, mais quel bonheur d’avoir ce niveau de conférence, cette hauteur de vue, cette culture… si loin des débats médiocres et prétentieux de la télévision qui ne visent qu’à faire de la propagande et à décerner des médailles ou à prononcer des anathèmes !

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


17 thoughts on “A l’Issep de Marion Maréchal, Eric Zemmour raconte la France d’avant… Passionnante conférence

  1. Machinchose

    sacré bonhomme! je l’ ai parfois rencontré et ce qui m’ a le plus fait sourire c’est son rire trés communicatif

    je le surnomme « l’ olivier » et ça lui fait plaisir, (Zemmour = olivier en langue berbère)
    détail cocasse, mon patronyme qui signifie ,en berbère toujours, « le chêne ».

    a nous deux nous nourrissions ces populations de l’ ancienne Numidie!
    l’ olivier et sa légendaire huile d’ olive de kabylie ( zit zemmour) et le chene zéen dont les glands doux ont nourri les habitants de cette région durant des siècles, exactement comme les chataignes cevenoles chez nous (en farine, en grillés, en cuits…)

    mon patronyme qui figure parmi ceux des nombreux berbères partis a la conquête de l’ Espagne sous le commandement de Tariq ibn ziyad, au cours des siècles, donnera, traduit en Portugais le prénom Carvalho
    ces Carvalho qu on retrouve chez les Juifs d’ origine tunisienne, comme les Lumbroso, les Nunès et autres Cardozo

    les Carvalho, comme les Pereira( Poirier) et les Oliveira (ex Zemmour) sont tous d’ origine juive, mais les conversions forcées de l’ inquisition donneront les catholiques d’ aujourd’ hui portant ces noms…

    passionnant….du moins pour les concernés 😆

    et pourtant, depuis cet eclatement ou plutot agrégation de Gj d’ origines plus que douteuses, on voit refleurir la fleur vénéneuse qui pousse vite sur le fumier de l’ antijudaisme, Michèle Mazel a exprimé avec cette phrase ce que pensent beaucoup d’ entre nous

    «  »Sans ce soubassement d’antisémitisme sur lequel a poussé l’Europe on ne peut comprendre l’holocauste. Ce serait se leurrer que de penser qu’il a disparu. On en a hélas des échos aujourd’hui dans le mouvement hétéroclite des Gilets Jaunes. Les allusions au « banquier Rothschild » les tags nauséabonds défigurant les rues de Paris sont là pour nous rappeler la triste pérennité d’un mal que la France ne veut pas voir. » » »

    Bravo et merci Madame !

    Reply
    1. Christine TasinChristine Tasin Post author

      Attention de ne pas voir dans les allusions au banquier Rotschild de l’antisémitisme, Rotschild incarne les banques, la puissance financière qui nous étrangle, qu’il soit juif ou pas ne change rien à l’affaire

      Reply
      1. Machinchose

        entre « gens libères et bien nés….. » bien sur que je vous crois

        mais combien savent le « fais (et dis) ce que voudras  » dans le cadre de Thélème ?

        pas grand monde a mon avis….hélas….

        Reply
      2. David BelhassenDavid Belhassen

        Bonjour Christine. Je suis d’accord avec vous ainsi qu’avec Machinchose.
        Car d’une part, il ne faut surtout pas s’autocensurer par crainte « d’antisémitisme » (terme fallacieux inventé à la fin du XIXème siècle par un Teuton racialiste et précurseur de Hitler, répondant au nom de willhelm Marr). Rotschild n’a donc aucune immunité particulière par rapport aux autres banquiers félons et prédateurs.
        Et d’autre part, il faut être prudent et circonspect pour ne pas apporter de l’eau au moulin du bourrage de crâne d’une bonne partie de la population à la fois gaucho et réac-droitiste pro-palestniste-arabiste-islamique (reconnaissables au foulard qu’ils arborent au cou).
        Bien à vous, ainsi qu’ à Zemmour et à Marion Maréchal qui élèvent le débat.

        Reply
    1. YKempenich

      C’est plus audible ici :

      https://www.youtube.com/watch?v=TNmzIIh_17k

      Comme d’habitude, vraiment d’accord avec Zemmour !

      Partout désormais, l’enseignement de l’histoire est gangrenée par l’idéologie de gauche.

      Mon fils par exemple, au collège, vient de terminer 3 semaines (!) de cours sur l’islam, avec une « évaluation » ahurissante : des questions sur la vie de Mahomet, des sourates du Coran, sur les interdits, la polygamie, les glorieuses conquêtes du djihad…

      En 2-3 ans, on lui aura appris 10 fois plus de choses sur les musulmans que sur les juifs et les chrétiens.

      A l’université, idem. N’utilisez jamais plus les termes péjoratifs de « barbares » et « d’invasions » sous peine de mise au ban par un prof (souvent une femme). Et jetez à la poubelle tout l’enseignement des années antérieures à 81…

      Je me demande si je ne vais pas postuler à l’ISSEP…

      Reply
      1. Samia

        Mon fils vient lui aussi de se taper les insanités, concernant l’islam, délivrées désormais en cours d’histoire. Selon la prof, une femme, on chercherait des noises à l’islam et par ricochet aux « pauvres musulmans ». Pour moi, ce n’est pas très objectif tout ça, je dirais cela ressemble plus à de la propagande plus qu’à autre chose.
        Une honte ! J’ai voulu avoir une discussion avec mon enfant mais comme mon discours était différent de celui de sa prof, il n’a pas voulu me croire. Il a fallu que j’insiste à coup d’arguments pour qu’enfin il veuille bien m’écouter.

        Reply
  2. Machinchose

    salut Yann

    normal !!

    15 a 18 millions de musulmans en FRANCE

    par contre 750.000 boudhistes et 400.000 juifs, complètement inaudibles et pratiquant leurs solennités religieuses dans la sphère privée, sauf pour la fête des lumières, (hanouka ) en ce moment,

    trés vieux rite de lutte de la lumière contre les ténébres de l’ hiver, un Noel, ou encore le triomphe des lumières comme a Lyon, pareil, en ce moment..

    j’ ai donné depuis un moment a l’ ainé de mes petits fils TOUS mes livres de cours concernant l’ islam et le monde arabo-musulman de ma bibliothèque
    et cadeau prestigieux, le vieux Coran, bourré d’ annotations et vieux de 58 ans….ça lui permettra de savoir de quoi qu on cause ! 😆

    et de ne pas se laisser embobiner

    Reply
    1. YKempenich

      Salut Polo !

      Oui. Hanouka, je me rappelle quand j’habitais Strasbourg… ces bougies aux fenêtres…

      Je me languis d’écrire à nouveau quelques articles. Surtout en ce moment !

      Reply
        1. YKempenich

          Merci, c’est très gentil ! Désolé de vous faire tous souffrir ! 🙂

          En mai-juin, je reviendrais plus disponible. En revanche, d’ici là, s’il y a la Révolution, je laisse tout tomber pour rejoindre les lépreux, les gueux et les séditieux !

          Bon, on peut rêver…

          J’ai comme l’impression que les médias, les syndicats, les gauchistes habituels reprennent en main le mouvement.

          Bonne samedimanchée à tous ! Et merci à Christine pour son amitié.

          Reply
  3. Karl der Hammer

    « pendant 1000 ans, les seuls soldats d’Europe qui furent craints ce sont les soldats français »
    Bien que je ne sois pas historien, quid des « soldats suisses »? N’avaient-ils pas la réputations d’être les meilleurs, d’où leur emploi au Vatican?

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *