Kissé le boss ? Les dealers de Gonesse ont repris le terrain…


Kissé le boss ? Les dealers de Gonesse ont repris le terrain…

Kissé le boss ?

Quelques furieux babouins maîtrisent les cités.
Mais coiffés par l’iSSlam et son absoluité !
Les pandores à pas de velours,
y font deux trois aller retours.
Peur et résignation, comme à perpétuité…

 

PACO. Loin. Au pied des montagnes.
03/12/2018.

Une manifestation était organisée ce samedi au cœur du quartier de la Fauconnière. Objectif, prendre la place des dealers au pied des immeubles. Raté.

Une poignée d’habitants, une quinzaine tout au plus, ont bravé le froid et la pluie ce samedi de 11 heures à 14 heures pour occuper le terrain au pied du 56-57 square des Sports. Ce rassemblement festif organisé par la ville de Gonesse devant l’immeuble de douze étages, qui compte 95 logements, vise à dire stop au trafic de stupéfiants qui gangrène le quartier de la Fauconnière depuis des années.

« On en a marre. Les jeunes traînent au pied des immeubles de midi à 23 heures pour dealer. Ma belle-fille ne veut plus que mes petits enfants, âgés de 16 ans et 20 ans, viennent me voir sans être accompagnés car a elle peur qu’on leur propose de la drogue… », s’indigne cette retraitée, l’une des rares locataires à avoir osé défier ce samedi les trafiquants.

« On est chez nous… Le trafic ici c’est une tradition »

Elle n’a pas le temps de finir sa phrase qu’une quinzaine de jeunes, capuches sur la tête, déboulent au pied de l’immeuble. « On ne va pas se laisser faire, on est chez nous, c’est notre quartier », lancent-ils avec agressivité. Le maire Jean-Pierre Blazy va à leur contact. La discussion tourne court. Ils ne sont pas là pour discuter mais pour récupérer le terrain qu’on leur a confisqué. En aparté, un jeune de 21 ans confie : « C’est une provocation. Nous, on est là tous les jours. Le trafic, ici, c’est une tradition, ça dure depuis des années. Et il y en aura toujours », lâche-t-il d’un ton désinvolte.

Des clients de Paris et de Seine-Saint-Denis

La tour voisine de 12 étages du « 61 » square des Sports est au cœur des trafics de stupéfiant confirme un policier qui connaît bien la Fauconnière. « Les clients viennent de Paris, de Seine-Saint-Denis, souvent parce que c’est plus cool qu’à Sevran, par exemple. Ici, il n’y a pas de vendeur encagoulé ou d’homme armé. » Selon lui, deux ou trois personnes dirigeraient le gros du trafic dans lequel une vingtaine de personnes seraient impliquées, guetteurs compris. Les trafiquants ont su tirer parti des récents travaux de réaménagement du quartier, ajoute-t-il. La tour est désormais entourée de grilles, les parkings sont résidentialisés.

Il n’y a plus qu’une entrée par tour qui dessert ainsi quatre cages d’escalier. « Tout se passe à l’abri des regards. Cela rend difficile le travail d’investigation. Lorsqu’ils sont alertés par les guetteurs, les dealers peuvent se disperser facilement dans les étages. » Aujourd’hui, les policiers travaillent moins sur des enquêtes de longues haleines que sur des opérations coups de poing plus efficaces.

Jean-Pierre Blazy, le maire : « L’effet est limité, mais symbolique »

Vers midi, le groupe de jeunes qui a fait irruption repart. L’un d’eux gaze plusieurs personnes avec une bombe au poivre. Un autre arrache la banderole installée sur la grille à l’entrée de l’immeuble où était inscrit : « Elus et habitants occupent le terrain ». La police intervient et forme un cordon de protection devant la résidence. L’entrée de l’immeuble se transforme en camp retranché.

Malgré cette riposte contre la manifestation, le maire (PS) Jean-Pierre Blazy refuse de parler d’échec. « L’effet est limité, mais symbolique. On veut montrer que ce n’est pas le territoire des dealers. On les a dérangés, leur chiffre d’affaires va baisser. » Il met en avant le rôle des habitants dans cette lutte. « Ils ne doivent pas hésiter à appeler la police pour donner des infos, comme sur l’emplacement des planques. 1,4 kg de cannabis a été récemment saisi, rappelle le maire. Il faut surmonter la peur, il n’y a pas de fatalité face au trafic. Cette action en appellera d’autres », promet l’élu qui réclame aussi des moyens policiers supplémentaires. « Il manque 11 policiers au commissariat de Gonesse », rappelle-t-il.

A 100 m de là, le groupe de jeunes se tient en embuscade. Il est bientôt 14 heures, la mobilisation touche à sa fin. Et pour certains, c’est bientôt l’heure du retour aux affaires.

http://www.leparisien.fr/val-d-oise-95/gonesse-la-manifestation-anti-dealers-tourne-court-01-12-2018-7958658.php

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Paco

C'est jamais que des mots tournés en écheveaux, des embrouillaminis parcourant le cerveau ! Mais c'est vrai ça vaut pas tripette, ces mots tirés à l'escopette, ce n'est pas du Verlaine et pas du Marivaux... PACO 2016.


15 thoughts on “Kissé le boss ? Les dealers de Gonesse ont repris le terrain…

  1. Philippe RAI

    On ne va pas me faire croire qu’il y a une véritable lutte contre le trafic de drogue! Au contraire je crois que tout est fait pour qu’il perdure.
    Pas de descentes de police régulières, procédures administratives dissuasives pour les forces de l’ordre dès qu’elles arrêtent des dealers , et surtout pas de réelle pénalisation des consommateurs qui constituent le point faible de la chaîne : facilement identifiables et faciles à arrêter, dépistage facile de la consommation, il suffirait d’une répression féroce pour quasiment arrêter ce trafic.

    1. Fomalo

      Complètement d’accord. Qui touche, et combien, sur ce trafic? Une émission de France 2 (je crois ) l’an dernier, parlait du business « au noir » du 9 3. Ils ont tout: les transports, les relais par quartiers, les pourvoyeurs, les guetteurs, l les avocats idoines et en face des flics en effectif insuffisant, dont les dealers connaissent les adresses privées! Total (très déprécié semble-t-il et à doubler probablement) du petit business du département??= +/- 2milliards cinq. Cela dure depuis pratiquement 40 ans. Pourvoyeur principal: Maroc via l’Espagne, produit local ou immigré d’Amérique latine, et Kosovo /Albanie via Afghanistan et Turquie. Bref le triangle d’or des années soixante a aujourd’hui grâce à Schengen ses meilleurs relais. Hors de question d’envisager la pénalisation des consommateurs, alors que des députés proposent la liberté du canabis, et qu’on crée des « salles de shoot ».. Nous sommes d’accord, il n’y a pas de volonté de réprimer. Nous, citoyens français, ne sommes plus en démocratie. D’ailleurs c’est sur un tout autre plan qu’il faudrait juger, pas pour faire partie des « bons et des biens » mais pour savoir quel combat est à mener, et pour qui? Certains ont choisi leur camp, d’autres pas encore. La question de vie ou de mort n’impressionne nos semblables que devant une kalachnikov ou un couteau, ou devant un cancer pris en charge, la vieillesse ou l’invalidité démoralisantes .La France devient pire qu’une république bananière, une république de lâches, inféodée à l’Europe et à l’ONU. Défaut d’instruction, de foi, et d’ennemi identifié: celui que nous portons en nous!

      1. hollender

        La France est une prostituée depuis que les Yankees ont débarqué en Normandie.
        Ils avaient même imprimé des Francs pour remplacer les nôtre.
        Charles de Gaulle s’est opposé à leur utilisation.
        Leurs films, leur bouffe de merde, cancérigène, leur  » Jeans » en De Nîmes……. et leur langue qui n’est même pas de l’Anglais ont fait le reste.
        Allez chez Leclerc ou Carrefour chercher un objet aux couleurs bleu, blanc, rouge…… vous ne trouverez QUE des motifs du drapeau états uniens et l’union jack des rosbifs, deux pays qui nous méprisent mais qui nous aiment quand ils ont besoin de festoyer, de picoler et de baiser. Les Rosbifs quittent de l’Europe qu’ils n’ont pas réussi à diviser pour mieux la soumettre… ils nous laissent leur langue, de bâtards, incapables et trop feignants qu’ils sont pour en apprendre une autre. .

        Don’t worrry, be happy

        1. Conan

          @hollander
          Généralement je prends plaisir à te lire, mais là t’es vraiment hors sujet …
          Le g’nièvre ?…
          Quand on voit ce que réalise le yankee qu’ils ont élu à la tête de leur pays, on peut en conclure que ces gens là sont autrement moins cons que les français !!…..
          Enfin, comme dirait l’autre…c’est mon avis et je l’partage …..

  2. Joël

    Oui mais là, les CRS n’y vont pas.

    On les a dérangés, leur chiffre d’affaires va baisser. Bon c’est un socialo qui fait rire, peut-être un client ?

  3. Tzel

    Il faut leur envoyer Obono-bonobo . Elle va tous les remettre à la Sorbonne.
    Quelle flopée d’ingénieurs au rabais allons nous avoir ? (Blague ).

  4. Philip Wilson

    Très difficile d’arrêter se genre de traffic et vous pouvez êtres sûre que ça remonte jusqu’au plus haut niveau, roi du Maroc pour la cam, l’espace shengen, l’UE pour facilité le transit et les juges rouges pour relâcher les dealers. Mieux vaudrait faire comme le Colorado, l’Uruguay, le Canada récemment et autorisé la consommation pour ensuite vendre des produits de qualité et à moindre risques pour l’utilisateur dans les pharmacies, faire d’énormes bénéfices, tout en mettant hors du marché la concurrence criminels et réinjecter l’argent dans l’éducation et le sport etc.

    1. philippe RAI

      Oui, la difficulté est certainement d’ordre politique, le Maroc tire beaucoup d’argent de ces trafics.
      Quant à autoriser la consommation : non ! trop d’effets sur la santé et le comportement. On a déjà l’alcool, il ne faut pas en ajouter. On attend les résultats sur les accidents dans les pays concernés par la légalisation !

      1. romulusromulus

        oui quand on voit que le shit divise à peu près par deux les capacités, si on l’ajoute légalement à l’alcool autant mettre une bombe A sur la france.

  5. Laurence-Antigone

    Le trafic de shit rapporte plus d’un milliard d’euros à la Seine-Saint-Denis. Tout l’argent est réinjecté dans le système, courses, loyers, activités des gosses, achats de voitures….
    Pourquoi les élus du 93 ou du 95 feraient-ils disparaître cette manne ?

  6. bm77

    Alors que l’on devrait rentrer en guerre contre cette mafia on nous apprend que le traite qui occupe l’Elysée s’apprête à signer le pacte de Marrakech qui par son caractère communautariste va renforcer cette situation qui est déjà insupportable!!! C’est tout un symbole puisque le Maroc c’est d’une part le lieu de villégiature de nombre d’hommes politiques et c’est aussi le fournisseur principal des dealers pour le cannabis
    Que cherche -t-il ? Merci à Marine qui s’est engagée à rende caduque cette signature et les engagements et sommations qui sont inscrites dans ce traité que seul un traite peut signer . Vous savez ce qu’il vous reste à faire. Mais pourquoi faut-il que les gens se fassent peur pour prendre les bonnes décisions?

Comments are closed.