Le CO2 n’a rien à voir avec le réchauffement climatique


Le CO2 n’a rien à voir avec le réchauffement climatique

Le CO2 n’est pas à l’origine du réchauffement puisque ses variations suivent celles de la température, pas l’inverse. Exemples :

Traduction Yandex

Abstrait
En utilisant des séries de données sur le dioxyde de carbone atmosphérique et les températures planétaires, nous étudions la relation de phase (leads/lags) entre ceux-ci pour la période de janvier 1980 à décembre 2011.

Les carottes de glace montrent que les variations du CO2 atmosphérique accusent un retard par rapport aux changements de la température atmosphérique à l’échelle d’un siècle à l’échelle du millénaire, mais on s’attend à ce que la température moderne accuse un retard par rapport aux changements du CO2 atmosphérique, étant donné que l’augmentation de la température atmosphérique depuis environ 1975 est généralement attribuée à l’augmentation moderne du CO2.

Dans notre analyse, nous utilisons huit ensembles de données bien connus:

1) moyenne mondiale des données sur le CO2 dans la couche limite marine bien mélangée,

2) Données HadCRUT3 sur la température de l’air à la surface,

3) données GISS sur la température de l’air à la surface,

4) données NCDC sur la température de l’air à la surface,

5) Données HadSST2 sur la surface de la mer,

6) série de données UAH sur la température de la basse troposphère,

7) données CDIAC sur les rejets de CO2 anthropogène, et

8) données GWP sur les éruptions volcaniques.

Des cycles annuels sont présents dans tous les ensembles de données sauf 7) et 8), et pour supprimer l’influence de ces données, nous analysons des données moyennes sur 12 mois. Nous trouvons un haut degré de co-variation entre toutes les séries de données sauf 7) et 8), mais avec des changements de CO2 toujours à la traîne des changements de température.

La corrélation positive maximale entre le CO2 et la température est observée pour les 11 à 12 mois de retard de CO2 par rapport à la température de la surface de la mer, de 9,5 à 10 mois par rapport à la température de l’air à la surface de la terre, et d’environ 9 mois par rapport à la température de la basse troposphère. La corrélation entre les changements des températures océaniques et le CO2 atmosphérique est élevée, mais elle n’explique pas tous les changements observés.

 

► Les changements du CO2 atmosphérique mondial accusent un retard de 11 à 12 mois par rapport aux changements de la température à la surface de la mer.

► Les changements du CO2 atmosphérique mondial accusent un retard de 9,5 à 10 mois par rapport aux changements de la température de l’air à la surface du globe.

► Les changements du CO2 atmosphérique mondial accusent un retard d’environ 9 mois par rapport aux changements de la température de la basse troposphère mondiale.

► Les changements des températures océaniques expliquent une partie importante des changements observés dans le CO2 atmosphérique depuis janvier 1980.

► Les changements dans le CO2 atmosphérique ne suivent pas les changements dans les émissions humaines.

https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0921818112001658

 

https://tinyurl.com/ybag9sr2
http://www.climate4you.com/Text/Climate4you_June_2018.pdf
page 41

La théorie de l’effet de serre, fer de lance du réchauffement, décrit au 19°siècle par Fourier, Tyndall et Arrhenius est totalement fausse
Exemples ici :
https://www.climato-realistes.fr/effet-de-serre-fourier-tyndall-arrhenius/
http://www.pensee-unique.fr/effetdeserre.html

D’ailleurs le CO2 représente 0,04% de la composition de l’air. Le CO2 d’origine humaine ne représente que 6 % de ces 0,04 % soit 0,0024%
Personne n’a jamais démontré que cette infime quantité peut avoir une influence sur le climat et avoir le même effet que le toit en dur d’une serre.

Enfin, le CO2 est nécessaire à la vie sur terre.
https://www.climatdeterreur.info/un-peu-de-science/la-pomme-le-co2-et-la-vie-sur-terre.

Cerise sur le gâteau : voilà plus de 35 ans que le GIEC fait des prévisions qui ne se réalisent pas …

 

Complément de Olivier de V

« sont restées bien secrètes …  « : pas tant que ça, si on veut se donner la peine de bien s’informer !

Bref, je suis tout à fait d’accord avec cet article et les réactions précédentes, cf. les ouvrages de François Gervais, chercheur sur le climat qui a dû, je crois, quitter le GIEC et être banni des plateaux officiels.
Le CO2 est bon pour l’agriculture, la forestation, le sahel reverdit actuellement d’années en années. L’augmentation du CO2 est indispensable pour nourrir les 7 à 8 milliards d’habitants.
Le CO2 est absolument inoffensif pour l’homme.
J’irai plus loin :
Le CO2 est un bouc émissaire dont la mise au banc permet de justifier les marchés juteux des énergies dites renouvelables, les affairistes en tous genres, la vente de nos barrages à des consortiums étrangers, la dilapidation de notre patrimoine paysager, la transformation de nos campagnes séculaires en industrie de production d’électricité, la disparition de la petite paysannerie, la grande distribution, la croissance de la banlocalisation périurbaine, pour vider les centres villes des autochtones et laisser la place à des colonies invasives, soit disant non polluantes.
Cette mise au banc a contribué à perdre un fleuron national Alstom énergie fabriquant de turbines à gaz.
La mise au banc du CO2 culpabilise aussi les générations passées qui ont brulé du bois, du charbon et donc par extension toute notre histoire, notre passé, notre culture. Elle nous culpabilise vis à vis des pays sous développés, réservoirs de migrants invasifs, qui produisent sensiblement moins de CO2
Elle tend à nous fait accepter des impôts plus lourds et l’immigration invasion.
Donc pour les mondialistes comme Soros et autres, c’est l’aubaine.
Donc mes confrères compatriotes, je vous lance un appel à ne pas avoir honte, à être de vrais écologistes et non des écolos-bobo à aimer votre histoire votre patrimoine national, à le sauvegarder

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




10 thoughts on “Le CO2 n’a rien à voir avec le réchauffement climatique

  1. Alexcendre 62

    Bonjour a tous , la terre en a besoin du Co2 le Co2est un gaz naturel consommé par les plantes champs et forêts et avant d’emmerder les gens avec cette question accaparée par le capitalisme arrêtons la surexploitations de façons débile cette planète par la destruction massive de nos forêts primaires . A partir de là les vrais écologistes commenceront a devenir un peu crédibles , de là ils pourront s’attaquer a la noria des portes containers organisée par ceux qui ont décidé de fermer toutes activités en occident pour aller faire leur beurre en Chine . Ensuite il nous faut des hommes de vrais a l’ONU pour obliger a ce que l’argent des richesses d’ Afrique soient dépensées pour la misère d’Afrique afin d’éviter tous ces transferts de populations qui font aussi le beurre de pas mal de faux culs de chez nous . Nous voyons par là qu’il y a de nombreuses urgences a traiter avant de s’attaquer maladroitement a la voiture de Mrs Dupont ou Durant qui en ont besoin absolument pour aller travailler .

    1. Philippe RAI

      Bonjour, le capitalisme n’accapare rien ! le capitalisme c’est un outil économique qui sert à financer les entreprises. Comme tout outil on peut s’en servir pour construire ou détruire. Le responsable n’est pas l’outil mais celui qui l’utilise. En l’occurence les responsables politiques. Quand ils sont élus on peut en changer. A noter que des pays communistes comme la Chine et le Vietnam savent très bien utiliser l’outil capitalisme pour financer des infrastructures importantes.
      Pour en revenir au CO2, cette arnaque sert surtout à justifier des taxes tout en culpabilisant les gens. Ça marche quel que soit le régime politique.

  2. Armand LANLIGNELArmand LANLIGNEL

    Oui, avec 0,4 litre de CO2 dans 1000 litres d’air, il n’y a pas de quoi s’inquiéter, même si cela fait une augmentation d’un tiers par rapport au CO2 d’il y a un siècle (0,3 litre dans 1000 litres). Quand on a 3 centimes dans sa poche, on ne peut rien en faire et de même si on passe à 4 centimes: il en faut dix fois plus pour acheter une demi-baguette !
    Le plus simple est de faire des mesures expérimentales incontestables. Par exemple, réaliser une serre expérimentale éclairée par un soleil artificiel constant. Partant d’un état toujours le même, supposons une serre à 20°C, on peut mesurer l’échauffement de la serre en fonction du temps. Il suffit à chaque expérience de modifier la teneur en CO2 et de comparer ensuite les courbes d’échauffement. Il est probable que des expériences de ce genre ont dû être faites, mais les résultats et conclusions sont restées bien secrètes … !

    1. Philippe RAI

      Vous avez la réponse dans les liens que j’ai donnés. Bon, je sais, ce n’est pas forcément facile à lire, c’est un peu complexe et pas forcément bien organisé.
      Pour ce qui est de votre interrogation précise, allez voir sur ce lien :
      http://www.pensee-unique.fr/effetdeserre.html
      La page est très longue, il s’agit d’un empilement de différents articles. Allez directement à la mise à jour du 18 Mars 2009, la deuxième partie à fond bleu en partant du haut de la page.

      1. Armand LANLIGNELArmand LANLIGNEL

        Un grand merci pour ce lien très intéressant. Comme il est dit :

         » En conclusion, il n’existe, à ce jour, aucune expérience réelle qui met en évidence l’effet de serre du CO2. Pas plus d’ailleurs que celui du verre à vitre de la serre de jardin. Ce que certains prétendent c’est que cet effet est démontré par ses conséquences. Encore faudrait-il être capable de démontrer que telle ou telle conséquence observée est spécifique de l’effet de serre. Ce qui n’est pas le cas… « .

        Des expériences avec variation de la teneur en CO2 ne semblent pas avoir été faites, mais je n’ai pas tout lu. Il est sage d’avoir de grands doutes sur ce fameux effet de serre dû à ce gaz.

  3. pier

    la pollution d ‘une année en FRANCE est égale à 1 journée en Chine
    alors pour qui se prend la FRANCE ?
    arrêtez d ‘importer des illégaux et il y aura moins de pollution en France
    renvoyez les avec des sacs de pilules

  4. Olivier de V

     »sont restées bien secrètes …  » : pas tant que ça, si on veut se donner la peine de bien s’informer !

    Bref, je suis tout à fait d’accord avec cet article et les réactions précédentes, cf. les ouvrages de François Gervais, chercheur sur le climat qui a dû, je crois, quitter le GIEC et être banni des plateaux officiels.
    Le CO2 est bon pour l’agriculture, la forestation, le sahel reverdit actuellement d’années en années. L’augmentation du CO2 est indispensable pour nourrir les 7 à 8 milliards d’habitants.
    Le CO2 est absolument inoffensif pour l’homme.
    J’irai plus loin :
    Le CO2 est un bouc émissaire dont la mise au banc permet de justifier les marchés juteux des énergies dites renouvelables, les affairistes en tous genres, la vente de nos barrages à des consortiums étrangers, la dilapidation de notre patrimoine paysager, la transformation de nos campagnes séculaires en industrie de production d’électricité, la disparition de la petite paysannerie, la grande distribution, la croissance de la banlocalisation périurbaine, pour vider les centres villes des autochtones et laisser la place à des colonies invasives, soit disant non polluantes.
    Cette mise au banc a contribué à perdre un fleuron national Alstom énergie fabriquant de turbines à gaz.
    La mise au banc du CO2 culpabilise aussi les générations passées qui ont brulé du bois, du charbon et donc par extension toute notre histoire, notre passé, notre culture. Elle nous culpabilise vis à vis des pays sous développés, réservoirs de migrants invasifs, qui produisent sensiblement moins de CO2
    Elle tend à nous fait accepter des impôts plus lourds et l’immigration invasion.
    Donc pour les mondialistes comme Soros et autres, c’est l’aubaine.
    Donc mes confrères compatriotes, je vous lance un appel à ne pas avoir honte, à être de vrais écologistes et non des écolos-bobo à aimer votre histoire votre patrimoine national, à le sauvegarder.

Comments are closed.