Macron a créé 11 impôts nouveaux ! 12 milliards d’euros pour payer l’immigration !


Macron a créé 11 impôts nouveaux ! 12 milliards d’euros pour payer l’immigration !
Gabegie des services publics, impôts massifs, taxes lourdes qui se multiplient… Les Sans-dents crèvent la faim, comme les agriculteurs, les éleveurs, les petits retraités, ceux à qui on impose  des temps partiels…
Mais cela n’a pas empêché Macron de créer 11 nouveaux impôts depuis mai 2017 :
— dont une taxe spéciale sur les gîtes géothermiques.
Je ne comprends pas… Il nous dit qu’il faut taxer les energies fossiles pour cause d’écologie, qu’il faut s’équiper en voiture électrique…etc et Macron taxe la géothermie ???
— une taxe spéciale elle aussi sur les industries de production de pâte à papier.
Il faut préserver les arbres, et hop ! Macron taxe… Par contre, les campagnes électorales, les publicités pour ses amis des multinationales, ça on n’y touche pas.
— une taxe supplémentaire sur le tabac (déjà taxé à 470%).
Marre de voir que d’innocents fumeurs, non contents d’être montrés du doigt, insultés… doivent en sus payer des taxes pharamineuses…
-Et la hausse du prix de l’électricité ? 52 % de la facture sont des taxes !
Cerise sur le gâteau,  Macron et Philippe annoncent une baisse des impôts de 25 milliards d’euros, alors que les calculs publiés dans le Figaro ci-dessous démontrent une hausse réelle de 12 milliards d’euros !!! Soit 37 milliards entre ce qu’affiche le gouvernement et la réalité…
ARTICLE DU FIGARO
INFOGRAPHIES – Le gouvernement a annoncé une baisse des impôts de 25 milliards d’euros en 2019. Mais, pour les fiscalistes du cabinet Delsol Avocats, les choses sont plus compliquées : d’après leurs calculs, les efforts demandés aux ménages et aux entreprises pourraient s’alourdir de 11,9 milliards d’euros l’an prochain. Explications.
La colère des «gilets jaunes», excédés par le poids des impôts et des taxes, était prévisible. Déjà, en 2018, la pression fiscale s’est beaucoup accrue sur les Français. Le produit de la CSG a augmenté de 25 milliards d’euros (Mds €), soit 25 %, avec un taux rehaussé de 1,7 % dès le 1er janvier de cette année. Il n’a été compensé par une baisse pleine de cotisation qu’à compter du 1er octobre, et seulement pour les salariés. C’est évidemment ce qui explique la baisse du pouvoir d’achat des Français en 2018.
Par ailleurs, la baisse de l’impôt sur les sociétés a bien été poursuivie, mais à une allure d’escargot, et la multiplication des seuils et des taux laisse entrevoir qu’à l’instar de l’impôt sur le revenu, l’impôt sur les sociétés prend dangereusement le chemin de la progressivité, ce qui heurterait notre compétitivité. L’exonération de taxe d’habitation est discriminatoire puisque 20 % des Français en sont écartés, et elle pénalisera l’autonomie des communes. L’instauration du prélèvement forfaitaire unique (PFU) au taux de 30 % sur les revenus mobiliers a certes été une bonne décision, mais il est regrettable d’en avoir exclu du bénéfice les revenus fonciers encore pénalisés par l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) alors que nous avons autant besoin d’investisseurs pour construire des usines et des logements que pour créer des entreprises.
Enfin, les hausses déjà massives des taxes sur l’énergie en 2018 ont empêché la pression fiscale de baisser significativement, tandis que le ratio de dépenses publiques français, en croissance de 0,6 % en volume (hors inflation), restait le plus élevé d’Europe, environ 10 points au-dessus de la moyenne européenne. Ce qui a inéluctablement conduit à une aggravation de la dette publique.
Malheureusement, la situation ne s’améliorera pas en 2019. Quoi qu’en dise le gouvernement, les dépenses continueront d’augmenter, les prélèvements obligatoires aussi. «Il n’y aura pas d’augmentation de la pression fiscale d’ici à 2022», déclarait pourtant le président de la République le 15 avril. Dans son projet de loi de finances pour 2019, le gouvernement annonce qu’«en 2019, les prélèvements obligatoires diminueront de près de 25 milliards d’euros après une baisse de 10 milliards d’euros en 2018», soit 35 Mds € au total. Mais même le député Joël Giraud, LREM, rapporteur général du budget au nom de la commission des Finances, explique que la baisse effective ne serait que de 12 Mds €. En fait, la réalité est pire encore: les efforts – prélèvements directs ou latents – demandés aux ménages et aux entreprises, augmenteront, dans la durée, de 11,9 Mds € en 2019. Voici pourquoi.

■ La TVA sur la TICPE

Le gouvernement a reconnu que les contribuables allaient supporter, en 2019, 4 Mds € de fiscalité en plus au titre de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE), soit 1,9 Md € de plus pour les ménages et 2,1 Mds € de plus pour les entreprises, notamment sur le diesel. Mais il faut ajouter la TVA de 20 % calculée sur la TICPE elle-même et que, à tort, le gouvernement ne prend pas en compte pour évaluer la surcharge des contribuables en 2019, qu’il faut donc majorer de 0,4 Md € pour les ménages et de 0,2 Md € pour les entreprises qui ne peuvent déduire cette TVA que partiellement.

■ Les charges indirectes de la transformation du CICE

La transformation du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) en baisse de charges sociales permettra aux entreprises de bénéficier, en 2019, pour 20,4 Mds €, du remboursement du CICE 2018. Mais celui-ci est déjà inscrit dans les bilans 2018 et il s’agit là d’une disposition exceptionnelle et non récurrente. Joël Giraud a donc, à juste titre, exclu ce montant des allégements de charges à prendre en compte dans le budget 2019. Par ailleurs, en lieu et place du CICE, les entreprises bénéficieront d’une réduction de charges sociales de 6 % sur les bas salaires, ce qui générera une augmentation de leur résultat imposable parce que le CICE n’était pas comptabilisé dans le bénéfice imposable tandis que la baisse de charges le sera. Prenons l’exemple d’une PME de services réalisant un chiffre d’affaires de 4 millions d’euros avec 1,6 million d’euros de salaires et un résultat de 3000.000 euros: la transformation du CICE lui coûtera 27.000 euros, soit près de 15 % de son bénéfice après impôt. Globalement les entreprises pourraient supporter 3,6 Mds € d’impôt supplémentaire par rapport à ce qui est déjà prévu à ce titre au budget (2 Mds €).

L’impôt latent sur les retraités et les familles

La limitation à 0,3 % de la revalorisation des retraites, des allocations familiales et de l’APL (jusqu’à présent revalorisées à hauteur de l’inflation) représente une perte de pouvoir d’achat évaluée à 4,5 Mds € par rapport à une inflation prévue par la Banque de France à 1,7 % en 2019 et qui sera peut-être très supérieure à ce chiffre. Examinons la situation d’un couple de retraités ayant en 2017 une retraite nette de respectivement 2000 et 1500 euros par mois et des revenus fonciers de 800 euros par mois. Au total, ce couple perdra 3169 euros en trois ans, soit près un mois de retraite! Certes, il bénéficierait d’une réduction de sa taxe d’habitation s’il avait un peu moins de revenus, mais cette exonération, dont 20 % de la population est privée sans juste motif, sera sans doute compensée par la hausse des prix de l’énergie qui pèsera sur leurs coûts de chauffage et de déplacement.

■ Le mois caché du prélèvement à la source

Il faut encore prendre en compte dans la durée l‘augmentation réelle de l’impôt sur le revenu due en particulier au prélèvement à la source. Le projet de loi de finances pour 2019 prévoit un rendement de l’impôt sur le revenu en 2019 de 70,5 Mds €, contre 73 Mds € en 2017 et environ 73,5 Mds € en 2018. Pourtant, le prélèvement à la source a été mis en place pour assurer un meilleur rendement de l’impôt. Jusque-là, il n’était recouvré qu’à 95 % et doit l’être à 97 % dès 2019 et à 99 % ensuite. Si le produit de l’impôt sur le revenu baisse en 2019, c’est seulement parce que, la première année du prélèvement, l’administration fiscale ne collectera que 11 mois d’impôt: l’impôt dû au titre des salaires du mois de décembre 2019 ne sera perçu par l’Etat que début janvier 2020. Il manquera donc 5,9 Mds €. Mais les contribuables français seront néanmoins redevables de cet impôt au titre de 2019 et ils l’auront payé en 2019 par imputation sur leur salaire de décembre. Il faut donc le comptabiliser sur l’année 2019.
Globalement, les ménages supporteront 9 Mds € de prélèvements supplémentaires en 2019,si l’on additionne l’effet du décalage d’un mois des recettes du prélèvement à la source, l’impact du plafonnement des pensions de retraite et des prestations familiales (ce qui n’est pas donné, quelque part, est pris) ou encore le poids de la TVA sur la TICPE. Les prélèvements supportés par les entreprises s’alourdiront quant à eux de 2,9 Mds € en 2019. Soit, au total, entreprises et ménages confondus, une hausse de 11,9 Mds €. ■
Détail des calculs à retrouver sur www. irefeurope.org

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


31 thoughts on “Macron a créé 11 impôts nouveaux ! 12 milliards d’euros pour payer l’immigration !

  1. Machinchose

    vous avez bien sur remarqué le silence assourdissant de la « meilleure des communautés » , celle des « kivoussavé » ……………

    du CFCM a l’ uoif en passant par le Rectum Boubaker de la Grande Mosquée de Paris……silence tam-tam ….

    on dirait qu ils ont senti confusément, comme RANTANPLAN que ce n’ était pas du tout le moment de la ramener…

    (***)

    la vraie bataille elle doit se derouler contre tous ces imbéciles crétinoïdes qui nous empoisonnent l’ existence depuis trois decennies, comme de leurs coreligionnaires septentrionaux ( vous avez remarqué comme c’est classe! pour ne pas dire : gris… ou pire et plus expressif… comme ça

    (***)

    de nos jours je condamne fermement ce vocabulaire, il eut été bienséant de parler de  » Biquet »

    comme ces aventure de Tintin chez les congoïdes….

    tiens! idée: un nouveau bouquin intitulé

    TINTIN AU WAKANDA

    ça ferait un malheur ! 😆

    Reply
    1. Fomalo

      Pour le « biquet » Hip Hip Hip..
      Mais pour le reste (je pense aux femmes seules avec enfants – j’en connais- qui n’ont pas intérêt à l’ouvrir pour ne pas se couper de la fratrie , fratrie née en France comme elles, mais qui formant l’épigone mâle de leurs ancêtres bédouins ou kabyles prétendent faire la loi quand le père est défunt et la mère grabataire) je crois que ce sera difficile..quoique… Le moment de la ramener, car pour eux on s’en fout, c’est demain, après-demain, et jusqu’au 11 décembre inclus en France et au Maghreb .
      Ceci dit, Moi, septuagénaire apolitique, donne mon accord à rendez-vous entre déambulateurs de toute taille samedi 8 décembre avec sons et instruments musicaux du pouet-pouet au hurlement (https://www.decoagogo.fr/shop/accessoires-sonore-fete.html ) pour appuyer les G.J

      Reply
    2. Machinchose

      j’ aimerais qu on remette en vente libre ,comme ça existait il y a 40 ans encore, les armes de chasse

      calibre 12, calibre 9, calibre 16, ainsi que leurs munitions !!

      ce serait plus rassurant quand on sait les faunes qui trainent partout a présent, tels ces distributeurs de prospectus qui ouvrent toutes les portes d’ immeubles et s introduisent dans des propriétés privées frauduleusement…avec leurs passepartout…

      « lézôtres » eux n’ ont pas besoin d’ autorisations pour s’ équiper en armes de guerre ou armes de poing…

      sur simple présentation d’ identité , certificat de domicile, et extrait D3 de casier judiciaire, ça limiterait les abus !!

      et ça permettrait aux citoyens normaux d’ avoir de quoi se protéger, au cas ou ……

      et dans la foulée créer une déco pour le citoyen ayant abattu un cafard s’ étant introduit chez lui, de nuit et par effraction…

      a ce moment nous serons redevenus un pays « normal »

      Reply
    3. denise

      le silence et l’absence ! beaucoup ont remarqué qu’ils n’étaient pas sur les points de blocage .. (Sauf peut être cagoulés à Paris ! )

      Reply
    4. Joël

      « que ce n’ était pas du tout le moment de la ramener… »
      Ben oui, vu que macron s’apprête à signer le pacte de haute trahison, c’est pas le moment de faire une bavure.
      Mais après le 10, les affaires reprennent, soyez-en sûr.

      Reply
  2. HopliteHoplite

    Plus il va moins vite plus sa vitesse est moins grande comme disaient les shadocks.
    Tout cet enfumage est facile à voir il suffît de calculer ce qu’on paye en impôts, taxes,tva, etc… chaque jour… un Max!!

    Reply
  3. Marcher sur des OeufsMarcher sur des Oeufs

    Avec Marine @avec_marine
    :::: https://twitter.com/avec_marine/status/1070692498882871296

    Tous dénoncent aujourd’hui le chaos de la politique menée par Emmanuel Macron : mais qui a appelé à voter pour lui déjà ? 🤔

    _______________________________________
    Déclarations des responsables politiques et leurs invitations à ne surtout pas voter la bête immonde.

    Pour ceux qui ne l’entendraient pas bien ; Monsieur Asselineau dit :  » Si, Si, Si, j’exclus voter Madame Le Pen au deuxième tour. « 

    Reply
      1. Marcher sur des OeufsMarcher sur des Oeufs

        Bonjour @Madame Tasin ;

        Ça rejoint ce que @Monsieur Cassen it dans son article : « Aphatie, Elkrief et tous les journaleux veulent interdire aux GJ tout débat sur Marrakech » { http://resistancerepublicaine.eu/2018/12/07/aphatie-elkrief-et-tous-les-journaleux-veulent-interdire-aux-gj-tout-debat-sur-marrakech/#comment-727537 } ; au passage, je suis très contente qu’il en ait parlé, et tellement bien en plus ; car justement j’espérais que quelqu’un dénonce la presse.

        Politiciens et médias, sont à cuisiner sans relâche ; il faut les dénoncer, attaquer leur propos..

        Surtout ne pas oublier l’excellent site Ojim.fr et les portraits complets qu’il fait d’eux, tout comme les infographies qui font la relations entre les pouvoir, les médias et les payeurs.

        1°).- Les PORTRAITS de nos JOURNALEUX manipulateurs : https://www.ojim.fr/portraits/

        2°).- INFOGRAPHIES : https://www.ojim.fr/infographies-de-lojim/

        Reply
  4. Marcher sur des OeufsMarcher sur des Oeufs

    Ils ne comprennent toujours rien ; ils continuent de limiter les souffrances du Peuples français aux quelques euros dont ils consentiront à leur faire aumône juste le temps de mettre la totalité de leur projet en place.

    « On n’a pas fait assez »
    « On a été élus sur une promesse de débat et de construction,

    UNE PERLE : ***** or des personnes ont le sentiment qu’on leur impose une politique »*****,

    déplore Isabelle Florennes qui appelle à « plus de dialogue » et un « rééquilibrage social ».

    Ils ont l’air convaincus et sincères le plus beau. C’est donc irrémédiable, ils ne nous comprendront jamais ; ils resteront toujours à côté de la plaque en ce qui concerne les besoins et les souhaits politiques des Français.

    Ah ! Que vous sachiez, comme je le disais hier ou avant-hier , aux frontières Franco-Espagnols les futures nouveaux froncés sont dans les strating-blocks ; ils attendent impatiemment le 10 décembre. Macron va leur offrir le noël le plus heureux de leur vie ; ben oui ! ce ne sera pas La fête de la rupture du jeûne (Aïd al-fitr) ; mais le cadeau vaut bien le supplice d’avoir le plus beau jour de sa vie le jour de la fête la plus jolie et la plus familiale des mécréants..
    _________________________________
    «Gâchis», «inquiétude»… Des députés LREM déboussolés face aux «gilets jaunes»
    :::: https://www.20minutes.fr/politique/2388463-20181205-gachis-inquietude-deputes-lrem-deboussoles-face-gilets-jaunes?xtor=RSS-176

    MAJORITE Les députés de la majorité présidentielle ont le sentiment de n’avoir pas été assez écoutés par l’exécutif, malgré leurs alertes sur le mouvement des « gilets jaunes » dans leur circonscription…

    …./….

    Reply
  5. Marcher sur des OeufsMarcher sur des Oeufs

    Marine Le Pen Compte certifié @MLP_officiel
    :::: https://twitter.com/MLP_officiel/status/1070615474466111490

    📹 « Par leur comportement vis-à-vis des TPE/PME et le mal qu’elles font aux particuliers, les banques ont aggravé les difficultés de notre pays. » #GiletsJaunes

    Je dénonçais lundi le rôle des banques dans la baisse du pouvoir d’achat des Français !
    Marine dénonce le rôle des banques dans la baisse du pouvoir d’achat

    Reply
    1. Cat

      Quand on voit les commentaires sur le compte de Mlp .. On a vraiment pas de bol en vue … regardez les messages concernant le pacte de marabouze ….

      Reply
      1. Marcher sur des OeufsMarcher sur des Oeufs

        Bonjour @Cat ;

        Oui ; j’ai vu. C’est un peu désespérant mis c’est le résultat d’un travail de sape et d’un endoctrinement de plus de 40 ans.

        Appuyé par la volonté politique d’inonder notre pays d’immigrés, notamment musulmans ; arabe, et noirs africains surtout.

        Alors la tactique employée est la même que celle employée jusque là depuis la seconde guerre mondiale : racisme, antisémitisme, xénophobie, on va rajouter homophobe, bien que les faits contredisent les accusations, ; il y a en effet une recrudescence d’actes violents homophobes commis par les musulmans ; c’est plus commode de mettre ça sur le dos de la bête immonde sur lequel on a l’habitude de jeter tout ce qui dessert la « République démocratique française » depuis des lustres.

        Comme encore la majorité des français semblent s’allaiter aux biberons des médias propagandistes d’État ; ils sont bien conditionnés, près à continuer dans la même galère, formatés aux idéologies du système, prêts à le défendre et à écraser leurs compatriotes qui se sont émancipés de ce conditionnement.

        En fin de compte, cela est probablement une stratégie d’une système qui se sert de la partie des peuples conditionnée comme arme pour le défendre lui et son projet politique mondialiste.

        Si nous, nous ne sommes pas sortis de l’auberge, on est pourtant bien rentrés dans « l’hôtel mondialiste »

        Reply
  6. néo

    BRUNE POIRSON : ON SAVAIT QUE LES FRANÇAIS ÉTAIENT À L’OS ET QU’ IL FALLAIT FAIRE TRÈS VITE POUR LEUR PRENDRE DE L’ARGENT…WWOOUUHAAA…quelle honte avec ce fourbe de gallois..la.momie.

    Reply
  7. Alexander

    Article 53
    Les traités de paix, les traités de commerce, les traités ou accords relatifs à l’organisation internationale, ceux qui engagent les finances de l’Etat, ceux qui modifient les dispositions de nature législative, ceux qui sont relatifs à l’état des personnes, ceux qui comportent cession, échange ou adjonction de territoire, ne peuvent être ratifiés ou approuvés qu’en vertu d’une loi.

    Ils ne prennent effet qu’après avoir été ratifiés ou approuvés.

    Nulle cession, nul échange, nulle adjonction de territoire n’est valable sans le consentement des populations intéressées.

    Reply
  8. bm77

    Ils sont à la rue car ils ne savent plus comment subvenir à ce qui a été mis en place depuis des décennies, mais la gauche veut profiter des revendications des GJ pour se refaire une santé sur la bête. Si les GJ s’en remettaient à ces filous cela se traduirait à la fin par des subventions …pour les banlieues!!! L’article démontre bien que l’on a multiplié les taxes, pourquoi? Pas pour faire des investissements pour l’intérêt général puisque les gens sont dans la rue mais pour régler la note de quelque chose qui allait bien nous sauter à la gueule un jour ou l’autre.
    Que tout le monde se rassure les cours du baril de pétrole s’effondrent!!! Mais les prix à la pompe ne bougent pas!!! Cherchez l’erreur!

    Reply
  9. frejusien

    La pétition de Priscilla Petrovski atteint et dépasse le million de signatures,
    Le groupe réalise actuellement un sondage auprès des GJ pour proposer quatre revendications au gouvernement,
    – un référendum d’initiative populaire
    – création d’une assemblée citoyenne
    – baisse de toutes les taxes sur les produits de première nécessité
    – réduction significative des salaires des membres du gouvernement, réduction des privilèges et contrôle des notes de frais

    voir le site
    http://giletsjaunes.e-monsite.com/sondages-revendications/

    Reply
  10. patureau

    Comme dit Madame LEPEN, macron vend nos industries a l’étranger, soit disant, pour faire rentrer de l’argent, c’est surement pour cela, que macron nous IMPOSE d’innombrables taxes et impôts, pour augmenter, le prix de nos marchandises, , devenues INVENDABLES, et petit a petit, la France macron deviendra une colonie arabe, car, si on remarque bien,ce sont eux, qui nous achètent le plus

    Reply
  11. Dédé

    Puisqu’on vous dit : « Tous égaux devant l’impôt ! »

    – Pourquoi un député au bout de seulement cinq ans de cotisation retraite touche une retraite moyenne de 1 500 €/mois alors qu’un employé pour 42 années de cotisation touchera 896 euros en moyenne ?
    – Pourquoi, au bout de deux mandats de six ans chacun, un sénateur peut-il toucher plus de 3 700 € par mois de retraite ?
    – Pourquoi la retraite des élus n’est-elle pas prise en compte dans l’écrêtement (8 200 €) des indemnités d’élus.
    – Pourquoi une cotisation retraite d’élu rapporte-t-elle en moyenne 6,50 € pour un euro cotisé pendant vingt ans alors qu’un salarié du régime général touche entre 0,87 et 1,57 € pour un euro cotisé pendant quarante-deux ans ?
    – Pourquoi un élu peut-il cumuler ses différentes retraites (jusqu’à 5 retraites) ?
    – Pourquoi un élu peut-il travailler en touchant sa (ses) retraite(s) d’élu complète(s) sans plafond de montant alors que le citoyen lambda ne peut le faire sans dépasser la valeur de son dernier salaire ?
    – Pourquoi les élus ont-ils une retraite par capitalisation et l’interdisent-ils résolument aux « autres » qui n’ont droit qu’à une retraite par répartition ?
    – Pourquoi les cotisations retraite des élus peuvent-elles être abondées par les collectivités, ce qui permet à un parlementaire de toucher sa retraite à taux plein avec moins d’annuités de cotisation ?
    – Pourquoi une partie de la pension de retraite des parlementaires est-elle insaisissable (même en cas de fraude ou d’amende) ?
    – Pourquoi un agent public qui voudrait se présenter à une élection législative ne devrait-il pas démissionner de la fonction publique ? Un salarié le doit, lui, s’il veut travailler ailleurs !
    – Pourquoi deux ans d’allocations chômage pour un salarié lambda du régime général et cinq ans pour les députés ? Ceux-ci ont-ils plus de mal à retrouver un travail ?
    – Pourquoi les députés qui ne se représentent pas peuvent-ils toucher l’allocation différentielle et dégressive de retour à l’emploi ? Un salarié qui démissionne n’a, lui, droit à rien !
    – Pourquoi la fonction d’élu est-elle officiellement bénévole et que l’élu s’en met quand même plein les poches ?
    – Pourquoi un salarié au petit salaire ne peut-il bosser que jusqu’à 62 ans (67 ans pour les cadres) et un élu avec un gros salaire jusqu’à sa mort ?
    – Pourquoi faut-il avoir un casier judiciaire vierge pour entrer dans certaines professions et que ce n’est pas le cas pour être élu ?
    – Pourquoi un parlementaire échappe-t-il aux règles communes d’embauche d’un salarié alors qu’il vote des lois pour que les autres les appliquent ?
    – Pourquoi un parlementaire doit-il donner le détail de son patrimoine alors que personne n’a le droit de le publier sous peine d’amende ?
    – Pourquoi la fraude dans la déclaration de patrimoine d’un élu ne vaut-elle pas la prison mais seulement 30 000 € d’amende alors que la simple fraude d’un citoyen pour faux et usage de faux d’un document délivré par l’Administration est punissable de cinq ans d’emprisonnement et de 75 000 € d’amende ?
    – Pourquoi un parlementaire (député ou sénateur) touche-t-il une IRFM (indemnité représentative de frais de mandat) de 5 770 € par mois pour un député et de 6 200 € par mois pour un sénateur, dont l’usage n’est pas contrôlable et pour lequel il n’a de compte à rendre à personne ?
    – Pourquoi, durant son mandat, un élu peut-il s’acheter un bien qu’il nomme souvent « permanence », le payer à crédit avec l’IRFM, qui est de l’argent public, et le garder ou le vendre pour son bénéfice personnel ?
    – Pourquoi les parlementaires cumulards peuvent-ils toucher plusieurs enveloppes de frais de représentation (frais en tant que président d’agglomération, frais en tant que maire, IRFM en tant que député…) ?
    – Pourquoi les restaurants trois étoiles (cinq étoiles ?) de l’Assemblée nationale et du Sénat coûtent-ils si peu cher à l’élu ?
    – Pourquoi un parlementaire peut-il être conseil d’une société et toucher des honoraires faramineux en plus de ses indemnités ?
    – Pourquoi un élu à revenu égal de celui d’un salarié paye-t-il moins d’impôt sur le revenu ?
    – Pourquoi les parlementaires et les maires peuvent-ils embaucher qui ils veulent dans leur cabinet, par exemple, pour les sénateurs, les membres de leur famille ?
    – Pourquoi parle-t-on toujours de réduire le nombre de fonctionnaires mais jamais celui des parlementaires ?
    – Pourquoi les sénateurs se sont-ils versé en 2011, au titre d’un « rattrapage exceptionnel », une prime de 3 531,61 € avant les congés d’été… ?
    – Pourquoi aucun chiffre n’existe sur la présence ou non des sénateurs lors des séances au Sénat ?
    – Pourquoi les élus, chantres de la justice, acceptent-ils tous les ans la réduction du nombre de juges d’instruction (623 en 2009, 553 en 2011, 540 en 2012…) ?
    – Pourquoi la pension de réversion d’un élu décédé est-elle de 66 % sans condition de ressources du survivant alors que celle d’un salarié du privé est de 54 % sous condition de ressources du survivant (aucune réversion au-dessus de 19 614,40 brut annuel !) ?
    – Pourquoi la retraite d’un élu est-elle garantie et connue d’avance alors qu’un salarié du régime général n’est sûr de rien ?
    – Pourquoi un député peut-il cumuler plusieurs « réserves parlementaires » sans que cela se sache officiellement ?
    – Pourquoi l’indemnité de fonction d’un député et son IRFM ne sont-elles pas imposables ?
    – Pourquoi un député a-t-il droit au remboursement de frais de taxis parisiens (alors qu’il touche l’IRFM pour ça) ?
    – Pourquoi un ancien sénateur ou un ancien député ont-ils droit à la gratuité à vie en première classe SNCF ?
    – Pourquoi un ancien sénateur et son conjoint ont-ils le droit au remboursement de la moitié de 12 vols Air France par an et à vie ?
    – Pourquoi un sénateur peut-il emprunter jusqu’à 150 000 € à un taux préférentiel ?
    * Pourquoi les anciens ministres, leurs conjoints et leurs enfants ont-ils droit à la gratuité à vie des vols Air France et à la gratuité à vie des transports sur le réseau SNCF ?
    – Pourquoi une mairie ne se porte-t-elle pas automatiquement partie civile quand un élu de sa commune est mis en cause dans une affaire lésant les intérêts de la ville ?
    – Pourquoi y a-t-il dans le service des fraudes un service spécial pour les élus ?
    – Pourquoi une fraude d’élu est-elle différente des autres pour bénéficier d’un traitement de faveur ?
    – Pourquoi un élu condamné définitivement ne rembourse-t-il pas les frais d’avocat dépensés pour lui par la collectivité ?

    Reply
    1. frejusien

      Après cette lecture, on se rend compte à quel point on se fait bananer, et surtout on comprend pourquoi tous ces vautours font tant de ronds de jambe pour se faire élire,
      y a pas à dire, y a bon vos impôts

      Philippot propose la suppression du Sénat, je suis pour à 100%,
      ce n’est pas le nombre de fonctionnaires, mais le nombre de parlementaires qu’i l faut revoir, et supprimer tous ces privilèges indécents,
      Comme on ne peut pas compter sur eux pour le faire, il faudra trouver un autre moyen

      Reply
    2. Machinchose

      @ Dédé :

      EBLOUISSANT!!!

      ça mériterait une plaquette a imprimer et distribuer demains dans tout Paris

      chapeau bas, Dédé !!

      Reply
    3. Joël

      – Pourquoi, en cas de décès d’un parlementaire ou d’un membre de sa famille, c’est le contribuable qui paye les frais d’obsèques ?

      Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *