Les éoliennes reconnues dangereuses pour la santé humaine


Les éoliennes reconnues dangereuses pour la santé humaine

Après les milliers de publications rapportant les effets sanitaires néfastes d’éoliennes, Patrick Evans, Supervisor du Comté de Brown, dans le Wisconsin, avait alerté l’autorité sanitaire en réclamant l’ouverture d’une enquête sur les éoliennes en mars 2010.

La commission du service public du Wisconsin a commandé et partiellement financé une étude concernant 3 familles de Shirley, dans le comté de Brown, qui s’étaient plaintes des effets sanitaires des éoliennes. Deux d’entre elles ayant même dû abandonner leurs maisons pour préserver leur santé.

Le cabinet Hessler, habitué à travailler avec la filière, a été retenu par Clean Wisconsin pour mener cette étude, mais en raison de plaintes d’opposants aux projets éoliens et de la défiance envers ce cabinet d’acoustique, les avocats des opposants ont obtenu que lui soient adjoints trois autres cabinets indépendants.

L’acousticien Rick James, indisponible pendant les mesures et remplacé par Rob Rand, souligne que la participation du cabinet Hessler et de Clean Wisconsin, dont l’objet est entre autres de promouvoir les énergies renouvelables, dissipe, vis-à-vis de la filière professionnelle, tout soupçon de biais méthodologique dans l’étude.

La conclusion de cette étude est sans appel (p 7 du rapport) « Les quatre cabinets acoustiques considèrent qu’il y a suffisamment de preuves pour classer les basses fréquences et infrasons éoliens comme un problème grave pouvant affecter l’avenir de la filière. »

(The four investigating firms are of the opinion that enough evidence and hypotheses have been given herein to classify LFN and infrasound as a serious issue, possibly affecting the future of the industry.)

Les symptômes, parfaitement corrélés avec les enregistrements d’infrasons, même en l’absence de tout bruit audible, établissant l’effet sanitaire de ces infrasons.

En toute logique, le 14 octobre dernier, l’autorité sanitaire du Comté de Brown (County Board of Health), classait, à l’unanimité, les éoliennes en tant que « Danger pour la santé humaine ». (Human health Hazard)

Le jour même l’ « Illinois Leaks », réclamait cette même classification pour l’Illinois, comparant l’exposition aux éoliennes à une piscine sans aucune protection pour les enfants.

La filière professionnelle n’en ignore rien, bien sûr, puisque P.Schomer, l’un des 4 acousticiens concernés, en a rapporté les principales conclusions au congrès « Wind Tubine Noise de Denver 2013 ». Il explique même, dans son rapport, le mécanisme physiologique permettant aux infrasons éoliens inférieurs à 1 Hz d’agir sur les otolithes de l’oreille interne et d’entrainer les nausées, vertiges, migraines et pression dans les oreilles et la poitrine, décrits par les riverains et qui sont les symptômes bien connus du MSI (motion sickness incidence) liés à ces mêmes fréquences, dont le pic nauséogénique se situe à 0.167Hz, dans le mal des transports, selon l’étude menée pour les pilotes de l’US Navy.

Après révision par la communauté scientifique, cette étude de Schomer vient d’être publiée en février dernier dans le Journal de l’Acoustical Society of America. Schomer regrette cependant que l’exploitant, Duke Energy, ait refusé de collaborer au protocole proposé en permettant des tests on/off qui auraient fourni une preuve supplémentaire de la responsabilité des infrasons des éoliennes dans l’apparition des symptômes des riverains.

Entre temps, cependant, Pacific Hydro avait accepté, avec le cabinet S.Cooper, ce type de protocole on/off dans une étude commandée et financée par elle-même, pour répondre aux plaintes de riverains australiens, concernant ces mêmes symptômes.

Dans le rapport figurant sur son site, Pacific Hydro reconnait le lien irréfutable entre les infrasons de ses propres éoliennes et les « sensations »  allant de « migraines, pression dans la tête, les oreilles et la poitrine, bourdonnement d’oreilles, tachycardie, sensation de lourdeur…, » ressenties par les riverains alors qu’ils n’entendaient pas les éoliennes et ne savaient pas si elles fonctionnaient ou non. (p212). La personne affectée le plus sévèrement par ces infrasons étant d’ailleurs un malentendant. (p214)

Cependant, une infime minorité d’acousticiens prétend encore, dans des études payées par la filière, (EWEA, AWEA, ou CANWEA) que le lien entre les symptômes et les éoliennes est encore insuffisamment démontré. Leurs principaux arguments semblant d’ailleurs s’écrouler devant les dernières études qui comportent donc les tests on/off qui leur semblaient manquer, ainsi que le lien avec des marqueurs biologiques incontestables (Mikolajczak, taux de cortisol d’ oies élevées à 500m d’éoliennes mai 2014).

L’argument suprême semblant l’affirmation que l’attitude hostile envers les éoliennes renforcerait ces symptômes ! Ce qui est incontestable, bien sûr, l’aspect psycho somatique étant manifeste dans toutes les maladies, sans que cela fasse beaucoup avancer la question.

Mais nul ne songe à nier que des milliers de riverains d’éoliennes, dans le monde entier, se plaignent des mêmes symptômes. Ni que ces symptômes représentent un grave préjudice sanitaire. Le journal des Médecins de Famille canadiens prépare ceux-ci à rencontrer un nombre croissant de ces victimes, la Royal Society of Medicine précise les critères de diagnostic permettant d’en reconnaitre les effets dans un rayon de 10 km autour d’éoliennes industrielles.

L’éthique des politiques publiques exige de quantifier chaque risque sanitaire. L’Académie de Médecine réclame cette étude épidémiologique concernant les éoliennes, depuis mars 2006.

La Convention d’Aarhus est transcrite en droit français, dans le préambule de notre Constitution, par le respect de Charte de l’Environnement. Son article 7 assure au citoyen la transparence de toutes les informations concernant les projets relatifs à l’environnement.

Comment oser lui affirmer, pour solde de toute information relative aux risques qu’il encourt, qu’aucun effet sanitaire concernant les éoliennes n’est recensé à ce jour ?

http://www.economiematin.fr/news-eolienne-danger-sante-infrasons-impact-familles-exploitation-riou

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




11 thoughts on “Les éoliennes reconnues dangereuses pour la santé humaine

  1. pier

    il y a bien longtemps quand je parcourais l ‘ Ouest des States , j ‘avais vu des champs d ‘éoliennes ….
    mais qui depuis ont été abandonnées
    elles étaient dans des coins désertiques

    Reply
  2. BobbyFR94

    Les éoliennes sont à l’image des ECOLOS et des POLITOCARDS en France :

    NOCIVES comme les premiers, brassant uniquement de l’air comme les seconds !!!

    Ca fait cher l’éolienne, mais encore plus cher pour les seconds :-))

    Je ris…jaune, je sais !!

    Celle-là, il faut la retenir, non ?

    Elle pourra figurer dans la compilation que compte publier Christine :-)))

    Reply
  3. Marcher sur des OeufsMarcher sur des Oeufs

    Bon ! Alors c’est pourquoi qu’il nous enquiquine le roquet de l’Élysée ? C’est pour un ciel plus propre, un oxygène encore plus pur, …. quelques poches encore plus pleines de sou-sous ?

    Mais quel ciel veut il nettoyer plus bleu transparent que transparent ? Le ciel de France ? Où son ambition est planétaire ? Non ! Elle ne peut être planétaire puisque les taxes pour sauver la planète (la France donc) ne concernent que les Français. La preuve !

    Il semble qu’en Allemagne le charbon ait la côte ; pourtant je croyais que….

    Alors que veut réellement sauver Mac NezRond la France, la Planète ou autre chose inavouable ?

    Pourquoi la France doit-elle à elle toute seule payer un air pur pollué par les autres ?
    _______________________________________
    En Allemagne, la fin du charbon n’est pas pour demain
    :::: https://www.euractiv.fr/section/energie/news/anti-kohle-demos-uns-laeuft-die-zeit-davon/

    Des milliers d’Allemands ont manifesté pour une sortie accélérée du charbon d’ici 2020. Un objectif sur lequel le gouvernement peine à avancer.

    Alors que la conférence de l’ONU sur le climat s’est ouverte à Katowice, les citoyens sont descendus dans la rue pour encourager les politiques à aller de l’avant. En Allemagne, ils étaient 36 000 dans les rues de Berlin et Cologne, selon les organisateurs. La police, elle, a compté 15 000 personnes.

    Les citoyens réclament que d’ici 2020, l’Allemagne diminue de moitié son industrie du charbon. À Bruxelles, une marche géante pour le climat a attiré 75 000 personnes selon les organisateurs, 65 000 selon la police.

    :::. L’Allemagne peine à verdir son parc énergétique .:::

    Le pays de Goethe, mondialement reconnu pour son engagement dans la transition énergétique, n’honore toutefois pas ses promesses en matière de lutte contre le réchauffement climatique. L’Allemagne risque de rater de 8 points l’objectif qu’elle s’était fixée de réduire ses émissions de CO2 d’au moins 40 % d’ici 2020 par rapport à 1990.

    « L’Allemagne est le 4e plus gros émetteur mondial », dénonce le président de l’Association allemande de l’énergie éolienne, Hermann Albers. « Peu de pays ont une aussi grande responsabilité dans les émissions, et autant intérêt à réduire leurs émissions au plus vite. De surcroît, nous sommes le seul pays disposant d’un tel capital, des connaissances et de l’expertise en énergie solaire et en bioénergie. Nous avons tout ce qu’il faut pour développer une industrie entièrement débarrassée du carbone. »

    Le président de l’association souligne que le développement des énergies renouvelables à l’échelle européenne serait une aubaine pour l’économie allemande. L’engagement de l’UE d’utiliser au moins 32 % d’énergie renouvelable d’ici 2030, qui a été adopté en juin, constitue donc une étape importante. « L’Europe est lente, mais l’Europe apprend », conclut-il.

    our le ministre fédéral de l’Économie Peter Altmaier (CDU) cependant, le développement des énergies renouvelables est une « priorité absolue ». Il prévoit d’ailleurs d’accélérer l’expansion du réseau par voie législative. En outre, le Bundestag (parlement allemand) a adopté vendredi dernier une nouvelle loi sur la collecte d’énergie, qui a fait l’objet d’un long débat, et entend doubler le volume d’appels d’offres pour les parcs éoliens. « C’est le signe que le gouvernement allemand a compris qu’il fallait se débarrasser au plus vite du charbon, source de CO2 », se rassure Hermann Albers.

    :::. Une commission au charbon pas très efficace .:::

    Selon les prévisions des experts, la commission allemande au charbon proposera 2037 comme date d’élimination progressive du charbon. « Pour nous, la sortie doit commencer rapidement. Nous voulons que l’Allemagne soit débarrassée de la majorité de ses centrales à charbon au début des années 2020 », explique le président de l’Association de l’énergie éolienne.

    Hélas, la commission au charbon a reporté les négociations de sortie de l’Allemagne du charbon au mois de février. Pour Hermann Albers, un consensus aurait largement pu être trouvé avant cette date tardive.

    La coalition au pouvoir (CDU-CSU/SPD) a probablement forcé le report des négociations en raison des pressions exercées par les Länder producteurs de charbon et de l’élection à venir de la présidence de la CDU. Cela a suscité de vives critiques, car l’Allemagne va maintenant participer à la COP24 sans plan de sortie du charbon.

    :::. Des régions traditionnellement charbonnières .:::

    « Le débat allemand sur le charbon fait écho au dialogue polonais sur l’avenir du mix énergétique. La Pologne et l’Allemagne sont deux pays miniers et charbonniers, et donc des pays clés pour la décarbonisation de l’UE », explique Joanna Maćkowiak-Pandera, présidente du groupe de réflexion polonais Forum Energii.

    La Pologne, qui tire encore son énergie à 80 % du charbon, a récemment présenté son plan d’engagement pour l’accord de Paris, à commencer par la construction de centrales nucléaires, car elle n’en possède aucune.

    À Berlin, les manifestants ont défilé sous la devise « Stop charbon – protégeons le climat maintenant ». Devant la Chancellerie, ils ont lancé un appel au gouvernement fédéral pour qu’il se dépêche de faire sa transition énergétique.

    Reply
  4. cayssials

    il veut nettoyer le ciel de france ;pendant qu’il va chercheret qu’il fait rentrer des milliers,voir même des millions de migrants clandestins qui eux n’en ont rien a foutre de l’écologie pourvue qu’ils touchent et qu’ils profitent de la générosité des francais disons de certains qui voyent ppas le danger venir pour leur enfant et petits enfant qui eux devrons supporter contre leur gré des hordes de bons a rien
    Quand aux éoliennes je sait depuis longtemps que ces machins ne servent a rien ,sauf nuire a la santé de ceux qui sont proches.

    Reply
  5. frejusien

    Chez nous, ce sera comme pour l’amiante, on s’en apercevra quand le paysage sera hérissé de milliers de ces antennes diaboliques sources de nuisance et piètres productrices d’électricité,

    Comment se peut-il qu’on mette au gouvernement des gens qui sont en retard de 30 ans sur les connaissances technologiques ??
    des gens qui ont sans cesse un train de retard, qui sont incapables de voir que ce qui n’a pas fonctionné dans les autres pays plus avancés, ne fonctionnera pas en France ?

    Des aveugles et sourds aux alarmes qui sont lancées ??

    C’est comme pour le salafisme, faut-il être super-con, pour s’entêter à ce point et refuser de voir le lien entre les attentats et le salafisme ???

    Tout ça pour dire qu’il faut accélérer le mouvement, demander la dissolution de l’AN et élire des gens compétents et bien informés, marre des écolos de pacotille, des montreurs d’ours, et des catastrophismes,
    sur la 2, est prévue une émission destinée à faire peur au vulgum pecus,

    non mais, vous avez vu le niveau des députés LREM ??
    où voulez-vous qu’ils nous emmènent si ce n’est dans le mur,
    ils représentent une catastrophe climatique à eux seuls

    Reply
  6. frejusien

    @Jarkscik
    super votre article, vous pourriez aussi vous pencher sur les PAC, pompes à chaleur que le gvt veut imposer à la place des chaudières au fioul,

    vous découvrirez qu’elles consomment autant que des radiateurs électriques, avec , en sus, une installation très coûteuse,

    il faudrait que les gens soient informés, en Bretagne, beaucoup se sont fait piéger par une publicité mensongère de l’EDF et ils le regrettent amèrement,
    des frais comme une révision tous les ans, bien plus chère que l’entretien des anciens modèles à fioul

    Reply
      1. frejusien

        merci Christine et bonjour,
        je ne suis pas assez informé et pas compétent dans cette matière, un ingénieur le ferait mieux que moi,
        peut-être durandurand qui a fait un excellent rapport sur l’énergie nucléaire ?

        Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *