La voiture électrique, une nouvelle escroquerie des écolos


La voiture électrique, une nouvelle escroquerie des écolos

Au même titre que les écologistes qui cherchent à torpiller le nucléaire, qui représente 75 % de la production d’électricité en France et reste une énergie propre moins coûteuse que les énergies fossiles, on s’acharne à promouvoir la voiture électrique qui va tout simplement détruire l’industrie automobile française, sans régler le moins du monde les problèmes de santé publique ou de réchauffement climatique.

Car en France, on ne produit pas de batteries, qui viennent toutes de Chine, de Corée ou du Japon. Ce n’est pas en tuant les motoristes français qu’on va sauver l’emploi.

Nos constructeurs ont toujours été les champions du moteur diesel, et on tue le diesel ! Nos moteurs sont d’ailleurs utilisés sur de nombreux véhicules étrangers.

Au lieu d’encourager l’allègement drastique des véhicules, l’aérodynamisme, le rendement des moteurs thermiques et les systèmes antipollution, on se lance dans le tout électrique alors que c’est encore une escroquerie monumentale, qui va coûter très cher au contribuable et va pénaliser nos constructeurs.

https://www.hybridforall.fr/carlos-tavares-patron-de-psa-le-monde-est-fou

https://blogs.mediapart.fr/jerome-fraisse/blog/130318/le-mythe-de-la-voiture-electrique

Je n’ai jamais été un fan de la voiture électrique, qui coûte une fortune, qui est trop lourde, n’a pas d’autonomie et nécessite des bornes de recharge des batteries où il faut attendre un temps fou avant de pouvoir repartir.

Alors que certaines voitures diesel dépassent les 1 000 km d’autonomie en consommant à peine 7 litres aux 100 km…

Vendre une citadine 20 000 euros pour une autonomie de 200 km en théorie, mais moins en pratique, avec un temps de recharge rédhibitoire, c’est une escroquerie.

À 10 000 euros la batterie, d’une durée de vie de 10 ans maximum, ce n’est pas l’automobiliste moyen qui peut rouler tout électrique. La voiture électrique, c’est fait pour les riches, voire les très riches.

Une citadine électrique, c’est envisageable comme seconde ou troisième voiture, dans un rayon de 30 km autour de chez soi. Longs parcours, s’abstenir.

http://www.auto-moto.com/pratique/combien-coute-batterie-de-voiture-electrique-fp-164429.html

J’ajoute qu’une borne de recharge sur la voirie coûte 10 000 euros en moyenne et qu’il en faudrait des millions sur le territoire pour éviter la panne totale.

« À titre d’exemple, il faudra compter 16 heures pour recharger une batterie de 30 kWh sur une prise domestique et moins d’une heure sur une borne rapide à 50 kW, soit de quoi récupérer 200 km environ. Avec un super-chargeur Tesla, tout va plus vite car la puissance monte jusqu’à 120 kW et permet de récupérer jusqu’à 270 km d’autonomie en 30 minutes. »

Mais revenons à l’excellente étude de Jérôme Fraisse  qui nous rappelle quelques lois élémentaires de physique.

Pourquoi une voiture a-t-elle besoin d’énergie pour avancer ?

Primo, pour vaincre la résistance de l’air et secundo, pour vaincre les forces de frottement au sol. Plus une voiture est légère, moins elle consomme.

Tout le monde comprend qu’une voiture taillée comme une boîte à chaussures demandera davantage d’énergie pour avancer qu’une voiture qui a le profil d’un avion de chasse.

En dessous de 50 km/h, ce sont les forces de frottement qu’il faut vaincre. À grande vitesse, c’est davantage la résistance de l’air. Celle-ci quadruple quand on double la vitesse.

Sur ces deux points, la voiture électrique est légèrement avantagée, bien que plus lourde à cause des batteries.

Côté rendement moteur, l’avantage va aussi au moteur électrique, puisque les moteurs thermiques ont un rendement de 30 % (puissance totale fournie/puissance utile récupérée suite aux pertes).

Mais le gros problème, c’est la batterie.

Car pour stocker de l’électricité dans une batterie et la recharger, il faut produire du courant et l’acheminer à la voiture. Centrales nucléaires + centrales thermiques + énergie renouvelables subissent des pertes énormes.

Au bilan, la voiture électrique engloutit plus d’énergie primaire que la voiture thermique.

Avec une puissance totale de 486 Wh/km fournie au départ pour alimenter les centrales, on arrive à 146 Wh/km pour alimenter la voiture électrique ! Rendement global 30 %.

Pour la voiture thermique, on part de 360 Wh/km d’énergie fossile (pétrole), pour arriver à 338 Wh/km de puissance utile fournie. Rendement 94 %.

Donc, si le moteur électrique a un très bon rendement, la chaîne de fabrication d’électricité a un rendement de 30 % ! Ce qui fait perdre tout intérêt à la voiture électrique.

Ensuite, il faut prendre en compte les problèmes de fabrication de batteries au lithium-ion, une denrée rare qui va devenir de plus en plus chère si le parc automobile électrique explose. Une batterie de 400 kg, c’est 200 km d’autonomie !

Selon l’ADEME, Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie, la voiture électrique consomme deux fois plus d’énergie que sa consœur thermique durant la phase de production.

En conclusion, il est trop tôt pour se lancer dans la voiture électrique.

Les batteries sont trop lourdes, l’autonomie insuffisante, le temps de recharge trop long et le coût démentiel.

Et n’oublions pas qu’il n’y a pas que le moteur qui émet du CO2 et des particules fines.

Partout, il est prétendu que la voiture électrique n’émet pas de particules fines.
Mais, comme le signale le magazine Science et Vie (janvier 2015), « les pneus, les freins et l’usure des routes émettent presque autant de microparticules que le diesel ».

Il serait certainement plus facile pour nos constructeurs d’améliorer le rendement des moteurs thermiques, de limiter la consommation, de diminuer les émissions de CO2 et de particules fines, plutôt que d’essayer de développer la voiture électrique dévoreuse d’électricité et de lithium.

Les Japonais ont misé sur le moteur à hydrogène. Il ne pollue pas, le plein d’hydrogène est rapide et la voiture a une autonomie de 600 km.

Problème : la production d’hydrogène est complexe et polluante.

https://www.youtube.com/watch?v=UBRtY3grlM0

https://www.numerama.com/tech/218230-les-voitures-a-hydrogene-se-diffusent-en-californie-est-ce-une-veritable-necessite.html

Tout cela montre que le moteur thermique a encore de beaux jours devant lui et faisons confiance à nos ingénieurs pour en améliorer le rendement et diminuer les émanations nocives.

Et ne croyons pas le discours des écologistes, qui ont menti sur le climat, menti sur le nucléaire, menti sur les éoliennes et mentent sur la voiture électrique.

Ne succombons pas à leur religion délirante et accrochons-nous aux réalités scientifiques. C’est plus sûr !

https://ripostelaique.com/la-voiture-electrique-une-nouvelle-escroquerie-des-ecolos.html

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




26 thoughts on “La voiture électrique, une nouvelle escroquerie des écolos

  1. Avatarkounnar

    Lu je ne sais plus ou que pour amortir le bilan carbone de la construction d’une voiture électrique, par rapport à un modèle à moteur thermique, cela nécessite entre 50 et 100000 km ….c’est à dire que lorsque enfin vous avez amorti …il est temps de changer la batterie 🙂
    Lorsque vous écrivez 7l/100 km je vous trouve bien pessimiste mes consos personnelles avec différents véhicules diesel :
    C4 3,5 lt/100 km
    Clio eco 3,2lt/100 km
    Velsatis 5,6lt/100 km
    Fourgon 2.8 Master 7,8l/100 km
    CX 2.2d 6lt/100km

    Tout est dans la manière de conduire 🙂

    1. Avatarmanuel

      Bonsoir
      Bien vu kounnar
      c4 2litres 6 vittesses diesel
      Mon domicile DE ——–Aveyron 1050klm
      aller 4,2 l
      retour 4,6l (plus de nationnales dans le massif central)
      Avec le respect des limitations de vitesse….

  2. Avatarpier

    Même des gens avec des moyens financiers élevés
    Comment feront ils à Noël pour aller aux sports d ‘hivers avec une bagnole électrique d ‘une autonomie de 300 km ?
    et l ‘été pour descendre à St Trop ?
    hiver >chauffage
    été > clim

    Grosse Escroquerie !

    1. AvatarBaribal

      Le froid est l’ennemi des batteries. Curieux de voir l’autonomie d’une électrique avec une température extérieure sous 0°C. Sans parler de la consommation sur une route enneigée…

      1. AvatarMachinchose

        et la non recharge pendant une longue période est aussi un ennemi mortel des batteries de traction qui doivent subir une charge dite d’ égalisation au moins une fois par semaine

        le seul domaine a ma connaissance ou elles sont utiles, c’est a l’ interieur de nos immenses entrepots de stockage ou de distribution….là nos FENWICK nationaux, fabriqués a Chatellerault, font merveille!
        et rares sont les entreprises les utilisant en vraiment 3X8
        un FENWICK travaille généralement une moyenne de 4 a 5 heures jour, donc autonomie qotidienne largement assurée

        d’ ailleurs en exterieur, ou l’ engagement est bien plus sollicité on se retrouve avec tous des moteurs thermiques (diesel ou gaz)

  3. AvatarPhiliberte

    Escroquerie: tout à fait d’accord! Et je ne parle pas de la voiture « hybride », qui est une arnaque première grandeur! Je me suis faite avoir l’an dernier: je consomme 5,5l aux 100km, avec leur pub « 50% électrique ». Dès que j’effleure l’accélérateur, je passe en thermique. Et ils ont eu le culot de me dire que je ne savais pas conduire. Allez chez Toyota.
    PS: que faut-il que je fasse pour que les « alertes » aux messages me parviennent. Merci.

    1. Christine TasinChristine Tasin

      Quand tu postes un commentaire en principe une fenêtre doit s’ouvrir qui te demande de cocher si tu veux être prévenue lors de nouveaux commentaires ou de nouveaux articles

  4. romulusromulus

    L’écologie couplée avec la soif de l’argent donnera à coup sûr une catastrophe et donne déjà les absurdités que l’on voit se succéder actuellement à vitesse grand V. Les escrocs au pouvoir, en charge de nous « sauver » nous amènent tranquillement vers une dictature écologiste d’état, complice des puissances de l’argent. Ce qu’avaient prédit les penseurs de la décroissance depuis longtemps. Ces fariboles se réalisent au détriment du petit peuple, ce qu’intuitivement ont notamment compris les gilets jaunes, tandis que les nantis nous donnent avec un aplomb sans nom des leçons de fausse écologie, devenant punitive pour les plus modestes. A un moment donné il faudra choisir: ou adorer le dieu « argent » avec ce qui va avec (consumérisme, sans frontiérisme, unicité culturelle, dictature écologique), ou privilégier une vie harmonieuse plus frugale donc pas toujours facile, avec pour chacun la place qui lui revient. Cela suppose de remettre à sa place le matériel tout en en préservant ses capacités de réalisation, c’est à dire en étant économe et intelligent. Avec toute les contradictions qu’elle contient, la voie est étroite et pavée de chausse trappes mais c’est l’un des grands défis à venir.

  5. Avataralf77

    Le Pantone ou plutôt le Villiers Pantone en France n’est pas un moteur à eau , mais un moteur dopé au gaz d’eau . Le moteur équipé d’un réacteur Pantone peut consommer jusqu’à moins 30% de carburant avec une pollution proche de zéro . Les moteurs équipé s’use moins et l’huile reste propre bien plus longtemps . En France tout est fait pour bloquer cette invention , imaginez une forte baisse des ventes de carburant , l’état ne l’accepterait jamais .
    Le moteur à eau existe vraiment , il a été créé par Stan Meyer et installé sur un buggy lm1(châssis cox) . ce moteur fonctionne avec un générateur d’hydrogène .
    a+
    alf77

  6. AvatarPhilippe RAI

    Je cite :
    « Avec un super-chargeur Tesla, tout va plus vite car la puissance monte jusqu’à 120 kW et permet de récupérer jusqu’à 270 km d’autonomie en 30 minutes. »
    Juste un petit calcul :
    Supposons que 100 000 voitures chargent en même temps à 120 kW.
    Ça fait 12 000 000 kW soit 12 GW.
    Une tranche EPR c’est 1,7 GW.
    Donc il faudra 7 EPR pour absorber la charge simultanée de ces voitures.
    Un peu plus pour compenser les 10% de pertes du réseau électrique.

    1. AvatarJean-Louis

      Très bonne remarque, d’ailleurs il a été dit et redit que si demain, tout le monde change sa voiture pour une électrique, le réseau électrique du pays tombe la première nuit. On est pas équipé pour produire autant d’électricité. Déjà que sans le tout électrique EDF signale l’hiver qu’il peut y avoir des coupures de courant dû à une surconsommation…

  7. AvatarUN GAULOIS

    L’automobile est évidemment un sujet d’escroquerie. J’ai eu un véhicule Volkswagen qui consommait 5.8 L de gas oil aux 100kms mais son défaut était le logiciel qui masquait l’émission de gaz (Nox CO2). Le calculateur revu sur demande expresse des faiseurs de normes, la consommation est passé à 6.5l.
    La pollution aurait elle augmentée avec 0.7 L de plus pour le même usage???? Ou comment saccager le travail des ingénieurs.
    Content de ce modèle, j’ai remplacé l’énergie par de l’essence. Consommation 6.2 l au 100kms sur 9000km, ce qui est peu et s’amortit eu égard l’écart de prix à l’achat par rapport au GO (3000€) et au coût de l’entretien qui est moindre.

  8. AvatarUN GAULOIS

    La Twingo de 9 ans méritait peut être une remplaçante plus écologique. Une Zoé par exemple. Après avoir étalé les chiffres et les avoir comparé aux coûts tout compris(achat, fonctionnement, entretien) d’une twingo neuve, il s’avère qu’il vaut mieux économiquement pour une citadine qui roule relativement peu(< 5/6000kms an), acquérir un véhicule essence. Mais en comparant l'ancêtre à la nouvelle, il s'avère que de passer de 4 cylindres à 3 cylindres n'est pas sans inconvénient faisant monter la consommation chez la nouvelle.
    Conclusion de l'affaire : bichonner l'ancienne et ne surtout pas investir. Avis partagé par bon nombre de mécanos. Le progrès nous fait régresser, étonnant, non.

  9. Charles Martel 02Charles Martel 02

    Bien sûr le tout électrique est une monstrueuse connerie, que ce soit au niveau écologique, politique ou économique.

    *Les terres rares nécessaires aux batteries et dont l’extraction est extrêmement polluante ne sont produites que par la Chine, donc dépendance absolue vis à vis de la Chine sans compter une pollution record de la planète.

    * Une fois les batteries usées, on ne sait pas comment les recycler, sans doute iront elles s’amonceler en Inde, ou en Afrique ou je ne sais quel pays qui moyennant quelques bons pots de vins versés à quelques élites pourries n’hésiteront pas à faire crever le reste de la population.

    *La recharge des batteries nécessite de l’électricité qui sera produite par nos centrales avec les déchets nucléaires ou pollution supplémentaire que ça engendrera.

    Alors bien sûr que non la voiture électrique n’est pas une solution, c’est un monstrueux leurre. Mais on peut alors se demander pourquoi cet engouement soudain de nos élites politiques pour virer nos diesels performants alors qu’hier ces mêmes politicards encourageaient l’achat de ce type de véhicule..

    La réponse est simple : « le FRIC ». Nous pomper du fric encore et toujours plus avec la complicité d’écolos complètement cons et ignorants qui clament partout que l’électrique est la solution miracle.
    Alors on culpabilise les méchant français qu’on a encouragé depuis des années a rouler au diesel on va leur filer 2000 euros pour acheter un bagnole qui en coute plus de 20000.. Seul problème, où vont ils trouver le les 18000 euros alors qu’ils crèvent déjà sous les taxes de Macron. Mais c’est pas grave s’ils gardent leur diesel, Macron va les taxer à mort sur le gasoil sous le fallacieux prétexte de punir les méchants pollueurs et qui va profiter de tout ça ? Toujours les mêmes : les banques (les grands copains de Macron) qui prêteront de l’argent et encaisseront les intérêts, l’état qui encaissera la TVA sur l’achat des véhicules soi-disant moins polluants et autres taxes liées aux voitures et je leur fais confiance pour nous en trouver (c’est la seule chose qu’ils savent faire) .

    Mais ça ne s’arrêtera pas là, car lorsque l’on aura bien développé le parc de véhicules électrique les problèmes décrits dans ce très bon article ainsi que ceux que j’ai décrits plus haut vont surgir. Alors nos pourritures de politicards toujours prêt à nous pomper, vont trouver quelques connards d’écolos (peut être les mêmes qui louent aujourd’hui la voiture électrique) pour venir gueuler contre la pollution engendrée par ces mêmes véhicules électriques. Et là ces mêmes ordures de politicards viendront nous foutre des taxes par exemple sur l’électricité destinée à la recharge des batteries afin de sauver la planète et notre santé, ce sera facile avec leur nouveau compteur Linky qui identifiera un signal envoyé par le véhicule au moment de la recharge de la batterie. Et on recevra une belle feuille d’impôt supplémentaire à payer sur les Kwatts utilisés pour la voiture. Il ne faut pas se leurrer car moins on consomme de carburant moins l’état engrange de taxes donc ils se rattraperont là dessus et ainsi de suite. En résumé tous ces politicards complices de la grande finance (les grands copains de Macron) nous prennent pour des cons et des moutons à tondre, la planète et notre santé ils n’en ont rien a foutre leur seul but est de nous tondre toujours plus, de nous réduire à une sorte d’esclavage moderne mais un esclavage peut être pire que celui qui a existé par le passé.

  10. AvatarPJP

    il est évident que temps qu’il restera une goutte de pétrole ,jackpot , aucune technologie ayant fait ses preuves genre pantome ne remplacera nos consommatrice d’énergie fossile. Quand la nécessité de remplacement sera aux mains des exploiteurs nous paierons le prix fort comme dab. Actuellement leurs incitations et pressions n’est qu’une escroquerie de +. Dans les années 60/65 j’utilisais un vélo solex 2400 parcourant environ 160 km avec 1 litre 1/2 aprés avoir rectifier la culasse pour + de puissance.- Suis a sa recherche depuis peu et achteur actuellement 300/350€ ce qui ensuite me permettera de réduire mes factures.diesel presentement dans les déplacements urbain. Soyons sans défection aux urnes en Mai 19 , ça suffit , stop a la mafia

  11. Avatarexocet

    si plus de moteurs thermique en France plus de raffineries, ce qui veut dire, plus de production de gaz, d’essence, de gasoil, d’huile, de graisse, de produits pour les matières plastiques, de solvants pour les peintures , et plus de goudron pour nos routes, tous ses nombreux produits donc nous avons besoin en France devront être achetés à l’étranger, ce qui fera des centaines de chômeurs supplémentaires en France, maintenant si Macron et l’Europe commence à toucher au pétrole, cela risque de faire une nouvelle crise mondiale, car toutes les grosses entreprises qui travaillent avec le pétrole et ses dérivés sont pour la plupart côtés en bourses.

  12. AvatarVent d'Est, Vent d'Ouest

    De toute façon, on peut compter sur les gouvernements menteurs pour après coup, nous interdire les voitures électriques trop coûteuses en énergie, pollueuses pour l’environnement avec toujours les mêmes arguments foireux et préconiser la charrette et le cheval, ou l’âne… pendant que, eux, ils rouleront dans des véhicules terrestres et volants avec de l’énergie fossile, et peut-être même avec des véhicules équipés de panneaux solaires.

    J’ai cru entendre parler il y a un temps de véhicules à vapeur, la recherche aidant, qui pourraient être performants et non polluants. Quelqu’un parmi vous en a-t-il eu connaissance de ce procédé révolutionnaire ?

    1. Charles Martel 02Charles Martel 02

      Pour produire de la vapeur il faut de l’énergie, et produire cette énergie est nécessairement polluant, il n’existe aucune solution idéale

    2. Armand LANLIGNELArmand LANLIGNEL

      La première voiture à vapeur est (je crois) celle de Léon Bollée fabriquée au Mans vers 1860. Donc avant les moteurs à essence. Le premier moteur à pétrole doit être celui de l’allemand Otto vers 1876.
      Parmi les précurseurs est souvent cité le fardier de Cugnot (1769) : voir

      http://www.autocadre.com/actualites/233-fardier-cugniot.html

      Aujourd’hui, il ne me semble pas réaliste de faire un moteur automobile à vapeur. Le passage d’une énergie noble (gaz, essence) à la vapeur occasionne des pertes thermodynamiques importantes, il vaut mieux utiliser directement ces combustibles dans un moteur fonctionnant à plus haute température.

    3. Armand LANLIGNELArmand LANLIGNEL

      Correctif. Ayant eu un doute sur Bollée, j’ai constaté que c’est le père de Léon, Amédée, qui a construit la première voiture automobile à vapeur en 1876. Quand elle passait sur la route Le Mans – Alençon, les enfants couraient près de cette route pour voir passer cette voiture sans chevaux (anecdote transmise par ma grand’mère née en 1862).

    1. Armand LANLIGNELArmand LANLIGNEL

      A noter toutefois que les moteurs à vapeur peuvent être utilisés lorsqu’il s’agit de récupérer de la chaleur à basse température (jusqu’à quelques centaines de degrés). Il y a une trentaine d’années, la société Bertin avait étudié et mis au point ce genre d’appareils utilisant, à la place de l’eau, un fluide caloporteur analogue à ceux bien connus servant dans les installations frigorifiques. (La mémoire me manque pour les noms exacts).

      1. AvatarAlexcendre 62

        J’entends souvent parler d’hydrogène , et des affirmations de gens qui ne savent pas grand chose ,l’hydrogène provient de la décomposition de l’eau, mais pour décomposer l’eau il faut du courant beaucoup de courant continu alors où est la rentabilité ? Quelqu’un a t-il fait le calcul ou l’expérience pour savoir la disponibilité entre l’entrée et la sortie du processus ? Beaucoup devraient reprendre leur premier livre de chimie afin de relire la déclaration de Lavoisier  » en chimie rien ne se crée rien ne se perd tout se transforme  » on pourrait y ajouter soit avec création de chaleur ou soit avec absorption de chaleur . Dans un moteur thermique l’énergie mécanique n’est que de 30% le reste c’est de la chaleur et du frottement donc le moteur thermique a un très mauvais rendement mais il est très pratique car ça fait 100 ans que nous nous sommes organisé pour lui , ce n’est pas le cas pour les autres moteurs , en réalité nous sommes encore très loin de son remplacement . La réalité intelligente serait de ne pas s’acharner sur les moteurs et les véhicules mais sur les trajets en les faisant disparaitre tout au moins en partie par le télétravail et la re-localisation des productions proche des besoins là on commencerait a sentir du sérieux chez nos politiques et en prime beaucoup de problèmes du moment disparaitront .

Comments are closed.